Au programme ce vendredi à partir de 11h30 à Hambourg, des quarts de finale beaucoup incertains et indécis que les bookmakers peuvent le laisser penser. Parmi les 8 derniers joueurs en lice, six joueurs ont 24 ans ou moins. On peut noter la présence du Français Ugo Humbert qui réalise sa meilleure performance en carrière sur terre battue. Il est opposé à l'homme en forme du moment et l'un des meilleurs joueurs de terre en 2020, Casper Ruud. L'affiche du jour opposera Rublev à Bautista, deux joueurs aux portes du top 10 mondial. Tsitsipas devra s'employer pour se défaire du Serbe Lajovic qui retrouve des couleurs cette semaine. Enfin, la surprise de la semaine - il en faut toujours une - nous vient du Kazakhstan. Bublik, sans aucune référence sur terre, ne partira pas favori face à Garin. A trois jours du début de Roland Garros, comment les joueurs vont-ils se comporter sur le court ? Auront-ils déjà la tête à Paris ? Des surprises semblent possibles parmi ces quarts de finale...


Ugo Humbert vs Casper Ruud

La belle semaine de Ugo Humbert continue. Après l’exploit face à Medvedev, il est sorti vainqueur de son duel de gaucher face à Vesely. Solide, le Français est resté dans son match sans faiblir pour l’emporter en deux manches, et avec la manière. Après une bonne semaine à Rome, avec des victoires contre Kevin Anderson et Fabio Fognini avant une défaite accrochée face à Denis Shapovalov, Humbert continue de montrer de belles choses sur la terre battue de Hambourg, où sa patte gauche a trouvé ses bons réglages. Sa reprise délicate sur dur est oubliée, il va disputer son quatrième quart de finale de la saison après son titre à Auckland, sa demi-finale à Delray Beach et son quart à New York. C’est sa première apparition à ce niveau sur terre en carrière, une surface qu’il apprivoise en cette fin d'été puisqu'il ne comptait qu'une seule victoire sur le circuit principal avant Rome. Les deux joueurs sont déjà assurés d'atteindre leur meilleur classement en carrière ce lundi : 28ème pour Ruud et 38ème pour Humbert avant ce quart de finale.

Casper Ruud est en grande forme sur terre battue. Solide à Rome, ne cédant que face à Djokovic en demi-finale après avoir sorti Khachanov, Cilic et Berrettini notamment, il a profité du forfait de Benoit Paire d’entrée à Hambourg, avant de dérouler ce jeudi face à un Fabio Fognini sur courant alternatif, qui n’a vraiment joué qu’en début de match avant de s'effondrer physiquement. Il n’a pas connu de vrai test cette semaine pour jauger son niveau par rapport à la semaine dernière, mais ce qu'il montre de régularité et de puissance en fait un sacré client sur la surface. Finaliste à Santiago en mars, vainqueur à Buenos Aires de son 1er titre en carrière en février, finaliste à Houston l’an passé : son pedigree parle pour lui. Il a un bagage bien plus important sur terre battue que le Français, avec 66% de victoires depuis 2017 en 65 matches.

L'œil de Florent Serra : Ugo a très bien géré son match face à Vesely. Breaké d’entrée, en difficulté, j’attendais de voir comment il réagirait après avoir battu Medvedev, s’il serait toujours dans l’euphorie. C’était le match piège par excellence, face à un joueur qui faisait un bon tournoi. Il s’est agacé en début de rencontre mais ça n’a pas duré longtemps, il a bien réagi. Ce sont deux hommes en forme, mais je crois en Ugo. Il a pas mal d’armes avec sa patte gauche pour gêner un Casper Ruud en pleine forme. Il accroche pas mal les lignes, est sur un petit nuage depuis la semaine dernière, sert bien, se déplace bien, prend tôt, agresse... Miser sur lui est tentant parce que si Ruud est très bon en coup droit et sert bien, je le trouve encore un peu faible en revers. Si Humbert fait un bon match il peut faire une nouvelle petite surprise. Il va falloir toucher le revers du Norvégien, ou l’agresser en jouant plein coup droit pour éviter qu’il tourne autour. Il a la patte gauche pour s’ouvrir le terrain, et il n’a pas perdu trop d’énergie cette semaine. Il n’est pas favori mais je me dis qu’il peut faire quelque chose. Avec une cote largement supérieure à 2, c’est un pari intéressant.


