Les défaites dès le premier tour de Dominic Thiem (vs Fabbiano), Khachanov (vs Pospisil) ou encore celle Bautista (vs Kukushkin) avaient été retentissantes il y a un an. Une entrée en lice est toujours délicate sur un Grand Chelem pour les favoris au titre, qui ont souvent besoin de temps avant de monter de puissance en raison d'une préparation physique calée pour être performant surtout en deuxième semaine. Cette édition 2020 de l'US Open est d'autant plus particulière qu'elle se dispute dans un double contexte unique. Un Masters 1000 a eu lieu la semaine précédente et le circuit s'est arrêté pendant cinq mois. Deux facteurs qui ont pu dérégler les machines... On a d'ailleurs pu voir la semaine dernière une certaine disparité dans le niveau physique des joueurs.

Les têtes de série vont-elles assumer leur statut de favoris lors de ce premier tour ? Présentation des matchs avec la participation de notre consultant Florent Serra.


Novak Djokovic vs Damir Dzumhur

Après des débuts timides contre Berankis, Djokovic a bien lancé sa reprise à Cincy sur le site de l’US Open. Ballotté par Raonic en finale, le Serbe sait toujours se mettre en route lorsqu’il le faut. Et s’il peut parfois égarer un set ci et là en début de tournoi, le numéro 1 mondial sera forcément avantagé par le fait d’avoir déjà pris ses marques sur le site de Flushing. Et tennistiquement, difficile d’imaginer Damir Dzumhur venir challenger Djokovic. Même pour un set. Le Bosnien manque de puissance et n’a pas un coup fort pour faire vaciller le Serbe que l’on imagine s’imposer facilement. A l’image de leur unique confrontation à Doha en 2019 remportée 6-1/6-2 (Dzumhur avait abandonné à Bercy en 2018).


Stefanos Tsitsipas vs Albert Ramos

Après s’être fait les dents sur le tournoi de Cincy contre Kevin Anderson, John Isner, Reilly Opelka et Milos Raonic, Stefanos Tsitsipas devrait pouvoir rejouer un peu au tennis à l’occasion de ce premier tour de l’US Open face à Albert Ramos. Au moins pouvoir jouer quelques échanges en fond de court. L’Espagnol possède un ratio de 38% de victoires sur dur dans sa carrière. Un total qui s’effondre totalement sur les tournois du Grand Chelem sur cette surface (Open d’Australie et US Open) et passe à 25%. Et en allant chercher plus loin, Ramos n’a gagné qu’un seul match (sur 13) contre un joueur mieux classé que lui sur ces deux tournois réunis. C’était face à Borna Coric en 2016 en Australie. Bref là aussi, difficile de voir ce que Ramos pourrait opposer au Grec qui voudra sûrement abréger ce match et garder de l’influx pour le reste du tournoi.


Danil Medvedev vs Federico Delbonis

Echaudé par sa défaite contre Bautista Agut dans un match qu’il avait bien commencé, le Russe arrivera sans doute revanchard sur un tournoi qui lui avait souri l’an dernier. Pris en grippe par le public américain en 2019, il avait retourné la situation et l’avait rallié à sa cause pour tenter de faire tomber Rafael Nadal en finale. En vain. Sur cette surface qu’il adore et sur la longueur d’un match, le Russe est évidemment le grand favori. Cette confrontation, nous pourrions la comparer au match de Medvedev contre Bedene à Cincinnati. Comme le Slovène, l’Argentin sert fort (mais beaucoup moins bien que Bedene) et peine à varier son jeu en dehors d’une cadence en fond de court. Le Russe s’en était parfaitement sorti face à Bedene. Là aussi, les qualités globales du Russe devraient lui permettre d’acquérir une victoire aisée.

Dominic Thiem vs Jaume Munar

Brillant lors de toutes ses sorties cet été durant la coupure, Dominic Thiem s’est fait éteindre par Krajinovic pour sa reprise officielle dans l’anonymat du court 10 de Flushing. Sans rythme, son arrivée tardive dans la bulle de New-York a peut-être joué. Présent avec son père et son coach Nicola Massu, son clan a remis les choses à plat avec lui après cette défaite humiliante, la pire de sa carrière sur dur. Son statut de favori de l’US Open a pris un sacré coup de canif mais le tirage au sort lui a été favorable en lui offrant un adversaire qui ne devrait pas lui causer trop de problèmes. Histoire de relancer la machine et retrouver un peu de confiance lors de cette quinzaine new-yorkaise.

