Son inimitié envers Nick Kyrgios, ses méthodes d'entraînement, son éclosion au plus haut niveau, sa relation avec Denis Shapovalov, ses forces et faiblesses dans le jeu ou encore la domination du Big Three qu'il voit évidemment comme un exemple à suivre : Felix Auger-Aliassime est un jeune homme qui sait occuper son temps pendant la suspension du circuit. Confiné avec sa famille à Montréal, il a livré en effet ces derniers jours deux entretiens pour des émissions québécoises (sans filtre [1] et sans restriction [2]) ainsi qu'un live Instagram avec son compatriote Milos Raonic. Autant dire que beaucoup de choses y ont été dites. Voici tout ce qu'il faut en retenir.

Première partie de l'article
https://tennisbreaknews.com/2020/04/14/auger-aliassime-encore-du-boulot-mais-je-me-rapproche-peu-a-peu-du-top-10/

Felix Auger-Aliassime a évoqué son ami d'enfance Denis Shapovalov. Les deux joueurs, qui ont 16 mois d'écart, se connaissent depuis l'âge de huit ans et ont gravi ensemble les sommets en junior. FAA, qui est arrivé plus tardivement sur le circuit, était pour ainsi dire le premier fan du joueur d'origine russe : lorsque Shapovalov a battu Nadal au Master 1000 de Montréal en 2017, il a demandé à son camarade qui l’hébergeait chez sa famille de décrocher le poster de l'Espagnol qui était accroché dans sa chambre pour en mettre un de lui, ce qui a été fait dans la foulée [22]. Malheureusement, même si les deux joueurs restent partenaires de double de façon occasionnelle, leurs routes semblent s'être un peu séparées... « On n’est pas dans la même ville, on se parle moins ces derniers temps. On s'entend bien, ce n'est pas comme si on avait eu une querelle mais parfois, il y a comme une distance qui se fait. On a chacun nos horaires, nos équipes, nos proches mais on est content de se retrouver en tournoi ou avec la team Canda. [23]» 

Auger-Aliassime garde un souvenir beaucoup plus mitigé de Nick Kyrgios et on comprend vite que les deux joueurs n'iront, eux, pas faire des sessions d’entraînement ensemble. « Je l'ai joué une fois (ndlr : en huitième de finale du tournoi du Queen's l'année dernière). Qu'il casse sa raquette, je le laisse faire, c'est sa vie. Mais quand il commence à manquer de respect à l'arbitre, en interrompant le jeu ou qu'il me manque de respect – car il fait des commentaires après les points, ça ne me plaît pas. Il a une certaine attitude qui est arrogante. Ça ne vient pas me toucher en tant que joueur de tennis, mais ça me touche en tant que personne de voir quelqu'un se comporter comme ça et qui donne, selon moi, un mauvais exemple sur le terrain. Mais bon, quand je l'ai joué, je m'y attendais. J'ai fait mon match, je n'ai pas dit un mot et finalement j'ai gagné (ndlr : 6-7/7-6/7-5). J'étais content car je n'aurais pas aimé perdre [rires]. Ce n'est pas grave, je n'ai pas besoin d'entretenir des relations avec lui, c'est un super joueur mais ce n'est pas quelqu'un avec qui je serai ami dans la vie de tous les jours. [21]».

Félix Auger-Aliassime face à Nick Kyrgios au Queens en 2019

Le tennis reste un sport très individualiste et la vie sur le circuit n'est pas toujours propice aux amitiés. « C'est un milieu très compétitif donc oui, d'un côté on peut ressentir parfois une forme de solitude. » Le joueur relativise cependant cet aspect-là. « Malgré tout, on est bien entouré par nos entraîneurs. Moi en plus, j'ai deux coaches qui font chacun une moitié de l'année, j'ai mon préparateur physique et un physio qui font quelques semaines. Je suis seul sur le terrain mais il y a quand même une équipe de quatre personnes qui me soutiennent avec un bon esprit d'équipe. Je suis rarement seul, il y a toujours au moins un entraîneur avec moi avec qui je partage des bons moments. C'est une chance que j'ai d'avoir une vie extraprofessionnelle avec eux. [24]»

Malgré une dimension individuelle très forte, FAA dépeint un milieu humble où le respect mutuel est réel. Il évoque à ce titre son match incroyable au second tour au tournoi de Marseille, contre Pierre-Hugues Herbert, que nous avons chroniqué en détail ici dans notre rétro des meilleurs matches du mois de février. « Comme je gagne le match, d'un côté, t'es content de t'en être sorti mais t'es aussi un peu désolé (ndlr : pour l'adversaire). Et puis il y a un respect qui s'installe, car on s'est fait tout un combat. En plus, Herbert, c'est un gars de grande classe, que j'aime beaucoup. Dans le vestiaire après, on a reparlé de tout ça. Il a subi une défaite très dure mais il reconnaissait qu'on avait fait un match incroyable tous les deux et il m'a souhaité bonne chance pour la suite. Pour moi, c'est le respect ultime et je pense que c'est quelque chose qui est courant dans le tennis. [25]»...

