En voilà une affiche alléchante ! Un gros duel en perspective entre deux des meilleurs joueurs de la saison. Andrey Rublev, 10ème mondial, n’en finit plus de gagner. Depuis le mois d'août 2019, c'est le joueur qui a le plus joué et gagné sur le circuit. Une régularité qui pourrait l'envoyer au Masters de fin de saison ! Pour le moment, il compte 32 victoires pour 7 petites défaites en 2020 ! Dans sa besace, 3 titres (Doha, Adélaide et Hambourg) et 4 quarts de finale (Rotterdam, Dubaï, US Open et Roland Garros). En attendant peut-être une nouvelle finale, voire un quatrième trophée à Saint-Pétersbourg. Un fil conducteur dans le jeu du Russe cette semaine, une efficacité diabolique au service : 4 points perdus derrière sa première balle contre Vasek Pospisil, 5 face à Ugo Humbert et 6 contre Cameron Norrie, soit seulement 15 points concédés en 3 matchs !

Denis Shapovalov, N°12 à l’ATP, est lui aussi en forme. Son bilan est un peu moins bon (17V/11D), mais son jeu est plus risqué. Cette année, il a atteint les quarts de finale à l’US Open et le dernier carré à Rome. Le dur indoor lui convient parfaitement. C’est dans ces conditions qu’il a glané son premier titre en fin de saison dernière, à Stockholm. Cette semaine, il a déroulé. Trois succès expéditifs, à chaque fois en deux manches, et seulement 3 heures et 30 minutes passées sur le court. Le Canadien a également été très efficace au moment d’écarter des balles de break contre lui : 11 sur 12 au total. Shapovalov, né d'une mère russe, joue presque à domicile sur ce tournoi, ce qui peut expliquer son envie d'y briller.

C’est la quatrième fois que les deux joueurs s’affrontent. Shapovalov mène deux victoires à une (victoire du Russe au NextGen de Milan fin 2017), mais c’est depuis le dernier succès du Canadien à Winston-Salem l’année dernière que le Russe a franchi un cap important. A la sortie des cotes, les deux joueurs se tenaient avec un léger avantage pour le Russe. Mais ces dernières minutes, la cote de Shapovalov s'envole au moins de la rendre plutôt intéressante (2,30). On peut s’attendre à un match très accroché où le joueur qui servira le mieux devrait s’imposer. Autre clé de la rencontre, la patience : les deux hommes devront choisir le moment opportun pour attaquer. Attention aussi à Shapovalov, coupable parfois de commettre trop d’erreurs rapides dans l’échange.

On connaît la capacité physique des joueurs à enchaîner les matchs, surtout pour le Russe. Sur les 7 dernières semaines, Rublev a disputé 21 matchs contre 17 pour Shapovalov.

L’œil de Florent Serra : Je pense qu’Andrey Rublev sera un petit cran au-dessus et les cotes sont totalement ajustées selon moi. Déjà, il s’est bien réglé contre les gauchers, puisqu’il vient de battre Ugo Humbert et Cameron Norrie. Or, Denis Shapovalov est lui aussi gaucher. Évidemment, le Canadien peut poser des problèmes au Russe, comme Humbert l’a fait, en étant très agressif. Il va essayer de lui prendre du temps et d’aller au filet. Prendre la balle tôt et attaquer, ce qu’il sait très bien faire sur dur indoor. Mais je trouve que Rublev est impressionnant. Il frappe fort, il est bien calé sur sa ligne, et il ne fait pas beaucoup de fautes. En plus, il joue à domicile. Bref, il est de plus en plus fort et parvient à tenir un haut degré de niveau de jeu de plus en plus longtemps. Au final, il a moins de trous d’air que Shapovalov. C'est une rencontre très difficile à pronostiquer tant le niveau de jeu des deux joueurs est élévé. Mais Rublev a les armes pour s’imposer, pourquoi pas en trois manches. En tout cas, la dimension physique sera importante. Rublev vient de déclarer forfait pour le tournoi d'Anvers, ce qui signifie qu'il se sent plutôt fatigué et qu'il ressent le besoin de se préserver après un tel enchaînement de tournoi même s'il a eu une semaine de repos entre Roland Garros et St-Petersbourg.

