Le dernier Grand Chelem de cette année si particulière est arrivé. Le tournoi de la Porte d’Auteuil accueillera contrairement à son voisin américain la majorité du top 10 mondial à l’exception de Bianca Andreescu et Ashley Barty. Roland-Garros fête ses 95 ans en cette année 2020. La mise en place du toit sur le court Philippe Chatrier sera grandement utile au vu des prévisions météo.

Depuis 2007, une joueuse n’a jamais remporté le tournoi au moins deux fois de suite depuis Justine Hénin avec un triplé (2005-2006-2007) égalant ainsi Monica Seles (1990-1991-1992). Contrairement à Rafael Nadal chez les hommes, aucune joueuse encore en activité n’a battu le record de Christ Evert qui est de 7 titres à Roland-Garros. On a toujours vu une joueuse tête de série remporter ce tournoi à l’exception de deux joueuses. Francesca Schiavone (2010) et Jelena Ostapenko (2017) ont remporté le titre sans être tête de série. Une joueuse tenterait bien de remporter son deuxième titre ici, il s'agit évidemment de Simona Halep l’une des joueuses les plus habiles sur cette surface. Elle ne sera sans doute pas aidée par le nombre de joueuses qui aimeront la faire tomber. Une autre joueuse convoite ce titre qu’elle a remporté à trois reprises (2002-2013-2015). Serena Williams ne parvient pas pour le moment à accrocher ce 24e titre du Grand Chelem qu’elle convoite depuis maintenant 2 ans. Une Française sera-t-elle capable de succéder à Mary Pierce, la seule Française à avoir remporté ce titre sous l'ère Open. Fiona Ferro pourrait être bien l’une des joueuses à suivre de très près pendant cette quinzaine parisienne.

Ce tournoi fera face à des conditions particulières par rapport aux années précédentes. Il a lieu en automne avec des températures basses accompagnées de conditions très humides. Il faut donc oublier la terre battue sèche et rapide qui favorise les rebonds en mai-juin. Cette fois, la surface sera bien plus lourde. La pluie s'invitera durant le tournoi. Des conditions climatiques devraient donc ralentir les conditions de jeu et favoriser les contreuses. A noter que les organisateurs ont décidé de faire un geste pour les joueuses mal classées avec une nette augmentation du prize money sur le premier tour.

Prize money du tournoi :
Finaliste : 850 500 euros (1,18 million d'euros en 2019, soit -27,92%)
1/2 finale : 425 250 euros (590 000 euros en 2019, soit -27,92%)
1/4 finale : 283 500 euros (415 000 euros en 2019, soit -31,69%)
8e finale : 189 000 euros (243 000 euros en 2019, soit -22,22%)
3e tour : 126 000 euros (143 000 euros en 2019, soit -11,89%)
2e tour : 84 000 euros (87 000 euros en 2019, soit -3,45%)
1er tour : 60 000 euros (46 000 euros en 2019, soit +30,43%)

1er Quart de Tableau

Simona Halep est bien la grande favorite du tournoi Porte d’Auteuil. Elle arrive en pleine confiance avec deux titres en deux tournois sur terre battue à Prague (août) et à Rome. La Roumaine est en grande forme accompagnée de son coach fétiche Daren Cahill qui est revenu au chevet de sa joueuse depuis le tournoi de Rome. Elle est en pleine confiance avec des qualités de contreuse et de joueuse physique et devrait être bien aidée par les conditions humides annoncées pendant la quinzaine. Sa partie de tableau sera un vrai combat avec beaucoup de joueuses de la nouvelle génération qui aimeraient la faire tomber. En commençant par Jil Teichmann. La Suissesse de 23ans a retrouvée des couleurs à Strasbourg. Malgré sa défaite en quart de finale, elle a montré qu’elle pouvait être une outsider de taille avec son jeu de gauchère plein de variations, un service performant et une mobilité impressionnante.

