L'Espagnol sacré déjà 12 fois Porte d'Auteuil vise un 13ème sacre ce dimanche face à Novak Djokovic. En cas de succès, Rafael Nadal signerait sa 100ème victoire à Roland Garros. Mais face à lui, se dresse le numéro un mondial, invaincu cette saison, le seul joueur à l'avoir battu déjà 7 fois sur terre battue depuis 2011. Présentation de cette finale de rêve entre les deux meilleurs joueurs du monde et aux enjeux multiples avec l'analyse pointue de notre consultant Rodolphe Gilbert.

En demi-finale, la montagne s'élevait pour Rafa et Nole. On attendait voir ce qu'ils avaient dans le ventre face à deux sérieux outsiders. Et bien on a vu. La victoire du Serbe s'est faite en deux temps face à Tsitsipas. Alors que Novak Djokovic semblait survoler son match, en menant 6-3, 6-2, 5-4 avec une balle de match sur son service, c'est le moment choisi par Tsitsipas, totalement dos au mur, pour se libérer et commencer à prendre un maximum de risques sur son revers notamment. Le Grec est finalement parvenu à revenir à deux sets partout mais il a payé cher cet effort dans la manche décisive, totalement dominée par le numéro un mondial qui a considérablement augmenté son niveau de jeu. Un peu plus tôt dans l'après-midi, dans l'autre demi-finale, on attendait de voir si Diego Schwartzman, qui avait surpris Rafa à Rome, allait pouvoir rééditer un tel exploit. Mais cette fois, comme ce fut le cas lors des 9 premiers duels entre les deux joueurs, la domination de l'Espagnol fut totale. En raison d'une qualité de service trop friable et d'un réalisme insolent de Rafa, le score fut sans appel et Nadal se présente en finale sans avoir perdu un seul set.

Les deux finalistes s'affrontent sur le circuit depuis 2006. Ils se connaissent par cœur. C'est la plus grande rivalité de l'histoire sous l'ère Open. C'est leur 56ème affrontement et pour le moment Djokovic mène 29 à 26 mais c'est Nadal qui domine sur terre 17 à 7 (mais 5 partout sur les 10 derniers matchs). Rien qu'à Roland-Garros, les deux joueurs se sont déjà joués 7 fois et le Serbe ne s'est imposé qu'une seule fois en 2015, année où Rafa semblait à la peine puisqu'il n'avait remporté ni Barcelone, ni Monte Carlo, ni Rome, ni Madrid. Désormais, toutes les cartes sont rebattues pour cette finale, et sauf pépin physique, on devrait assister à un combat titanesque, peut-être le plus beau des combats entre les deux joueurs. En Grand Chelem, ils ont joué 15 fois l'un contre l'autre mais seulement 3 fois, le match est allé en 5 sets. En finale, c'est arrivé à une reprise à Melbourne en 2012.

La clé de cette finale sera probablement la diagonale coup droit de Djokovic dans le revers de Nadal. Celui des deux qui tiendra le mieux cette diagonale, remportera probablement de nombreux points importants, car leur 57ème affrontement se jouera forcément sur des détails comme celui-ci. Autre point essentiel : la qualité de service. L'Espagnol a semblé un ton en dessous sur cette quinzaine par rapport aux améliorations qu'il avait apporté à son service les mois depuis le printemps 2019. Mais Nadal reste évidemment favori à sa propre succession de part son bilan de 98 victoires pour 2 défaites à Roland Garros, de part sa domination face au Serbe à Paris mais aussi avec son parcours quasi parfait depuis le début du tournoi mis à part le premier set contre Jannik Sinner où il fut sérieusement bousculé. Si l'Espagnol remporte le titre, il reviendra à hauteur de Federer avec 20 sacres en Majeur, prenant ainsi ses distances avec le Serbe calé à 17. L'Espagnol n'a laissé que des miettes ici à Roland Garros puisque Djokovic n'a soulevé le trophée qu'à une seule reprise en 2016.

Pour espérer battre Nadal, le Serbe devra jouer long et flirter avec la ligne de fond de court, comme il l'a si bien fait depuis le début du tournoi. Cela lui permettra de prendre du temps à Rafa dans l'échange et venir conclure au filet ou s'ouvrir le court côté opposé. Les deux joueurs ont été impressionnants sur la quinzaine dans leur capacité à sauver les balles de break : 76% pour Djokovic et 74% pour Nadal. En retour, ils ont été d'une efficacité redoutable avec presque 50% de breaks sur les jeux de service adverses mais c'est l'Espagnol qui a été le plus efficace (79% de balles de break converties contre 53% pour Djokovic).

L'œil de Rodolphe Gilbert : Ce n'est évidemment pas une surprise de retrouver ces deux-là en finale. Surtout que Nadal avait un tableau plutôt dégagé. Il est une nouvelle fois au rendez-vous. Dans le palmarès des deux joueurs, je pense que Djokovic a vraiment très envie d'aller chercher un deuxième titre à Roland. Djokovic est numéro un mondial, il est invaincu cette saison, on peut difficilement en mettre un vraiment favori par rapport à l'autre à mon avis. Alors, bien sûr, il y a le bilan de Rafa ici à Paris mais je dirais que Djokovic aurait presque pu être favori s'il avait battu Tsitsipas en 3 sets. J'ai commenté ce match et je l'ai trouvé époustouflant. Jusqu'à ce jeu de service perdu à 5-4 dans la troisième manche alors qu'il a eu une balle de match, il était d'un réalisme hallucinant et affiché un niveau de jeu incroyable. Il jouait dans une cadence infernale, près des lignes, il a tout retourné alors que le Grec sert plutôt bien. Dans ce tournoi, j'ai trouvé que la moindre faiblesse de l'adversaire a été exploité par le Serbe. Mais il y a eu ce premier set contre Carreno et ce trou d'air face au Grec qui en a profité pour prendre deux sets. J'ai trouvé qu'il avait eu une bonne attitude en demi-finale. Il est resté concentré sans s'énerver, ce qui lui a permis de remporter le 5ème set avec facilité. Physiquement, je ne pense pas qu'il aura un déficit par rapport à Nadal même s'il a fini plus tard. Avec Thiem, il est le seul capable de battre Nadal sur terre battue à la régulière. J'aurais mis les joueurs quasiment à 50/50 sur cette finale où un très léger avantage à Nadal mais je ne trouve pas que c'est justifié de mettre Djokovic autant outsider sur ce match.


L'avis de la rédaction : victoire de Nadal
L'avis de Rodolphe Gilbert : value sur Djokovic
L'avis de Florent Serra : victoire de Nadal
L'avis de Julien Varlet : victoire de Nada
l

Pour créer un compte sur ZEbet et déposer au minimum 15 euros (jusqu'à 150 euros offerts) : utiliser le code promo TBN150 avant de valider votre inscription