Suite et fin de ce premier tour du tableau masculin ce dimanche soir avec l'entrée en lice de Grigor Dimitrov qui a longtemps hésité à disputer cette tournée américaine. Il sera opposé au Français Ugo Humbert. Deux autres tricolores vont viser une place au 2ème tour. Il s'agit de Richard Gasquet, largement favori face à Wolf et d'Adrian Mannarino, qui devra se défaire de John Millman.

Présentation des matchs avec Rodolphe Gilbert et Florent Serra.


Ugo Humbert vs Grigor Dimitrov

Le Bulgare fut le premier maillon de la chaîne « COVID-19 » de l’Adria Tour. Testé positif lors de la seconde étape de la tournée, la finale puis la suite du tournoi furent logiquement annulées. Déjà peu à son avantage lors de ce tournoi organisé par Djokovic, il est revenu pour la 2e édition de l’UTS au sein de l’académie de Patrick Mouratoglou. Là aussi il est apparu diminué, ne gagnant qu’un seul match face à Nicolas Mahut. Avant l’interruption, ses victoires contre Shapovalov à Rotterdam puis face à Wawrinka à Acapulco semblaient lui avoir redonné un peu d’entrain. Mais avec cette pause imposée, tout est à refaire. Et lui aussi, tel un diesel, peut mettre un peu de temps à relancer la machine à 100%.

Ce premier tour face à Ugo Humbert sera riche d’enseignements pour les deux joueurs. Dimitrov, talentueux mais inconstant ces deux dernières années, saura-t-il faire jouer son expérience et son talent contre un joueur moins bien classé mais sur la pente ascendante ? Le Français pourra-t-il poursuivre sa dynamique enclenchée notamment avec son premier titre ATP à Auckland en début de saison ? Leur dernier duel avait tourné en faveur de Dimitrov à Bercy mais en trois sets. Battre Dimitrov serait un signal fort envoyé par Ugo Humbert. Peut être celui de la confirmation. Pas souvent gêné par les gauchers (59% de victoires en carrière) Dimitrov devra se régler sur un coté revers défaillant lors de ses dernières sorties. Mais quel visage de Dimitrov verrons-nous ? Celui conquérant affiché au dernier US Open (demi-finale), à Bercy (demi-finale) ou Acapulco (demi-finale) ? Ou à l'inverse, un Bulgare défait 8 fois dès son entrée en lice (et 5 fois dès son deuxième match) sur ses 16 derniers tournois ?

L’œil de Florent Serra : Les cotes des bookmakers me semblent risquées. Voir Humbert favori à ce point me surprend. Après le Français a clairement le jeu pour gêner Dimitrov. Notamment en venant conclure des points au filet. En jouant sur sa ligne ça sera difficile. Il doit varier et surprendre un peu Dimitrov. La grande inconnue reste l’état physique du Bulgare. Mais je trouve très surprenante la cote proposée pour Dimitrov. Lui aussi peut faire vaciller Humbert. S’il est solide sur ses fondamentaux : le service, les premiers coups de raquette. Peut être aussi utiliser un peu plus son slice de revers, chose qu’il fait trop peu face à de jeunes joueurs. Selon moi la cote de Humbert est trop faible. Celle de Dimitrov est beaucoup plus tentante par rapport à son talent mais le forme du Bulgare est trop incertaine.


Adrian Mannarino vs John Millman

En manque de confiance depuis sa finale à Moscou en octobre dernier, perdue face à Rublev, le Français avait tenté de se refaire une santé comme il en a parfois l’habitude, en s’engageant sur le Challenger de Monterrey au Mexique, avant la tournée US qui aurait dû avoir lieu à Indian Wells et Miami. Bien qu’il ait remporté le tournoi, difficile d’en tirer des conclusions, cinq mois après. Fidèle à lui-même, il fut très discret durant la période d’arrêt des compétitions. Ses réseaux sociaux n’ont pas donné d’indications. Et son passage express au Challenge Elite de la FFT ne permet pas vraiment de savoir où il en est. Même si on connait son sérieux et sa rigueur en termes de préparation.

