En l'absence de Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga ou encore Lucas Pouille, ils ne seront que huit français sur la ligne de départ du tableau masculin de cet US Open 2020 si particulier dans la bulle de New-York. En l’absence de plusieurs favoris dont Rafael Nadal et Roger Federer, un ou plusieurs d’entre eux seront-ils capables de briller à cette occasion ? Tour d’horizon du premier tour de nos Frenchies pour ce deuxième Grand Chelem de la saison 2020.


Jérémy Chardy vs Andrey Rublev

Déjà la sixième confrontation entre ces deux joueurs. Soyons clair tout de suite, le ratio tourne largement en faveur du Russe (4 victoires / 1 défaite). Mais l’unique succès de Jeremy Chardy a été glané lors de leur dernière confrontation, à l’US Open en 2018. Rublev était alors 38e mondial et revenait à peine d’une blessure au dos qu’il traînera ensuite durant de nombreux mois.
Aujourd’hui solidement installé dans le Top 20, le Russe va sans doute faire figure d’épouvantail dans ce tableau américain. Auteur d’une série incroyable début 2020 qui l’avait vu enchaîner deux titres à Doha, à Adelaïde puis accéder aux 1/8e de finale l’Open d’Australie, il développe désormais son jeu très puissant et sa qualité de résilience qu’il travaille depuis de longs mois. Les signaux sont au vert pour Rublev. Tout l’inverse d’un Jérémy Chardy sans grande références sur cette saison 2020. Alors que 2019 s’était notamment conclue sur une victoire de haute volée à Bercy contre Medvedev. Le Palois n’a glané que 2 victoires en 2020 contre Barrère à Doha et Gilles Simon à Adelaïde. Mais il n’a pas su élever son niveau de jeu contre des adversaires supérieurs. Sa reprise à la compétition à Cincinnati s’est soldée par une défaite sans gloire (6-0, 6-4) face à Ruusuvuori. Et le Français présente un bilan bien maigre face aux joueurs du Top 20 mondial : 23% de victoires dont une seule sur les 18 derniers matches, face à Medvedev vous l’aurez compris. S’il sert bien, Chardy pourra peut-être retarder l’échéance et prendre éventuellement un set. Mais sur la durée d’un match de Grand Chelem en 3 sets gagnants, le jeu plus complet de Rublev semble largement supérieur à ce que Chardy a montré ces derniers temps. D’autant que le Russe a aussi dans sa panoplie de jeu la capacité de trouver des angles, notamment coté revers, pour faire bouger le Français peu friand de cela. Le style de jeu de Jérémy Chardy, bien éloigné de celui de Dan Evans par exemple, ne représente un véritable danger pour le Russe.

L’œil de Rodolphe Gilbert : La défaite de Jérémy en qualifications de Cincy montre qu’il n’était pas au niveau. J’espère qu’il a pu peaufiner sa préparation depuis. Mais Rublev reste le grand favori de la rencontre. Chardy sert très bien, frappe du fond de court. Mais Rublev est capable de bien retourner et de résister des deux cotés en cadence. Le jeu de Chardy va bien mieux convenir au Russe que le match qu’il a pu jouer contre Evans. Les cotes sont logiques. Il ne faut pas oublier que Chardy a déjà su sortir quelques belles performances dans des tournois importants.  S’il est dans un bon jour, il peut devenir très difficile à breaker. Mais sur la longueur du match, je vois Rublev gagner. D’autant que Chardy n’a pas joué durant l’été donc difficile de retrouver le rythme. A l’exception de Dominic Thiem, on voit que ceux qui ont beaucoup joué durant l’été sont au rendez-vous. Je vois une victoire du Russe 3/0 ou 3/1.


