21 Américains seront sur les courts lors de ce premier tour de l'US Open, un record pour une nation en quête d'un nouveau leader depuis la retraite d'Andy Roddick. Certaines affiches attireront les regards du grand public (Isner vs Johnson, Shapovalov vs Korda, ou Paul vs Dimitrov), d'autres moins clinquantes méritent tout de même de s'y arrêter. Huit Américains ont bénéficié d'une wild card pour le tournoi. Aucun ne s'était imposé la saison dernière au premier tour ni en 2018.

Les Etats-Unis prouvent que leur formation tennistique via le très compétitif circuit universitaire a du bon. En effet, 12 joueurs américains présents dans le tableau ont 25 ans ou moins. Le plus jeune étant Brandon Nakashima, 19 ans. Malgré le fait qu’ils aient énormément de jeunes joueurs de qualité, les Américains qui franchissent les tours sont souvent les plus expérimentés. En 2019, John Isner, Denis Kudla et Tennys Sandgren ont été le plus loin dans le tournoi jusqu’au troisième tour. En 2018 et en 2017, un seul américain a pu aller en deuxième semaine, jusqu’en quart de finale : John Isner et Sam Querrey.

Au vu du tableau, John Isner est le joueur américain qui a le plus de possibilités pour aller en deuxième semaine. Le géant de 2m08 doit affronter son compatriote Steve Johnson puis peut enchaîner avec Ricardas Berankis et Pablo Carreno-Busta pour tomber sur Novak Djokovic en huitièmes de finale. Jack Sock, Reilly Opelka en cas de surprise face à David Goffin ou encore Taylor Fritz ont un tableau pouvant les emmener jusqu’au troisième tour mais le tennis n’est jamais une valeur sûre, surtout en Grand Chelem.


Sam Querrey vs Andrey Kuznetsov

Voici une rencontre qui semble déséquilibrée. On voit mal ce que vient faire Andrey Kuznetsov, si ce n’est profiter de son Protect Ranking pour gagner un peu d’argent, comme le faisait Dimitri Tursunov. Cela fait en tout cas plaisir à tous les passionnés de tennis revoir le Russe de 29 ans (39e mondial en 2016), gêné par des blessures depuis trois ans et qui n’a pas gagné de match depuis septembre 2017 au Challenger d’Orléans. Après deux ans et demi sans jouer, Kuznetsov est revenu la semaine dernière au Challenger de Prague sur terre battue où il s’est incliné (7-6, 7-6) contre Tallon Griekspoor. S’il tient son service, il pourrait peut-être gêner Querrey mais sur la durée d’un match en trois sets, ce serait une terrible désillusion pour l'Américain de s'incliner dès le premier tour. Pour ceux qui aiment les grosses cotes, Querrey gagne 3-0 et chaque set 6-3 6-4 ou 7-6 est à 4,10.


McKenzie McDonald vs Casper Ruud

Match a priori déséquilibré quand on regarde le classement de Mackenzie McDonald et de Casper Ruud mais le Norvégien, plutôt spécialiste de terre battue, a peu de référence sur dur. Hormis une bonne année 2018 en Challenger, Ruud a un bilan négatif sur cette surface contrairement à la terre battue où il atteint un taux de 62% de victoires. Il a connu deux défaites au premier tour lors des tournois australiens mais l’a emporté contre John Isner et Fabio Fognini lors de l’ATP Cup.

Il affronte Mackenzie McDonald, spécialiste du dur, mais joueur irrégulier depuis que des blessures l’ont fait dégringolé au classement (57e en avril 2019 à la 269e place aujourd’hui). Il va tout donner pour aller chercher de précieux points au classement avant une saison sur terre où il n’est clairement pas à l'aise. Ses résultats obtenus à Cincinnati sont intéressants avec deux victoires en qualifications contre Sugita et Köpfer et une défaite sur le fil contre Marcos Giron au premier tour (7-6, 7-5).

