L'Italien de 19 ans est l'attraction de ces dernières semaines. Aperçu à Dubaï en début de saison, Lorenzo Musetti a signé ses premières victoires sur le circuit ATP à Rome mi-septembre. Il va disputer ce samedi sa première demi-finale face à un terrien habitué à briller dans ce type de tournois, Laslo Djere. Les bookmakers donnent l'Italien favori. Dans l'autre demi-finale, un autre Italien partira également favori mais lui a plus d'expérience sur le circuit. Marco Cecchinato sera opposé à la surprise du tournoi. Le Serbe Danilo Petrovic (28 ans) va lui aussi connaître sa première demie. Présentation de ces deux affiches avec notre consultant Florent Serra.


Avec Jannik Sinner, c’est l’autre attraction actuelle du circuit. Une bonne pioche pour l’Italie ! Depuis quelques semaines, Lorenzo Musetti est en feu ! Et il n’a que 18 ans ! Tout a débuté au Masters 1000 de Rome où le jeune toscan, 249ème mondial, a bénéficié d’une invitation pour les qualifications. Après s’en être extirpée, il a dominé Stan Wawrinka puis Kei Nishikori, se payant le luxe de mettre une bulle au triple vainqueur de Majeur. Musetti a ensuite enchaîné avec son premier titre en Challenger, à Forli, toujours en Italie. Le rêve se poursuit donc en Sardaigne où l’ancien vainqueur de l’Open d’Australie junior en 2019 va disputer sa première demie sur le circuit principal. Pour en arriver là, il a de nouveau montré ses qualités techniques et mentales. Un jeu lêché, avec un superbe revers à une main, mais aussi une grande force de caractère pour revenir de 0-4 et s’imposer 6-4 dans la deuxième manche lors de son quart de finale contre Yannick Hanfmann. Il a également écarté 15 balles de break sur 19 sur l’ensemble de ses 3 matchs.

Il ne faut pas néanmoins pas trop s’enflammer. Car pour le moment, Musetti semble porter par une bonne étoile. Aidé d'abord par la pluie pour se défaire de Cuevas, il a profité d'une blessure de Hanfmann pour rejoindre le dernier carré. Cette fois, sans pluie, ni blessure, l’obstacle qui se présente à lui est d’un autre calibre. Laslo Djere est un excellent joueur de terre battue. Une preuve tangible ? Son titre à Rio en 2019, un tournoi ATP 500. Une épreuve durant laquelle il avait sorti Dominic Thiem, Casper Ruud et Felix Auger-Aliassime, excusez du peu ! Depuis, il a joué 5 autres demi-finales sur le grand circuit (sans compter celle qu’il va disputer en Sardaigne) ! À Sao Paulo, Budapest et Umag en 2019, et à Cordoba et Kitzbühel en 2020. Lors du tournoi autrichien qui s’est déroulé il y a un mois, il avait frappé fort en éliminant Albert Ramos-Vinolas, Jannik Sinner et Diego Schwartzman. Vous l’avez compris, même s’il n’est que 74ème mondial, le Serbe possède bien des repères sur terre. Il a d’ailleurs été très solide lors de ses deux premiers matchs, remportés face à Dusan Lajovic et Jiri Vesely, deux autres plutôt en confiance et difficile à manœuvrer.

De plus, l'enchaînement des matchs pour le jeune Italien pourrait commencer à se faire ressentir puisqu'il n'a pas arrêté depuis la mi-août. C'est son 7ème tournoi en 9 semaines. Tous sur terre bien évidemment, sa surface de prédilection. Et tous en Italie. Cela fait malgré tout 25 matchs disputés, soit 4 de plus de Rublev sur la même période à titre de comparaison. Lors du dernier match, Musetti a eu un gros trou d'air dans le deuxième set (mené 4-0 par Hanfmann) avant de refaire son handicap en raison d'un pépin physique de son adversaire. Le statut d'outsider du Serbe semble étonnant.