Grégoire Barrère vs Taro Daniel

Le Français va disputer le grand tableau de l’US Open pour la deuxième année consécutive. En 2019, alors qu’il était classé 109e mondial, il réalisait l’un des plus succès de sa carrière en dominant le Britannique Cameron Norrie, 62e mondial, au premier tour. Remportant aussi le premier match en 5 sets de sa carrière. La suite était logiquement moins réjouissante avec une défaite sèche face à David Goffin. Mais le Français a beaucoup appris et a pu briser le plafond de verre du Top 100 qu’il a depuis intégré. Certes ce statut est précaire. Et le comptage des points a été totalement chamboulé pour cette fin de saison. Mais Barrère est mieux dans son jeu depuis un an maintenant. Il a également obtenu quelques victoires références face à des joueurs mieux classés : Dimitrov à Montpellier, Tiafoe au Challenger d’Indian Wells et Radu Albot en qualifications de Cincy la semaine dernière. Lui qui s’était confié à Tennis Break News en mai dernier (Tennis Break News, l'émission du 02/05/2020 avec Grégoire Barrère) souhaite évoluer, avancer sereinement. Le tirage au sort lui a été plutôt favorable pour ce premier tour. Il évite une tête de série et jouera même un joueur moins bien classé que lui. L’occasion pour lui d’avancer un peu dans le tournoi. Le Japonais n’a que très peu performé ces derniers temps et a souvent dû se rabattre sur le circuit secondaire pour emmagasiner quelques victoires. Toujours accrocheur et bon serveur, Barrère devra mettre en œuvre son œil au retour et son sens tactique pour bouger le Japonais.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Sur le papier c’est dur d’avoir un meilleur tirage pour Gregoire Barrère sur un premier tour de Grand Chelem. Tu n’es jamais sûr de gagner mais ça reste un bon tour. Jouer un 112e mondial c’est comme jouer un qualifié dans ce genre de tableau. Barrère peut rentrer sur le court en se disant « Si je fais un bon match, je vais passer ». Selon moi le Français est un meilleur joueur que le Japonais. Depuis un an, il a clairement progressé. Il commence même à avoir une habitude des tournois du Grand Chelem. Il a pris de l’expérience sur sa gestion des matches en 5 sets. Je pense qu’il est aujourd’hui capable d’assumer un statut de favori sur un premier tour de l’US Open. Il retourne bien. Cette surface lui plaît. Il s’est bien préparé. Il peut arriver sur le court avec beaucoup de confiance. Après il ne faut pas prendre l’adversaire à la légère. Oui, il peut perdre contre Taro Daniel. Mais il doit aborder ce match avec de la confiance.

Richard Gasquet vs Ivo Karlovic

Toujours difficile de pronostiquer un match d’Ivo Karlovic qui peut souvent basculer sur quelques coups de raquette. Mais à 41 ans le géant croate n’est plus forcément le joueur qu’il a été. Un joueur craint que peu de joueurs appréciait jouer. D’autant qu’il fut l’un des précurseurs des joueurs de très grande taille avant l’arrivée des Roddick, Isner et aujourd’hui Opelka. Karlovic enchaîne les déconvenues depuis quelques années maintenant.  Il reste évidemment un joueur pénible à affronter car il faut parfois accepter de ne pas vraiment jouer au tennis et attendre simplement le moment où il servira un peu moins bien pour en profiter. Il va en plus tomber au premier tour sur un Richard Gasquet rarement gêné par ce genre de profil. Son œil au retour, sa capacité à varier et placer la balle devraient lui permettre de franchir l’obstacle Karlovic. Tout ne sera pas simple. Mais le Français a aussi l’expérience pour lui. Celle de ne pas se frustrer, d’accepter par moment de prendre des aces et des services gagnants. Gasquet devra aussi s’appuyer sur sa capacité à bien servir et tenir ses engagements. Crucial face à ce genre de joueurs. Mais là aussi, il sait faire avec sa capacité de trouver différentes zones au service. Qui plus est, Richard Gasquet a affiché un niveau séduisant lors de la coupure à l’UTS. Sa reprise à Cincinnati fut complexe mais il est aussi tombé sur un Roberto Bautista-Agut très performant et difficile à jouer qui était à deux points de se qualifier pour la finale du Masters. La seule inconnue reste le court qui sera choisi pour cette rencontre. Un court annexe ultra rapide avec très peu de recul pour défendre du fond du court favoriserait évidemment le Croate qui n'a plus atteint le 2ème tour de l'US depuis 2016. Un facteur peut être un peu maigre pour ne pas imaginer Gasquet le 2e tour !