Invitée par les organisateurs, Eugénie Bouchard (ex-demi-finaliste en 2014) a retrouvé des couleurs depuis la reprise début août. Elle a exclusivement joué sur terre battue avec une belle performance à Prague (quart de finale) et Istanbul (finale). Elle retrouve de la consistance dans son jeu et parait bien plus sereine avec sa coach Rennae Stubbs. L’ex-joueuse australienne lui a permis de retrouver confiance en elle et en son jeu. Elle est à Paris depuis 10 jours pour bien s’y’ préparer. La Canadienne va-t-elle saisir cette opportunité avec une motivation d’aller le plus loin possible dans ce tournoi qu’elle aime tant ?

La demi-finaliste de la dernière édition, Amanda Anisimova, a été en dents de scie à Rome. Malgré une défaite au second tour en trois sets face à Yastremska, l’Américaine a retrouvé un peu de sérénité dans son jeu ainsi qu’une véritable implication dans chacune de ses frappes. Elle a retrouvé aussi son service et son efficacité dans ses frappes de balles. Sa petite gêne au niveau de sa main droite à cause d’ampoules devrait être soignée pour ce tournoi qu’elle aime tant. Sa mobilité et sa condition physique ont été beaucoup travaillées et cela s’est ressenti dans ses matchs à Rome.

Voilà une joueuse complètement imprévisible capable du meilleur comme du pire. Dayana Yastremska a su montrer un sursaut d’orgueil à Rome après sa séparation une semaine plus tôt avec son entraîneur sascha Bajin. Elle a réalisé une grosse performance pour retourner la situation dans son match qui l’opposait à Amanda Anisimova et a su bien embêter Simona Halep dans son huitième de Finale. Son jeu, basé sur de grosses frappes et beaucoup de prises de risque s’adapte à toutes les surfaces. Un jeu un peu similaire à une certaine Jelena Ostapenko (vainqueur 2017). Ce jeu se base essentiellement sur une vraie confiance en soi et en son jeu tout au long d’un tournoi. Yastremska adore avoir le rôle de l’outsider pour venir perturber les favorites.

La finaliste 2019 est bien présente contrairement à Ashley Barty. Marketa Vondrousova est de retour sur la terre parisienne. La jeune Tchèque qui peinait à retrouver une confiance totale en son jeu a retrouvé des couleurs à Rome. Elle a su réitérer sa performance de 2019 en atteignant les demi-finales avec une très belle victoire sur Elina Svitolina. Un style de jeu avec beaucoup de variations entre trajectoires et effets qui pourrait bien lui permettre de faire parler d’elle cette semaine. Des conditions climatiques qui pourraient bien favoriser son style de jeu. Elle risque d’être une outsider de taille pendant cette quinzaine pour pourquoi pas retrouver Simona Halep sur son parcours. Une joueuse qu’elle a déjà battue en 2019 à Rome.

De l’autre côté de ce quart de tableau, plusieurs joueuses sont favorites pour obtenir une place en quart de finale. Notamment, Johanna Konta, demi-finaliste l'an passé, qui avait perdu face à Marketa Vondrousova. La Britannique a connu un tournoi de Rome bien plus compliqué que sa tournée américaine avec une défaite dès son deuxième match. Un manque de repère par rapport à une Garbine Muguruza bien plus adepte des conditions de jeu difficiles de Rome. Elle arrive à Paris avec des ambitions et une envie de faire encore mieux qu’en 2019. Un service toujours aussi redoutable. Elle a besoin d'un jeu discipliné avec un fil conducteur pour rester serine dans ses matchs.

Elle risquerait de trouver une vieille amie qui l’avait battue au Maroc en 2019. Maria Sakkari est de retour à la compétition sur terre après une belle tournée américaine. La Grecque a envie de continuer sur sa lancée sur une surface qu’elle adore mais sans aucun match disputé avant ce Grand Chelem. Elle pratique un jeu à la fois de contreuse, mais aussi d’attaquante depuis bientôt un an. Elle sert bien et défend très bien grâce à une bonne mobilité. Elle pourrait être une sacrée cliente avec un coach comme Tom Hill qui est un fin tacticien pour bien aider sa joueuse. A condition de pas se faire surprendre sur les premiers tours.

