Covid oblige, tout le calendrier de fin de saison a été repensé et modifié permettant ainsi à Cologne d'accueillir de façon exceptionnelle (licence accordée par l'ATP uniquement pour cette année 2020) le circuit. C'est la première fois dans l'histoire du tennis qu'une ville organise deux tournois sur deux semaines consécutives. Premier opus cette semaine avec un tableau garni de 10 membres du top 50 mondial dont l'Allemand Zverev, évidemment favori du tournoi de part son statut de 7ème mondial. Mais cette fin de saison se joue dans un contexte particulier. Généralement, cette tournée dur indoor européenne se dispute après l'US Open avec des joueurs qui ont quelques repères sur dur. Cette fois, après un mois de tournée sur terre battue, les repères et les automatismes sont chamboulés.

D'après les premières images que l'on a pu apercevoir des qualifications, les conditions avait l'air plutôt rapides mais attention, les matchs n'avaient pas lieu dans la LANXESS Arena, disponible seulement à partir de demain.

Trois joueurs ont obtenu une wildcard pour ce tournoi : Andy Murray ainsi que les deux Allemands Daniel Altmaier et Misha Zverev qui a certainement dû faire partie de la négociation avec le staff de Sasha.

1er quart de tableau

[7] Zverev, Alexander (ALL)
Après une saison 2019 décevante, l’Allemand s’est relancé en 2020 surtout en Grand Chelem. Il a évidemment les qualités pour briller sur dur en indoor comme son titre à l’ATP Finals en 2018 le prouve. Il avait aussi remporté Montpellier en 2017 et St Petersbourg en 2016. La question de la motivation de l’Allemand peut néanmoins se poser dans un tournoi de catégorie 250. Depuis qu’il est dans le top 10 mondial, son bilan dans cette catégorie est de 2 titres (Munich, Genève) mais aussi trois éliminations dès son 2ème match et une sortie de piste dès son entrée en lice (Stuttgart). A partir des quarts de finale, il n'aura pas un tableau facile (Edmund ou Krajinovic).

[29] Krajinovic, Filip (SER)
Le Serbe est l’une des déceptions de ce Roland Garros. Alors qu’il semblait avoir franchi un palier depuis plus d’un an, son élimination dès le premier tour face à Milojevic fait tâche alors que la terre battue est sa meilleure surface (10 titres en challenger). Révélé au grand public à Bercy en 2017 où il avait atteint la finale, Krajinovic a depuis confirmé qu’il avait de bonnes dispositions en indoor avec récemment une finale à Stockholm et deux demi-finales en début de saison à Montpellier et Rotterdam. Son seul point noir reste son bilan face au top 20 avec seulement 7 victoires pour 21 défaites depuis ce fameux parcours au Masters de Paris Bercy. C’est donc pour le moment en ATP 250 qu’il pourrait avoir une ouverture pour espérer enfin soulever son premier titre sur le circuit principal.

[45] Edmund, Kyle (G-B)
Titré à New York en février, le Britannique a rappelé à tout le monde qu’il était un joueur très à l’aise en indoor. Il a certes peu joué depuis le début de sa carrière mais il présente un bilan de 75% de victoires : 1 titre en ITF, 1 autre en challenger et 2 titres sur le circuit ATP dont Anvers fin 2018. Forfait pour Roland Garros en raison d’une légère douleur au genou, nos informations sont plus plutôt rassurantes le concernant. Il est prêt à reprendre la compétition en Allemagne. Il fait évidemment partie des joueurs capables de remporter le tournoi en cas de défaillance des rares cadors présents à Cologne.

[58] Verdasco, Fernando (ESP)
Exclu de Roland Garros en raison d’un test positif à la Covid, l’Espagnol n’a pas encore repris vraiment la compétition à part 3 matchs à l’UTS et une déroute en qualifications à Rome. Il s’était d'après ses déclarations bien préparé pour Roland Garros. Comment va-t-il aborder psychologiquement ce tournoi ? Verdasco est un joueur complet capable évidemment de très bien jouer en indoor. Mais il est difficile de l’imaginer remporter le titre sur une surface qui n’est pas sa meilleure, sans aucun match dans les jambes. L’esprit revanchard sera-t-il suffisant ?