Milos Raonic se sent bien lorsqu’il joue sur dur en intérieur. Il a remporté 5 de ses 8 titres dans ces conditions. Il se sent bien aussi à Saint-Pétersbourg. Il a glané le trophée en 2015. Aussi, Raonic est en bonne forme en 2020 : un quart de finale à l’Open d’Australie (avec des victoires contre Cristian Garin, Stefanos Tsitsipas et Marin Cilic), une demie à Delray Beach et surtout une finale à Cincinnati (avec des succès face à Sam Querrey, Daniel Evans, Andy Murray, Filip Krajinovic et encore Stefanos Tsitsipas). Voilà de bons présages qui incitent à miser sur le grand canadien. Ce qu’il montre cette semaine renforce cette conviction. Il atomise ses adversaires, tout simplement. Avec sérénité. Trois victoires en deux manches, avec une impression de surpuissance. En coup droit, il déménage. Au service, il est injouable. Il envoie du lourd, jusqu’à 236 km/h en quart de finale contre Karen Khachanov. Il a aussi claqué 15 aces, rien que dans la seconde manche face au Russe. Enfin, le Canadien est imbattable sur ses mises en jeu : il a écarté toutes les balles de break qu’il a concédées (10 au total, sur l’ensemble des trois rencontres).

Il va donc falloir du courage et de la persévérance à Borna Coric pour s’imposer. Ca tombe bien, c’est ce qu’il a montré face à Reilly Opelka. Breaké d’entrée, le Croate a écarté 3 balles de set à 4-5 avant de prendre la mise en jeu du géant américain, puis de remporter la première manche au jeu décisif ainsi que la seconde 6-3. Il s’est montré très solide au service (86% des points gagnées derrière sa première et 83% derrière sa seconde). Il a aussi inscrit 22 aces sur l’ensemble de ses 3 matchs. Au retour, il a pris peu à peu la mesure des fusées envoyées par Opelka. Mais attention, Raonic vaut bien mieux que l’Américain. Ses services sont encore plus puissants (10 à 15 km/h de plus en moyenne), et surtout, le Canadien est nettement meilleur à la relance et dans l’échange. Ce qui va compliquer la tâche du Croate. Si Raonic sert un peu moins bien que lors de ses matchs précédents et que Coric parvient à l’installer dans une filière longue, ce dernier a une chance. Sinon, ce sera quasi mission impossible. Pour mémoire, les deux joueurs se sont déjà affrontés à Delray Beach en 2017, et c’est l’ancien numéro 3 mondial qui s’était imposé (6-3, 7-6). A l'époque, Raonic avait été jusqu'en finale où il avait finalement déclaré forfait. Et c'est bien là l'interrogation majeure pour le Canadien. Forfait à Roland Garros, il a fait appel au kiné lors de son premier match contre Wolf. S'il est impressionnant sur sa qualité de service, il n'est pas non plus extrêmement rassurant dans ses déplacements. Il a pour le moment eu plutôt de la chance d'affronter notamment deux grands serveurs puissants qui jouent dans son registre. A l'inverse, Coric a un style de jeu qui peut le gêner sur cette surface où le Croate est le dernier finaliste. Le premier set de J.J. Wolf (perdu par l'Américain eu jeu décisif) pourrait d'ailleurs donner des idées au Croate.

L’œil de Florent Serra : Avantage pour Milos Raonic certes par rapport à ce que montre le Canadien sur cette reprise depuis le mois d'août mais néanmoins sa cote me semble trop basse ! Alors oui, Raonic est vraiment très fort en ce moment. Il sert très lourd, c’est juste incroyable. Mais attention, le Croate a des armes pour le contrer, car il sait bien retourner et il fait jouer des coups supplémentaires. Il a plutôt un bon feeling pour bien anticiper les premières balles lorsqu'il affronte des grands serveurs. Cependant, on n’est pas sur dur extérieur, on est en indoor. Coric devra donc tout faire pour éviter que le Canadien s'installe dans une filière de jeu courte. Raonic a eu un peu de mal sur ses déplacements au premier tour, mais depuis il est bien réglé. Coric va t-il réussir à bouger Raonic ? Si oui, il peut l’embêter et créer la surprise. Mais si le Canadien sert toujours aussi bien, il aura les armes pour gagner.


Pour suivre le bilan de tous nos pronostics sur le site pyckio.com :
https://pyckio.com/i/#!account/tennisbreaknews

L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Coric prend un set / Shapovalov prend un set
⭐️ ---