Battu deux fois en finale de Roland-Garros par Rafael Nadal en 2018 et en 2019 ainsi qu’en finale de l’Open d’Australie en début d'année par Novak Djokovic, Dominic Thiem profite de l’absence de Nadal et de Federer et de la disqualification de Djokovic pour s'inviter une quatrième fois en finale d'un Grand Chelem. Malgré son inconstance, sa nonchalance et un plan de jeu parfois trop stéréotypé, Alexander Zverev est l'un des joueurs de cette saison 2020. Après sa demi-finale à Melbourne, il profite d'un tableau clairsemé pour enfin atteindre sa première finale en Majeur. L'Autrichien est donné très largement favori de cette finale. Nos deux consultants Rodolphe Gilbert et Florent Serra tente de nous aider à y voir plus clair...

Dominic Thiem, le nouveau membre du Big Four ?

Depuis les blessures d’Andy Murray et sa chute au classement, les suiveurs du tennis masculin ne cessent de prononcer le mot « Big Three ». Un titre du Grand Chelem permettrait à Dominic Thiem de rentrer dans le gratin du tennis mondial mais peu importe le résultat de ce dimanche, l’Autrichien a désormais toute sa place dans le dénommé Big Four.

Depuis 2017, l’Autrichien a passé un vrai cap avec ses premières finales de Masters 1000 disputées sur terre battue puis sa première finale en Grand Chelem à Roland Garros en 2018, perdue contre Rafael Nadal assez sèchement. Alors qu’on l’attendait au sommet sur sa surface de prédilection, c’est finalement sur dur que Thiem a le plus progressé l’an passé. Sa collaboration avec le Chilien Nicolas Massu a permis cette transformation, c’est d’ailleurs pour devenir un joueur capable de gagner sur plusieurs surfaces que l’Autrichien l’a choisi. Après trois semaines de collaboration, il s’est imposé avec surprise au Masters 1000 d’Indian Wells, seul tournoi de cette catégorie à son palmarès pour le moment.

Avec son ancien entraîneur Gunther Bresnik, Dominic Thiem avait disputé au total 18 finales dont 14 sur terre battue, 3 sur dur et 1 sur gazon. Avec Nicolas Massu, il a joué 8 finales dont 5 sur dur. Alors qu’on pensait la surface bien trop rapide pour lui après sa lourde défaite contre Filip Krajinovic au tournoi de Cincinnati, Thiem disputera bien sa sixième finale sur dur en deux ans et sa deuxième finale en Grand Chelem cette année.

Alors qu’il butait soit sur Nadal soit sur Djokovic, la non-présence de l’un et l’autre dans le dernier carré permet à Thiem d’aborder enfin une finale de Grand Chelem en tant que grandissime favori. « C’est le plus grand objectif et le plus grand rêve que j’ai eu dans ma carrière de tennisman depuis quelques années, depuis le moment où j’ai réalisé que je pourrais peut-être y arriver un jour et surtout depuis que j’ai joué ma première finale à Roland Garros. C’était vraiment difficile de digérer cette défaite en Australie en janvier car j’étais très proche de gagner. Je suis heureux qu’en peu de temps, j'ai pu me donner une autre chance ce dimanche. J’ai une énorme chance maintenant. Je vais tout donner pour y arriver. » a-t-il indiqué en conférence de presse après sa victoire en trois sets contre Daniil Medvedev.

Depuis 2018, Dominic Thiem s’impose comme l’un des meilleurs joueurs du monde en rivalisant avec les joueurs de Big Three. Il a autant de finales que Rafael Nadal et égale Roger Federer au nombre de demi-finales.

S’il a un ratio de victoires négatif face à Rafael Nadal (5V-9D) et Novak Djokovic (4V-7D), son ratio face à Roger Federer (5V-2D) est largement positif. Tout comme face à son ami Zverev qui a perdu 7 de ses 9 duels face à l'Autrichien.

Une finale déjà jouée d’avance ?

« Il reste encore une étape à franchir. Pour moi, je pense que ça va être extrêmement difficile. Nous avons joué un gros match en Australie, en demi-finale. Dimanche, il y aura un nouveau vainqueur de Grand Chelem ». En cas de victoire dimanche, Sascha Zverev deviendra le plus jeune vainqueur de l’US Open depuis Juan Martin del Potro en 2009, à 20 ans. Depuis 2017, Zverev apparaissait comme l’héritier des membres du Big Three. En deux saisons, il était parvenu à remporter 9 titres dont trois Masters 1000 (Rome, Montréal, Madrid) et un Masters ATP Finals (Londres) ainsi que deux finales perdues (Miami, Rome). Depuis, c’est la disette pour Sascha Zverev avec seulement trois finales disputées et un titre en ATP 250 à Genève contre Nicolas Jarry.

Et pourtant, malgré des matches compliqués, des fautes flagrantes, quelques sautes de concentration et des matches parfois ennuyants, Sascha Zverev gagne en Grand Chelem ! La disqualification de Novak Djokovic fait que l’Allemand a eu cette opportunité incroyable de disputer sa première finale au plus haut niveau. Cette année, il se montre solide mentalement dans les grands rendez-vous. Après avoir été mené 2 sets à 0 par Pablo Carreno-Busta, Zverev est parvenu à remonter pour s’imposer en cinq manches : « Mentalement, je suis resté dans le match. Même si je perdais deux sets à rien, je suis resté présent. Je me suis donné la meilleure chance possible alors que beaucoup de joueurs auraient abandonné dans l’esprit. Il n’y a jamais de match facile et parfois vous devez creuser profondément. Aujourd'hui, c’est ce que j’ai fait, j’ai creusé profondément. En fin de compte, je suis en finale. J’ai hâte d’y être. » a-t-il indiqué en conférence de presse.

