Suite de ce premier tour du Masters 1000 de Cincinnati ce dimanche avec quelques belles affiches au programme notamment en fin d'après-midi. Gêné par le style de jeu atypique du Britannique, Andrey Rublev n'a pas eu le tirage idéal pour son entrée en lice. Les regards seront aussi tournés vers un autre Russe, Karen Khachanov, en grande difficulté depuis 18 mois. L'Argentin Diego Schwartzman sera aussi dans la peau du favori face à Casper Ruud.

Présentation des rencontres avec nos trois consultants Rodolphe Gilbert, Florent Serra et Julien Varlet.


Andrey Rublev vs Dan Evans

C’est peu de dire que le Russe est favori face à Evans puisque es bookmakers lui donnent plus de 70% de chance de s'imposer. Déjà titré à deux reprises depuis le début de l’année à Doha et à Adélaïde, Andrey Rublev connaît depuis un an la période la plus faste de sa jeune carrière. Depuis l’été dernier, son bilan sur dur est très positif : (42 victoires pour 11 défaites), soit le 3ème meilleur bilan du circuit derrière Djokovic et Nadal. Au passage, un autre titre (à Moscou), un quart à Cincinnati (après avoir fait exploser Stan Wawrinka puis Roger Federer) et deux huitièmes de finale en Majeur (à New York et à Melbourne).

Durant la pause forcée, celui qui pointe aujourd’hui au 14ème rang mondial a continué à performer : des victoires sur Dominic Thiem, Matteo Berrettini et Marin Cilic lors de différentes exhibitions. Autant dire que l’obstacle Daniel Evans ne paraît pas insurmontable. Mais attention, les apparences sont parfois trompeuses. Ce sera la cinquième confrontation entre les deux hommes et pour le moment le bilan est égal : deux victoires chacun dont une à Adélaïde en janvier pour Rublev et un succès pour Evans à Dubaï. Dans les deux cas, les deux joueurs ont offert une prestation de qualité et une opposition de style (puissance versus précision) assez savoureuse.

Le Britannique est un joueur peu charismatique et largement sous-évalué. N°28 à l’ATP – le meilleur classement de sa carrière –, Evans est capable de poser des problèmes à tous ses adversaires grâce à son toucher de balle, à ses slices et à sa faculté d’adaptation. Sur dur, ses statistiques sont élevées : en 2020, 11 succès pour 5 défaites, et de bonnes percées dans plusieurs tableaux (demie à Dubaï, quart à l’ATP Cup et à Rotterdam). Surtout, il a déjà fait tomber des cadors du circuit : David Goffin, Karen Khachanov, Fabio Fognini… et donc Andrey Rublev.

Alors qu'est-ce qui pourrait faire que Rublev prenne sa revanche par rapport à sa défaite à Dubai ? D'abord le contexte est totalement différent. En mars, le Russe sortait d'un enchaînement diabolique de 18 matchs en moins de 8 semaines sur trois continents différents. Cette fois, le Russe est de nouveau à 100% physiquement. De plus, les conditions de jeu à Flushing Meadows seront plus rapides qu'à Dubai, ce qui avait permis à Evans de poser son jeu et faire déjouer le Russe.

L’œil de Rodolphe Gilbert : C’est selon moi l’un des chocs de ce premier tour à Cincinnati. Et surtout peut-être l’occasion de réaliser un bon coup. La cote est largement à l’avantage d’Andrey Rublev, mais il faut se méfier de Daniel Evans. Le Britannique a réalisé de bonnes prestations dans les tournois exhibitions, il est revenu à un excellent niveau et dispose d’un jeu très varié qui peut poser d’énormes problèmes au Russe qui apprécie la cadence. Précisément, il utilise beaucoup le revers coupé, change les rythmes et monte parfois au filet. Tout l’inverse de Rublev qui se sent surtout à l’aise dans des séquences de cogneurs. Evidemment, le Russe joue aujourd’hui TOP 15 de manière régulière et son niveau est dans une pente ascendante. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il part favori selon les bookmakers. Une surprise est toujours possible avec Evans qui propose un défi tactique à ses adversaires mais Rublev part logiquement favori avec sa puissance et sa progression depuis un an.