Même chose pour l’Australien, très discret également. Lui n’a disputé aucun match avant la reprise ici à New York. Plutôt en forme à Auckland puis à l’Open d’Australie, ce grand fan de Liverpool a profité de la période d’interruption pour savourer le premier titre de champion d’Angleterre des Reds depuis 30 ans. John Millman se bonifie avec le temps. Son parcours à Tokyo en octobre dernier (finale perdue face à Djokovic) en témoigne. Il a su épurer son jeu devenu aujourd’hui très complet. Annoncé comme léger favori de cette rencontre par les bookmakers, l’Australien n’a pas de raison de s’inquiéter avant de jouer le gaucher Mannarino puisque l’Australien a remporté 70% de ses matchs face aux gauchers sur dur (16 sur 23) depuis 2016. L’unique face à face, récent, avait tourné en 2019 à Tokyo en faveur de Millman dans un match très serré. Assez logiquement, les bookmakers peinent à dégager un net favori de cette rencontre. Sans match dans les jambes depuis presque 6 mois, comment savoir si l’Australien sera opérationnel face au style de jeu si atypique du Français ?

L’œil de Florent Serra : On sait qu’Adrian Mannarino a besoin de jouer des matchs pour être à son meilleur niveau. A Nice au Challenge FFT, il est venu simplement pour reprendre le rythme. Millman lui fait tout très bien. Il sait frapper fort. Il aura sûrement la faculté de venir lui prendre du temps sur le coup droit. Adrian devra trouver des angles coté revers pour bouger l’Australien. Mais Millman me semble un cran au-dessus sur un match de reprise, sur une surface qui lui convient bien.

Richard Gasquet vs J. J. Wolf

Depuis le début de l’année, Richard Gasquet n’a pas joué beaucoup de rencontres sur le circuit ATP. La faute à la Covid-19 bien-sûr, mais pas seulement. Le 50ème joueur mondial a démarré sa saison au mois de février, zappant notamment l’Open d’Australie à cause d’une blessure au genou gauche. Un total de 7 rencontres et un bilan de 4 victoires pour 3 défaites (dont deux quarts de finale à Montpellier et à Marseille). Autant dire que ce Masters 1000 de Cincinnati marque en quelque sorte un nouveau départ pour le Français. Du coup, le Biterrois a pris le temps de bien se préparer en enchaînant les prestations à l’Ultimate Tennis Showdown. Plutôt une réussite : 7 succès en 10 matchs, et des oppositions de haut niveau (Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini, Felix Auger-Aliassime, Grigor Dimitrov ou encore David Goffin).

Richard Gasquet a souvent performé lors des tournois d’été en Amérique du Nord. Il a atteint par deux fois la finale du Masters 1000 du Canada (en 2006 et en 2012, battu respectivement par Roger Federer et Novak Djokovic), il s’est hissé l’année dernière jusqu'en demi-finale du Masters 1000 de Cincinnati, tout comme à l’US Open en 2013. Son adversaire n’a pas son expérience, loin de là. Jeffrey John Wolf, dit « J. J. Wolf », n’a que 21 ans et va disputer son tout premier match sur le grand circuit. Il est passé professionnel il y a pile un an après avoir été numéro un au classement universitaire américain. Né dans l’Ohio, c’est justement à Cincinnati qu’il a battu son premier TOP 100 - Jozef Kovalik (N°85) - lors des qualifications en 2018.