En 2020, l’Allemand a atteint la demi-finale à l’Open d’Australie ainsi que cette finale à l’US Open. Point commun de ces deux matches : Dominic Thiem. L’Autrichien était venu à bout de l’Allemand en quatre sets en début d’année (3-6, 6-4, 7-6, 7-6). Les deux joueurs se sont affrontés à neuf reprises et Thiem s’est imposé sept fois au total dont les trois dernières sur dur. Ils se sont affrontés deux fois lors d’une finale : en 2016 à Nice, Thiem s’était imposé (6-4, 3-6, 6-0) et en 2018, au Masters 1000 de Madrid, Zverev l’avait emporté (6-4, 6-4).

« C’est bien de mener 7-2 dans les confrontations, mais quand on rentrera sur le court dimanche, cela ne comptera plus. Je m’attends à un match très dur, très ouvert. Nous travaillons tous les deux très dur depuis un long moment pour remporter un Grand Chelem, et dimanche, l’un de nous va y parvenir » a rajouté Dominic Thiem. Si ce dernier a l’avantage mental sur son opposant, il faut toutefois faire attention à la condition physique. Il a été rapporté plus tôt dans la journée que l’Autrichien souffrait d’une hyper-extension du pied droit, conséquence d’une chute survenue en cours de jeu. Contre Daniil Medvedev, il a boité dans le dernier set et a appelé le kiné.


Faire courir Thiem et faire durer le match, c’est le seul plan de jeu de Zverev s’il veut avoir une chance de remporter son premier Grand Chelem.


L’œil de Rodolphe Gilbert

Cette finale n’est absolument pas jouée d’avance. Ce sont deux joueurs qui se connaissent bien. Pour moi, l’inconnue pour Thiem, c’est que pour la première fois, en finale de Grand Chelem, il va être favori. Jusqu’à présent, il était outsider et il était arrivé en finale après des matches compliqués et longs. Cette année, il a survolé le tournoi. Même s’il y a eu un combat, il s’impose en trois sets contre Medvedev. Donc comment il va gérer le fait d’être favori ? Il le découvrira pendant le match. Il y aussi le fait qu’il soit peut-être blessé, c’est un élément à prendre en compte. De l’autre côté, on a Zverev qui a changé la donne mais il n’est pas extraordinaire. Son service sera la clé du match. Avec un service parfait, ça sera compliqué de le breaker, s’il fait des doubles fautes, ça facilitera logiquement la tâche de Thiem.

Thiem joue offensif, il impose une cadence de frappe à l’adversaire que Zverev n’a pas démontré sur le tournoi. De l’autre côté, on a un joueur grand, qui a beaucoup d’allonge et qui est tout à fait capable de gagner cette finale. Mais il va falloir un grand Zverev pour battre ce Thiem. Je vois un match ouvert. Je ne vois pas Zverev passer à côté de son match. La façon d’aborder le match, se préparer pour une première finale, sans dénigrer Thiem, il vaut mieux jouer Thiem que Nadal ou Djokovic.

Pour une finale, j’ai du mal à dire qui va gagner. Je ne vois absolument pas Thiem gagner en trois sets même si personne ne peut prédire le déroulement de la rencontre. Si on regarde le niveau pratiqué pendant la quinzaine, Thiem est bien devant mais Zverev ne peut que jouer mieux et Thiem pas beaucoup plus. Et par le passé, Zverev a déjà démontré sa capacité à élever son niveau de jeu pour battre les meilleurs joueurs du monde. L'apport de David Ferrer pourrait être précieux dans sa façon de préparer sa finale. Contrairement à beaucoup, je n'ai aucune certitude que Thiem va se balader sur ce match. Il est en revanche évident que l'Allemand devra mieux jouer qu'en demi-finale. Il pourrait difficilement faire pire...


L’œil de Florent Serra

Sur le papier, pour moi, il n'y a pas photo entre les deux joueurs. Thiem a toutes les armes pour s'imposer facilement. Il est plus solide dans la tête, plus régulier dans ses performances et encore plus dans un format en 5 sets. Avec cette balle qui gicle, on a vu Thiem poser d'énormes soucis à Medvedev, De Minaur et Auger. Si Thiem maintient le niveau de jeu qu'il a affiché depuis le début du tournoi, il va pousser Zverev à la faute et le faire exploser. Cependant, la cote de l'Autrichien est beaucoup trop faible. Sur un match tout est possible même si la probabilité est faible, elle existe. Si Thiem est à 100%, sans pépin physique, je donne quasiment aucune chance à Zverev de gagner dans ce contexte de finale en 3 sets gagnants. Mais le doute existe et le risque est trop grand pour tenter de partir sur Thiem. La qualité de service de l'Allemand, s'il parvient à un minimum de 70% de premières balles, est une belle arme pour battre Thiem. On pourrait imaginer dans ce cas qu'il puisse prendre au moins un set. Mais la cote est là-aussi très faible. C'est délicat de partir sur une victoire en trois sets de Thiem, il peut aussi se faire bouger sur quelques jeux et se surprendre sur un set.