Actuellement confiné à Santiago au Chili dans la maison de ses parents, Cristian Garin a répondu lundi dernier aux questions des internautes lors d'un live instagram organisé par ESPN Tenis.

Sevré de tennis comme beaucoup de joueurs actuellement, le jeune chilien essaye malgré tout de garder une bonne condition physique. « J'ai construit une petite salle de gym pour faire des exercices, mais c'est difficile... Je me focalise sur le fait de garder une bonne alimentation, avec beaucoup de jus naturels et des plats faits maison. Mais malheureusement, avec zéro tennis et beaucoup de playstation [rires]. »

Touché à la jambe gauche et contraint à l'abandon lors du quart de finale du tournoi de Santiago, le Chilien assure aujourd'hui être totalement guéri. « En ce moment, je me sens bien. Si je pouvais jouer au tennis demain, ce serait à 100%, mais vu comme les choses se passent en ce moment, ça me semble compliqué que la compétition reprenne prochainement... »

Interrogé ensuite sur son joueur préféré actuellement, « Gago » penche en faveur de Roger Federer : « Novak Djokovic est le joueur de tennis le plus complet qui soit et auquel je m'identifie le plus à cause de son style de jeu. Mais mon préféré est Roger Federer. J'adorerais pouvoir jouer contre lui un jour. C'est un rêve. J'aimerais le regarder jouer n'importe quel jour sur n'importe quelle surface. C'est un exemple pour moi. Je trouve incroyable à quel point il aime toujours ce sport après tout ce qu'il a gagné et le fait qu'avec sa famille, il pourrait avoir d'autres priorités... Je lui ai parlé pour la première fois en 2019 à Roland Garros. Il m'a adressé la parole comme s'il me connaissait depuis longtemps. J'étais sans voix et je ne l'oublierai jamais. »

Le Chilien a également révélé qu'en dehors des Latino-Américains, il entretenait de bonnes relations sur le circuit avec Casper Ruud, Andrey Rublev et Karen Khachanov. Avec Jeremy Chardy, c'est par contre plus compliqué... Ce dernier avait fait une sortie étrange, suite à sa défaite contre le Chilien en huitième de finale à Paris Bercy, après avoir raté plusieurs balles de match, confiant qu'il n'appréciait pas beaucoup son adversaire du jour... sans s'expliquer davantage. Garin ne semble pas non plus comprendre les raisons de ce désamour. « Avec Chardy, il y a cette sensation étrange. Je l'ai battu à Houston et quand j'ai perdu contre lui à Bastad, il m'a hurlé dessus. Je ne sais pas ce qu'il a contre moi.»

Il a en revanche confié qu'il s'entendait très bien avec un autre frenchie, Benoit Paire, avec qui il a joué trois tournois en double l'année dernière. Ce dernier n'a d'ailleurs pas tari d'éloges sur lui lors de son dernier live Instagram avec Stan Wawrinka : « Garin c'est mon idole. Il est tout le temps triste sur le terrain, il est en dépression toute l'année mais par contre, il est adorable ! C'est un mec génial et il va être très très fort cette année. A mon avis, il sera dans les 10 (ndlr : meilleurs joueurs mondiaux) ».

C'est bien l'objectif avoué de Gago, à moyen terme (il a atteint son classement le plus élevé à l'issue de la dernière semaine de compétition, 18ème mondial). « Entrer dans le top 10, c'est un peu l'objectif que l'on se fixe quand on est joueur. Ce serait vraiment excitant de pouvoir y arriver un jour, même si ce ne sera pas facile. »  Concernant le Grand Chelem qui recueille ses faveurs, aucune surprise n'est à signaler... «  Si je devais choisir, je dirais Roland Garros. Je pense que c'est celui qui convient le mieux à mon style de jeu, car c'est sur terre battue que je montre habituellement mon meilleur niveau de jeu. ». Il y a en effet gagné ces quatre titres à ce jour. Le premier d'entre eux sur le sol américain en avril 2019 présente d'ailleurs une saveur particulière à ces yeux : "Houston était le titre le plus important pour moi, non seulement parce que c'était le premier, mais aussi parce qu'il m'a libéré." Il n'aura pas l'occasion de défendre ce titre cette saison, puisque ce tournoi aurait dû se jouer cette semaine (vous pouvez retrouver par ailleurs notre article traitant des particularités de ce tournoi ici).

Le Tank, comme on l'appelle au Chili, a également révélé une anecdote surprenante... sur son prénom : « J'ai changé mon prénom, qui était Christian. L'initiative est venu de l'ATP qui m'a demandé si je pouvais le modifier et enlever le « h ». Ils m'ont dit que c'était plus facile comme ça. Ça ne me posait pas de problème et j'ai changé tous mes réseaux sociaux, ma page Wikipedia, etc. pour m'appeler « Cristian ».

Mais le passage le plus notable de son live concerne ses propos cinglants concernant l'évolution de la Coupe Davis, organisée par Kosmos. « Je pense que ce nouveau format a fait disparaître le charme et l'essence même de la Coupe Davis. Je n'ai pas aimé la dernière édition et je pense qu'on doit faire quelque chose. Au niveau du stade et des installations, c'était spectaculaire, mais c'était des matches à jouer avec 10 000 personnes dans les tribunes, et dans beaucoup d’entre eux, il n’y avait même pas 1 500 personnes. Avant, ces gens jouaient un rôle et cela leur a été retiré... Je n'ai pas ressenti la même chaleur qu'avec le format précédent. »

Privé de son précieux et bruyant public, on peut comprendre la grogne du Chilien à ce sujet...

Pour prolonger la lecture, vous pouvez retrouver le portrait que nous avions réalisé de ce joueur attachant il y a quelques mois ici !
https://tennisbreaknews.com/2019/12/01/garin-les-pieds-sur-terre/