Depuis le début de l’année 2019, il a réalisé une ascension conséquente : 4 titres en Challenger - tous sur dur, indoor et extérieur -, dont 2 en 2020 (à Nouméa et Colombus, en dominant en finale Yuchi Sugita et Denis Istomin). Résultat, un bilan de 14 victoires en 16 matchs avant la crise du coronavirus et une entrée rapide dans le club des 150 meilleurs joueurs de la planète (il est aujourd’hui N°144). Contrairement à Richard Gasquet, il a déjà repris goût à la compétition officielle, puisqu’il est issu des qualifications où il s’est imposé contre Egor Gerasimov puis Jaume Munar. Mais le tricolore possède une grande marge de sécurité face aux joueurs classés au-delà de la 100ème place mondiale : en 10 ans, abandon mis de côté, Gasquet n’a connu la défaite qu’à 4 reprises dans pareille situation (contre Bjorn Phau à Chennai en 2011, Ze Zhang à Pékin en 2012, Nick Kyrgios à Wimbledon en 2014 et Lorenzo Sonego à Budapest en 2018). 

L’œil de Rodolphe Gilbert : On connait peu ce J. J. Wolf. Il joue surtout sur le circuit secondaire, mais il joue bien. En deux mois, il a gagné deux fois en Challenger. Lorsqu’on commence à remporter ce genre de tournois, cela signifie qu’on est apte à jouer au niveau supérieur. Il a sorti Munar en qualification, c’est donc un joueur en pleine progression. Mais Richard Gasquet a joué pas mal de matchs à l’UTS et il a joué plutôt correctement. Il a beaucoup d’envie, la motivation de jouer au plus haut niveau encore quelques années. Il a l’habitude de ce genre de rencontres, face à des jeunes joueurs moins bien classés, et grâce à sa main, il se met très souvent à l’abri de connaître des accrocs. Sauf énorme match de Wolf, je ne vois pas le Français perdre.


Sebastian Korda vs Emil Ruusuvuori

Voici un duel de la nouvelle génération. Les deux joueurs sont nés au carrefour de l’an 2000. Emil Ruusuvuori possède un petit peu d’avance - ce qui explique une cote largement en sa faveur. Il a 21 ans (contre 20 pour Sebastian Korda), est déjà classé N°101 (l’Américain est lui 224ème mondial) et a déjà joué 3 rencontres sur le grand circuit (ce sera une grande première pour le fils de Petr). Le Finlandais a fait parler de lui dès la catégorie junior. En 2017, il a remporté le Masters et a atteint le dernier carré à l’US Open, se classant N°4 mondial. En 2019, il a réalisé une très belle saison en s’imposant dans 4 tournois Challengers, tous sur dur (indoor et extérieur). Cette année, il a atteint la finale du Challenger de Canberra, ne cédant que face à l’expérimenté Philipp Kohlschreiber à l’issue d’une rencontre très serrée.

En qualification, il a mis une grosse claque à Jérémy Chardy, avant de profiter de l’abandon de Thiago Monteiro. En 2020, il s’était déjà échappé des qualifications à Montpellier et à Marseille, un signe très positif. Sebastian Korda a lui aussi déjà joué deux rencontres à Flushing Meadows. Une victoire en 3 sets contre Attila Balazs puis un succès très prometteur, également en 3 manches, face à Gilles Simon, tête de série N°1 du tableau. Il a remporté un tournoi du Grand Chelem chez les juniors (l’Open d’Australie en 2018), mais lui ne s’est encore jamais imposé dans la catégorie Challenger (il a tout de même joué deux finales en 2019). Si Korda a perdu la première confrontation face à Ruusuvuori à l’US Open junior en 2017, difficile de se prononcer sur l’issue de leur prochain duel. En tout cas, la cote du Finlandais semble beaucoup trop basse.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Voici deux jeunes joueurs qui sont en train de monter. Sebastian Korda, c’est le fils de son père, Petr, ancien grand joueur. Il joue sous la bannière américaine. Il a perforé en junior et se lance dans le grand bain. Il est sorti des qualifications, et ce n’est pas rien dans un Masters 1000. C’est exactement la même chose pour Emil Ruusuvuori, qui a même un peu d’avance. Il a obtenu quelques résultats ces derniers temps qui lui ont permis de se trouver aux portes du TOP 100. Alors forcément, une victoire lui offrirait un passage dans ce club symbolique. Contrairement aux cotes prévues, je pense que c’est un match qui est ouvert. Korda a bien sûr une grosse envie de bien jouer aux Etats-Unis. C’est un match très important pour les deux joueurs. En effet, un succès en Masters 1000 permettra au vainqueur de gagner beaucoup de temps dans sa progression, sur le plan psychologique.  