L’œil de Rodolphe Gilbert : Ce n’est jamais drôle de jouer Karlovic. Mais depuis quelques temps, le Croate a baissé en intensité. Le plus dur c’est qu’il sera frais. Il n’a pas joué avant donc on ne peut pas compter sur un Karlovic diminué. Ce qui est sûr c’est que Gasquet ne lui mettra pas (6-1, 6-1, 6-1). Mais il sait faire jouer, remettre la balle dans le court. Il l’a déjà battu 5 fois. Ça ne sera pas un match ultra physique ce qui est plutôt une bonne chose pour Gasquet. Et il a un jeu que n’aiment pas les gros serveurs. Je ne miserai pas une victoire de Karlovic. Mais il ne faut surtout pas imaginer que Karlovic ne soit pas capable de gagner un set… 


Adrian Mannarino vs Lorenzo Sonego

Voilà un match qui s’annonce extrêmement serré entre deux joueurs très proches au classement. Mais aussi très intéressant compte tenu de l’opposition de style qui nous attend. Une rencontre également pleine de paradoxes. D'abord, les deux joueurs ont déjà repris en compétition officielle puisqu’ils étaient dans le tableau de Cincinnati. Et ont connu fortune commune en s’inclinant au premier tour. Mais dans des matches serrés. Sonego puni sur sa seule balle de break concédée en début de match puis au tie break par Sandgren. Alors que Mannarino poussait Millman au jeu décisif de la 3e manche dans un match qu’il aurait pu gagner.
Sonego a passé son été en Italie à ne jouer que sur terre battue, sa meilleure surface. Bien que son unique titre ATP soit sur le gazon d’Antalya. Premier paradoxe. L’Italien n’a que très peu brillé sur surface dur. Seulement 32% de victoires en carrière sur cette surface. Evidemment son ratio le plus faible. Ce qui pourrait nous inciter à miser sur un Mannarino plutôt à l’aise quand la balle accélère ce qui lui permet de mettre en place son jeu de contre. Mais à y regarder de plus près, Sonego possède des statistiques incroyables en carrière face aux joueurs gauchers. En 11 rencontres il totalise 9 victoires soit un ratio 82%. Et encore mieux : 100% de victoires face à des gauchers sur dur. Et 100% de victoires face à Mannarino puisque les deux joueurs se sont affrontés à deux reprises pour une issue toujours favorable à l’Italien. Enfin, comme nous l’avons souvent expliqué depuis plusieurs jours, la surface très rapide sur les courts annexes de Flushing Meadows offrent un petit avantage supplémentaire aux bons serveurs. Caste à laquelle Sonego fait partie. Un avantage qui pourrait peut-être faire la différence dans ce match à priori très équilibré. Pourtant le Français est donné favori à plus de 60%.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Match extrêmement ouvert. Sonego manque peut-être d’expérience en Grand Chelem. Mannarino est un joueur difficile à jouer. Surtout sur cette surface qui correspond parfaitement à son jeu. Clairement, je ne vois pas Mannarino perdre. Sur terre évidemment les choses auraient été différentes. Le revers croisé de Mannarino va très vite. Les joueurs qui aiment bien décaler coté coup droit n’aiment pas voir la balle arriver aussi rapidement. Le Français a une préparation très courte. Ses coups ne sont pas faciles à lire. Et quand il est en forme il est difficile à manœuvrer sur ce genre de surface. Son service slicé va tomber dans le revers de l’Italien. Ce sont des schémas de jeu qui peuvent embêter Sonego. Les deux n’ont pas engrangé beaucoup de confiance ces derniers temps. Notamment sur dur. Mais aujourd’hui, Sonego est presque exclusivement un joueur de terre battue. Il a les qualités pour devenir un bon joueur sur dur à l’avenir. Mais aujourd’hui il est en dessous sur cette surface. Et il joue un joueur qui a connu ses meilleurs résultats sur dur. Pour moi Mannarino doit gagner ce match. 