Inscrit à Kitzbühel qui se dispute dès la semaine prochaine, Casper Ruud a déjà prévu l'éventualité de ne pas s’éterniser à New York alors qu’avant le confinement, il venait de remporter le tournoi de Buenos Aires puis était allé jusqu’en finale du tournoi de Santiago.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Des joueurs méconnus du grand public. McDonald fait partie de la génération qui évolue sur le circuit secondaire. C’est un tournoi important pour lui, une occasion de glaner plus de points qu’en Challenger. Ruud, on attend son explosion au plus haut niveau. Il est meilleur sur terre battue et n’est pas favori sur le papier, pourtant il l'est pour les bookmakers, sûrement en raison de son classement. Mais à l’US Open, dans ces conditions de jeu très rapides, je vois un léger avantage pour McDonald.


Ulises Blanch vs Cristian Garin

Le Chilien Cristian Garin n’est clairement pas un spécialiste de la surface dure. Il n’a réussi à passer qu’un seul tour à Melbourne face à Stefanos Travaglia. Son tableau pourrait le motiver à se surpasser puisqu’il a - sur le papier - l'un des parcours les plus simples parmi les têtes de série pour aller en huitième de finale. Mais le Chilien pourrait espérer également jouer à Kitzbuhel où il serait vraisemblablement le favori du tournoi pour glaner 250 points là où un troisième tour en Grand Chelem ne rapporte que 90 points. En d’autres termes, Garin ne devrait pas s’éterniser dans cet US Open mais ce match contre le jeune américain Ulises Blanch est largement à sa portée. Blanch est en grande forme. Ce joueur de 22 ans est peu connu mais il a enregistré de bons résultats en mars dernier au Challenger de Monterrey, battant des joueurs comme Pablo Andujar, Viktor Troicki ou Paolo Lorenzi et a remporté ses 6 matches d’exhibition. Il pourrait créer la surprise sur ce premier tour. Sa cote est en tout cas intéressante.

Taylor Fritz vs Dominik Köpfer

« Perdre tôt n’est pas une option. Ce serait vraiment décevant. Mes attentes sont très élevées ». C’est par ces mots annoncés lors d’une interview pour la chaîne Olympic Channel que le jeune américain Taylor Fritz a montré ses grandes ambitions dans cet US Open. Finaliste du tournoi d’Acapulco, Fritz a déçu lors de la reprise au Masters 1000 de Cincinnati en perdant dès le deuxième tour face à Aljaz Bedene.

Avec son entraîneur Paul Annacone, ancien coach de Pete Sampras, Taylor Fritz a déclaré : « J’ai intensifié mon programme d’entraînement. C’est la première fois que nous avons plus d’un mois à ne pas jouer de tournois. J’ai fait de grands progrès dans ma forme physique et sur mon jeu au cours des deux derniers mois. ». Les mots sont posés, désormais il va falloir des résultats pour l’Américain, très proche du top 20. Éliminé dès le premier tour par Feliciano Lopez l’an dernier, Fritz veut et doit absolument faire mieux. Il va affronter l’Allemand Dominik Köpfer, surprise de l’an passé en atteignant les huitièmes de finale via les qualifications. Cette année, avec les points figés, il va jouer sans la pression de la perte de points. A Cincinnati, il n’a pas franchi les qualifications, perdant en trois sets face à Mackenzie McDonald (6-7, 7-5, 7-6). Köpfer n’a pas fait pas d’exhibition officielle durant la période post-confinement et sa forme physique n’est pas garantie. Lors de son dernier match, il a eu du mal à aller au bout des trois sets.

Les deux joueurs se sont déjà affrontés l’an passé à l’ATP 250 de Cabo San Lucas, au Mexique. Fritz l’avait emporté facilement (6-3, 6-4). Si on écoute le jeune américain, on a tendance à le voir logiquement favori. Il pourrait retrouver le Français Gilles Simon au deuxième tour.


Thai-Son Kwiatkowski vs Soonwoo Kwon

Si l’on devait pronostiquer le vainqueur de la Flèche Wallonne, on partirait direct sur Kwiatkowski. Mais vu qu’on parle de tennis, ce sera plutôt Kwon. Le Sud-Coréen, 71e mondial, a des résultats plutôt corrects sur le circuit principal, en témoigne sa victoire en trois sets contre Andreas Seppi la semaine dernière ici-même. Il ne fait toutefois pas le poids face à des Nadal, Opelka mais avait rivalisé contre Kyle Edmund à l’Open de New York. Il affronte un joueur en pleine ascension. Le 185e mondial a remporté le challenger de Newport Beach en février dernier battant des joueurs comme Steve Johnson ou Denis Istomin. Au vu de ses résultats, il devrait offrir un beau challenge à Kwon et ne repartira pas avec une roue de vélo.