John Isner vs Hubert Hurkacz

Voici le genre de match où les échanges ne devraient pas dépasser 3 ou 4 frappes de balles. Les deux joueurs servent forts et si leur première passe, difficile de donner le change à la relance. John Isner part avec l’avantage des pronostics. Il se sent particulièrement bien aux Etats-Unis : sur les 15 trophées qu’il a glanés, 13 l’ont été sur son sol, dont un Masters 1000, à Miami en 2018. A 35 ans, le gros de sa carrière est derrière lui, on imagine bien sa motivation en vue du « double double », Masters 1000 de Cincinnati puis US Open, disputés l’un après l’autre à New York.

Le 21ème joueur mondial a remporté la première rencontre qui l’a opposée au joueur polonais. C’était à Washington, il y a un peu plus d’un an, dans des conditions de jeu similaires. Durant le mois de juillet, le géant de 2m08 n’a joué que deux rencontres de préparation, mais ce n’est pas forcément un désavantage pour un joueur de sa taille. Hubert Hurkacz est lui aussi très grand (1m96), même s’il rend 12 centimètres à John Isner. Lui aussi s’est préparé aux Etats-Unis (2 victoires et 1 défaite).

En grande difficulté lorsqu’il joue en indoor (4 victoires pour 10 défaites depuis fin 2018), sa valeur intrinsèque grimpe de deux crans en extérieur. C’est d’ailleurs aux Etats-Unis sur dur, qu’il a remporté son premier tournoi sur le circuit professionnel, à Winston Salem il y a tout juste un an. Il avait alors réalisé un parcours très solide en dominant Feliciano Lopez, Frances Tiafoe, Denis Shapovalov et Benoit Paire. Après un bon début d’année en 2020 (3 victoires à l’ATP Cup et une demie à Auckland), il a ensuite connu des difficultés à Melbourne, Rotterdam, Marseille et Dubaï. Face à John Isner, sa qualité de retour de service sera l’un des facteurs essentiels de la rencontre. C'était un axe de progression pour lui ces derniers mois. L'interruption du circuit lui a peut-être permis de se renforcer sur cet aspect du jeu.

L’œil de Rodolphe Gilbert : John Isner adore jouer aux Etats-Unis. Comme pas mal d’Américains d’ailleurs. Il y a beaucoup de tournois sur le sol US et ils ont souvent l’occasion de s’illustrer. Selon moi, c’est le favori de cette rencontre. Aussi parce que Hubert Hurkacz a marqué le pas les dernières semaines avant le confinement. Sur le plan du jeu, tout va se jouer au service et au retour, pas forcément le match de l’année à regarder. Le fait de jouer à domicile mais sans public a t-il un impact négatif pour John Isner ? Je ne le pense pas. D’abord, les joueurs ont eu le temps d’appréhender la situation. Ensuite, même les meilleurs joueurs du circuit, habitués à jouer dans des enceintes garnies, ont joué auparavant sur des plus petits courts, devant un nombre infime de spectateurs. Je ne crois donc pas que John Isner, comme les autres américains dans ce tournoi, va perdre ses repères, sous prétexte que le public ne sera pas présent pour le soutenir. Pour autant, l'issue du match est très incertaine comme à chaque fois que deux grands serveurs sont face à face.


⭐️⭐️⭐️ Victoire de Gasquet vs Wolf
⭐️⭐️ Korda remporte un set contre Ruusuvuori
⭐️ Victoire de Millman vs Mannarino