Corentin Moutet vs Jiri Vesely

Voici deux joueurs qui ont beaucoup joué durant la coupure mais qui n’ont pas encore repris la compétition officiellement. Le Français était présent à l’UTS et a disputé une édition du Challenge Elite de la FFT. Sans obtenir de grands résultats, même s’il fait un match très solide face à Tsitsipas. Le Tchèque est resté chez lui et a disputé beaucoup de matches sur terre battue. Mais comme nous l’avons répété depuis quelques jours : difficile de tirer des conclusions avec des matches d'exhibition disputés cet été.
Ancien 35e joueur mondial, Jiry Vesely a été plombé par quelques blessures ces dernières années qui l’ont fait plonger au classement, marquant cependant son retour en gagnant le tournoi de Pune en Inde en début d’année, sur dur, ce qui lui a permis de retrouver la 65e place du classement mondial. Un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis 2017. Sa grande taille (1m98) et sa capacité à bien servir seront un avantage sur les courts annexes de l’US Open. Corentin Moutet devra forcer un peu sa nature et accepter de subir parfois les mises en jeu de son adversaire. On sait que le Français travaille beaucoup sur l’aspect mental pour apprendre à gérer ses émotions sur le court. Ce travail sera sans doute utile face à Vesely. Il devra aussi jouer pleinement de ses qualités de déplacement et trouver des angles pour bouger le Tchèque. Il avait su le faire en début d’année à Doha. Finaliste, il avait battu des joueurs comme Wawrinka et Raonic. Et avait tenu en respect Rublev en finale. Mais la surface de Doha est plus lente que celle de New York qui favorisera moins le jeu du Français. Corentin Moutet a remporté ses 3 matches disputés contre des gauchers cette saison (Pella, Verdasco et Monteiro). Suffisant pour s’imposer face à Vesely ? Comme Mannarino, Moutet est également donné favori de cette rencontre.

L’œil de Rodolphe Gilbert : S'il parvient à jouer son meilleur tennis, dans des bonnes dispositions mentales, je ne vois pas Moutet perdre ce match. Vesely est un peu lourd, peine à être très mobile sur le court. Pour s'imposer, Moutet devra le faire travailler, lui faire des amorties, des petits slices, trouver des angles. Vesely sert très bien donc Moutet devra user de ses qualités de retour qu'on lui connaît. Sur la durée d’un match, il doit être capable de battre le Tchèque qui reste un bon joueur dont il faut se méfier. Mais sur ses récents résultats sur dur, il n’a battu que des joueurs très inférieurs à lui. La seule chose c’est de savoir si Corentin Moutet va accepter de prendre quelques aces et services gagnants. Il sait qu’il a le feu en lui et que ça peut exploser à tout moment. Il travaille beaucoup dessus. Sur le papier, je comprends son statut de favori.

