Place aux quarts de finale de ce Premier 5 ! Au menu notamment, les 2 premières têtes de série, Simona Halep et Karolina Pliskova, toujours en lice. Surtout, une affiche de premier choix attire notre attention : Victoria Azarenka versus Garbine Muguruza. Un choc entre deux anciennes vainqueurs en Majeur. Resplendissante depuis la reprise, la Biélorusse va t-elle poursuivre son chemin face à l’Espagnole, qui retrouve des couleurs sur la terre battue romaine ?


Victoria Azarenka vs Garbine Muguruza

L’affiche est non seulement alléchante, mais aussi équilibrée, en tout cas sur le papier. Malgré tout, si on creuse - pas bien loin - afin de chercher les derniers résultats des deux joueuses, l’avantage est clairement donné à Victoria Azarenka. Rappel des faits : la Biélorusse n’a tout simplement jamais aussi bien joué depuis presque dix ans, lors de ses deux titres à l’Open d’Australie et de ses deux finales à l’US Open, en 2012 et 2013. À Cincinnati, elle n’a perdu qu’une manche, avant de remporter le tournoi grâce au forfait de Naomi Osaka. À Flushing Meadows, elle a de nouveau atteint la finale en écrasant Aryna Sabalenka et Elise Mertens puis en usant Serena Williams. Elle a achevé le Majeur Américain sur une défaite (contre Noami Osaka), non sans avoir mené une manche à rien. À Rome, elle continue sur sa lancée : une première victoire en deux sets face à Venus Williams, un deuxième succès humiliant pour Sofia Kenin (6-0, 6-0), puis une troisième victoire sur abandon contre Daria Kasatkina. C’est sûr, la 14ème joueuse mondiale est en pleine forme et elle a parfaitement réussi à passer du dur à la terre battue.

Garbine Muguruza est un petit peu moins en verve. En tout cas, « était », il y a peu, moins en verve. En effet, l’Espagnole a développé un tennis assez moyen lors du récent US Open. Résultat, une élimination dès le deuxième tour contre la revenante Tsvetana Pironkova, certes très appliquée et très efficace, mais on attendait mieux de la N°17 mondiale. Heureusement pour elle, la terre battue semble lui redonner le sourire. La gagnante de Roland Garros en 2016 vient de dominer successivement Sloane Stephens, Coco Gauff et Johanna Konta. Comme souvent, le niveau de son service sert de baromètre dans son jeu. Face à la Britannique, elle a été impeccable : 61% de premières, seulement 6 points perdus derrière sa première balle, soit 82% des points remportés. Bilan, une victoire solide( 6-4, 6-1). Il faudra donc à l’Espagnole la même qualité de mise en jeu pour inquiéter Azarenka. Leur dernière confrontation s’est jouée… à Rome, l’année dernière. C’est la Biélorusse qui s’était imposée, mais Muguruza s’était retirée en cours de match, alors qu’elle était menée (6-4, 3-1).

L’oeil de Julien Varlet : C’est un match qui peut être disputé. La Biélorusse enchaîne les matchs mais combien de temps pourra-t-elle tenir ?Elle a été dans le dur face à Kasatkina et sans la blessure de la Russe, aurait-elle réussi à s'imposer ? Rien d'évident. Je pense que Muguruza a les armes pour au moins prendre un set. Azarenka est logiquement favorite sur le papier en raison de son état de grâce. On a l’impression que tout glisse sur elle, qu’il ne peut rien lui arriver. Alors, avec son style de jeu, plus varié que celui de Garbine Muguruza, elle pourrait faire déjouer l’Espagnole. Mais elle a perdu 4 fois son service son service et concédé 10 balles de break en 6 jeux. Tactiquement, Azarenka sait trouver des angles et casser le rythme avec des slices. Mais physiquement, je me méfierais. L'Espagnole aborde ce match avec beaucoup plus de fraîcheur et son victoire contre Konta a dû la rassurer. Elle a fait une grosse préparation pendant la coupure. C'est peut-être maintenant que ce travail va payer.