[WC] Murray, Andy (G-B)
Après une tournée américaine plutôt réussie avec une victoire face à Zverev puis un succès en 5 sets face à Nishioka, il a semblé vraiment diminué physiquement, incapable de tenir la cadence et la puissance d'Auger et Wawrinka alors que le Britannique, il y a un an, battait le Suisse en finale à Anvers. A noter toutefois, que Murray, opéré de la hanche, n'avait plus joué sur terre battue depuis 2017 et que forcément, la surface lui pose des problèmes puisque les glissades sont forcément plus compliquées à réaliser... Il retrouve donc à Cologne des conditions de jeu plus adaptées à sa situation, un format en 2 sets gagnants et une surface où il n'aura pas trop l'occasion de glisser... Il n'a cependant vraiment pas été gâté par le tirage au sort. Il tombe dans le quart le plus relevé puisqu'il n'aura que des joueurs de renom à affronter jusqu'en finale.

[64] Johnson, Steve (USA)
Les dernières performances de l’Américain en indoor remontent à 2015. A l’époque, il avait atteint la finale à Vienne et la demie à Valence. Depuis, il compte 13 défaites pour seulement 4 victoires. Titré en challenger à Indian Wells juste avant la suspension du circuit, il n’a pas repris sur la même dynamique malgré une belle victoire sur John Isner en 5 sets. Vu son tableau, difficile de l'imaginer dans le dernier carré du tournoi.

[Q] Harris, Lloyd (AFS)
Le Sud-Africain est sorti brillamment des qualifications face à Gojowczyk et Giron. Il a peu d'expérience en indoor, c'est surtout un jeune joueur qui a pris ses marques en extérieur sur dur. Mais néanmoins, il a évidemment le jeu pour bien jouer dans ces conditions et surtout il est en progression constante depuis presque deux ans. Ce n'est pas vraiment un bon tirage pour Edmund au premier tour. Finaliste à Adélaïde en début de saison, il est le candidat parfait pour jouer les trouble-fête dans ce genre de tournoi. Méfiance !

2ème quart de tableau

[24] Paire, Benoit (FRA)
Avec sa qualité de service et ses qualités de retour, il a évidemment le jeu pour bien jouer en indoor mais son bilan reste maigre depuis sa finale à Metz en 2017 (14 victoires pour 17 défaites). Et même en challenger, il n’a pas percé un tableau depuis sa demi-finale au Mouilleron en 2016, tournoi qu’il avait remporté d’ailleurs en 2015. Son niveau de jeu affiché sur cette reprise du circuit n’est pas à la hauteur de son talent. Mentalement, il ne semble pas disposé à bien jouer et prendre du plaisir. Mais déjà avant la suspension du circuit, il n’avait pas eu de bons résultats après sa finale à Auckland (3 victoires pour 5 défaites). Sur ses 17 derniers tournois en indoor, il n’a réussi à enchaîner deux victoires qu’à deux reprises. Sinon ce fut une élimination dès le premier ou deuxième tour…

[40] Cilic, Marin (CRO)
Le Croate a souvent brillé en indoor (8 titres et 4 finales). Ses qualités s’adaptent parfaitement à cette surface même si c’est un joueur ultra complet titré sur toutes les surfaces. Sa dernière finale remonte à 2016 mais sur les 14 tournois qu’il a disputés depuis, il n’a perdu que contre des joueurs mieux classés que lui (Rublev, Goffin, Wawrinka, Djokovic, Shapovalov, Del Potro) ou des spécialistes de la surface (Tsonga, Benneteau, Isner, Copil). Après plus d’un an de crise, Marin Cilic semble relever doucement la tête mais il est aujourd’hui 40ème mondial, son plus mauvais classement depuis 2013. Il ne se présente pas en favori mais il fait partie des joueurs à surveiller et outsider pour le titre. Si jamais Zverev connaît une mésaventure, il aura une ouverture pour atteindre la finale.