Gilles Simon vs Mohamed Safwat

Le Français fut l’un des premiers à accepter le principe de la bulle à New-York et dédramatiser un peu la situation d’être coupé du monde dans sa chambre d’hôtel. Grand fan de jeux vidéo, il ne s’y ennuiera pas. Mais cela fait maintenant pas mal de temps qu’il n’a plus performé aux Etats-Unis. Que ce soit à l’US Open ou lors des Masters 1000, notamment ceux de deuxième partie de saison. Peu à l’aise avec les balles aux USA, il n’a plus dépassé le deuxième tour de l’US Open depuis 2014. Mais après un vrai passage à vide il y a 3 ans où il était proche de sortir du Top 100, le Niçois a retrouvé des sensations. Son jeu devenu presque atypique aujourd’hui est encore capable de gêner. Tombeur de Medvedev à Marseille, il a avait su embêter Nick Kyrgios à l’Open d’Australie en début d’année. Il s’est aussi préparé de manière très sérieuse durant l’été, jouant les 3 éditions du Challenge Elite de la FFT. En remportant d’ailleurs deux au passage. Il se disait d’ailleurs assez satisfait de ses performances et surtout de son niveau de jeu. Il a en revanche montré un visage inquiétant en finale des qualifications de Cincy, perdant 6-0/6-1 les deux dernières manches face à Korda. Il aura cependant eu le temps de s’adapter à la vie dans la bulle de New-York et aux conditions de jeu sur le site de Flushing. Des éléments qui en plus de son expérience devraient lui permettre de franchir l’obstacle Mohamed Safwat au premier tour de l’US. L’Egyptien, vainqueur du Challenger de Launceston en début d’année, disputera son troisième match dans un tableau principal de Grand Chelem. Les deux premiers s’étaient soldés par deux défaites face à Gregoire Barrère à l’Open d’Australie 2020 et Grigor Dimitrov à Roland Garros en 2019 où il avait été appelé à jouer à la dernière minute sur le court Central en tant que lucky loser pour suppléer le forfait de Victor Troicki. Sur un match en trois sets, difficile de ne pas imaginer le Français s’en sortir et rejoindre le tour suivant.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Evidemment que Gilles Simon est favori. Il sait parfaitement manœuvrer ce genre de joueurs. Sans rien enlever aux qualités de l’Egyptien, je ne le vois pas aller chercher un joueur comme Gilles Simon sur un match en Grand Chelem. Difficile d’avoir une analyse plus précise car Safwat est un joueur qu’on voit peu sur le circuit durant l’année. Gilles s’est bien préparé, de manière très sérieuse. Donc je ne vois pas comment il pourrait passer à côté avec toute son expérience de ce genre de rendez-vous.


Benoit Paire vs Kamil Majchrzak

Toujours très difficile de pronostiquer un match de Benoit Paire. A tel point que beaucoup de parieurs l’ont clairement blacklisté. Ses prestations dépendent de nombreux paramètres dont certains mal maîtrisés, même par les suiveurs les plus aguerris. Son humeur ou sa motivation du jour peuvent parfois décider du sort d’un match. Joueur parfois génial, attachant, touchant, il est aussi le cauchemar des parieurs et des bookmakers. Physiquement diminué mais aussi malade, il a abandonné face à Borna Coric au 1er tour de Cincinnati la semaine dernière. Il avait demandé via les réseaux sociaux de l’indulgence à ses fans pour sa reprise après de longs mois de coupure, pas forcément l’idéal pour se mettre en confiance. Ses prestations lors de l’UTS furent aussi délicates. Soyons clairs, il ne semble pas actuellement dans les meilleures dispositions pour performer. D’autant que Kamil Majchrzak n’est pas l’adversaire idéal pour se tester. Certes le Polonais ne côtoie pas les sommets du classement et n’a que peu d’expérience au haut niveau puisqu’il n’a disputé que 10 matches sur l’ATP Tour. Mais c’est un joueur accrocheur doté d’un bon revers, sans doute capable de tenir dans la diagonale sur le coup fort de Benoit Paire. De plus il avait performé la saison dernière à l’US Open se hissant au troisième tour après des victoires contre Cuevas puis Jarry avant de céder non sans avoir lutté durant deux sets à face à Dimitrov. Majchrzak n’a peut-être pas le talent ni la main de Benoit Paire. Mais il a clairement un jeu et l'état d'esprit pour l’embêter. Surtout si le Français n’est pas dans un bon jour !