Roberto Bautista Agut vs Andrey Rublev

Hambourg s’offre un premier choc entre top 20 cette semaine dans ce quart de finale entre l'Espagnol et le Russe. Une affiche indécise où les explications longues en fond de court risquent de s’enchaîner entre deux marathoniens, modèles de régularité à leur meilleur niveau. Avec un léger avantage en puissance pour le Russe, contre un côté métronome plus abouti chez l’Espagnol. Au jeu des différences, pour se faire une idée de l’issue de la rencontre, la forme actuelle des deux hommes va forcément peser dans la balance. Après un premier tour convaincant face un Basilashvili un peu mieux mais encore très inconstant, Bautista Agut a connu un match plus compliqué face à l’un des hommes en forme de cette rentrée sur terre battue, l’Allemand Dominik Koepfer, qui avait chipé un set à Novak Djokovic à Rome. Un rendez-vous italien que « RBA » avait zappé, lui qui est devenu papa d’un petit garçon. Avant Hambourg, il n’avait plus foulé la terre battue depuis des matches d’exhibition en début d’été, pour un bilan mitigé de 4 victoires et 3 défaites.

Andrey Rublev avait lui été brièvement aperçu du côté de la capitale italienne, sorti dès son deuxième match par le Polonais Hubert Hurkacz. Le Russe a battu deux Américains cette semaine, Tennys Sandgren sans soucis puis Tommy Paul en cédant la deuxième manche, la faute à une baisse de régime coupable du 14ème joueur mondial. Rublev, qui avait montré un niveau de jeu très intéressant à l’US Open, connaît un blocage au niveau des quarts de finale depuis son titre à Adélaïde en début d’année. Il s’est arrêté à ce stade à Rotterdam et Dubaï avant la pause due au coronavirus, et donc à l’US Open il y a deux semaines.

Bautista Agut mène 2-1 dans ses face-à-face contre son adversaire du jour. Mais c’est la première fois que les deux hommes s’affrontent sur cette surface. Et c’est Rublev qui avait remporté leur dernier combat, conclu au tie-break du 3e set en Coupe Davis l’an passé. Il y a d’ailleurs un léger avantage pour le Russe chez les bookmakers. C’est lui qui a montré les plus belles choses pour l’instant cette semaine, avec notamment une qualité de service intéressante. Il a conclu ses deux premiers matches avec plus de 60% de premières balles, et plus de 83 % de points gagnés derrière. L’Espagnol, de son côté, a eu plus de difficultés derrière son engagement. Andrey Rublev semble également plus à même de tenir la distance face à un Bautista Agut qui fait sa rentrée sur la surface après une semaine chargée émotionnellement sur le plan personnel. Les deux hommes ont en tout cas leur premier gros test du tournoi devant eux.

Rublev est à 51% de victoires sur la surface mais 62,5% depuis son titre à Umag en 2017. Il est également finaliste de ce tournoi de Hambourg. De son côté, Bautista est à 59% de victoires en carrière dont deux finales perdues à Gstaad et Stuttgart. L'Espagnol a un bon bilan en quart de finale sur terre battue avec 9 victoires pour 5 défaites mais son bilan s'assombrit lorsqu'il affronte un top 20 mondial sur ocre.

#TBNSTAT : Bautista a perdu ses 16 derniers matchs sur terre battue face au top 20 mondial. Dernière victoire remonte à 2014 à Stuttgart face à Fognini.

