Pour une première journée sur le circuit principal, le tournoi de Cologne a été généreux en surprises et scénarios invraisemblables... Entre la victoire Mischa Zverev, celle de Otte ou encore le succès d'Albot, sans oublier Johnson et Dennis Novak, ce sont 5 outsiders qui se sont offerts un favori. Le tableau s'est donc déjà considérablement ouvert en attendant l'entrée en lice des 4 plus grosses têtes de série au 2ème tour. Les conditions semblent assez lentes, avec un rebond haut. En attendant, il faut poursuivre et finir ce premier tour qui va offrir un programme magnifique ce mardi. Présentation des rencontres avec notre consultant Florent Serra.

Une affiche de vétérans, qui aurait eu une belle tête de deuxième semaine en Grand Chelem il y a quelques années à peine. Fernando Verdasco, du haut de ses 36 ans, n’est plus le bulldozer aux lourdes frappes qu’il était. Et Andy Murray, bénéficiaire d’une wild-card, n’a toujours pas montré qu’il pouvait prétendre retrouver son niveau depuis sa deuxième opération à la hanche. L’Espagnol, 61ème mondial cette semaine, n’a pas encore repris sur dur depuis la pause du circuit ATP. Extrêmement frustré par son éviction de Roland-Garros après un test positif à la Covid-19, Verdasco exige désormais réparation financière. Difficile de l’imaginer conquérant et pleinement concerné par son tennis dans ces conditions. Mais pourtant, il aura évidemment des armes pour gêner le Britannique. Andy Murray a pour lui de toujours avoir cette faim qui caractérise les champions, incapables de lâcher sur le terrain. Son comeback face à Nishioka au premier tour de l’US Open, après avoir été mené deux sets à rien, l’a encore prouvé. Avant cela, il avait enchaîné deux beaux succès au Masters 1000 de Cincinnati contre Frances Tiafoe puis Alexander Zverev. Contre un adversaire capable de sortir de ses matches même en temps normal, l’Ecossais retombé au 115ème rang mondial devrait pouvoir tirer son épingle du jeu. D’autant qu’il mène très largement 13-3 dans ses face-à-face avec l’Espagnol, même si c’est Verdasco qui a remporté leurs deux derniers affrontements, sur dur extérieur, en 2018. Sur dur en indoor, Murray mène 5-0. Mais sa cote semble vraiment trop basse par rapport à son état de forme physique.

L'œil de Florent Serra : Le problème de Murray pour moi est le physique. Avec sa hanche, on ne sait pas s'il va être capable de tenir un set, un match ou deux matchs. Le mettre aussi largement favori de cette rencontre me semble très risqué. Verdasco rentre plus qu'avant dans ses filières plus courtes alors que sur ce match, l'Espagnol devrait plutôt tenter de faire travailler Murray. Sauf que Verdasco commet beaucoup de fautes ces derniers mois. Il se précipite trop. Après on sait bien que Verdasco peut avec sa puissance et sa technique mettre Murray à trois mètres de la balle s'il le veut. Il est gaucher et côté avantage son service slicé pourrait faire mal à la hanche de Murray. La cote de Murray est beaucoup trop basse.


Gilles Simon vs Marton Fucsovics

Marton Fucsovics, gros puncheur au potentiel connu de tous depuis quelques temps, reste sur un très beau Roland Garros, où il a assommé Medvedev, Ramos puis Monteiro avant d’être éliminé au terme d’un gros combat face à Rublev. Avant cela, il avait aussi réussi un gros match pour sortir Grigor Dimitrov au deuxième tour de l’US Open. À 28 ans, le Hongrois, qui avait tutoyé le Top 30 en début de saison 2019, a retrouvé le Top 50 ce lundi, et semble vouloir s’offrir des résultats à la hauteur de son potentiel, lui qui ne compte qu’un titre sur la terre battue de Genève en 2018. En indoor, où son gros service et ses frappes peuvent faire des dégâts, il a disputé une finale l’an passé, à Sofia. Sur dur indoor, il compte 22 victoires pour 18 défaites en carrière. Gilles Simon souffre difficilement la comparaison depuis la reprise. Une petite victoire à l’US Open avant des sorties d’entrée au Challenger d’Aix-en-Provence, à Rome, Hambourg puis Roland-Garros. A 35 ans, Gilles Simon a malgré tout derrière lui un beau bagage en indoor : 9 finales pour 6 titres, le dernier à Metz il y a deux ans. Parfait contreur, capable de faire dévisser tous les cogneurs du circuit dans un bon jour, il avait montré de belles choses malgré sa défaite contre Denis Shapovalov à Roland Garros. S’il est au point physiquement, s’il “sent bien” son tennis, il peut trouver les solutions face à un Fucsovics en forme. Un Simon moyen risque au contraire de prendre la porte. C’est le premier affrontement entre les deux hommes.


Ricardas Berankis - Marin Cilic

Marin Cilic court toujours après un bon résultat dans cette saison 2020. Le Croate, redescendu au 40ème rang mondial, n’a jamais fait mieux qu’un huitième de finale, à l’Open d’Australie, Marseille et Rome. Ses 8 titres en indoor, sur 18 au total, plaident évidemment pour lui dans cette affiche du premier tour. Marin Cilic pointe à plus de 65 % de victoires sur surface rapide en carrière. Face à lui, Ricardas Berankis, 65ème mondial, a fait ce qu’il pouvait depuis la reprise. Battu par Djokovic au Masters 1000 de Cincinnati et Roland-Garros, par Carreno Busta à l’US Open, il a tout de même pu engranger 4 succès en tout. Petit gabarit, Berankis a connu ses meilleurs résultats en carrière sur dur, avec ses deux finales en carrière disputées à Los Angeles (2012) et en indoor à Moscou (2017). Si Cilic arrive à gommer les nombreuses fautes directes qu’il commet dans un mauvais jour, comme c’est souvent le cas cette année, il devrait avoir les armes pour se débarrasser d’un joueur accrocheur mais moins armé en terme de puissance. Sinon, le match pourrait s’avérer disputé. La seule confrontation entre les deux hommes, au deuxième tour de Wimbledon en 2015, avait donné lieu à un gros combat conclu au cinquième set par une victoire du Croate.