L’une des plus grandes spécialistes de la surface avec Simona Halep, Kiki Bertens, est heureuse de pouvoir participer à cette édition 2020 de Roland-Garros après avoir raté l’édition 2019 à cause d’une gastro. La Néerlandaise est impressionnante sur terre battue, un jeu très varié de contreuse avec beaucoup d’effets et de variation. Un service efficace et un coup droit qui lui permet de faire la différence sur pas mal de points. Une interrogation plane autour de cette joueuse qui a déclaré forfait à Strasbourg pour blessure. Sera-t-elle à 100% pour cette quinzaine parisienne ?

2nd  Quart de Tableau

La grande favorite de cette partie de tableau est bien la tête de série numéro 3. Elina Svitolina monte en puissance au fil de ces deux dernières semaines. Un retour à la compétition à Rome qui fut grandement encourageant malgré sa défaite face à Vondrousova. Son parcours a été excellent à Strasbourg (finale ce samedi face à Rybakina) avec des victoires très intéressantes face à Sabalenka et Teichmann notamment. Elle a beaucoup travaillé son service, son revers et son toucher pendant la pause de 5 mois et cela se voit. L’Ukrainienne est solide au service tout comme dans le jeu avec un véritable jeu de contreuse qui pourrait bien être favorisé par les conditions annoncées. Elle risque d’être une joueuse capable de prétendre au titre au vu de son tableau.

Anett Kontaveit pourrait bien avoir son mot à dire. L’Estonienne n’est pas une joueuse spécialiste de terre battue mais elle a su s’améliorer depuis la reprise avec une finale à Palerme et un tournoi de Rome encourageant malgré une élimination précoce. Elle a un service de qualité et des coups puissants avec une prise de balle tôt. Kontaveit répond souvent présent à Paris quand elle ne tombe pas sur une tête de série au premier tour comme en 2018.

Caroline Garcia fait partie de ce quart de tableau. La Française retrouve des couleurs petit à petit depuis la reprise. Des résultats peu médiatiques mais des prestations importantes pour la confiance. Elle retrouve la terre battue parisienne qui l’avait vu atteindre son premier quart de finale en Grand Chelem en 2012. Elle retrouve son efficacité au service et une frappe puissante avec beaucoup de lift. Son mental a bien évolué avec une grande abnégation comparé aux années précédentes. Elle ne jette jamais l’éponge et se bat jusqu’au dernier point. Elle aura un premier tour compliqué comme celui de Rome face à Anett kontaveit, mais dans des conditions bien différentes qui pourraient bien l’aider. Si elle gagne ce 1er tour, elle peut bien atteindre au minimum le 3e tour.

Elise Mertens serait l’une des joueuses sur la route de l’Estonienne avant de venir embêter Svitolina. La Belge impressionne depuis la reprise sur terre avec une finale à Prague et un quart de finale à Rome. Elle est dans une très bonne dynamique avec une confiance retrouvée, un jeu plus étoffé où elle sait allier ses qualités de contre et ses qualités d’attaquante avec une prise de balle tôt et une variété dans le jeu qu’elle maîtrise entre trajectoires bombées et slicés.

Vika Azarenka, l’éternelle, est de retour. Un titre à Cincinnati, une finale à l’US Open et un quart de finale à Rome, soit 16 matchs en 4 semaines. L’ex numéro 1 mondial devient une candidate au titre avec sa capacité à s’adapter à toutes les surfaces avec un jeu varié. Elle adore jouer en cadence mais sait aussi gratter plus la balle pour être plus efficace sur terre. Elle maîtrise très bien la glissade avant la frappe. Depuis son retour à la compétition, elle parait plus sereine, souriante en abordant les matchs avec toujours plus de relâchement ce qui lui permet d’être capable de jouer son meilleur tennis.

