Viktor Troicki, touché par le Covid-19 fin juin lors de sa participation à l'Adria Tour, va mieux. Le Serbe (34 ans) s'est un peu éloigné du circuit principal ces derniers mois. Il n'a remporté qu'un seul match sur le circuit principal depuis l'été dernier (à Pune en janvier face à Sumit Nagal) où il pense d'ailleurs avoir contracté une première fois le virus. Désormais 184ème mondial, Viktor Troicki est prêt pour la reprise. Sauf que selon lui, la tournée américaine sera annulée même si ce n'est pas encore officiel. Il s'est exprimé à nos confrères serbes de Sporklub dans le podcast Wish & Go.

La reprise du circuit

« Ce n'est pas officiel, mais l'US Open sera très probablement annulé. Ce n'est pas réaliste en ce moment d'imaginer la reprise, la situation s'aggrave partout dans le monde, pas seulement en Serbie. La situation en Amérique est la pire à ce jour. Il n'est pas réaliste de jouer quoi que ce soit maintenant. Les Sud-Américains ne peuvent voyager nulle part, même pour nous, c'est interdit de nous déplacer pour le moment. Il ne serait pas juste d'organiser cette reprise avec des joueurs qui pourront jouer, et d'autres qui ne pourraient pas. Je ne pense pas les instances savent à quoi cela ressemblera. Ils attendent jour après jour que la situation évolue. Il est ingrat de parler de tennis aujourd'hui. A cause des contraintes de voyages et des spécificités de notre sport, je ne pense pas qu’on puisse jouer au tennis comme cela se fait dans d’autres sports et d'autres ligues. L'US Open subira de grosses pertes parce qu'il n'a pas d'assurance comme Wimbledon qui est assuré depuis 2008. Mais je n'ai pas peur pour l'USTA qui, je suis sûr, survivra sans l'US Open de cette année. »

Le Covid-19

« J'ai perdu mon odorat et mon goût. Ma femme se sentait mal et faible. Elle a été testée parce qu'elle était vraiment malade. Si elle n'avait pas été positive, je ne me serais probablement pas testé parce que je ne n'aurais pas su que j'avais quelque chose. Je n'avais aucun symptôme autre que la perte de l'odorat et du goût. Mais je pense avoir contracté le coronavirus en Inde début février. J'avais dû déclaré forfait au deuxième tour face à Yuichi Sugita après ma victoire au premier tour sur Sumit Nagal. Je ne m'étais jamais senti aussi mal dans ma vie. J'avais dû rester au lit pendant sept jours, je ne pouvais rien manger, j'étais complètement effondré. À ce moment-là, le virus n'était pas officiellement répandu partout dans le monde, mais j'avais tous les symptômes. C'était vraiment difficile. J'étais couché dans mon lit, immobile. Le lendemain de ma victoire sur Sumit, je suis allé au tournoi sans savoir comment j'y suis arrivé. C'était impossible pour moi de jouer. Je suis retourné à l'hôtel. Quand les finalistes ont quitté Pune le dimanche, j'étais encore allongé dans ma chambre d'hôtel sans pouvoir aller nulle part. Là en juin, c'était vraiment différent. Désormais avec ma femme, nous avons récupéré et tout va bien depuis deux semaines. »