« Je me demande juste... Suis-je la seule personne à penser qu'il est temps pour les hommes et les femmes du tennis d'être unis en une seule entité ?»

Ce tweet de Roger Federer le 22 avril dernier a déclenché un raz de marée de réactions laudatrices et enjouées mais les questions demeurent sur les difficultés de la mise en place d'une seule structure réunifiant l'ATP et la WTA[1]. Andy Roddick, ancien n°1 mondial, l'a lui-même rappelé lors d'un live pour Tennis Channel ce mercredi soir :

« C'est une super idée en théorie, j'espère bien que cela arrivera mais je me pose la question : est-ce que ça peut marcher ? L’ATP et la WTA sont-elles gagnantes d'un point de vue financier si cela arrive ? Comment vous apportez des contrats à long terme alors que vous avez en face de vous un contrat WTA et son équivalent au niveau ATP ? Comment marrie-t-on cela ? Est-ce que chacun apporte ses propres atouts et après une certaine date d'expiration, vous finissez par vous mélanger ensemble ? Ça ne peut pas être aussi facile qu'un hashtag #Wearetogether et ensuite, par miracle, tout fonctionne. Je pense que ça peut être super d'un point de vue des droits TV au niveau packaging, pour diminuer les coûts... On pourrait organiser des évènements sur une durée de dix jours au lieu de dix-sept aujourd'hui en incluant les qualifications. Même d'un point de vue des négociations, il y a toujours un moment où les entités se retrouvent les unes contre les autres, entre ceux qui veulent plus de tournois sur dur ou d'autres plus de tournois sur terre battue, etc. Vous avez plus de leviers à utiliser en étant une seule entité lorsque vous travaillez avec les Grands Chelems.

Je pense que ça peut marcher pour beaucoup de raisons mais beaucoup de réflexions seront nécessaires derrière ça. Un autre exemple me vient en tête ; qui sera le Président pour gérer ça, sachant qu'il y en a deux actuellement et qu'il faut en enlever un ? »

Dans le cadre de notre dernière émission en compagnie de Gilles Simon, cette fusion a été l'objet d'un débat entre notre invité et nos consultants.

Et si Andy Roddick était la personne qui devait gérer tout cela, quelle réforme l'ancien n°1 mondial réaliserait en premier ?

« Je regarderais les sources de revenus aujourd'hui inexploitées. On apporte beaucoup de choses aux Grand Chelems mais quand je vais à l'US Open, il n'y a pas d'endroit où on vend des hot-dogs à 27 dollars (sic).. et c'est autant d'argent qui ne revient pas aux joueurs. Il n'y a pas besoin que ce soit forcément intégré dans le prize money, ça peut être un fond pour les joueurs qui prennent leur retraite, ça peut être des bonus pour les employés du circuit. Bref, peu importe, mais je regarderais les choses non monétisées qui pourraient être monétisées pour toutes les parties qui vivent du tennis. »

La fusion ATP- WTA recueille beaucoup d'unanimité de principe mais il n'est pas garanti, aujourd'hui, que les négociations sur ce sujet puissent déboucher sur quelque chose de concret à terme...


[1] A ce titre, voir ce papier d'Eurosport qui fait une excellente synthèse des enjeux autour de cette fusion : https://www.eurosport.fr/tennis/fusion-atp-wta-les-5-questions-qui-se-posent-apres-la-sortie-de-federer_sto7732782/story.shtml


Lien de notre page Youtube et regarder nos émissions : ttps://www.youtube.com/channel/UCFPwEbncWpkHAfky8HcBwkQ
Pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tennisbreaknews
Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/tennisbreaknews/
Pour nous suivre sur Instagram : https://www.instagram.com/tennis.break.news/