Casper Ruud vs Diego Schwartzman

Dans un monde sans Covid 19, ce match aurait pu être une simple formalité pour un joueur de la qualité de Diego Schwartzman (13ème mondial). L’Argentin est un talent pur, un battant, efficace sur quasi toutes les surfaces. Il est le grand favori pour ce match. En face, Casper Ruud a été à son meilleur classement cette saison (34ème) grâce à son premier titre en carrière à Buenos Aires. Très à l’aise sur terre, il est encore assez irrégulier sur dur mais surtout, malgré quelques belles performances à Bercy ou à l’ATP Cup, il peine face aux meilleurs joueurs (2 victoires pour 10 défaites face au top 50).

L’Argentin n’a pas disputé le moindre match pendant la coupure contrairement à Casper Ruud, plutôt très bon face à Thiem ou encore Rublev. Mais ces deux matchs ont eu lieu sur terre. Le niveau que pourra afficher l’Argentin est une véritable inconnue.

Jusqu’à maintenant, le Norvégien a toujours bien réussi à Diego Schwartzman, sorti vainqueur de leurs trois duels dont un par abandon. Le joueur de poche argentin abordera le match dans la peau du favori mais avec une cote (autour de 1,50) bien supérieure à celle de leurs dernières confrontations. Les bookmakers se méfient donc de ce match. Malgré son état d’esprit exemplaire, il n’est jamais évident de briller lors d’un match de reprise, d’autant plus six mois après son dernier match. Casper Ruud ne sera pas une victime expiatoire sur ce match, il a toutes les qualités pour créer la surprise si jamais l’Argentin peine à retrouver ses sensations.

L’œil de Julien Varlet : La surface dure, surtout lorsque les conditions de jeu sont un peu rapides, n’est pas du tout la surface de Casper Ruud. Il a fait des progrès mais il est encore bien inférieur à l’Argentin. C’est logique de voir Schwartzman favori de cette rencontre. Ruud a besoin de temps pour préparer ses coups, c’est pourquoi il est si bon sur terre. Et l’Argentin avec ses changements de rythme et ses prises de balle très tôt côté revers, a les armes pour empêcher le Norvégien de poser son jeu. Schwartzman joue plus tendu que Ruud qui joue plus bombé. Ce dernier pourrait être pris de vitesse si l’Argentin a de bonnes sensations et parvient à poser son jeu dès ce premier match de reprise. Avec sa vitesse de déplacement, l’Argentin devrait être difficile à déborder pour Casper Ruud. Je vois une victoire de l’Argentin même si ce n’est jamais très intéressant de miser sur un favori avec une cote aussi basse pour un match de reprise sans aucun match joué depuis six mois…


Tennys Sandgren vs Lorenzo Sonego

Attention ! Tennys Sandgren est prêt pour la reprise ! Sevré de tennis durant la coupure l’américain a disputé la bagatelle de 25 matches en exhibition sous différents formats. Difficile d’en tirer des enseignements clairs, notamment en raison des matches très courts lors du World Team Tennis. Mais une chose est sûre, Tennys Sandgren a tapé de la balle ces derniers mois. Et pas qu’un peu. Quart de finaliste lors du dernier Open d’Australie, il fut même très proche de battre son Altesse Roger Federer (4 balles de match au TB du 4e set). S’il est à 100%, il aura toutes ses chances face à son adversaire du jour Lorenzo Sonego. Le jeu d’attaque de l’Américain doit pouvoir faire céder l’Italien adepte des grandes préparations et peu à l’aise lorsqu’on lui prend du temps dans l’échange. Ce que Sandgren est en mesure d’appliquer, à la fois coté coup droit mais aussi coté revers. De plus, Lorenzo Sonego affiche un bilan très faible sur surface dur : seulement 30% de victoires ! L’Italien est évidemment un adepte de la terre battue, là ou il a fait ses gammes, là ou il s’est entrainé durant le confinement et là où il a obtenu ses meilleurs résultats (1/4 de finale à Monte Carlo en 2019) bien que ce soit sur gazon à Antalya qu’il ait remporté son unique titre pour le moment sur le circuit ATP

L’œil de Florent Serra : Plus à l’aise sur terre battue,Sonego pourrait souffrir des changements de rythme de Sandgren qui cherchera à l’empêcher de rentrer dans un faux rythme assez lent qui correspond mieux au jeu de l’Italien. Le seul secteur où je vois Sonego supérieur, c’est au service. Avec sa grande taille, s’il sert bien, il peut retarder l’échéance. Mais sur le reste, je vous Sandgren au-dessus, surtout que la surface est assez rapide. L’Américain va varier le jeu, ce que Sonego n’aime pas. Et puis pour une reprise aux Etats-Unis, à New-York, l’orgueil des américains chez eux peut aussi faire la différence. C’est un bon premier tour pour Sandgren.

