Stan Wawrinka n’a pas vraiment été à  la hauteur de son talent et de son palmarès sur cette reprise sur terre battue, que ce soit à Rome (battu dès le premier tour par Musetti 6-0, 7-6) ou à Roland Garros (éliminé par la sensation Hugo Gaston au 3e tour). Il essaiera donc de se relancer en indoor, bien que la surface ne soit pas sa meilleure (56% de victoires en carrière). Il compte seulement un titre sur cette surface mais il compte une finale et une demi-finale en deux participations ici. Le Suisse n’a pas disputé la moindre rencontre en salle depuis le Master de Paris Bercy, soit près d’un an ; la mise en route prendra peut-être un peu de temps. Il sera opposé à Daniel Evans (34e), qui a réalisé un bon début de saison avant que la crise sanitaire ne vienne tout mettre en stand-by (11 victoires pour 5 défaites). Cette longue pause ne semble pas lui avoir été bénéfique puisque le Britannique n’a remporté que deux de ses six matchs depuis, enchaînant notamment trois éliminations au premier tour (certes sur terre battue où son bilan est très faible) à Rome, Hambourg et Roland Garros. S’il n’a pas disputé beaucoup de matchs en indoor au cours de la dernière année (10 en comptant la Coupe Davis, dont 6 défaites), Evans a atteint les quarts de finale à Rotterdam en février dernier, éliminant notamment Karen Khachanov. Il a aussi réalisé quelques belles performances en indoor sur le circuit challenger (65% de victoires) avec notamment 3 titres et 2 finales perdues. Au niveau des confrontations directes, le Suisse mène largement (3-0), mais les deux hommes ne se sont jamais affrontés en salle.

L'œil de Rodolphe Gilbert : Stan avait beaucoup d'ambitions sur la tournée sur terre mais il a été décevant. Il n'a pas atteint ses objectifs. Il va devoir repartir sur dur indoor face à un Dan Evans jamais facile à manœuvrer. Le Britannique est un bon joueur de dur. J'aurais mis une cote légèrement en faveur du Suisse mais sans un trop gros écart. L'avantage pour le Suisse qui peut appuyer son statut de favori, c'est que Dan Evans n'est pas un gros serveur. Mais sinon, je trouve que la cote de Wawrinka est trop basse. Il est fort possible qu'Evans lui complique sérieusement la tâche.


Evgeny Donskoy vs Egor Gerasimov

Le Russe (119e) n’est pas souvent apparu dans un tableau principal cette saison, échouant plutôt en qualification ou préférant jouer sur le circuit challenger. Depuis la reprise, Donskoy a disputé quatre matchs pour quatre défaites, trois fois face à un adversaire moins bien classé que lui. Le natif de Moscou aura au moins l’avantage de bien connaitre la surface à St Petersbourg, puisqu’il s’agit de sa 11e participation (8 victoires – 10 défaites, qualifications comprises). Son adversaire, le Biélorusse Gerasimov (83e), aime l’indoor, mais aussi St Petersbourg, puisque, sorti des qualifications, il avait atteint les demi-finales en éliminant notamment Adrian Mannarino et Matteo Berrettini lors de l’édition 2019. Cette surface un peu moins rapide ne lui posera donc pas spécialement de problèmes. Cette année, il s’est hissé en quart de finale à Marseille alors qu’il venait aussi des qualifs. C’est aussi le Biélorusse qui mène au niveau des confrontations directes (3-1), jouées à chaque fois sur dur.


