Après la défaite ce mardi de Kei Nishikori et les succès de Guido Pella et Hubert Hurkacz, le premier tour du tournoi autrichien se poursuit ce mercredi avec notamment quelques affiches savoureuses et de nombreuses surprises possibles. Les huit dernières rencontres de ce premier tour vous sont présentées en compagnie de notre consultant Rodolphe Gilbert.

Albert Ramos-Vinolas [8] vs Laslo Djere [Q]

Finaliste malheureux l’an dernier après sa défaite en finale contre Dominic Thiem (7-6, 6-1), Albert Ramos revient pour défendre sa finale. Difficile de voir où en est l’Espagnol au niveau de sa préparation puisqu’il s’est pris une jolie rouste contre Stefanos Tsitsipas à l’US Open (6-2, 6-1, 6-1). Mais avait-il déjà en tête la saison sur terre battue ? Sachant en plus que sa femme venait d’accoucher, il est clair que l’Espagnol ne devait pas avoir très envie de s’éterniser au sein de la bulle américaine. Il est en effet papa d’une petite Blanca depuis le 21 août dernier et en a profité pour faire un saut chez lui avant d’aller en Autriche. En sachant qu’il ne perdra aucun point, quelle sera sa motivation ? Impossible à prévoir.

Il va affronter un autre spécialiste de l’ocre, le Serbe Laslo Djere. Lui non plus n’a pas gagné un match à New York. Il en a profité pour revenir en Europe, se préparer sur terre et disputer les qualifications de Kitzbühel, battant successivement Viktor Galovic (6-3, 7-5) et Andreas Seppi (6-3, 6-4), faisant de lui le favori de ce match. Paradoxalement, alors que Djere sert mieux que Ramos, plus à l'aise sur les terres lourdes et lentes, le Serbe avait dominé l'Espagnol à Roland Garros l'année dernière. Et en 2017, c'est Ramos qui avait battu Djere à Marrakech dans des conditions de jeu plus rapides que la surface parisienne. A priori, il semble compliqué de voir un favori dans ce match. Laslo Djere est loin d'être une valeur sûre mais on ne connaît pas la motivation ni le degré de préparation d’Albert Ramos. Cependant, la position d'outsider de l'Espagnol est assez étonnante.

La stat à retenir : depuis début 2019, Albert Ramos a remporté 10 de ses 20 matchs disputés sur terre dans une position d'outsider.

L’œil de Rodolphe Gilbert : C'est vraiment un match difficile à analyser. Les deux ont été très bons en 2019 mais semblent loin de leur meilleur niveau sur cette reprise. Malgré tout, Ramos reste un joueur souvent compliqué à manœuvrer sur terre avec ses revers coupés. Il tient bien la balle, il fait très peu de fautes. Djere a des armes sur cette terre autrichienne mais sa position d'ultra favori m'étonne. Dans des conditions de jeu similaires, Ramos avait remporté Gstaad la saison dernière juste avant sa finale ici en Autriche.


Jannik Sinner [WC] vs Philipp Kohlschreiber [WC]

17 ans les séparent. Le jeune prometteur Jannik Sinner, 74e mondial, affronte le vétéran Philipp Kohlschreiber, 75e mondial. L’Allemand est chez lui à Kitzbühel puisqu’il y habite. Il a donc l’avantage de pouvoir se ressourcer à domicile depuis sa défaite au premier tour de l’US Open en trois sets contre Vasek Pospisil. Il s’est imposé ici-même en 2015 contre Paul-Henri Mathieu et en 2017 contre Joao Sousa et s’était incliné en 2012 en finale contre Robin Haase. Physiquement, il semble bien avec une bonne préparation réalisée sur terre battue dans des matches exhibition en Allemagne.

L’Italien Jannik Sinner était dans un état piteux sur le plan physique lors de son match contre Karen Khachanov. Bien qu’après avoir remporté les deux premiers sets, il s’est incliné en cinq sets suite à une blessure au dos. L’Italien ne pouvait carrément plus bouger. La question sera de savoir s’il a pu se reposer ou s’il a encore mal. Il s’est toutefois entraîné ce mardi avec Dennis Novak sans montrer aucun signe de problème physique.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Kohlschreiber est un peu dans le dur ces derniers mois. Il est bien descendu au classement, il ne gagne pas beaucoup de matchs. Attention tout de même à l'Allemand qui aime bien les conditions de jeu et les conditions de vie à Kitzbühel puisqu'il y habite. Sinner c'est une valeur montante du tennis. C'est la fougue et la jeunesse contre l'expérience. L'Allemand a de la bouteille. Si on ne joue pas un bon niveau, c'est difficile de le battre. C'est un joueur complet qui a brillé sur les trois surfaces. Il est évidemment capable de battre Sinner sur terre. L'Italien manque encore de référence sur le circuit principal sur terre. C'est pas un tirage idéal pour lui.