Bradley Klahn vs Sumit Nagal

S’il affrontait Nadal, on ne donnerait pas cher de la peau de Bradley Klahn mais face à Nagal, il a déjà un peu plus de chances de s’imposer. L’Américain de 30 ans n’est pas dans la forme de sa vie mais il affronte un joueur plutôt spécialiste de terre battue. Sumit Nagal vient d’arriver aux USA après avoir disputé le Challenger de Prague où il a perdu en quart de finale contre Stan Wawrinka (2-6, 6-0, 6-1). On se souvient de lui puisque l’an dernier il avait créé la sensation sur le court Arthur Ashe en remportant le premier set face à Roger Federer avant de s’incliner logiquement contre le Suisse (4-6, 6-1, 6-2, 6-4). Difficile de donner un vainqueur mais si l’Indien s’imposait dans ce premier tour, ce ne serait pas non plus la plus grande des surprises.

Frances Tiafoe vs Andrea Seppi

Match très intéressant qui se profile entre le jeune américain de 22 ans et l’Italien de 35 ans. Très performant lors de ses jeunes années sur toutes les surfaces, Frances Tiafoe a connu les sommets l’an dernier en pointant à la 29e place mondiale. Il est désormais 81e et va vouloir retrouver un classement plus haut. Ce joueur compense ses déplacements lents en s’appuyant sur des coups très puissants, principalement son coup droit pour espérer finir le point rapidement.

Andreas Seppi est un joueur multisurface qui, malgré son âge avancé, fait parler toute son expérience pour tenir en longueur ses matches. On ne compte pas le nombre de matches en cinq sets qu’il a disputé sur le circuit. Ses variations et sa capacité de frapper fort mettent en danger tout type de joueurs. L’US Open n’est pas son Grand Chelem préféré avec 9 défaites sur 16 participations au premier tour. Malgré un retour compliqué face à Kwon à Cincinnati, l’Italien a réussi à atteindre la finale à l’Open de New York en février, ne s’inclinant que contre Kyle Edmund (7-5, 6-1). Les deux joueurs se sont déjà affrontés une fois, c’était en 2019 à l’Open d’Australie. Frances Tiafoe l’avait emporté en cinq sets (6-7, 6-3, 4-6, 6-4, 6-3).

L’œil de Rodolphe Gilbert : Andreas Seppi a beaucoup d’expérience. C’est un mec qui fait mal jouer son adversaire. Il varie beaucoup. On ne peut pas dire non plus que Tiafoe affole les compteurs. Tiafoe sera dans une grande forme et au taquet. Si Seppi est hors de forme, le match devrait être assez simple pour lui mais si Seppi a un bon niveau, il lui posera des problèmes. Jouer des matches en cinq sets, ce n’est pas un problème pour lui. L’avantage est pour Tiafoe mais si j’étais son entraîneur, je me méfierais de l’Italien. Il fait très peu de fautes contrairement à l’Américain qui peut s’énerver ou se frustrer assez facilement.


Marcos Giron vs Marc Polmans

L’Australien, célèbre pour sa casquette nuque longue, a très bien performé fin 2019 avec une finale à Kaohsiung, deux demi-finales à Traralgon et Playford, lui permettant aujourd’hui d’intégrer le grand tableau d’un Grand Chelem sans invitation. Ses performances cette année ne sont pas reluisantes et il va affronter un Marcos Giron qui a pu matcher sur les nouveaux courts de Flushing Meadows, ce qui représente un sacré avantage. L’Américain s’est défait aisément de Laslo Djere puis de Gregoire Barrère et Mackenzie McDonald. Il a été intéressant face à Daniil Medvedev (6-4, 6-4) sans l’inquiéter outre-mesure. L'Américain a les armes pour s'imposer en 3 ou 4 sets.


