Tout est parti d'un tweet posté par le numéro un mondial en tennis fauteuil. Il est 8h07 du matin en Australie lorsque Dylan Alcott se fend d'une série de trois tweets pour exprimer son dégoût devant la décision de l'USTA, la Fédération américaine, de renoncer à l'US Open pour les joueurs et joueuses en fauteuil.

« L'US Open vient juste d'annoncer que l'US Open allait se dérouler sans le tennis fauteuil. Les joueurs n'ont pas été consultés. Je pensais, en tant que numéro un mondial, en avoir fait assez me qualifier. Mais malheureusement, je ne sais pas faire la seule chose qui compte, à savoir marcher. Discrimination écoeurante ! Et, s'il vous plaît, ne me dites pas que je suis un plus grand risque parce que je suis handicapé. Je suis handicapé oui mais cela ne me rend pas malade. Je suis plus en forme et en meilleure santé que presque toutes les personnes en train de lire mon message en ce moment. Il n'y a aucun risque supplémentaire. Et c'est sûr qu'il y a des choses bien plus importantes qui se passent dans le monde, mais ce choix aurait dû être à MOI. C'est une discrimination flagrante de la part des personnes valides de décider en mon nom ce que je fais de ma vie et de ma carrière simplement parce que je suis handicapé. »

L'US Open a été confirmé du 31 août au 13 septembre sans spectateur, sans média (à part les diffuseurs), sans qualifications, avec un tableau de double réduit et donc sans tennis fauteuil.

La colère de l'Australien (29 ans) double vainqueur de l'US Open est compréhensible. Depuis, la polémique enfle et les réactions se multiplient, notamment celle du Français Michaël Jeremiasz, quadruple médaillé paralympique et porte-drapeau de la délégation française à Rio en 2016 : « Honte à toi l'US Open d'annuler le tournoi en tennis fauteuil cette année. Accueillir 16 athlètes handicapés, c'était trop pour vous ? Est-ce votre vision du monde dans lequel nous devrions vivre? #discrimination #UnitedWeStand »

Juste avant cette annonce des américains, le Français Stephane Houdet, double vainqueur de l'US Open en 2013 et 2017 et ancien numéro un mondial, avait interpellé les instances en espérant qu'ils n'oublient pas le tennis fauteuil : « Les joueurs et joueuses en tennis fauteuil ont aussi besoin de travail. #nodiscrimination »

Malheureusement, son appel n'a pas été entendu...

Crédit photo : Sutton / Panoramic


Lien de notre page Youtube et regarder nos émissions : ttps://www.youtube.com/channel/UCFPwEbncWpkHAfky8HcBwkQ
Pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tennisbreaknews
Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/tennisbreaknews/
Pour nous suivre sur Instagram : https://www.instagram.com/tennis.break.news/