[65] Berankis, Ricardas (LIT)
Voilà un joueur qu’il faudra surveiller. Le Lituanien est un pur spécialiste de la surface (68% de victoires) capable d’élever son niveau de jeu jusqu’à battre Raonic deux fois et pousser en 3 sets Tsitsipas, Rublev et Medvedev. Il a remporté 6 titres en challenger (+4 finales) et atteint la finale de Moscou également en 2017. A l’instar de Gilles Simon, ses qualités de contre font qu’il est très difficile à déborder. Mais en raison de sa taille, il est en difficulté parfois au service, c’est pourquoi il est plus à l’aise sur les surfaces indoor plus lentes comme celle de St-Petersbourg. Son premier tour sera certainement son plus gros match à disputer avant une éventuelle demi-finale face à Zverev.

[70] Davidovich Fokina, Alejandro (ESP)
L’Espagnol est un joueur complet. Mais il s’aventure assez peu en indoor (seulement 4 matchs disputés en carrière depuis 2014 dont 3 au dernier NextGen à Milan). Il faut donc éviter de tirer des conclusions hâtives concernant ce joueur, tout à fait capable de s’adapter aux conditions de jeu sur dur en indoor. En tout cas, il n’avait pas été ridicule à Milan en novembre dernier. Il est en progression et une montée au classement passe pour Davidovich par des résultats sur dur.

[53] Thompson, Jordan (AUS)
Il fallait vraiment regarder ses statistiques pour le croire mais l’Australien est bel et bien un bon joueur en indoor, pourtant pas une surface où les Australiens brillent traditionnellement. Certes, Thompson a peu joué en carrière (27 matchs) mais il compte un titre à Cherbourg et deux finales à Colombus et Calgary en challenger ainsi que 4 succès sur le circuit ATP notamment face à Karlovic et Isner notamment. Il sera à surveiller en cas de défaillance des cadors comme c'est souvent le cas dans ces tournois.

[90] Novak, Dennis (AUT)
L'Autrichien est passé totalement à côté de sa reprise. Joueur complet à l'aise sur toutes les surfaces, il aura sûrement à cœur de réussir ce tournoi. En indoor, il a remporté deux titres en 2019 sur le circuit challenger en y battant quelques joueurs du top 100 (Gerasimov, Travaglia, Popyrin). Mais il est trop peu performant sur le circuit principal (aucun quart de finale disputé) pour espérer aller loin dans le tableau.

[Q] Ruusuvuori, Emil (FIN)
Déjà hérigé au rang de star en Finlande, cette jeune pépite du tennis mondial a déjà 21 ans. Il n'est donc pas vraiment dans les temps de passage de Jannik Sinner ou Felix Auger-Aliassime par exemple. Néanmoins, son potentiel est réel et c'est sur dur en indoor qu'il s'est pour le moment le mieux exprimé avec 4 titres en ITF, 2 titres en challenger (15 victoires pour 5 défaites) et déjà 4 victoires en 8 matchs sur le circuit principal. Désormais dans le top 100 (93ème), Ruusuvuori est sorti sans souci des qualifications face à Jung et Hoang. C'est un duel de la NextGen qui l'attend au premier tour face à Davidovich.

3ème quart de tableau

[20] Auger-Aliassime, Felix (CAN)
Il fait partie de ces joueurs qui ont vu leur élan stoppé par la Covid-19. Alors qu’il avait réussi à franchir un cap en février avec deux finales à Rotterdam et Marseille, le jeune Canadien n’a pas trop brillé lors de la reprise. Son jeu s’adapte évidemment parfaitement à la surface. C’est l’occasion pour lui de retrouver la confiance perdue. Il est en quête d’un premier titre sur le circuit principal contrairement à ses petits camarades un peu plus âgés que lui (Rublev, Humbert, Shapovalov, Moutet, Kecmanovic, De Minaur, Ruud) qui ont déjà été titrés. Le Canadien doit profiter de ces tournois 250 pour continuer à emmagasiner de l'expérience. S'il retrouve son niveau de l'hiver dernier, alors il aura évidemment ses chances pour remporter le titre.