Jordan Thompson vs John Millman

Ce duel entre les deux Australiens apparaît vraiment déséquilibré tant par le niveau des deux joueurs que par l’usure de l’US Open. Éliminé dimanche de l’US Open par Borna Coric en huitième de finale, Jordan Thompson débarque à Kitzbühel dans des conditions très changeantes : la terre et l’altitude. Même s’il ne dispute que peu de matches chaque année, l’Australien est un joueur multi-surface qui s’adapte bien à la terre. L’an passé il est allé en finale du tournoi challenger de Nanchang contre Andrej Martin et jusqu’au troisième tour de Roland-Garros. Son compatriote John Millman n’est pas un grand adepte de la terre battue avec seulement 55% de victoires sur cette surface. Il s’y est distingué en 2018 en allant en finale de Budapest contre Marco Cecchinato et en remportant le titre au Challenger d’Aix en Provence contre Bernard Tomic - mais la finale s'était disputée sur dur en raison de la pluie -. Depuis 2016, il n’a en revanche jamais passé le premier tour à Roland-Garros. Il n’a toutefois jamais eu de chance au tirage en étant opposé à Isner, Bautista-Agut, Shapovalov et Zverev. Même si la surface semble avantager Jordan Thompson, John Millman devrait l’emporter grâce à l’avantage physique, la récupération et le fait qu’il ait pu s’entraîner sur la surface. Un match toutefois à éviter. Un forfait est même possible pour Thompson qui pourrait ne pas être prêt physiquement.


Marc-Andrea Hüsler [Q] / Emil Ruusuvuori [WC]

Rencontre assez déséquilibrée a priori entre Marc-Andrea Hüsler, 285e mondial et Emil Ruusuvuori, 90e mondial. Et pourtant… toutes les conditions sont réunies pour voir une petite surprise. Tout d’abord, Emil Ruusuvuori a beaucoup joué sur dur à New York, en effectuant quatre matches au Masters 1000 et deux matches, où il est apparu en grande difficulté physique, à l’US Open. S’il s’en est sorti en cinq sets contre Aljaz Bedene, il n’a pas du tout résisté à Casper Ruud et dû même se résigner à l’abandon, visiblement en raison d’une blessure à la cuisse droite. Au vu des vidéos partagées de son dernier entraînement, il n’y avait pas de strap mais il ne pouvait pas prendre énormément d’appui sur sa cuisse. Il faut également rajouter que le Finlandais n’est clairement pas un joueur de terre puisqu’il n’a que 52% de victoires en carrière sur le circuit secondaire, là où il compte plus de 75% de victoires sur dur. Face à lui, on retrouve un joueur suisse qui n’est clairement pas meilleur sur cette surface mais qui est en confiance après avoir remporté deux matches contre Attila Balazs en 59 minutes (6-4, 6-0) et contre Prajnesh Gunneswaran (6-3, 6-3). Marc-Andrea Hüsler est un grand joueur d’1m96, gaucher et possède un gros service puissant qui va pouvoir mettre en difficulté le Finlandais. Au vu de l’altitude, la balle devrait voler et repousser Ruusuvuori en fond de court. Au vu de la cote, il est clairement intéressant de jouer le Suisse, ou tout du moins un set.

Feliciano Lopez / Pierre-Hugues Herbert [Q]

Après un match catastrophique à l’US Open, Feliciano Lopez va avoir envie de se racheter. Mais à 38 ans, il a beaucoup de mal à tenir sur la longueur d’un match désormais. L’an dernier, sur les 4 matches disputés, il n’en a pas gagné un seul, s’inclinant même dans un match qui pourrait compter pour le Trophée des Légendes, contre Ivo Karlovic à Roland-Garros. Face à Herbert, il ne devrait pas y avoir trop d’échanges dans le match, son physique devrait encore tenir la route mais le Français, qui n’a pas voulu voyager aux Etats-Unis pour préparer Roland-Garros, vient avec les crocs sur ce tournoi de Kitzbühel. Il sort d’une demi-finale perdue contre Aslan Karatsev, le joueur du moment sur la surface, au Challenger de Prague et une défaite au 3e tour contre Lukas Rosol à Prague toujours. Il s’est débarrassé en qualifications assez facilement de Maxime Cressy et de Leandro Riedi. En sachant qu’il a le rythme de match sur cette terre battue spéciale, Pierre-Hughes Herbert semble avoir logiquement les faveurs des pronostics.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Même s'ils savent jouer sur terre, aucun des deux joueurs n'est un pur spécialiste de la surface. Mais s'il y a bien une terre sur laquelle ils peuvent briller, c'est à Kitzbühel où la balle gicle. Ils ont tous les deux un excellent kick au service qui va se bonifier avec l'altitude. Dans ce duel de serveur volleyeur, je vais sur le Français parce que je trouve que l'Espagnol commence à marquer le pas. Herbert a deux matchs dans les pattes, il a l'avantage sur ce duel. Herbert est tout à fait capable de bien jouer sur terre, peut-être un peu mieux que Lopez. J'ai en mémoire deux victoires du Français sur terre face à Verdasco et Nishikori. C'est pas rien. Mais la cote du Français est trop basse à mon goût.