Elle pourrait bien croiser sur son chemin une joueuse sortant des qualifications en provenance d’Argentine, Nadia Podoroska, qui a véritablement survolé les qualifications. Elle enchaîne avec 35 victoires pour 6 défaites toutes surfaces confondues dont 13 victoires pour une seule défaite sur terre battue avec un titre et une demi-finale. Elle produit un jeu bien au-dessus de son classement avec une aisance hallucinante sur terre battue, une qualité de service impressionnante, une variété de jeu très complète. Ses déplacements sont remarquables avec une glissade totalement maîtrisée ce qui lui permet de couvrir une grosse partie de terrain. Elle pourrait bien jouer les trouble-fête.

Deux autres jeunes mamans pourraient bien avoir leurs mots à dire dans cette partie de tableau. Tsvetana Pironkova est de retour grâce à une wildcar offerte par les organisateurs. Elle va retrouver un tournoi où elle avait atteint les quarts de finale en 2016. Elle joue plus relâchée et profite de chaque jour pour prendre du plaisir sur le terrain. Son jeu, basé sur la régularité dans un style à la Martina Hingins, pourrait bien être à son avantage avec ces conditions de jeu. Elle pourra mettre en place ses qualités de contreuse pour avancer dans ce tournoi.

Cela sera sans compter sur Serena Williams qu’elle pourrait bien croiser au second tour. L’Américaine est allée se préparer du côté de l’Académie Mouratoglou avec son coach avec comme objectif de remporter son 24ème titre du Grand Chelem. Elle se verrait bien gagner ce titre dans sa ville préférée. Son parcours sera compliqué mais pas impossible. Tout dépendra de sa forme physique sur cette terre battue qui s’annonce lourde.

3ème   Quart de Tableau

Aryna Sabalenka a affiché une grande forme à Strasbourg. Elle n’est pas une spécialiste de la terre battue mais elle parait plus patiente dans le jeu avec toujours autant de puissance. La Biélorusse reste une joueuse imprévisible sur les premiers tours capable de tout ou rien. Si sa qualité de service et son efficacité dans le jeu sont toutes les deux présents, elle peut bien être une outsider de taille pour atteindre les quarts de finale.

Elle ne sera pas aidée avec une partie tableau bien relevée. Notamment avec la présence de Garbine Muguruza (vainqueur de l’édition 2016) qui est grande forme depuis le début de la tournée sur terre battue. Un tournoi de Rome très encourageant avec un jeu plein d’opportunisme et d’agressivité qui n’était pas loin de faire tomber la redoutable Roumaine Simona Halep en demi-finale. L’Espagnole se verrait bien aller chercher un second sacre sur la terre parisienne.

La récente demi-finaliste de l’Us Open Jennifer Brady pourrait être une joueuse à ne pas prendre à la légère. On connaît bien sa forme et sa qualité de jeu sur dur, mais pas sur terre battue depuis son renouveau. Elle est très clairement affûtée et plus solide dans l’échange. L’Américaine pourrait bien se frayer un chemin si elle ne tombe pas dans le piège de Clara Tauson au premier tour.

D’autres joueuses comme Elena Rybakina, Fiona Ferro, Karolina Muchova, Donna Vekic ou encore Sofia Kenin auront aussi leur mot à dire pour obtenir le deuxième place accessible pour les quarts de finale.

Elena Rybakina a retrouvé des couleurs à Strasbourg avec un tournoi solide sans le moindre set de perdu (finale ce samedi face à Svitolina). Son jeu s’adapte à toutes les surfaces autant le dur que la terre battue. Elle se déplace vraiment bien pour sa grande taille avec des frappes toujours aussi puissantes et bien liftées. Une qualité de service retrouvée qui est l’une de ses grandes forces dans les moments importants.