[30] Struff, Jan-Lennard (ALL)
L’Allemand (30 ans) attend toujours le sacre sur le circuit principal. Pire, il n’a même pour le moment jamais atteint la moindre finale (7 défaites en demies). Ce bilan n’est pas anodin. Il met en avant les limites de Struff, qui a certes progressé depuis deux saisons, mais semble incapable d’enchaîner plus trois ou quatre victoires consécutives… Pourtant, son jeu devrait s’adapter parfaitement au dur indoor où il a signé de façon isolée des belles victoires face à Khachanov, Tsonga ou Wawrinka. Son irrégularité ne fait pas de lui sur le papier un candidat au titre mais il va évoluer à domicile et dans ce contexte, tout semble possible.

[122] Daniel Altmaier (ALL)
L'Allemand a obtenu une wildcard pour récompenser son excellent parcours à Roland Garros. Le jeune de 22 ans a très peu joué pour le moment en indoor. C'est un joueur complet dont les qualités peuvent totalement s'acclimater aux conditions indoor. Difficile cependant d'enchaîner après une telle exposition en Grand Chelem. Sa partie de tableau n'est pas un cadeau. La plus grande adversité qu'il a rencontrée en indoor fut contre Jeff Wolf et Elias Ymer, deux rencontres perdues par l'Allemand.

[75] Herbert, Pierre-Hugues (FRA)
Le Français aime jouer en indoor. Ses qualités de service et son jeu offensif s'adaptent bien à la surface. Titré à 4 reprises en challenger, il a aussi atteint la finale à Montpellier et la demi-finale à Rotterdam. Cependant, il ne compte qu'une seule victoire face au top 20 mondial en carrière en indoor (Thiem à Rotterdam en 2017) pour 11 défaites. Il est capable de pousser les cadors dans un troisième set mais rarement mieux. Sur ce tournoi, le tableau semble ouvert puisque sur le papier il affronterait Auger en quarts de finale et Bautista en demi-finale. Ces deux joueurs n'affichent pas leur meilleure forme à l'instar de Struff ou Albot.

[76] Albot, Radu (MOL)
Le Moldave était incapable de gagner un match pendant un an. Mais il a mis fin à 11 défaites consécutives face à Londero puis Thompson. La surface indoor lui réussit puisqu'il affiche un bilan de 12 victoires pour 7 défaites depuis début 2018. Des succès face à Isner, Fucsovics, Berankis, Herbert, Karlovic ou encore Gulbis. Méfiance donc sur Radu Albot qui pourrait comme le Français se sortir de ce quart de tableau sans joueur majeur qui se détache par son talent ou son état de forme.

[Q] Otte, Oscar (ALL)
Après une victoire facile face à l'Allemand en forme du moment, Koepfer, Otte a souffert face à Polmans mais a obtenu son billet pour le tableau principal. Le 142ème mondial est plutôt un habitué du circuit challenger. A 27 ans, il en compte que 7 matchs sur le circuit ATP (2 victoires). En revanche, il compte deux titres en challenger mais sur terre battue, pas en indoor. Depuis 2017, il a disputé 28 tournois en salle mais n'a atteint qu'une seule fois le dernier carré. Pas vraiment de quoi créer la surprise dans ce quart de tableau.

[Q] Laaksonen, Henri (SUI)
Le Suisse (135ème) s'est également qualifié en éliminant Masur et Sugita. Il n'a pas un bilan exceptionnel en indoor avec seulement 38% de victoires sur le circuit ATP et deux titres en challenger. S'il passe le premier tour, il aura droit à un choc face à Auger-Aliassime. Petit souci, même si le Canadien n'est au sommet de sa forme, le Suisse n'a jamais battu un top 20 dans sa carrière (10 défaites en 10 matchs). Pas vraiment un argument pour faire de lui un candidat au dernier carré...