Karen Khachanov vs Alexander Bublik

C’est un match piégeux pour Karen Kachanov. Le Russe, 15ème joueur mondial, affronte le Kazakh Alexander Bublik, 51ème mondial mais l’écart de classement ne reflète la différence de niveau de jeu entre les deux joueurs. En panne de résultat depuis son titre à Bercy fin 2018, le Russe ne devrait pas vivre une promenade de santé face à l’imprévisible Bublik. Durant la coupure du circuit, Khachanov a disputé 4 match d’exhibition avec un bilan peu enviable de 1 victoire pour 3 défaites. La préparation du Russe a été assez discrète et il est difficile de dire où il en est, sur le plan physique et mental.

Face à lui, Alexander Bublik est le prototype du joueur qui pratique un jeu à risque, donc irrégulier. Mais le Kazakh a franchi un palier ces derniers mois, récompensé par son meilleur classement en carrière et une entrée dans le top 50 mondial. Avec deux finales et une demi-finale depuis un an, il a montré qu’il était capable d’être performant et régulier sur une semaine. En mai dernier, il a disputé 12 matches pour un bilan de 8 victoires et 4 défaites. Il n’a cependant affronté aucun joueur du top 100 à la différence de Khachanov battu par Bautista-Agut et Sinner mais vainqueur de Berrettini.

L’adversaire le mieux classé joué par Bublik a été Safiulin (189ème mondial) qui a d’ailleurs battu Bublik. Néanmoins, depuis ce mois de mai chargé, Bublik a mis à profit la suspension du circuit pour travailler sérieusement son service, une arme qui peut être redoutable lorsqu’il est appliqué. Mais à l’image de son match face à Fabbiano à l’US Open (record de 26 doubles fautes), il peut parfois montrer de la nonchalance et un manque de concentration.

Les bookmakers donnent le Russe favori avec une cote aux alentours de 1,40. Pas très rassurant quand on sait qu’il n’a gagné que 14 de ses 25 derniers matchs sur dur lorsqu’il était favori avec une cote comprise entre 1,20 et 1,70…


Marton Fucsovics vs Norbert Gombos

Marton Fucsovics est largement favori selon les bookmakers, et c’est bien normal. Le joueur hongrois, mieux classé (N°84 contre N°109), possède un jeu plus léché, plus varié et a déjà montré par le passé des qualités bien supérieures à celle du Slovaque. Il a remporté un titre sur le grand circuit - à Genève en 2018, sur terre - et a joué une autre finale (qu’il a perdu à Sofia face à Daniil Medvedev, sur dur indoor). Il a pointé au 31ème rang mondial en 2019 et a surtout réussi un bon début d’année 2020 : un quart de finale à Doha puis un huitième de finale à l’Open d’Australie où il a enchaîné les victoires convaincantes (Denis Shapovalov, Jannik Sinner et Tommy Paul) avant de s’incliner en 4 manches face à Roger Federer.

Fucsovics a survolé les qualifications : deux succès nets et sans bavure face à Brandon Nakashima et Pedro Martinez. Norbert Gombos est aussi passé par ce tableau préliminaire mais a eu bien du mal à s’en extirper : deux victoires sur le fil contre Stefano Travaglia et Soonwoo Kwon. Le Slovaque est un habitué du circuit secondaire (7 titres en Challenger) mais il n’a joué qu’une quarantaine de rencontres sur le circuit principal et n’a remporté que 12 matchs dont 6 face au top 100 (Carreno, Kecmanovic, Mannarino, Taro Daniel, Mahut). Gombos est grand (1m93) et possède une frappe puissante. Mais Fucsovics est un très bon retourneur : sur les 12 derniers mois, il fait partie des 20 meilleurs relanceurs du circuit - il remporte 33% des points sur la première balle adverse) ! Une raison supplémentaire pour miser sur le Hongrois.

L’œil de Rodolphe Gilbert : On est en présence ici de deux joueurs costauds, robustes. Norbert Gombos a déjà fait des incursions dans le TOP 100. Il frappe très fort, prend la balle tôt des deux côtés. Quand il est dans une bonne phase, il est capable de vraiment bien jouer au tennis. Mais son adversaire est un ton au-dessus. On connait mieux Marton Fucsovics, car cela fait un moment qu’il s’est stabilisé au plus haut niveau. C’est un joueur plus complet qui amène de la variété dans son jeu. Il utilise le revers coupé et a la capacité de monter au filet. Il n’est pas étonnant de le voir favori de ce match même si sur le papier, l'écart de niveau n'est pas immense sur un match. C'est sur la régularité que le Hongrois se détache du Slovaque.