J.J. Wolf vs Guido Pella

L’expérience contre la jeunesse. L’endurance contre la fougue. C’est par ces mots que l’on peut catégoriser cet affrontement entre Guido Pella et JJ Wolf. Le jeune américain de 21 ans participe pour la première fois à un tableau principal d’un Grand Chelem. Il a gravi les échelons l’an dernier et en début de saison en remportant 4 challengers : à Colombus face à Mikael Torpegaard en janvier 2019, à Champaign contre Sebastian Korda en novembre, puis à Nouméa en janvier 2020 contre Yuichi Sugita et enfin en mars à Colombus encore contre Denis Istomin. Alors qu’on l’attendait à l’Open d’Australie, une blessure contractée durant le match l’a fait perdre en trois sets au deuxième tour de qualifications contre Marco Trungelliti.

Lors du tournoi de Cincinnati, l’expérience de Richard Gasquet a parlé malgré les jolis coups que Wolf a montrés durant la rencontre (6-4, 6-4). C’est grâce à cela que Guido Pella pourra aller chercher la victoire. Malgré le fait qu'il n’ait pu participer au Masters 1000 de Cincinnati en raison du test positif au Covid-19 de son coach, l’Argentin (tête de série 29) a de bons résultats sur dur et sur surface rapide. Il ne faut pas oublier que l’an dernier, il a atteint les quarts de finale à Wimbledon en éliminant Marius Copil, Kevin Anderson et Milos Raonic. Sur une surface équivalente à Montréal l’an dernier, il est venu à bout de David Goffin en deux sets et a atteint le troisième tour à l’Open d’Australie en début d’année. Les bookmakers voient étonnamment JJ Wolf favori de la rencontre. A moins qu’il y ait une information qui nous échappe, on voit mal pourquoi Guido Pella a une côte aussi haute sur ce match. Certes, il n'a pas pu s'entraîner depuis plus d'une semaine mais il a certainement poursuivi sa préparation physique durant son confinement dans sa chambre d'hôtel.

L’œil de Rodolphe Gilbert : JJ Wolf joue très bien, il commence à grimper au classement mais n’a pas de référence sur le circuit principal. Comment il peut être donné autant favori contre Guido Pella ? C’est vrai qu’il a eu ses problèmes en arrivant aux Etats-Unis et qu’il n’a pas joué le tournoi de Cincinnati. Mais de là à mettre Wolf favori contre Pella, c’est assez étrange. L’Argentin a des résultats qui sont très corrects sur surface dure. Que Wolf soit capable d’aller inquiéter Pella, oui ! De le pousser aux cinq sets, oui ! Mais le battre, c’est quand même présomptueux. Wolf a tout de même perdu contre Gasquet. Tout est toujours possible mais dans un match en trois sets gagnants, je vois plus Guido Pella.

Jack Sock vs Pablo Cuevas

Depuis qu’il a gagné le Masters 1000 de Paris-Bercy, Jack Sock a connu l'enfer jusqu’à ne plus avoir le moindre point ATP et donc de classement. Il a cumulé mauvais résultats, blessures et retours manqués avec une seule victoire en Laver Cup contre Fabio Fognini. Sur cet US Open, Jack Sock vivote grâce à un classement protégé lié à une soi-disante blessure au doigt qu’il l’a tenu éloigné des courts pendant 6 mois. Peu importe s’il utilise les largeurs de cette règle, l’Américain a pu revenir pour disputer le Challenger d’Indian Wells où il a montré toutes ses qualités, battant notamment Ugo Humbert ou encore Denis Kudla, et perdant en finale face à Steve Johnson (6-4, 6-4).

Face à lui, l’Uruguayen de 34 ans n’est pas le meilleur joueur du circuit sur dur, en témoigne son pourcentage de victoires qui n’est que de 45%. En début de saison, en Australie, l’Uruguayen n’était pas dans une grande forme, perdant ses trois matches à l’ATP Cup, assez lourdement ainsi qu’au premier tour de l’Open d’Australien face à Gilles Simon (6-1, 6-1-6-3). Ses années sont désormais derrière lui mais il reste tout de même un joueur talentueux, très technique, qui possède une belle main et qui peut faire jouer Jack Sock et le pousser à l’erreur.

L’oeil de Rodolphe Gilbert : J’ai vu jouer Jack Sock avant le confinement au Challenger d’Indian Wells. Ce n’était plus du tout le même Sock que l’an dernier. Cuevas peut être solide mais ce n’est pas sa surface de prédilection. C’est un joueur complet, qui a une très bonne main mais ça va permettre à Sock de développer du jeu. C’est une des raisons qui me fait dire que Jack Sock remportera son match. Tout dépendra de lui et s’il sort un grand match, il s’en sortira. Dommage pour lui qu’il y ait eu cette longue coupure toutefois.