4ème quart de tableau

[10] Bautista Agut, Roberto (ESP)
L’Espagnol vient d’être papa et cela a forcément dû avoir un impact sur ses performances à Hambourg et Paris. On l’a senti moins fringuant face à Rublev et Carreno. Même si c’est un joueur complet qui s’adapte à toutes les surfaces, le dur indoor ne le met pas vraiment dans les meilleures conditions. Sur ses 17 finales en carrière, il n’y en a eu que 4 sur dur indoor et la dernière remonte à 2016 à Sofia. Depuis son bilan est de 22 victoires pour 18 défaites dont 4 demi-finales (3 à St-Petersbourg). Il reste évidemment toujours difficile à battre pour les joueurs au-delà de la 50ème place mondiale (7 victoires sur ses 8 derniers matchs) mais si les conditions de jeu rapides de Cologne se confirment, elles vont avoir un impact direct sur ses performances puisque c’est sur les indoor plutôt lents que l’Espagnol est le plus à l’aise.

[31] Hurkacz, Hubert (POL)
Voilà une énigme qui trouvera peut-être sa solution un jour et pourquoi pas cette semaine ? Hubert Hurkacz (23 ans) a toutes les armes pour bien jouer en indoor mais pourtant son bilan est catastrophique en rapport à ses qualités. Depuis ses débuts sur le circuit professionnel en 2015, il a disputé 21 tournois en indoor. Il n’a réussi à enchaîner deux victoires qu’à une seule reprise à Brest en challenger, tournoi qu’il a d’ailleurs remporté. Sur le circuit ATP, il ne compte que 2 victoires pour 8 défaites. A sa décharge, il faut souligner le niveau de ses adversaires (Bublik, Barrère, Gulbis, Tsitsipas, Khachanov, Cilic, Pospisil). Ce tournoi pourrait-il servir de déclic au Polonais ? C’est fort possible ! Sa partie devrait lui permettre d'arriver en quarts de finale au minimum.

[43] Millman, John (AUS)
L’Australien n’est pas vraiment un joueur à l’aise en indoor. Ses résultats (6 victoires en carrière pour 12 défaites) ne plaident pas en sa faveur. Il reste sur 7 défaites consécutives.

[54] Simon, Gilles (FRA)
Le Niçois compte 6 titres et 3 finales en indoor dont la plupart à Metz et Marseille. A 35 ans, il n’est cependant pas dans la meilleure forme de sa vie depuis la reprise.

[61] Fucsovics, Marton (HON)
Le Hongrois a réalisé un tournoi de Roland Garros de très grande qualité, poussant Rublev dans un 5ème set et condamnant ainsi le Russe à s’arrêter au tour suivant. Fucsovics est en confiance. La surface indoor est sa meilleure surface. Il y a remporté un titre en challenger (+ une finale) et il a confirmé sur le circuit principal avec une finale à Sofia notamment. Vu son état de confiance affiché à New York et Paris, il est évidemment un joueur à prendre très au sérieux.

[WC] Mischa Zverev (ALL)
Le grand frère de Sasha (33 ans) n'a évidemment plus le classement nécessaire pour jouer les tournois ATP. Il ne compte qu'une seule victoire sur le circuit principal depuis juillet 2019 et son quart de finale à Newport. Il a chuté à la 265ème place mondiale. Il a cependant repris quelques couleurs en challenger en indoor en début de saison à Quimper et Cherbourg mais suffisant pour espérer briller à Cologne ? L'ancien 25ème mondial fut un joueur redoutable en indoor capable de se hisser en finale à Metz et en demi-finale à Bâle, Metz et Marseille.


Les prédictions de la rédaction pour les quarts de finale

Q1 : Zverev vs Krajinovic
Q2 : Novak vs Cilic
Q3 : Struff vs Auger
Q4 : Hurkacz vs Fucsovics