Ce dimanche a lieu la finale de l'édition 2020 de Roland Garros. Sans l'assistance vidéo. Mais les instances semblent vouloir accélérer l'utilisation de la technologie sur terre battue. Roland Garros va-t-il adopter une assistance informatique/vidéo pour aider les arbitres dès 2021 ?

Cela ne vous a certainement pas échappé, de nombreux joueurs ont émis le souhait de voir apparaître une assistance informatique aux juges de lignes et aux arbitres. En effet, Djokovic milite dans ce sens notamment. De plus, de nombreux joueurs ont fait les frais d’une erreur d’arbitrage pendant leurs matchs sur cette édition 2020 : Mladenovic contre Siegemund sur une balle de set (deux rebonds), Schwartzman sur une balle de break contre lui contre Thiem (balle de Thiem donnée bonne alors qu’elle était faute) … Certains joueurs, comme Marton Fucsovics, sont allés jusqu'à prendre des photos de marques douteuses avec leur téléphone, une pratique que les autorités du tennis ont très vite découragée.

Avant de rentrer dans le débat, il est important de présenter les technologies qui sont actuellement utilisées dans le monde du tennis.

Hawk Eyes
La plus connue et la plus ancienne technologie. Cette année, elle a même remplacé les juges de lignes à l’US Open en raison des conditions sanitaires. Le Hawk Eye marche grâce à de nombreuses caméras disposées tout autour du terrain permettant de savoir où a rebondit la balle. Pendant longtemps, cette technologie n’a pas été critiquée, seulement, depuis quelques années, elle a de plus en plus de détracteurs. En effet, plus la vitesse est rapide, moins le hawk eye est précis. De nombreuses erreurs ont donc été constatées ces dernières années notamment sur des services. L’erreur la plus connue est arrivée lors du match Wawrinka-Hewitt en 2013. Wawrinka servait pour le set mais Hewitt parvient à se procurer une balle de break. Wawrinka fait une très grosse première balle annoncée bonne par le Hawk Eye. Voila pourtant la trace de la balle laissée. La vitesse élevée du service de Wawrinka a certainement provoqué cette erreur du Hawk Eye.

FoxTenn
Voici une technologie élaborée par une entreprise espagnole qui est apparue il y a seulement quelques années. Celle-ci, contrairement au Hawk Eye, s’appuie sur le rebond réel de la balle et non pas sur une estimation comme le fait le Hawk Eye. Cette technologie est déjà utilisée au Masters 1000 de Madrid et sur quelques tournois WTA Premier. Il semble en effet que cette technologie est plus précise que le Hawk Eye, cependant, étant donné qu’elle est réellement arrivée sur le circuit il y a deux ans, il n'y a pas assez de certitudes sur sa fiabilité sur le long terme.

Aujourd'hui, les trois autres Majeurs ont adopté la vidéo. Cela s'explique par le fait que les traces sur dur ou gazon sont moins visibles et exploitables à l'œil nu. Mais la technologie est en marche. FoxTenn a reçu l'approbation des circuits masculins et féminins pour une utilisation d'essai sur terre battue. Hawk-Eye, longtemps le système leader du tennis, recherche une approbation similaire, et une version a même été utilisée dans certains tournois pour éliminer complètement les juges de ligne humaine.

Faut-il adopter le Hawk-Eye ou Foxtenn à Roland Garros ?
Concernant le Hawk Eye, il faut y réfléchir, l'estimation n'étant pas fiable à 100%, Pour Foxtenn, le raisonnement n’est pas le même. S’il s’avère que cette technologie ne donne pas d’estimation et qu’elle est réellement fiable, la réponse sera seulement une question de point de vue. En effet, de nombreuses personnes trouveront que cela enlèvera le charme qu’il y a d’aller voir les traces sur terre battue de mettre une assistance informatique. Pour d’autres personnes, cela sera plus juste de mettre Foxtenn car cela évitera les erreurs d’arbitrage.

L'avis de Casper Ruud : « Nous devrions également commencer à utiliser Hawk-Eye pour les tournois sur terre battue pour nous éviter toutes ces discussions et ces débats inutiles avec les arbitres. C'est un peu étrange qu'ils aient le Hawk-Eye disponible ici à Roland Garros, mais qu'ils ne le montrent que pour la télévision. Je ne comprends pas pourquoi nous ne pouvons pas l'utiliser, pour être honnête. »

Pour l'ancien vice-président de l'ATP Gayle David Bradshaw, « le dentifrice est sorti du tube. Ma position en tant qu'officiel a toujours été que s'il y a un moyen de l'améliorer pour nos athlètes, nous devons le faire. » Bradshaw a assisté à un essai pour FoxTenn lors d'un tournoi satellite sur terre battue à Barcelone l'année dernière « et je pense que la majorité des joueurs étaient favorables. »

En février dernier, le tournoi de Rio a été le premier tournoi sur terre à utiliser la vidéo avec FoxTenn. Le système a également été utilisé en Fed Cup entre les Pays-Bas et la Biélorussie. Le système sera aussi testé à Madrid en 2021. Le patron de Foxtenn, Javier Simon a « compris qu'il y avait beaucoup d'erreurs sur terre battue en raison de l'œil humain. Le mythe de la marque sur l'ocre a finalement été brisé. »

L'exemple le plus récent date de vendredi lors de la demi-finale entre Schwartzman et Nadal. Au début du deuxième set, une balle de l'Argentin a été annoncée faute par Aurélie Tourte, l'arbitre de la rencontre. Alors que Rafael Nadal lui-même a eu un sérieux doute sur la trace, l'annonce a été confirmée. A tort donc après visionnage de la vidéo de manière non officielle.

Pour l'entraîneur de Simona Halep, Darren Cahill, « on aura également un problème dans l'autre sens avec la vidéo. Nous avons un système sur terre battue que nous utilisons depuis toujours. Les arbitres de chaise méritent un certain crédit. Ils font leur travail depuis 100 ans, donc je pense que sur terre battue, le système que nous avons en ce moment est un très bon système. Si nous pouvons l'améliorer, cela ne me pose aucun problème, mais vous devez me prouver que nous avons une meilleure option. »

Expérience encore plus récente ce samedi à Barcelone. Avec une balle qui semble très clairement rebondir sur la ligne voire légèrement à l'intérieur du court. Et pourtant, l'arbitre a été incapable de retrouver la bonne trace, donnant la victoire à tort à la paire Walk/Weis qui n'a fait preuve d'un réel fairplay sur ce cas précis.