L'œil de Florent Serra : Une belle affiche entre deux joueurs en forme. Roberto Bautista Agut a plutôt bien joué mais Andrey Rublev m’a fait bonne impression dernièrement. Il frappe très fort, c’est un vrai rouleau compresseur. Il tient maintenant ce niveau de jeu plus longtemps qu’avant, peut durer 2h30, 3h avec beaucoup moins de passages en dents de scie. Ce qui fait aussi qu’il s’agace moins à force de rater, ce dont les meilleurs profitaient avant. RBA a le jeu pour l’amener à en mettre plus, il est très difficile à déborder. Mais sur terre, je sens mieux Rublev quand même. Ce serait différent sur dur, où les qualités de contre et de déplacement de l’Espagnol s’exprimeraient au mieux. La terre battue de Hambourg est assez lente, ça favorise Rublev. Il aura le temps de poser son jeu, ses appuis, lui qui est difficile aussi à déborder. Il faudra être patient, ne pas se précipiter, mais je le vois bien passer. Il ne va pas l’éclater 3 et 3, il peut y avoir des sets accrochés, mais maintenant qu’il tient mieux son niveau de jeu, il peut pousser RBA dans les cordes. Il est logiquement favori selon moi sur ce match.

Alexander Bublik – Cristian Garin

Le propre des joueurs fantasques est qu’ils rendent leurs matchs difficiles à analyser avant le match. Alexander Bublik, lucky loser à Hambourg, a parfaitement exploité cette deuxième chance pour l’instant, lui qui restait sur quatre défaites consécutives depuis la reprise, dont deux sur terre battue à Kitzbühel et Rome. Il dispute en Allemagne son deuxième quart cette saison, après son beau parcours à Marseille en février dernier (battu en demi-finale par Stefanos Tsitsipas). Aussi atypique et imprévisible que possible, le Kazakh a montré la panoplie de ses capacités face à Felix Auger-Aliassime au tour précédent, clouant notamment le Canadien sur place d’un ace servi… à la cuillère, illustration parfaite de ce dont il est capable d’oser régulièrement. Dans un bon jour, Bublik est une menace pour beaucoup de joueurs. Même pour un spécialiste de la surface comme Cristian Garin ?

Le Chilien a peut-être enfin trouvé le tournoi qui peut le faire redevenir la menace qu’il était sur terre en début de saison. Lui qui avait un maigre bilan d’une victoire pour trois défaites depuis la reprise a enfin pu enchaîner deux victoires en Allemagne, battant au deuxième tour la wild-card Yannick Hanfmann, bourreau de Gaël Monfils. Deux victoires, aucun set perdu, Garin retrouve des couleurs et de la confiance cette semaine même s'il a très mal géré la fin de son deuxième set contre l'Allemand en se faisant remonter de 5-2 à 5-6... Il va disputer son quatrième quart de finale de la saison, tous sur terre battue dont deux titres à Cordoba et Rio de Janeiro. Sa puissance au service et la lourdeur de ses frappes devraient lui permettre de rejoindre le dernier carré en Allemagne, en témoigne sa faible cote chez les bookmakers. À moins qu’il ne montre à nouveau le visage très mitigé qu’il avait ces dernières semaines. À moins, encore, que son imprévisible adversaire nous sorte un nouveau tour de magie de sa manche tatouée.

La faible expérience de Bublik sur terre battue sur le circuit principal (4 victoires pour 6 défaites) ne plaide pas en faveur du Kazakh. Avant ses deux victoires face à Ramos et Auger, il avait néanmoins réussi à prendre un set à Thiem à Roland Garros ainsi qu'à Cilic à Rome la semaine dernière. Il a atteint son meilleur classement en carrière en début de saison, signe qu'il a malgré tout franchi un cap depuis un an et gagné en régularité.

L'œil de Florent Serra : C’est un match jouable pour le Kazakh contre Garin bien que le Chilien soit bien meilleur sur terre battue. En tant que lucky loser, Bublik n’a rien à perdre, un peu foufou, c’est difficile à prévoir. Il peut faire sortir un joueur de sa zone de confort, surtout contre le Chilien qui doit trouver son rythme de croisière. Il peut emmener Garin dans une filière de jeu atypique et pleine d’incertitudes pour le Chilien. Des lucky losers qui gagnent des tournois, on en a déjà vu. Ca serait surprenant pour Bublik qui n'a aucune référence sur terre à part un set pris à Thiem à Roland Garros la saison dernière. Tout va dépendre de Bublik selon moi, il peut largement passer. La cote très basse de Garin je ne la jouerais pas, même si évidemment sur la régularité il peut gagner largement. Mais son adversaire est trop imprévisible.