Michael Mmoh vs Joao Sousa

Encore une wild-card américaine. Michael Mmoh affronte le Portugais Joao Sousa. L’Américain de 22 ans est un espoir du tennis US mais il tarde à confirmer. Alors qu’il avait atteint le top 100 en 2018, il pointe désormais à la 184e place mondiale. Très endurant, il reste très souvent derrière la ligne. Pour les téléspectateurs, son jeu est très frustrant car Mmoh laisse durer le point très longtemps, loupant les opportunités d’attaques. Son début de saison n’a pas été extraordinaire en challenger puisqu’il n’a jamais dépassé le 3e tour mais il a obtenu de bons résultats durant la période post-confinement. En revanche, son match la semaine dernière contre Jordan Thompson était décevant avec une défaite (6-2, 7-6).

Son adversaire Joao Sousa n’est clairement pas dans la forme de sa vie. Il n’a plus remporté de matches sur le circuit ATP depuis le 8 octobre 2019 et s’est incliné dès le premier tour sur ses huit derniers tournois. Seule victoire officielle à l’horizon : une victoire en Coupe Davis contre le 809ème mondial Julius Tverijonas (6-1, 6-3). Il a participé à un tournoi d'exhibition sur terre battue organisé par la Fédération portugaise de tennis et a perdu dès le deuxième tour contre Federico Ferreira Silva.

Difficile de sortir un vainqueur dans cette rencontre. On peut toujours se raccrocher au fait que le Portugais, un peu meilleur sur terre battue est inscrit aux qualifications de Kitzbühel. Sur ses terres, Michael Mmoh va tout tenter pour obtenir une victoire qui lui permettrait de rejoindre vraisemblablement Jan-Lennard Struff au second tour. Une victoire de l'Américain en 4 ou 5 sets est cotée à 2,60...

L’œil de Rodolphe Gilbert : Les résultats ne sont pas glorieux pour les deux joueurs. Que dire de Michael Mmoh, c’était un joueur pressenti pour suivre les pas de Tiafoe mais il est resté à quai. Si Sousa joue à son meilleur niveau, il devrait avoir l’avantage car c’est un meilleur joueur mais sa forme actuelle ne donne pas très envie. C’est un match impossible à pronostiquer au vu des derniers résultats. Joao Sousa est un joueur plus offensif que Michael Mmoh, avec un bien meilleur jeu. Pour Mmoh, c’est un match qui vaut cher car 45 points c’est énorme pour lui. Au niveau de la motivation, elle est incertaine pour Sousa alors que Mmoh sera au taquet. C’est quand même compliqué de penser qu’un joueur qui n’a plus gagné depuis octobre 2019 va se mettre à gagner en trois sets. Je ne vois pas Mmoh passer totalement à côté de son match alors que pour Joao Sousa c’est tout à fait possible.


Maxime Cressy vs Josef Kovalik

Peu estimé par la FFT, Cressy est parti en exil aux Etats-Unis pour jouer au niveau universitaire et développer son jeu. C’est un joueur très imposant de 2m01, très bon serveur et jouant principalement en service-volée. Il va poser énormément de difficulté à Jozef Kovalik qui joue principalement sur le circuit challenger sur terre battue. Maxime Cressy est en confiance. Avant le confinement, il a remporté le challenger de Drummondville au Canada face à Arthur Rinderknech et a perdu en finale contre ce même Rinderknech une semaine plus tard à Calgary. Sur cette surface rapide, Cressy devrait l’emporter.


⭐️⭐️⭐️ Victoire de Cressy vs Kovalik (1,54)
⭐️⭐️ Fritz gagne 3-0 ou 3-1 vs Koepfer (1,48) / Victoire de Pella vs Wolf (2,22) /
⭐️ Au moins 36 jeux dans le match Tiafoe vs Seppi (1,56) / Victoire de McDonald vs Ruud (2,32) / Giron gagne 3-0 ou 3-1 vs Polmans (1,58) / Au moins 4 sets entre Klahn et Nagal (1,50)