Ce nom de famille parlait à peu de monde il y a encore quelques jours à part les fins connaisseurs du circuit junior mais il est désormais sur toutes les lèvres depuis la victoire incroyable cette semaine de Brenda Fruhvirtova (13 ans), cadette de sa soeur Linda (15 ans) face à Katerina Siniakova, 53ème mondiale au classement WTA.

Ces deux sœurs, nées en République Tchèque, ont pourtant déjà fait parler d’elle par le passé en remportant chacune successivement le tournoi des Petits As qui rassemble les meilleurs joueurs et joueuses du monde de moins de 14 ans. Ce tournoi a vu notamment éclore des joueuses qui, par leurs talents, ont marqué ensuite l'histoire du circuit WTA comme Martina Hingis, Kim Clijsters ou Justine Hénin. Les exploits des deux sœurs n’ont d'ailleurs pas échappé à Patrick Mouratoglou qui a intégré les deux pépites dans son académie.

Linda avait remporté les Petits As en 2019 (à 14 ans) en balayant son adversaire en finale 6/1-6/0 . Elle est actuellement 822ème mondiale au classement WTA. La sœur aînée affiche ses ambitions en grand et avec détermination. Elle s'est fixée comme objectif d’atteindre le top 200 d’ici la fin d'année 2021, ce qui serait un exploit à seulement 16 ans. Avec la reprise du tennis dès le 26 mai en République Tchèque, elle a pu disputer une vingtaine de matchs d'exhibition et se mesurer à des joueuses du circuit WTA comme Martincova (133ème), Vondrousova (18ème), Krystina Pliskova (69ème). Tous ces matchs lui ont permis de poursuivre son apprentissage du haut niveau et d'emmagasiner de l'expérience. Elle a participé aux quatre derniers tournois juniors du Grand Chelem : Roland Garros (1er tour), Wimbledon (3ème tour), l'US Open (2ème tour) et Melbourne (1er tour). Son prochain objectif est de remporter un Grand Chelem en junior.

Sa petite soeur, Brenda, s'est elle illustrée dès le mois de janvier lors du tournoi des Petits As qu'elle a remportée en battant en finale l'Américaine Clervie Ngounoue, sur le papier bien plus forte physiquement. La plus jeune vainqueur des Petits As reste encore à ce jour Martina Hingis, titrée en 1991 et 1992 à seulement 11 ans et 12 ans. Comme sa soeur, Brenda a pu participer à quelques tournois d'exhibition organisés en République Tchèque. Au total, une douzaine de matchs disputés dont une victoire de prestige face à Katerina Siniakova (54ème joueuse mondiale) en deux sets 7/6-6/1. C'était son premier duel face à une joueuse professionnelle classée parmi le top 100 mondial.

Linda a démarré le tennis à seulement trois ans à Prague. Elle a déjà en tête d'être numéro une mondiale un jour et remporter un Grand Chelem sur le circuit WTA. Même si elle déclare ne prendre aucun joueur ou joueuse en modèle et jouer son propre jeu, elle reconnaît que Roger Federer et Serena Williams sont ses idoles.

Il y a un an, lors des championnats du monde ITF Junior, les deux soeurs ont porté la République Tchèque jusqu'au sacre face aux Etats-Unis en finale. Si la grande soeur Linda a porté l'estocade finale face à la n°1 américaine Clervie Ngounoue, Brenda n'a pas concédé un set durant le tournoi et remporté ses 10 matchs face à des concurrentes toutes âgées de deux ans minimum de plus qu'elle. Si Brenda paraît si intrépide, c'est qu'elle a grandi et suivi les pas de sa grande soeur. Son père Hynek a d'ailleurs déclaré : « Elles ont livré des belles batailles toutes les deux. La petite veut toujours battre la grande qui elle, ne veut jamais perdre... Elles ne s'affrontent que sur les courts mais dès qu'elles quittent le terrain, c'est une autre histoire. Elles se motivent et se soutiennent toutes les deux. »

Le capitaine de l'équipe junior de République Tchèque, Tomas Josefus, a des mots très forts au sujet des deux soeurs : « Linda a beaucoup de détermination, surtout quand elle défend les couleurs de son pays. Je connais ces deux sœurs depuis leur plus jeune âge et ce sont deux joueuses totalement différentes dans leur style de jeu. Linda est très bonne sur la ligne de fond et frappe fort. Elle me fait penser à un pit-bull. Brenda est différente, très bonne aussi sur la ligne de fond mais sans ce côté hargneuse de Linda. Il y a deux ans, j'ai regardé certains matchs de Cori Gauff aux finales des mondiaux juniors de l'ITF. Je m'attendais à ce que Cori devienne un très bonne joueuse et je prédis un avenir similaire pour Linda, qui a un corps optimal pour le tennis. C'est l'objectif des deux sœurs de devenir joueuse professionnelle et je crois qu'elles réussiront. Sans pépin physique, je suis sûr qu'elles joueront sur le circuit WTA. »

La famille Fruhvirtova a découvert ce milieu si particulier du tennis au fur et à mesure des bonnes performances obtenues par leurs soeurs : « Nous, avec leur père, on fera toujours en sorte de les suivre, peu importe où elles veulent aller... Que ce soit dans le tennis ou dans autre chose, » explique Martina, la maman, d’une voix calme. « Cet environnement est tellement compliqué, surtout entre filles, c’est quasiment impossible de nouer des amitiés tant les rivalités sont fortes. Qu’elles soient deux, c’est une véritable force," poursuit-elle. Des paroles qui font penser au destin de la famille Fernandez, très soudées autour de Leylah et Bianca.

Les deux sœurs Fruhvirtova montrent déjà une certaine maturité dans leur propos. Elles ont bien conscience que leurs succès aux Petits As ont été un boost dans leur carrière pour continuer à travailler dur et réussir à intégrer le circuit WTA dans les années à venir. Elles se donnent des objectifs à court terme mais aussi à long terme. La qualité des installations et de l'encadrement à l’Académie Mouratoglou est évidemment un atout non négligeable.

Le tennis féminin a déjà vu des sœurs évoluer sur le circuit WTA. Les plus connues sont évidemment les sœurs Williams et les sœurs Pliskova. Les sœurs Pliskova, Tchèques comme Linda et Brenda, décrivent cette situation comme une force pour surmonter les épreuves du quotidien que demande le tennis professionnel. Cela fait écho aux propos de la maman Fruhvirtova mais l'expérience des soeurs Pliskova servira certainement aux soeurs Fruhvirtova.

S'il est encore tôt pour tirer des conclusions sur l’avenir, elles ont pour le moment montré beaucoup de belles choses et l'avis des professionnelles qui ont croisé leur parcours est unanime sur le réel potentiel de ces deux jeunes filles prometteuses. A la fois lucide, ambitieuse, déterminée et bien encadrée, tous les ingrédients sont là pour leur permettre de réaliser leurs rêves.

Source : ITF / Petits As