Dusan Lajovic – Stefanos Tsitsipas

Les deux derniers revers à une main du tableau ont rendez-vous ce vendredi en quart de finale. Après une courte apparition à vite oublier du côté de Rome, où Stefanos Tsitsipas semblait encore marqué par sa cruelle défaite face à Borna Coric à l’US Open en ayant eu des balles de match, le Grec montre à nouveau de belles choses en Allemagne, dans le jeu comme dans l’approche mentale de ses matchs. Face à Pablo Cuevas, le Grec a servi 71 % de premières balles, écarté les 5 balles de break de l’Uruguayen, tout en breakant deux fois en autant d’occasions. Au final, une victoire en deux sets convaincante et un billet pour les quarts de finale, son quatrième cette saison – le deuxième depuis la reprise, après son parcours jusqu’au dernier carré du côté du Masters 1000 de Cincinnati (délocalisé à New York).

Il aura face à lui un client sur terre battue, une valeur étalon sur cette surface qui n’a plus quitté le Top 40 depuis avril 2019, et sa finale à Monte Carlo. Dusan Lajovic, 24ème mondial cette semaine, avait connu une reprise compliquée avec des défaites d’entrée au Masters 1000 de Cincinnati, à l’US Open puis à Kitzbühel sur terre battue contre l’Allemand Yannick Hanfmann. Il s’était remis à l’endroit la semaine dernière à Rome, plus convaincant en enchaînant deux victoires avant de sortir face à un Nadal presque injouable. À Hambourg, il a pour l’instant connu un tournoi très tranquille, ne cédant que cinq jeux contre Mannarino puis trois face à un Khachanov complètement hors sujet. Un premier test d’envergure l’attend face à un Stefanos Tsitsipas retrouvé, qui devrait lui poser de gros problèmes. Large favori des bookmakers, le Grec semble avoir des armes difficiles à contrer pour Lajovic, ainsi qu’un jeu plus complet. Les deux hommes se sont affrontés une fois sur ocre pour l’instant, durant les qualifications du tournoi de Rome il y a deux ans. Tsitsipas s’était imposé en deux sets malgré un gros combat (7-6, 6-4).

Spécialiste de la surface, Lajovic n'aura pas les statistiques de son côté. Tsitsipas compte 65% de victoires sur terre battue en carrière, un pourcentage qui monte à 74% face à des joueurs moins bien classés que lui. Avec 51% de victoires, le Serbe souffre de la comparaison surtout que son bilan descend à 38% contre des joueurs mieux classés que lui, et seulement 2 victoires pour 9 défaites face aux pensionnaires du Top 10.

L'œil de Florent Serra : J’ai trouvé Stefanos Tsitsipas très bon contre Pablo Cuevas, notamment sur les points importants. Ce sera un bon match, Dusan Lajovic a aussi été très fort contre Khachanov, avec son beau revers à une main. Il sert bien en première balle, se positionne loin à la relance, trouve de l’angle en coup droit en venant prendre la balle plus tôt... Mais en face Khachanov a été inexistant, donc à voir face au Grec. Les deux joueurs ont un peu le même registre, avec un coup droit qui tourne beaucoup, un revers avec du volume. Tous deux sont capables de partir de loin et avancer, et à ce petit jeu là ça peut durer, produire pas mal d’échanges. Je pense quand même que Tsitsipas est un peu meilleur. Il peut venir terminer au filet par exemple. Lajovic est très solide sur terre, mais il va avoir du mal à déborder le Grec, très mobile. Sur l’ensemble du match je pense que Tsitsipas est un peu mieux, plus régulier. Il devrait gagner, même si à cette cote là je me méfie du Serbe, qui a de bonnes statistiques face aux joueurs d'au moins 1m93... Mais on parle du 6ème joueur mondial quand même qui a besoin de se rassurer et d'emmagasiner de la confiance avant Roland Garros...


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics avec le montant de nos mises sur le site pyckio.com https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

Les avis de la rédaction
Humbert 1 set
Victoire de Rublev
Bublik 1set