L'œil de Florent Serra : Berankis est toujours surprenant. Il prend la balle tôt et se déplace très vite. Je l'ai joué plusieurs fois et en cadence, il est très solide. Cilic en indoor est aussi très bon même s'il n'affiche pas de bons résultats depuis de longs mois. Le point faible de Berankis pour moi c'est sa seconde balle. Après il couvre bien son terrain, il contre bien et joue bien à plat. Le Croate à 1,40 en ce moment c'est trop bas. Je me méfierai de Berankis tout à fait capable de battre Cilic. Depuis ses deux victoires face à Raonic, le Lituanien a gagné en confiance dans ce genre de match.

Pour relire la présentation du tournoi avec toutes les informations sur les joueurs présents
https://tennisbreaknews.com/2020/10/11/atp-cologne-1-presentation-et-analyse-du-tournoi/


Daniel Altmaier vs Henri Laaksonen

Deux joueurs hors du Top 100 se retrouvent au premier tour, avec forcément l’idée d’en profiter de part et d’autre du filet. L’Allemand Daniel Altmaier, 22 ans, a bondi de la 186ème à 122ème place mondiale cette semaine, après son beau parcours à Roland Garros jusqu’en huitième de finale, le tout sans un set perdu lors de ses 3 victoires ! La plus convaincante, voire étonnante, a eu lieu au troisième tour face à l’Italien Berrettini, solide pensionnaire du Top 10. Puissant et entreprenant, Altmaier a fait belle impression Porte d’Auteuil, notamment avec son beau revers à une main. Perfectible en coup droit, le prometteur allemand, longtemps gêné par des blessures à répétition, compte bien enchaîner. Il a pourtant disputé seulement 10 matches sur le circuit ATP en carrière, aucun en indoor. En face de lui il retrouve le Suisse Henri Laaksonen, issu des qualifications. Le 139ème mondial, 28 ans, a plus d’expérience que son adversaire du jour, avec 31 matches joués en indoor sur le circuit ATP pour 12 victoires, soit 38.7% de succès. Laaksonen est un habitué des tournois Challenger, où il en est à 50 victoires pour 37 défaites en salle, son meilleur ratio. Les deux joueurs se sont affrontés il y a 5 ans déjà, en indoor au niveau ITF, pour une victoire aisée de Laaksonen 6-2, 6-2. Mais Altmaier avait 16 ans à l’époque. Cette affiche s’annonce indécise entre un jeune qui doit rattraper le temps perdu et un habitué des joutes de second plan performant sur cette surface.


Emil Ruusuvuori - Alejandro Davidovich Fokina

Un duel de la génération 1999, entre deux joueurs qui ont découvert le Top 100 à un an d’intervalle. Davidovich Fokina, 71ème mondial et plus précoce, évolue depuis un an dans ce cercle fermé. Il n’a pour l’instant pas remporté le moindre match en indoor sur le circuit ATP. Et même en Challenger, il a le maigre bilan de 1 victoire pour 3 défaites. L’Espagnol est plutôt un habitué de la terre battue et du dur extérieur, lui qui reste sur un bel US Open avec un premier huitième de finale en Grand Chelem. Son adversaire, le Finlandais Emil Ruusuvuori, est 98ème mondial cette semaine. S’il découvre les tableaux principaux du circuit ATP cette saison, il présente déjà un bilan indoor à l’équilibre, avec 4 victoires pour autant de défaites. Sur le circuit Challenger, il a plutôt brillé en salle, comptant 15 succès pour 5 revers et des titres à Helsinki et Glasgow en fin de saison dernière. Sorti des qualifications, il arrive lancé face à un Davidovich Fokina qu’il avait battu lors de leur seul affrontement l’an passé, au Challenger de Majorque.


Kyle Edmund - Lloyd Harris

Avantage Edmund sur le papier dans cette affiche. Le Britannique, 47ème mondial cette semaine, a remporté ses deux titres en indoor, à New York cette année et Anvers en 2018. Top 20 il y a deux ans (14ème au mieux), Edmund a une qualité de frappe de très haut niveau, desservie par une irrégularité qui limite encore son potentiel à 25 ans. En témoigne son 2ème tour contre Djokovic à l’US Open, où il a tenue la dragée haute au Serbe le temps de gagner le premier set, avant de céder en 4 manches. Son meilleur ratio est en salle, avec 63.9% de victoires (23/13). Face à lui le Sud-africain Lloyd George Harris, 92ème mondial, n’a disputé que 2 tournois indoor sur le circuit ATP pour l’instant, pour 3 victoires en tout. Du haut de ses 1m93, le joueur de 23 ans est plutôt spécialiste du dur en plein air, avec une première finale en carrière au mois de janvier du côté d’Adélaïde perdue face à Rublev. Sorti des qualifications après deux combats en 3 sets, il n'aura pourtant pas eu l’occasion de prendre ses repères sur la surface de Cologne puisque le tournoi principal se joue dans une autre salle que celle des qualifications. Les deux hommes se sont affrontés deux fois, l’an passé, sur dur extérieur. Kyle Edmund s’était à chaque fois imposé. Mais depuis Harris a progressé.


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics sur le site pyckio.com :
https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Verdasco remporte un set
⭐️ Davidovich remporte un set / Harris remporte un set