L’œil de Florent Serra : Sur dur je ne vois pas Munar prendre 1 set à Thiem. L’Autrichien est largement au-dessus. C’est lui qui aura les clés du match. Contre Krajinovic, on a vu l’Autrichien sous son mauvais jour à savoir forcer son jeu, faire des coups isolés et beaucoup de fautes directes. Krajinovic avait le jeu pour lui prendre du temps et il était très en forme en début de saison, donc sa victoire ne m’a pas surpris tant que ça. Sauf l’ampleur du score. Pour moi les surfaces dur très rapides ne sont pas là où Thiem peut s’exprimer le mieux. Cela s'est vu dans son palmarès puisque Acapulco, St-Petersbourg, Indian Wells, Pékin et Vienne sont parmi les plus lentes sur dur. Seule exception en janvier dernier en Australie, où l'Autrichien était proche d'un sacre en Majeur sur la surface très rapide de Melbourne. Mais vraiment je ne vois pas Munar lui prendre du temps dans les échanges. Il est capable de bien tenir la balle en fond de court. Mais il sert moins bien, il frappe moins fort des deux côtés. Le tout est de savoir si vous acceptez de prendre le risque de jouer la victoire de Thiem 3-0 pour une cote autour de 1.45 comme la proposent les bookmakers ? En alternative pourquoi ne pas tenter moins de 11.5 jeux pour Munar qui paye un peu mieux mais plus risquée surtout si l'Espagnol pousse Thiem dans un tie-break...


Milos Raonic vs Leonardo Mayer

Quand il est bien physiquement, Milos Raonic redevient le top-joueur qu’il a été. Ancien 3e mondial, il n’a jamais été considéré dans cette catégorie-là. Trop grand, trop puissant au service. Les esthètes du tennis n’aiment pas ce genre de joueur. Mais lorsqu’il est à 100%, le Canadien ne se contente pas d’être un monstre au service. Il se déplace mieux et aiguise son sens tactique. Si proche de faire tomber Djokovic en finale de Cincinnati, injouable contre Tsitsipas à l’Open d’Australie, il multiplie les bonnes sorties en 2020. Reste à savoir comme il aura récupéré physiquement et moralement de sa défaite de samedi en finale. La tête de série numéro 25 sera sûrement l’ogre de cette partie basse de tableau. Les bookmakers le considèrent d’ailleurs comme le favori numéro 2 comme vainqueur de ce quart de tableau derrière Thiem mais devant Bautista, Murray ou Auger-Aliassime. Sur e premier tour, le Canadien devra rester vigilent face à Leonardo Mayer qui est capable de performer sur dur, notamment grâce à sa qualité au service. Si Raonic devrait s’en sortir, sa cote proche de zéro ne représente aucun intérêt. D'ailleurs, certains se sont laissés tenter par une victoire de l'Argentin. Redescendu à la 118ème mondiale, ses deux dernières victoires notables sur dur remonte à mars 2019 face à Pella à Miami et Opelka à Indian Wells. Mais ces deux surfaces plutôt lentes favorisent son jeu qui s'adapte mieux à la terre battue où il a remporté ses deux seuls titres en carrière (à Hambourg).


Diego Schwartzman vs Cameron Norrie

L’Argentin a pris une autre dimension depuis plus de deux ans. Il n’est plus simplement le petit joueur teigneux, besogneux et difficile à jouer. Il est entré dans la cour des grands et toque à la porte du Top 10. Toujours aussi difficile à passer en défense, il s’appuie désormais sur un revers à plat très puissant et déstabilisant auquel s'ajoutent ses qualités de déplacement et sa régularité sur le court. Son premier tour de l’US Open devrait en revanche le plonger directement dans le bain. Cameron Norrie n’est pas le joueur le plus spectaculaire du circuit. Mais il est capable de varier son jeu et emmener son adversaire dans des filières longues. Pas gênant pour Schwartzman, pas plus que le fait que Norrie soit gaucher puisque l’Argentin a remporté 62% de ses matches contre des gauchers. Enfin Norrie peine souvent face aux joueurs mieux classés. Seulement 3 victoires en 18 confrontations contre des membres du Top 20, dont une victoire acquise sur abandon de Nick Kyrgios. Cameron Norrie est loin au classement (76ème).

Sur dur, depuis début 2017, l'Argentin a remporté 70% face aux joueurs classés au-delà de la 50ème place mondiale dont une défaite face à Cameron Norrie à Acapulco.

L’œil de Florent Serra : Cette confrontation me plaît. C’est un match qui peut durer. Car Norrie, même s’il ne paye pas de mine, joue souvent assez bien. Déjà avec son service de gaucher, il peut embêter l’Argentin. Mais tactiquement, Norrie est très intelligent. Il est capable de s’adapter au jeu de son adversaire, bien défendre, vous faire jouer des balles un peu molles notamment avec son slice de revers. Il sait aussi varier en montant à la volée. Je pense que l’Argentin finira par l’emporter sur la régularité d’un match en 5 sets. Mais Norrie aura des armes à faire valoir. Les deux fois où ils se sont affrontés sur dur, les matches ont été serrés et en trois sets. Je vois bien Norrie marquer plus de 17.5 jeux dans ce match. Et pour tenter un coup : un succès de Schwartzman 3 sets à 1 pour une cote de 3,70.

