Alors que le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a déclaré se tenir prêt à s'associer avec les instances sportives pour organiser en toute sécurité et à huis clos les compétitions sportives malgré une situation sanitaire compliquée, l'ATP confirme la volonté des organisateurs de l'US Open de tout faire pour organiser le tournoi.

Herwig Straka, membre du conseil d'administration de l'ATP, a cependant précisé à nos confrères de Sky Sport Allemagne, que « la situation sanitaire actuelle aux États-Unis concernant le COVID-19 n'est pas optimale. La priorité doit être d'assurer la santé et la sécurité des joueurs, du personnel ainsi que de tous les acteurs du tennis en général. Par conséquent, accueillir et organiser la tournée estivale américaine semble peu probable pour le moment, mais un tournoi du Grand Chelem, c'est évidemment le pic de la saison.»

En effet, les Etats-Unis sont touchés de plein fouet par cette pandémie et de manière spectaculaire avec environ 1,5 millions de cas confirmés à la mi-mai. Le nombre de décès aux Etats-Unis (95.000 au 20 mai) a largement dépassé celui de tous les autres pays du monde et l'Etat de New York est l'un des épicentres. Bien que le circuit soit suspendu depuis le 8 mars et ne prévoit pas de reprendre avant début août, bien que Wimbledon ait été annulé et que Roland Garros ait été reporté à fin septembre, pour le moment, l'US Open tient à tenir sa place du 31 août au 13 septembre au Billie Jean King National Tennis Center. Pour cela, l'hôpital qui avait temporairement été installé sur le court Louis Armstrong a été démonté. 350 lits avaient été installés et plus de 25.000 repas quotidiens avaient été servis aux patients, aux travailleurs et aux habitants les plus démunis.

Pendant un moment, il a été envisagé de délocaliser l'US Open sur un autre site américain moins touché par la pandémie mais cette piste a été abandonnée. Dorénavant, alors qu'au mois d'avril, la Fédération Américaine déclarait qu'un tournoi à huis clos était inenvisageable, un événement sans les fans, avec les tribunes vides, est plus qu'une éventualité.

L'aspect financier est évidemment au cœur des préoccupations. L'US Open génère 400 millions de dollars chaque année, soit 80% du budget de l'USTA, la Fédération Américaine. On peut comprendre l'inquiétude de Mike Dowse, le patron du tennis américain, qui avait récupéré 57 millions de dollars pour le budget de sa Fédération en 2019 grâce aux bénéfices du tournoi.

Le principal obstacle d'une reprise du circuit pour le moment est la nécessité de devoir mettre à l'isolement pendant 14 jours toute personne entrant sur le territoire des Etats-Unis. Si le 1er juin, nous saurons quel sort sera réservé aux tournois de Washington, Toronto, Cincinnati et Winston Salem, une décision est prévue à la mi-juin concernant la tenue de l'US Open. Pour la suite de la saison à l'automne, notamment les tournois indoor, la situation est plus complexe selon Herwig Straka : « Il faut compter un délai de dix semaines pour pouvoir organiser un tournoi localisé dans un club. Concernant les tournois organisés dans des salles de spectacle en indoor, ça sera plus difficile puisqu'ils auront besoin de plus de temps étant donné que les lieux ne leur appartiennent pas. Tout se décidera en juin pour la tenue et l'organisation ou non de la fin de saison. » Herwig Straka, également le directeur du tournoi de Vienne qui doit se tenir en octobre, est donc doublement concerné par la situation.


Lien de notre page Youtube et regarder nos émissions : ttps://www.youtube.com/channel/UCFPwEbncWpkHAfky8HcBwkQ
Pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tennisbreaknews
Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/tennisbreaknews/
Pour nous suivre sur Instagram : https://www.instagram.com/tennis.break.news/