L’œil de Florent Serra : J’ai envie de surprendre un peu et de miser sur Laslo Djere. Pour moi, il est assez étonnant de voir Lorenzo Musetti comme favori. D’où l’intérêt de tenter de jouer Djere. Il a beaucoup plus d’expérience et surtout, il a dominé deux bons joueurs : surtout Dusan Lajovic, mais aussi Jiri Vesely qui revient bien dernièrement. Le Serbe a un coup droit qui peut faire mal et il sait faire tourner la balle, comme il faut le faire sur terre. Alors oui, la pépite italienne est en forme, avec ce qu’il a fait à Rome et en Challenger. Oui, il a un beau jeu, avec un revers à une main et un coup droit recouvert. Oui enfin, il a déjà tapé des joueurs de haut niveau. Mais vu les cotes, il est plutôt pertinent de miser sur Laslo Djere.  

Cette rencontre n’a failli jamais avoir lieu ! Et oui, d’un côté, Marco Cecchinato est passé tout près de passer à la trappe face à son compatriote Gianluca Mager au premier tour. Il a en effet dû écarter une balle de match dans le deuxième set pour finalement s’imposer 5-7, 7-6, 6-2. Il s’est ensuite montré opportuniste et sérieux pour dominer Tommy Paul (7-6, 6-4) et Albert Ramos-Vinolas (4-6, 6-1, 6-1). Une rencontre face à l’Espagnol où il a montré son agressivité à la relance puisqu’il s’est procuré 22 balles de breaks (pour 7 converties) ! De l’autre côté, Danilo Petrovic a bénéficié d’un concours de circonstances pour se retrouver à ce stade de la compétition. Sorti au deuxième tour des qualifications, il a été repêché suite au forfait de Fabio Fognini, positif au coronavirus. Et comme l’Italien était tête de série N°1, le Serbe a été exempté de premier tour. Concernant la suite, tout le mérite lui revient, puisqu’il est parvenu à battre deux spécialistes de terre, Roberto Carballes-Baena puis Federico Delbonis. Contre l’Argentin, le géant de 2m03 a prouvé l’importance d’avoir un gros service, même sur l’ocre. Grâce à sa mise en jeu sérieuse, il a sauvé 11 balles de break sur 12 !

N°166 mondial, Petrovic n’avait joué (et perdu) qu’un seul match sur le circuit principal avant ce joli parcours en Sardaigne. Autant dire que c’est une grande première pour lui de se retrouver dans le dernier carré d’un ATP 250. Inconnu du grand public, il avait pointé le bout de son nez lors de l’Adria Tour organisé par Novak Djokovic, en dominant Alexander Zverev et Marin Cilic sur terre battue. Il a un coup à jouer surtout avec une cote aussi basse pour l'Italien, pas vraiment maître de régularité. Actuellement 103ème mondial, ce qui montre une absence de résultats depuis plus d'un an, l’Italien a été demi-finaliste à Roland Garros et a déjà été sacré trois fois sur le grand circuit (Budapest 2018, Umag 2018 et Buenos Aires 2019). Des titres tous remportés sur terre, sa surface de prédilection. Après une immense traversée du désert (9 défaites au premier tour dans le courant de l’année dernière), il a repris des couleurs en 2020 : une finale en Challenger en Uruguay, 4 victoires de suite au Masters 1000 de Rome (dont une contre Kyle Edmund) et 5 succès consécutifs à Roland Garros (dont un face à Alex de Minaur et un autre contre Juan-Ignacio Londero).

L’œil de Florent Serra : Danilo Petrovic n’est pas très connu. Il est grand et sert bien. Ce qui est intéressant ici, c’est de constater que les deux joueurs sont un peu miraculés. Petrovic est lucky loser et Marco Cecchinato a écarté une balle de match au premier tour. Connaissant l’expérience de l’Italien sur terre, il est évidemment favori. Mais sa cote (1,20) ne vaut vraiment pas le coup. Face à un adversaire qui sert aussi bien, tout est possible sur ce match. Cela me fait difficile de faire confiance à Cecchinato avec une cote aussi basse vraiment même si son talent est bien supérieur à celui du Serbe.


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics sur le site pyckio.com :
https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ Set Djere
⭐️⭐️ Value sur victoire Djere à partir de 2.00
⭐️ Value sur victoire de Petrovic à partir de 4.50