Grigor Dimitrov vs Tommy Paul

Le Bulgare s’était fait surprendre par l’Américain à l’Open d’Australie en début d’année dans un match conclu par un super tie break à l’issue du 5e set. Trop impatient, Dimitrov était tombé dans le piège de Tommy Paul. Demi-finaliste à Adelaïde, quart de finaliste à Acapulco, l’Américain aujourd’hui 57e mondial joue enfin son meilleur classement. Considéré comme l’un des plus grands espoirs du tennis américain lors de ses années Juniors, plusieurs blessures avaient ensuite retardé son éclosion. Sa capacité à varier le jeu et tenir la balle dans le court vont pousser Dimitrov à être précis dans son jeu d’attaque. Et peut-être même le pousser à monter au filet, ce qu’il tente de faire un peu plus désormais pour conclure les points. L’expérience du Bulgare et sa soif de revanche seront-elles suffisantes pour s’imposer dans ce premier tour déjà exigeant ?

L’œil de Florent Serra : Dimitrov est toujours très aléatoire. Il avait été très sérieux contre Ugo Humbert sur son 1er tour à Cincy. Son problème c’est qu’il veut toujours jouer un tennis brillant. Faire un joli coup. Alors que lorsqu’il est efficace dans son jeu, qu'il recherche la simplicité, qu’il place son slice de revers, il est bien meilleur. Sur ce match, le Bulgare a les armes pour battre Tommy Paul. Et je pense qu’il n’aura pas envie de perdre une deuxième fois contre lui en Grand Chelem après la défaite en 5 sets en Australie. Tommy Paul jouera chez lui aux Etats-Unis, mais je vois bien Dimitrov gagner ce match. En tout cas, sa cote me paraît très belle.


Matteo Berretini vs Go Soeda

Passé dans la cour des grands en 2019, l’Italien peine à confirmer en 2020. Bien que très bon à l’UTS, il retombe facilement dans ses travers. A vouloir jouer trop vite, trop fort. Il a failli se faire piéger au 1er tour de Cincy avant de céder face à la puissance de Opelka ensuite. Mais le tirage a épargné l’Italien qui devrait avoir tout loisir de lancer son tournoi face à Go Soeda. Le vétéran japonais doit sa présence aux nombreux forfaits. 117e mondial, il n’a plus joué en Grand Chelem depuis 2017 et n’y a plus gagné depuis 2015 et une victoire en Australie contre le tout jeune qualifié Elias Ymer. Il n’a jamais remporté le moindre match ni même pris un set à l’US Open en 3 participations. Peu de chance que cela puisse arriver face à Berretini.


Felix Auger-Aliassime vs Thiago Monteiro

Voilà un premier tour moins aisé qu’il n’y parait pour le Canadien ! Thiago Monteiro est évidemment spécialiste de la terre battue. Sur dur, il n’a gagné que 21% de ses matches mais il a réussi à accrocher quelques belles performances ces derniers mois. Des succès acquis ci et là contre Cameron Norrie ou Leonardo Mayer qui montrent les progrès du Brésilien qui sait qu’il devra se montrer performant ailleurs que sur l’ocre pour conserver durablement sa place dans le Top 100. Sa bonne qualité de service et son jeu très à plat ont de quoi embêter Felix Auger-Aliassime. Surtout si le Canadien passe à côté d’un ou deux jeux de service comme cela peut lui arriver.  Sans imaginer le Brésilien victorieux, il peut être capable d’offrir une belle résistance à son adversaire, toujours aussi irrégulier sur ses mises en jeu.


Denis Shapovalov vs Sebastian Korda

Un monde sépare ces deux joueurs. 17e au classement ATP, Denis Shapovalov toise son adversaire du 1er tour classé lui au-delà de la 200e place mondiale. Le sport, c’est dans les gênes de la famille Korda. Evidemment le papa Petr fut vainqueur de l’Open d’Australie en 1998, la maman Regina quart de finaliste à Roland-Garros. Et les deux sœurs de Sebastian, Nelly et Jessica, sont championnes de golf sur le LPGA Tour. Place donc au fils qui, âgé de 20 ans, poursuit sa progression petit à petit. Dans le pur style des joueurs américains, gros serveurs et adepte des filières courtes, il trouvera du répondant avec le Canadien à l’aise également dans le jeu en cadence. Tombeur notamment de Gilles Simon lors des qualifs de Cincy, sa qualité sur ses engagements et le jeu parfois irrégulier du Canadien pourraient lui permettre d’avoir son mot à dire dans cette rencontre où la motivation de jouer son premier Grand Chelem à la maison et l’envie de faire honneur à sa wildcard seront forcément présentes.


⭐️⭐️⭐️ Victoire de Berrettini 3-0 vs Soeda (1,28)
⭐️⭐️ Victoire de Dimitrov vs Paul (1,66)
⭐️Korda 1 set vs Shapovalov (2,01)