Holger Vitus Nodskov Rune, le jeune tennisman danois a tenu une chronique sur le site de l’ITF durant la pandémie. Dans cet article, l'adolescent qui vient de fêter ses 17 ans raconte comment il a pu continuer à jouer au tennis chez lui, au Danemark et combien c’est important de réussir à trouver du positif dans cette crise sanitaire et par effet de domino économique et sociale.

Le Danois ne compte pour l'instant que 41 matches en junior, quasiment tous disputés sur le circuit ITF. Il s'est fait un nom en remportant il y a tout juste un an, à seulement 16 ans et un mois, Roland Garros. Actuellement 827ème mondial, son objectif est de finir la saison sur le circuit professionnel.

Le jeune garçon aux trois prénoms joue au tennis depuis qu'il a six ans. Obsédé par la petite balle jaune, il s'entraîne souvent avec Stefanos Tsitsipas et Alexei Popyrin contre qui il arrive parfois à prendre un set. Ses progrès étaient immenses depuis un an, on peut donc comprendre sa frustration de devoir arrêter la compétition sans pouvoir progresser comme il l'aurait désiré...

SOS tennisman en manque de tennis
"Les clubs ont commencé à rouvrir fin avril au Danemark et on a été autorisé à rejouer dans les clubs. A ce moment-là, je rejouais déjà, car sans tennis je serais devenu fou… C’est pour cela que j’ai fait un post sur Instagram, pour demander si quelqu’un avait un court privé sur lequel je pouvais venir jouer. Ce n’était pas illégal de jouer au tennis à ce moment au Danemark. On n'était simplement pas autorisé à jouer dans les clubs ou les académies. Mais aucun confinement n’avait été programmé et on pouvait sortir à notre guise. Quand j’ai fait cette demande sur Instagram, je me sentais pas bien. Je voulais vraiment rejouer au tennis. Ça m’avait tellement manqué… C’était semblable à un acte désespéré. Je n’étais pas sûr que quelqu’un allait me répondre car au Danemark les gens sont très réservés et ne veulent pas forcément accueillir des étrangers chez eux."

Les Danois ont répondu à l'appel
"J’ai été si surpris quand j’ai vu tous les messages que j’ai reçus. Les Danois sont fabuleux ! J’ai reçu des messages de gens venant des quatre coins du Danemark me disant que je pouvais venir quand je voulais pour m’entraîner sur leurs courts. Les gens avaient des courts en quick, en herbe et même en terre battue. Ça m’a vraiment touché. C’était simplement ce dont j’avais besoin... D’un coup recevoir cette grosse vague de soutien et d’amour venant de gens que je connaissais pas, c’était extraordinaire et je suis passé d’un état maussade à un état joyeux. J’ai vu des possibilités partout, au lieu d’y voir des limitations.

L'hymne à la solidarité et à la bienveillance
"Ça m’a permis de me rendre compte à quel point l’amour est important. Penser aux autres est tellement important. Les aider, si on en a la possibilité. Peut-être qu’on pense ne pas faire une grosse différence quand on aide quelqu’un, mais au contraire, c’est énorme. Sortez, et aidez les gens autant que vous pouvez. Cela peut sembler insignifiant pour vous, mais cela permettra peut-être à des gens de sourire toute une journée ou une semaine."

Sur la route
"Voyager me manque. Rencontrer des gens et différentes cultures, ça me manque horriblement. Je parlais à un joueur suédois l’autre jour et on ressentait tous les deux la même chose. Dès que le circuit reprendra et que la situation deviendra à nouveau normale, on reprendra goût aux petits plaisirs de la vie et aux interactions sociales."

Rester en forme
"Avant le Coronavirus, j’ai fait beaucoup de travail physique. Maintenant que tout est fermé, j’ai lâché un peu de lest et je travaille ma vitesse. Je fais aussi attention à mon alimentation car j’ai tendance à manger plus que d'habitude lorsque mon emploi du temps est plus rempli. J'abuse surtout des glaces. J’ai à coté de chez moi l’un des meilleurs glaciers de la région donc la tentation est très forte… Mais je suis raisonnable et j’ai du temps pour perdre les glaces que j’ai mangées."

Photo : Cedric Lecocq / FFT

A propos des tournois
"Je pense que les matchs manquent à tous les joueurs, pas seulement à moi. S’entraîner sans objectif c’est compliqué, mais j’essaye de me tenir à un emploi du temps strict avec mon coach et mon préparateur mental, avec un système de petits objectifs hebdomadaires. De petits tournois vont avoir lieu au Danemark très bientôt, je vais y participer mais quand tu es danois, la concurrence est peu relevée, c’est pour ça qu’il est important de pouvoir jouer des tournois à l’international. Je ne peux pas mesurer mes progrès sans les matchs internationaux, car c’est comme ça que je travaille depuis que j'ai douze ans : d'bord m’entraîner chez moi ou à l’Académie de Patrick Mouratoglou, puis ensuite mettre en pratique sur le circuit Tennis Europe ou ITF."

Objectif Roland Garros
"J’espère vraiment qu’une solution sera trouvée rapidement afin qu’on puisse rejouer les tournois ITF et ATP. Je suis optimiste à ce sujet. J’ai confiance dans les pays qui veulent rouvrir leurs frontières, et je suis certain que les gens se comporteront de façon responsable en dehors de leurs pays. Je pense aussi que l’ITF et l’ATP vont trouver une solution qui permettra de reprendre la compétition. J’espère surtout qu’on va reprendre en août, et que mon tournoi préféré Roland Garros (tournoi qu’il a remporté en junior en 2019) sera joué à l'automne. Dans l’idéal je jouerais la fin de l’année sur le circuit pro."