Mackenzie McDonald vs Marcos Giron

Match serré en perspective entre deux joueurs américains, tous les deux passés par les qualifications. L’un comme l’autre ont d’ailleurs failli ne jamais accéder au tableau principal, après un second tour remporté in extremis : 6-7/7-5/7-6 pour Mackenzie McDonald contre Dominik Koepfer et 6-4/7-6/6-4 en faveur de Marcos Giron face à Grégoire Barrère. Les deux joueurs nés en Californie ne font pas partie de la nouvelle génération. Ils ont tous les deux plus de 25 ans, mais n’ont finalement que très peu de matchs pro dans les jambes (une cinquantaine pour McDonald, une quinzaine pour Giron).

Cette rencontre oppose deux joueurs qui s’expriment parfaitement sur le dur en extérieur. Ils possèdent un jeu « à l’américaine », fait de puissance et de cadence, même si McDonald sait aussi varier de temps en temps. Il faut se méfier de la hiérarchie que semble dessiner leur classement actuel. Si Marcos Giron vaut son rang (N°102) - il joue régulièrement sur le circuit secondaire et a glané deux Challengers en 2019 -, Mackenzie McDonald joue largement mieux qu’un 271ème mondial. La raison ? L’Américain a raté toute la seconde moitié de la saison 2019 en raison d’une blessure à la jambe. Un mal qui l’a stoppé en pleine ascension, puisqu’il avait obtenu son meilleur classement (N°57) après des victoires significatives sur Andrey Rublev (à Melbourne) et contre Juan-Martin Del Potro (à Delray Beach). Pour son retour à la compétition, en 2020, McDonald n’a remporté qu’un seul match (pour trois défaites) sur le grand circuit, voilà pourquoi les bookmakers voient un match très serré. Leur unique duel s'était soldé en 2017 sur le circuit ITF à Los Angeles par un succès en 3 sets de McDonald (6-7/6-1/6-2).

Aljaz Bedene vs Cristian Garin

C’est la première confrontation entre les deux hommes. Et les bookmakers ont placé Aljaz Bedene en favori de cette rencontre. C’est pourtant Cristian Garin qui possède le meilleur classement (N°18 contre N°61). Le Chilien est tête de série N°13 dans ce Masters 1000 de Cincinnati et s’il est un spécialiste de terre battue, il a montré certaines qualités sur dur ces derniers mois avec un quart au Masters 1000 de Paris-Bercy et des succès sur Isner, Edmund et Verdasco. En 2018, il s'offrait même une victoire sur Tsitsipas en Challenger avant que le Grec ne devienne un TOP 10. Cette année, Garin a déjà triomphé à deux reprises cette saison – à Cordoba puis à Rio. Il fait donc partie des 4 joueurs ayant remporté le plus de tournois en 2020 - avec Novak Djokovic, Gaël Monfils et Andrey Rublev.

Si la cote est en faveur d’Aljaz Bedene, c’est parce que le Slovène a beaucoup progressé depuis maintenant une année. Sur 31 rencontres disputées, il s’est imposé 20 fois, soit un ratio de 65% de victoires. C’est surtout sur ses mises en jeu que Bedene a franchi un palier. Malgré sa taille normale (1m83), il a légèrement modifié son geste au service - il prend la balle davantage phase montante - et est devenu bien plus efficace. Depuis l’US Open 2019, il réussit 25% d’aces supplémentaires et remporte 88% de ses engagements (contre 78% sur l’ensemble de sa carrière). Un nouvel atout dans son jeu, déjà plutôt solide, qui lui a permis en 2019 d’atteindre la finale de Metz (après des succès contre Gilles Simon, Pablo Carreno-Busta et Benoit Paire) et les quarts à Vienne. En 2020, il s’est également hissé en quart de finale à Doha et à Rotterdam, après avoir dominé Stefanos Tsitsipas (!) aux Pays-Bas. Le Slovène possède aussi l’avantage d’avoir repris le rythme de la compétition avant Cristian Garin, puisqu’il est issu des qualifications (deux victoires contre Denis Kudla et Dennis Novak).

La stat à retenir : Bedene a perdu 5 de ses 8 derniers matchs sur dur en extérieur lorsqu'il était favori (contre Gulbis, Tommy Paul, Garcia Lopez, Donskoy, Paire)


⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Victoire de Sandgren vs Sonego / Victoire de Rublev vs Evans
⭐️ Victoire de Fucsovics vs Gombos