Tennys Sandgren vs Aslan Karatsev

Hormis une tournée sur terre battue comme souvent décevante, Tennys Sandgren réalise une belle saison 2020. L’Américain avait notamment atteint les quarts de finale à l’Open d’Australie en éliminant Berrettini et Fognini. Assez à l’aise en salle, Sandgren a surtout effectué des tournois challenger et a donc peu de références sur cette surface dans des tournois majeurs. Sur le circuit principal, son meilleur résultat est un quart de finale à Stockholm en 2018. Depuis, il n’a disputé que quatre matchs en indoor, pour une seule victoire. Son adversaire intègre le tableau principal grâce à une wildcard. Aslan Karatsev (116e) n’est pas un joueur d’indoor (48% de victoires sur le circuit challenger, son plus mauvais pourcentage), mais il a l’avantage de connaitre cette surface particulière puisqu’il a pris part aux qualifications l’an dernier (défaite face à Dzumhur). Il ne compte qu'une seule victoire en indoor sur le circuit ATP mais il s'était illustré à Kazan en 2016 en battant ses compatriotes Medvedev et Khachanov. L'Américain est donné favori de ce match mais la méfiance est de mise. On pourrait même trouver un petit intérêt à miser sur le Russe qui jouera chez lui même si pour le moment ses résultats à Moscou n'ont pas été bons.

Alexander Bublik vs Mackenzie McDonald

Le Kazakh revient sur une surface où il a eu de très bons résultats par le passé (65% de victoires en carrière et 3 victoires en challenger) après une tournée sur terre intéressante (quart de finaliste à Hambourg et vainqueur de Gaël Monfils à Roland Garros). En début d’année, le roi du service à la cuillère avait même atteint les demi-finales à l’Open 13 de Marseille, éliminant consécutivement Marton Fucsovics, Benoit Paire et Denis Shapovalov. Classé au-delà de la 200e place mondiale, son adversaire du jour utilise son protecting ranking pour continuer à jouer sur le circuit principal. Si McDonald a eu quelques bons résultats en challenger en indoor, il n’a, en revanche, gagné qu’un seul match dans un tableau principal sur cette surface en 9 tournois disputés.

L'œil de Florent Serra : Bublik joue vraiment bien depuis plusieurs mois. Il a gagné en régularité mais malgré tout, je me méfie toujours de lui sur ce genre de match sur un premier tour. McDonald c'est pas si mal sur quick ! Il tient bien la balle du fond du court, il sert pas trop mal pour sa taille, c'est pas forcément un adversaire idéal pour Bublik. Que le Kazakh soit favori c'est logique mais je reste méfiant malgré tout.


Taylor Fritz vs Cameron Norrie

Taylor Fritz (30e) sort de deux troisièmes tours en Grand Chelem depuis la reprise, mais le jeune Américain n’a pas vraiment de référence en indoor sur le circuit principal, hormis une finale à Memphis à 2016. Avec un bilan de 14 victoires pour 14 défaites en carrière, il n’a jamais passé plus de trois tours dans un tournoi ATP en salle depuis. Mais en y regardant de plus près, on se rend compte qu'il a battu Zverev, Tiafoe, Berrettini ou encore Thiem. Cette saison, il n’a pas joué le moindre match sur cette surface. Il s’agit aussi de sa première participation au tournoi de Saint-Pétersbourg. Cameron Norrie (72e) a été performant à l’US Open où il a notamment éliminé Diego Schwartzman, mais le Britannique n’a pas réussi à confirmer ensuite sur terre battue, s’inclinant au premier tour des qualifications à Rome et dès son entrée en lice à Roland Garros. En indoor, Norrie n’a pas réalisé de grandes performances puisqu’il n’a jamais dépassé un second tour sur le circuit ATP. Ce sera le 5e duel entre les deux hommes depuis 2019 (2-2), qui se sont affrontés à chaque fois sur dur. Lors du dernier face-à-face en février dernier à Delray Beach, c’est le Britannique qui s’était imposé en trois manches (6-4, 6-7, 6-4). Le statut de favori de l'Américain semble logique par rapport à ses qualités de service et ses progressions depuis plus d'un an. La surface plutôt lente de St-Petersbourg devrait lui permettre de bien préparer ses frappes et combler une certaine lacune dans sa vitesse de déplacement. Son bilan face aux gauchers sur dur est pour le moment assez équilibré (22 victoires pour 20 défaites).


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics sur le site pyckio.com :
https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Victoire de Fritz / Victoire de Gerasimov
⭐️Victoire de Bublik / Victoire de Karatsev