Simona Halep vs Yulia Putintseva

Simona Halep part largement favorite. Les bookmakers n’y vont pas de main morte, puisqu’ils lui donnent près de 80% chances de s’imposer. La logique sera t-elle respectée ? On peut effectivement le penser. D’abord, la Roumaine avait largement dominé son adversaire lors de leur premier affrontement (6-1, 6-4), il n’y a pas si longtemps, à l’Open d’Australie en début d’année. Ensuite, la N°2 mondiale semble monter en puissance au fil des rencontres. En gros danger sur sa mise en jeu (5 breaks concédés) lors de son entrée en lice face à Jasmine Paolini, modeste 99ème mondiale, elle a à peu près rectifié le tir en huitième de finale contre Dayana Yastremska (« seulement » 2 jeux de service perdus, mais surtout une solidité affichée dans la durée du match avec 72% des points gagnés derrière sa première et 64% derrière sa seconde). Toujours aussi combative et capable de balader - voire épuiser - ses adversaires, la vainqueur de Roland Garros 2018 avait débuté sa préparation sur terre en glanant le tournoi de Prague il y a un mois.

Simona Halep va sans doute retrouver une joueuse déjà entamée physiquement. On peut considérer en effet Yulia Putintseva comme une revenante, puisqu’en huitième de finale, elle a été menée 6-4, 5-2 par Elena Rybakina, avant de réussir à s’imposer en 3 manches et surtout près de 2 heures et 45 minutes de jeu. Et comme la joueuse Kazakhe avait déjà bataillé 3 heures pile la veille pour venir à bout de Petra Martic, il semble assez certain de la voir peiner physiquement contre la Roumaine. Auteure d’un joli parcours à l’US Open - un quart de finale -, la 30ème mondiale risque de se faire agresser par Simona Halep derrière son engagement. Putintseva n’a d’ailleurs remporté que 40% des points derrière sa seconde balle de service lors de ses 3 premières rencontres à Rome. Aussi, la Kazakhe va sans doute devoir écourter les échanges pour se donner une chance, car plus la partie va durer, plus la Roumaine aura tout loisir de fatiguer son adversaire. Mais Putintseva saura t-elle modifier son style de jeu ? C’est loin d’être évident.

L’oeil de Julien Varlet : Le vrai problème de Yulia Putintseva, c’est qu’elle ne possède pas de coups forts, qui pourraient lui permettre de faire la différence. Surtout contre une joueuse comme Simona Halep qui se déplace très bien et renvoie la balle. La Kazakhe est une mobylette, elle court partout, évite les fautes, mais elle n’a pas les armes pour finir les points. En plus, elle est assez petite, alors son service ressemble davantage à un engagement qu’à une occasion de faire mal à l’adversaire. La Roumaine va poser son jeu et jouer des balles bombées au-dessus de l’épaule de Putintseva. Ainsi, la Kazakhe va être obligée de jouer plus court et Halep aura de fortes chances de terminer les points.

Karolina Pliskova vs Elise Mertens

Vous aimez la puissance et les frappes sèches ? Alors regardez bien ce match. Entre Karolina Pliskova et Elise Mertens, il devrait y avoir du bruit dans les cordes ! Cette rencontre est également intéressante du point de vue de la hiérarchie du tennis féminin. Il y a encore 2 ou 3 ans, la Tchèque aurait largement eu la faveur des pronostics. Mais aujourd’hui, c’est beaucoup plus équilibré. Depuis sa demi-finale à l’Open d’Australie en 2018, la Belge fait partie des valeurs sûres du circuit. Elle reste par exemple sur deux quarts consécutifs à l’US Open. Il y a dix jours, la 20ème mondiale a impressionné en sortant Sofia Kenin, après avoir déjà atteint le dernier carré à Cincinnati. Sur terre, c’est pas mal non plus ! Déjà deux titres en carrière et une finale à Prague il y a un mois. Depuis la reprise du Tour, son bilan est très flatteur : 15 victoires pour 3 petites défaites. Depuis le début de la semaine à Rome, Mertens déroule. Seulement 4 heures et 45 minutes passées sur le court et trois succès nets en deux manches contre Su-Wei Hsieh, Magda Linette et Danka Kovinic.

Evidemment, l’opposition monte d’un cran, avec Karolina Pliskova. Certes, la terre battue est la surface où la Tchèque est la moins à l’aise. Mais elle s’est déjà hissée en demie à Roland Garros en 2017, preuve de sa capacité à performer sur l’ocre. Et elle est tenante du titre ici à Rome... Après une reprise catastrophique sur dur - une élimination d’entrée à Cincinnati et un revers au deuxième tour à l’US Open -, c’est finalement la terre qui lui redonne des couleurs. Même si ses adversaires ne font pas partie du gratin, elle n’a pas sourcillé pour s’imposer à chaque fois en deux manches, d’abord contre Barbora Strycova puis face à Anna Blinkova. Surtout, la N°4 mondiale apprécie particulièrement les conditions assez rapides dans la capitale italienne. L’année dernière, elle avait remporté le tournoi après un parcours très costaud - des victoires contre Sofia Kenin, Victoria Azarenka, Maria Sakkara et Johanna Konta en finale. Comme toujours, la qualité et l’efficacité du service de Pliskova donneront le ton du match. On suivra de près aussi la faculté d’Elise Mertens à bien relancer, elle qui s’appuie sur sa vivacité, un bon timing et un jeu de jambes dynamiques.