L’œil de Rodolphe Gilbert : Benoit Paire va devoir se méfier. Majchrzak, pas grand monde le connait, mais c’est un joueur intéressant qui joue vraiment pas mal. Ce qu’on a vu de Benoit à Cincinnati n’est pas très rassurant. Mais il ne faut pas en tirer trop de conclusions. C’est un joueur qui peut ne pas être dedans sur un tournoi et être excellent la semaine suivante. Pour le coup ce match, c’est vraiment de la loterie. Si Benoit Paire a envie de gagner, il peut le faire. S’il est dans de bonnes dispositions, avec un état d’esprit sérieux et l’envie de bien faire il gagnera. Car il est plus complet. Mais s’il ne réunit pas tout cela, le Polonais a tout pour le faire dégoupiller.


Ugo Humbert vs Yuichi Sugita

Belle opposition à suivre entre deux joueurs aux qualités assez similaires, tous deux dotés d’une belle main et d’un bon sens du déplacement. Favori des bookmakers pour son premier tour face à Dimitrov à Cincinntati, Ugo Humbert n’a pas existé face au Bulgare. Et malgré ses progrès indéniables depuis un an et demi, il reste un joueur parfois inconstant qui peine surtout à s’appuyer sur un coup fort et se montrer rassurant lorsque les choses tournent moins bien que prévu. Le Français hérite au premier tour du Japonais Sugita (31 ans) qui a mis pas mal de temps à éclore. Alors qu’il a longtemps écumé le circuit secondaire en Challenger, il atteint le Top 100 en 2017 où il est grimpé à la 36e place mondiale. Dans la pure tradition de ses compatriotes Kei Nishikori, Yoshito Nishioka ou encore Go Soeda, Sugita est un excellent défenseur/contreur. Il bouge très bien sur le court et s’applique au service à trouver des zones et des effets pour compenser sa petite taille (1m75) en comparaison aux standards actuels du tennis mondial. Le Japonais s’acclimate très bien aux surfaces rapides. Il est notamment un excelle joueur de dur et reste sur des résultats positifs ces derniers mois. Finaliste aux Challengers de Nouméa en début d’année et à Kobe fin 2019, il avait également performé à Stockholm où il avait atteint les demi-finales. En revanche, il rencontre quelques difficultés face à des joueurs gauchers (39% de victoires), ne gagnant d’ailleurs que 2 de ses 10 derniers matches face à eux. Ugo Humbert bénéficie donc logiquement du statut de favori de ce match d’après les bookmakers.

L’œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : Ugo est évidemment favori. Il a très peu joué durant le confinement. Il a été très moyen contre Dimitrov. Il ne va pas aborder le match avec beaucoup de confiance. Ce qui est bien, c’est qu’il a pu s’entraîner depuis. Quand il perd un match, il s’entraîne dur les 2/3 jours suivants pour se remettre à l’endroit. Ça serait une contre-performance pour lui de perdre contre Sugita. Il est 40e mondial, il a gagné à Auckland en début d’année. C’est l’occasion de reprendre son ascension. Il est largement favori d’après les bookmakers. On pourrait être tenté de jouer la victoire 3 sets à 0 mais c’est toujours difficile de gagner sur ce score. Même un Djokovic peut lâcher un set au début d’un tournoi sans que cela soit catastrophique. Mais si Ugo est dans de bonnes dispositions pour faire un bon match, il sera au-dessus. Après je ne suis pas toujours impartial avec lui et mise toujours sur une bonne performance de sa part.


⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Victoire de Barrère vs Taro Daniel (1,47)
⭐️ Victoire de Mannarino vs Sonego (1,67)

Pour suivre l'auteur de cet article sur twitter : https://twitter.com/AlbanLepoivre