Elle risque de croiser l’une des joueuses françaises qui était les plus en vue à la reprise. Fiona Ferro est de retour aux affaires après une blessure aux côtes. Elle avait remporté le tournoi de Palerme avec des prestations remarquables en y battant Anett Kontaveit en finale (6-2, 7-5). La Française avait fait une grosse préparation de terre battue avec un court privatisé pendant toute la suspension. Elle est une véritable terrienne avec une parfaite maîtrise de la glissade. Son jeu est varié avec son slice de revers et un coup droit bien gratté avec beaucoup de lift qui accélère magnifiquement bien la balle. La question restera sa condition physique, mais son premier tour lui permettra de se mettre en jambes face à une joueuse comme Heather Watson qui n’y arrive pas sur terre battue et qui revient elle aussi de blessure. Fiona Ferro n’a pas un tableau facile mais pourrait être la surprise française.

Karolina Muchova pourrait bien avoir son mot à dire. Cette joueuse maîtrise tous les coups du tennis. Son jeu s’adapte sur toutes les surfaces. Sa qualité de service et sa variété dans son jeu sont ses grandes forces. Elle se déplace très bien sur terre et adore jouer le rôle de l’outsider pour défier les meilleures joueuses du monde dans les Grands Chelems (vs Karolina Pliskova à Wimbledon). La Tchèque pourrait bien croiser le chemin de Rybakina ou Ferro au 3e tour.

Donna Vekic a été éliminée dès son 1er tour à Rome. La Croate a décidé de collaborer avec le célèbre coach Breton Sam Sumyk qui pourrait bien lui permettre de passer un cap. Cette jeune collaboration n’a pas pu fonctionner dès Rome, mais elle a eu le temps de se travailler pour Roland-Garros. La Croate n’est pas une grande adepte de la terre, mais pourrait bien venir créer la surprise. Un service puissant et efficace tout comme son jeu. Elle sait aussi varier le jeu avec des amortis. Il faudra compter sur elle pour tenter d’aller chercher une place en deuxième semaine.

La tête de série numéro 4 pourrait bien avoir envie de se reprendre après la débâcle qu’elle a connue face à Vika Azarenka à Rome (6-0, 6-0). Sofia Kenin avait créé la surprise en 2019 en éliminant Serena Williams en seizièmes de finale. L’Américaine peine à confirmer après son titre de l’Open d’Australie en début d’année. Elle est capable de belles fulgurances dans son jeu. Elle sait varier avec son revers slicé et ses amortis, jouer des balles plus bombées ou plus directes pour changer le rythme du jeu. Elle a déclaré se sentir bien et sans pression du côté de Paris. Ce tournoi pourrait lui permettre de se relancer malgré un tableau bien compliqué.

4ème  Quart de Tableau

La tête de série numéro 2 Karolina Pliskova arrive après un abandon en finale de Rome pour une blessure à la cuisse. Une interrogation physique qui se confirmera ou non au fil de ses premiers tours. Dans le jeu, elle était très intéressante avec beaucoup d’opportunisme et une prise de balle tôt. Elle a retrouvé son service qui lui faisait défaut pendant la tournée Américaine.

Elle risquerait d’avoir un véritable test dès le second tour. Avec la présence de Jelena Ostapenko l’ex vainqueur 2017. Elle a retrouvé des couleurs à Strasbourg avec un jeu toujours aussi puissant et efficace. Elle reste totalement imprévisible, capable de battre n’importe quelle joueuse quand elle est en confiance totale. Elle pourrait sans doute être une surprise de ce tableau mais son irrégularité chronique ne fait pas d'elle une favorite.