#TBNSTAT : Elise Mertens n'a jamais battu une top 20 sur terre sur le circuit WTA (7 défaites en 7 matchs)

L’oeil de Julien Varlet : C’est une rencontre intéressante. Le contexte a son importance. On serait à Roland Garros, au mois de mai, après une préparation classique, je pense qu’Elise Mertens, sur terre, s’imposerait. Mais là, c’est différent. La Belge est arrivé assez tard à Rome, en tout cas après Karolina Pliskova qui a eu davantage de temps pour s’habituer à la surface. Donc, on pourrait avoir une rencontre en trois manches, très disputée. Bien que la Belge aborde ce match avec plus de confiance et un jeu qui s'adapte mieux à la terre, elle semble faire un blocage face aux meilleures joueuses du circuit à l'image de ses trois dernières défaites (Halep, Osaka et Azarenka). Elle a des frappes sèches, mais elle sait aussi bomber, gratter. Elle réalise de belles performances et de manière régulière depuis deux ou trois ans et pourrait encore progresser mais ce genre de match semble être un plafond de verre pour la Belge. Aura-t-elle un déclic ?


Elena Svitolina vs Marketa Vondrousova

D’une certaine manière, Rome est sans doute l’une des villes préférées d’Elina Svitolina. C’est en effet dans la capitale italienne qu’elle a remporté deux de ses trophées les plus prestigieux, en 2017 et en 2018. La terre battue de la Ville Eternelle convient très bien au jeu de l’Ukrainienne, capable de frapper, contrer et varier. Depuis le début de l’épreuve, la 6ème joueuse mondiale apparaît à la fois concentrée et relâchée. Un savant mélange qui lui a permis de s’offrir deux succès en deux manches face à des adversaires d’un bon calibre, Anastasia Pavlyuchenkova et Svetlana Kuznetsova. Contre cette dernière, Svitolina a toujours mené la danse. Elle a certes eu du mal à conclure les manches (6 balles de set et 4 balles de matchs), mais cela tient surtout à la volonté de fer de Kuznetsova de ne rien lâcher. Sur le papier, l’Ukrainienne affiche des gages importants de sécurité. Même si Rome est son tournoi de reprise, il ne serait pas étonnant de la voir aller assez loin dans l’épreuve.

D’autant que son adversaire lui réussit excellemment bien ! En 3 confrontations, autant de victoires pour Svitolina (Doha 2018, Stuttgart 2018 - sur abandon - et Indian Wells 2019). Marketa Vondrosova a bien du mal à confirmer sa belle année 2019. Depuis le début de la saison, elle affiche un piètre bilan de 4 succès pour 8 défaites. À Cincinnati, la Tchèque a perdu d’entrée. À Flushing Meadows, dès le deuxième tour. C’est la terre battue romaine qui lui permet de revoir le jour. Pas étonnant vu ses résultats sur cette surface l’année dernière : un quart à Rome et surtout une finale à Roland Garros. Ses qualités s’adaptent parfaitement à la terre : frappes liftées, revers slicés, sens tactique et jolies amorties distillées. La 19ème mondiale est encore jeune (21 ans) et perfectible. Voilà pourquoi elle manque de régularité sur une saison entière. Mais à Rome, elle semble retrouver ses repères : elle vient d’enchainer 3 victoires de rang, une première pour elle cette saison ! Ses victimes, Misaki Doi, Arantxa Rus et Polona Hercog. Face à la Slovène, Vondrousova a montré de belles qualités mentales. Menée 6-1 après la première manche, elle a su totalement inverser la situation pour s’imposer 6-1, 7-6 dans les deux dernières manches. Entre deux joueuses qui se déplacent bien et qui savent jouer avec les particularités de la terre, la rencontre promet de jolis rallyes.


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics avec le montant de nos mises sur le site pyckio.com : https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

Les pronos de la rédaction :
Pliskova bat Mertens
Muguruza bat Azarenka
20 jeux ou moins dans le match Halep vs Putintseva