FAA est revenu ensuite assez longuement sur ce que le tennis (et le sport en général) pouvait nous apporter au quotidien. « Je suis convaincu que peu importe le niveau sportif que tu vas atteindre, les leçons que tu apprendras par le sport, tu les garderas toute ta vie. Mon père a son académie et il dit souvent aux parents : « moi vos enfants, j'essaie d’en faire des champions dans leur sport mais aussi dans la vie ». Et puis, on a toujours des exemples. J'ai joué enfant avec des gars qui font aujourd'hui des études, pour eux, la compétition, l'engagement dans ce que tu fais, ce sont des moments qui seront gravés en eux à vie. Mettre un enfant au sport, pour moi c'est un cadeau car ça lui donnera des leçons pour tout le reste de son existence. [26]»

Félix Auger-Aliassime, finaliste à Rio en 2019 face à Laslo Djere en compagnie de Gustavo Kuerten

Auger-Aliassime est un joueur à l'aise sur terre battue. C'est sur cette surface qu'il a atteint ses premières finales sur le circuit ATP, à Rio de Janeiro en 2019, perdue contre Laslo Djere et à Lyon contre Benoit Paire (blessé, il n'a pu défendre ses chances). Les Canadiens ont rarement été performants sur cette surface mais il a eu la chance de bénéficier de la présence de terrains de terre battue au centre national de Montréal. « La Fédération a investi pour mettre des terrains de terre battue au stade IGA en 2013 (ndlr : stade de tennis à Montréal, où se déroulent de nombreux spectacles, la Coupe Rogers et l'un des 3 centres nationaux de Tennis Canada permettant la formation des jeunes prometteurs du pays). Quand je suis arrivé là-bas, ils étaient là donc ça m'a permis d'apprivoiser cette surface. Quand j'étais très jeune, je jouais sur dur alors que les Européens avaient la chance de jouer sur terre battue. [27]»

En ce début d'année, FAA a fait le choix de faire l'impasse sur le Golden Swing, la tournée sud-américaine sur terre battue pour rester en Europe, un choix stratégique pour améliorer son niveau sur dur en indoor. « Il lui manquait de bonnes performances en indoor, a indiqué la semaine dernière Fréderic Fontang, un de ses entraîneurs, il ne s'agit pas de sa meilleure surface donc ce qu'il a montré est encourageant. [28]» FAA a atteint une nouvelle finale à Rotterdam, mais n'a toujours pas ouvert son compteur titre. Aucune inquiétude, souffle son staff à raison. Tout cela n'est qu'une affaire de temps, en somme.

Dans un des passages les plus intéressants de ses interventions, FAA a également tenu à remettre en cause le dogme selon lequel le tennis ne serait majoritairement qu'une question de mental.

« On entend beaucoup de choses, et la place qu'on donne au mental est un peu exagérée, je trouve. On dit souvent que ce sport, c'est à 90% mental. Ou que les gars qui dominent le tennis le font par leur mental. Je pense qu'ils dominent le tennis avec beaucoup d'autres choses. Sur certains moments, ils sont très forts mentalement, ils ont une bonne résilience, c'est vrai. Il m'est arrivé parfois d'être nerveux, je ne serai pas humain si ce n'était pas le cas.. Mais le gros apport mental, c'est quand tu vas être capable de gérer ces moments-là. C'est sur cet aspect que certains sont plus forts que d'autres. On va tous ressentir les mêmes crispations ou la même frustration, mais si tu es capable de gérer ça et d'être lucide pour savoir ce que tu dois faire pour gagner le prochain point, tu fais une grosse différence. Tant que le match n’est pas fini, on essaye d'être positif, on reste dans le présent et on fera le feedback avec le coach après. C'est ça que j'essaye de mettre en place sur la partie mentale [29]. »

Si le tennis n'est pas qu'une affaire de mental, il est surtout fait de répétitions de gammes à l’entraînement, des années durant. « La plus grosse partie, ce sont les habitudes qu'ont pris ces joueurs-là. Quand Kobe Bryant mettait un panier à 3 points à la dernière seconde, c'était juste un panier de plus pour lui. Quand tu as répété un mouvement pendant des années, tu as pris des bonnes habitudes, c'est plus fort que le mental. Comme me disait mon coach, quand tu exécutes un coup de manière presque parfaite, peu importe les distractions qui vont venir, tu vas peut-être tomber, mais tu ne vas pas tomber trop bas. Par contre, si tu n'as pas répété les bonnes choses, il peut y avoir beaucoup plus de variations et d’irrégularité au niveau du jeu par rapport à ce que tu sens. Pour résumer, quand ta technique est solide et bien en place, le mental ne va pas faire bouger ton résultat énormément. Nadal et Djokovic ont tellement répété leurs mouvements à l’entraînement, peu importe ce qu'il se passe, ça ne bougera pas trop en match. On a 25 secondes entre chaque point, où on se demande ce qu'on doit faire, la tactique à opérer. Mais une fois le point parti, c'est que de l'instinct. Si tu as bien travaillé, ce sont les bonnes choses qui vont ressortir. [30]»

Pour en savoir plus sur le début de carrière de Felix Auger-Aliassime, vous pouvez également retrouver le portrait que nous lui avions consacré fin 2019 :
https://tennisbreaknews.com/2019/12/30/faa-force-agilite-ambition/


[21] https://podcasts.apple.com/ca/podcast/sans-restriction/id1502294092?l=fr

[22]Tennis Magazine, juillet 2019

[23] https://podcasts.apple.com/ca/podcast/sans-restriction/id1502294092?l=fr

[24] https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be

[25] https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be

[26] https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be

[27] https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be

[28] https://www.tsn.ca/what-s-the-next-step-for-canada-s-felix-auger-aliassime-1.1464525

[29] https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be

[30]https://www.youtube.com/watch?v=lPE_xstkdMQ&feature=youtu.be