On va y retrouver l’ex finaliste 2018, Sloane Stephens qui retrouve des couleurs au fur et à mesure. Des débuts peu probants sur la terre battue, mais elle est capable de répondre présente dans l'un des tournois qu’elle apprécie le plus. L’Américaine est capable de produire du beau tennis sur terre. Un jeu basé sur de la régularité dans l’échange, des qualités défensives et de contreuse redoutables. Une capacité à varier les trajectoires bombées et plus directes avec une véritable puissance. Il va falloir compter sur Sloane Stephens qui pourrait être aussi aidée par les conditions climatiques prévues.

Une des joueuses qui reste une véritable interrogation est bien Petra Martic. La Croate est en totale perdition depuis la reprise de la compétition. Elle possède un jeu en accord avec la surface. Beaucoup de variations avec son slice de revers et un gros lift coup droit. Son service est une véritable arme, mais qui lui fait défaut en ce moment. Elle ne parait pas dangereuse au vu de ses dernières performances, mais il va falloir se méfier si elle reprend confiance sur les premiers tours.

D’autres joueuses peuvent prétendre à atteindre les quarts finals dans l’autre moitié de ce quart de tableau. La tête de série numéro 7 Petra Kvitova pourrait bien avoir son mot à dire, elle qui a déjà atteint les demi-finales en 2012. La Tchèque possède un véritable jeu de gauchère basé sur une grosse agressivité avec beaucoup de puissance dans ses frappes. Elle est capable de battre beaucoup de joueuses quand tout rentre dans le terrain. Elle est toujours au rendez-vous en Grand Chelem comme à l’US Open et son huitième de finale. Kvitova aura sans doute un premier tour compliqué face à Océane Dodin, mais qui lui permettra de se mettre en jambes.

Leylah Annie Fernandez pourrait bien avoir son mot à dire sur la route de la Tchèque. Elle vit une ascension incroyable au classement avec l’intégration du top 100 grâce à ses performances à Flushing Meadows. La Canadienne gagnante de Roland-Garros junior en 2019 sait très bien évoluer sur terre. Des coups liftés et bien grattés, une variation avec son revers slicé et ses amortis. Elle se déplace très bien avec une maîtrise de la glissade. Elle va jouer son premier Roland-Garros chez les pros et compte bien saisir cette opportunité. Cela ne serait pas une surprise de la retrouver au 3e tour au vu de son tableau.

Angélique Kerber pourrait bien être une adversaire potentielle en huitième de finale. L’Allemande qui avait prévu de revenir seulement pour Roland-Garros est revenue plus tôt à la compétition. La terre battue parisienne qui s’annonce lente et lourde pourrait bien favoriser son jeu basé avec ses qualités de contre pour faire travailler ses adversaires. Sa partie de tableau pourrait lui permettre de croire à une seconde semaine.

Elle pourrait sans doute croiser la route de Madison Keys qui est une adepte de la seconde semaine du côté de la Porte d’Auteuil. Quart de finale en 2019 et demi-finale en 2018. Elle possède une grande mobilité avec une vraie maîtrise de la glissade. Sa puissance de frappe qui parait si naturelle lui permet de faire une grande différence dans son jeu. Elle a besoin de confiance pour avancer dans le tableau.

L’Américaine risque de croiser une joueuse qui l’a bien embêté du côté de Flushing Meadows. Alizé Cornet est dans une saison intéressante après une belle tournée américaine. Un tournoi de Strasbourg prometteur malgré une défaite dès le second tour face à Elena Rybakina. La Française a su montrer qu’il fallait compter sur elle. Elle est capable d’être très solide dans l’échange avec une capacité à bien varier le jeu. Une qualité de service alliée une mobilité redoutable qui pourrait pousser à la faute pas mal de ses adversaires.


Nos prévisions pour les quarts de finale
Q1 : Simona Halep Vs Maria Sakkari
Q2: Elina Svitolina Vs Vika Azarenka
Q3: Garbine Muguruza Vs Fiona Ferro ou Rybakina
Q4: Sloane Stephens Vs Angélique Kerber

Nos values sur les vainqueurs du tournoi
Fiona Ferro
Angélique Kerber
Garbine Muguruza
Elina Svitolina