Victorieux de Roland Garros en double avec son compère Andreas Mies en 2019, Kevin Krawietz a trouvé une manière atypique de s'entretenir pendant cette crise du Covid-19, comme il l'a avoué au journal Der Spiegel[1]. « Depuis quelques semaines, je travaille dans un magasin discount. Je ne suis pas autorisé à aller à la caisse. Avec un copain, j'installe et je retire des étagères, je m'assure que les rayons de saucisses et de fromage sont bien remplis. La semaine dernière, j'ai assuré la sécurité une fois devant l'entrée, en aspergeant les chariots de désinfectant. ».

Le résidant munichois assure que l'idée de trouver un travail normal lui trottait dans la tête depuis quelques temps. « La crise du Covid-19 me donne la possibilité de le faire », admet-il. Que lui apporte ce nouveau travail ? « Plus d'appréciation de la réalité. Les collègues ici se lèvent parfois à cinq heures du matin et sont dans la boutique à partir de cinq heures et demie pour remplir les étagères. »

Ce travail reste cependant temporaire et le natif de Cobourg attend, comme tout le monde, la reprise du circuit. « En tant que professionnel, grâce à un permis spécial, je peux m'entraîner dans une salle de tennis. Je joue trois ou quatre fois par semaine. Sinon, j'ai acheté des rollers que j'utilise pour monter et descendre le canal de Nymphenburg (à Munich) ».

En Allemagne, ce sont les Landers qui ont le pouvoir de réglementer les restrictions en matière de circulation. La Bavière, Lander le plus touché avec 37 849 cas confirmés, a imposé un confinement strict dans plusieurs communes. Le gouvernement allemand, après accord avec les Landers, a décidé le 20 avril dernier d'assouplir ces mesures de confinement en maintenant des restrictions de contact jusqu'au 3 mai. En ce qui concerne le tennis, la Bundesliga, compétition organisée pendant l'été entre les 10 meilleurs clubs d'Allemagne, a été annulée.

Kevin Krawietz espère, lui, un assouplissement des règles en Bavière pour que les joueurs amateurs puissent revenir sur les courts. « Dans le tennis et le golf en particulier, les règles de distanciation peuvent être garanties de mon point de vue. Les gens se gênent en permanence au supermarché mais ce ne serait pas possible de jouer au tennis ? Il faut faire une distinction entre les sports d'équipe et les sports individuels. »

Il rejoint en ce sens les propos de notre consultant Rodolphe Gilbert dans l'émission n°2 de Tennis Break News (Invitée : Alizé Cornet) que vous pouvez retrouver via le lien suivant :


[1]https://www.spiegel.de/sport/tennis/tennis-profi-kevin-krawietz-seit-ein-paar-wochen-arbeite-ich-beim-discounter-a-00000000-0002-0001-0000-000170604486