Federico Delbonis [Q] / Juan Ignacio Londero

Comme la plupart des purs terriens, les Argentins Federico Delbonis et Juan Ignacio Londero doivent être heureux de retrouver la terre battue qu’ils chérissent. Sorti des qualifications, Federico Delbonis s’en est sorti face à deux gros serveurs que sont Matthias Bachinger (7-6, 6-4) et Jurij Rodionov (6-4, 6-2). Delbonis est un joueur qui a beaucoup gagné sur le circuit il y a quelques années avec un titre à Sao Paulo et à Marrakech ainsi que deux finales à Hambourg et Nice, lui permettant d'atteindre la 33ème place mondiale.

Il va retrouver Juan Ignacio Londero, sorti lessivé au 2e tour de l’US Open après une bataille en cinq sets contre Borna Coric. Avant le confinement, il a eu quelques bons résultats à Buenos Aires avec une demi-finale (défaite contre Casper Ruud en trois sets). Les deux joueurs se sont déjà affrontés à deux reprises : en 2019 à sur la terre très lourde et lente de Cordoba, Londero s’était imposé en demi-finale (6-1, 6-0) et en 2017 au Challenger de Montevideo, sur une surface plus rapide, c’était Delbonis qui l’avait remporté (6-2, 6-2).

Même si Juan Ignacio Londero est favori, il convient de rappeler que cela reste un premier tour sur une surface qu’il va découvrir alors que son compatriote, 5ème participation au tournoi autrichien, a déjà remporté deux matches de qualification sans encaisser deux sets.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Londero a été une révélation ces derniers mois sur terre battue. Les conditions de jeu avantagent néanmoins le service de gaucher de Delbonis. C'est logique de voir Londero légèrement favori par rapport au classement qui vient récompenser des meilleurs résultats de Londero depuis un an. Mais ce match est pas évident parce que j'insiste, le service de Delbonis va être très compliqué à retourner pour Londero. Delbonis a eu des bons résultats par le passé sur des terres rapides comme celle de Genève ou encore Marrakech où il a remporté un titre en 2016. Un Delbonis un peu en chauffe qui sort des qualifications a les moyens de créer la surprise. Le mach se jouerait à Roland Garros, je verrais Londero s'imposer. Mais là, si Londero n'arrive pas à se régler sur cette surface si particulière, il va pas se marrer.


Alexander Bublik vs Yannick Hanfmann [Q]

Avec seulement 55% de victoires en carrière, le fantasque Kazakh Alexander Bublik n’est pas un grand joueur de terre battue. En deux ans, il n’a remporté que trois matches sur douze disputés, perdant contre des joueurs comme Bradley Klahn, Kenny de Schepper, Jan Choinski ou encore Tristan Lamasine. Même si l’altitude pourrait l’aider avec son service, il affronte un homme en forme, en la personne du qualifié Yannick Hanfmann. L’Allemand a réussi à venir à bout d’Ernests Gulbis et de Thiago Monteiro en trois sets, pur terrien qui avait réussi à mettre en difficulté Felix Auger-Aliassime au premier tour de l’US Open. Avec 67% de victoires sur la surface, Hanfmann est clairement sur sa surface favorite, d’autant plus qu’il a remporté le 23 août dernier, le Challenger de Todi contre Barnabe Zapata Miralles (6-3, 6/3). Yannick Hanfmann est clairement favori de la rencontre mais difficile d’y trouver un quelconque intérêt au vu de la côte proposée.


Dennis Novak [WC] / Maximilian Marterer [Q]

Voilà une affiche qui s’annonce intéressante entre le joueur local Dennis Novak et le qualifié Maximilian Marterer. Les deux joueurs se sont déjà affrontés en 2016 au Challenger de Poprad Tatry, Dennis Novak l’avait emporté (6-4, 7-6). Comme lors de sa défaite de Davidovich Fokina, Dennis Novak est un joueur capable du pire comme du meilleur dans le même match. C’est un joueur qui commet beaucoup de fautes, souvent inconstant mais qui possède un bon service sur terre. Il affronte un Maximilian Marterer qui revient en compétition après de longues blessures. 45e mondial en août 2018, il pointe désormais à la 305e place mondiale. L’Allemand est connu pour être allé en huitième de finale pour sa première participation à Roland-Garros en 2018. C’est clairement un joueur de terre battue mais qui a du mal depuis le retour à la compétition. Il s’est incliné deux fois contre l’Italien Riccardo Bonadio à Trieste puis Cordenons. Pour entrer dans le tournoi, il a dû se défaire en qualifications de Dominik Köpfer, avec difficulté, et d’Egor Gerasimov, deux joueurs réputés pour être des spécialistes de dur. Le statut d'outsider de Dennis Novak pourrait être intéressant avec l’avantage de jouer à domicile et avec son expérience de la terre battue.


⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Victoire d'Huesler vs Ruusuvuori (2,47 - ps3838)
⭐️ Delbonis bat Londero (2,02 - ZEbet) / Ramos bat Djere (2,25 - ZEbet) / Victoire de Kohslchreiber vs Sinner (2,15 - ps3838) / / Novak bat Marterer (2,14 - ps3838)