Ugo Humbert a vraiment franchi un cap en 2020. Alors qu'il s'était fixé comme objectif de remporter un titre en 2019, il fut finalement sacré dès le mois de janvier à Auckland. Mais il a confirmé ses progrès et pris une nouvelle dimension ces dernières semaines avec des performances de très haut niveau face au top 20 mondial. Il affrontera un joueur de sa génération moins médiatisé mais tout aussi talentueux en la personne de Lloyd Harris. Parmi les autres quarts de finale, on notera le duel entre Dimitrov et Raonic. Karen Khachanov sera opposé à Dan Evans qui l'avait battu à Rotterdam en février. Enfin De Minaur partira largement favori face à Giron. Présentation des matchs avec Florent Serra.


Ugo Humbert vs Lloyd Harris

Duel de Next Gen aujourd’hui entre Lloyd Harris et Ugo Humbert. Après un très joli parcours ici même l’an dernier, Humbert a envie de remettre ça. Le tricolore avait été éliminé en demi finale par Sir Andy Murray, et a pour objectif de faire au moins aussi bien sur cette édition. Harris sera la dernière marche à gravir pour accéder à ce dernier carré. Une marche largement à la hauteur du Français, mais attention aux embûches… Lloyd Harris a réalisé d’étonnants progrès en 2020. Souvent considéré jusqu’à présent comme un “no brain” capable d’uniquement servir et frapper très fort, le Sud-Africain a très bien su faire évoluer son jeu pour devenir plus consistant dans les rallyes de fond de court. Capable de réaliser des coups venus d’ailleurs, il est désormais beaucoup plus réfléchi et commence à se créer un tableau de chasse plutôt intéressant avec des victoires significatives ces derniers temps. S’il n’a pas eu grand chose à faire pour écarter Moutet de sa route lors de son entrée en lice, Fritz lui a donné bien plus de fil à retordre et la bonne performance d’Harris mérite d’être soulignée. Il a très bien servi durant tout le match, avec 12 aces et 82% de points derrière sa première balle, et ne s’est jamais affolé lorsqu’il était en danger avec 100% de balles de breaks sauvées à 3/3.

Ultra dominateur dans le tie-break final, Harris sera à n’en pas douter un sérieux client pour Ugo. La jeune pépite du tennis français a retrouvé sa surface favorite en venant chez nos amis belges, il y est vraiment à l’aise et ça se voit. Assez facile sans être brillant contre Coppejans lors du premier tour, il s’est ensuite très bien sorti du piège Carreno Busta, en étant assez solide mentalement pour se relever après l’incroyable perte du premier set (5-2 à 5-7). Insolent de réussite sur ses balles de breaks concédées (10/12 sauvées avec de très beaux points), le Messin a su attendre son heure et saisir le peu d’opportunités que lui a laissé l’Espagnol (3 balles de break gagnées sur 5). Plus les semaines passent et plus on sent Ugo Humbert grandir et être en capacité de mieux gérer ses matchs malgré quelques trous d’air. S’il est logique de voir le Français sortir favori de cette rencontre, attention à ne pas négliger la progression d’Harris. On risque ici d’avoir un match serré, avec pourquoi pas un tie-break. Le court belge, qui avantage les serveurs, devrait laisser peu d’opportunités aux receveurs, des occasions qu’il faudra savoir saisir rapidement, un peu comme Ugo l’a fait lors de son match précédent. Harris, impressionnant lors du tie-break final face à Fritz, ne semble plus aussi soumis à la pression qu’il avait au début de sa carrière, alors pourquoi pas le voir saisir sa chance ici.

L'œil de Florent Serra : Je pensais que Ugo allait perdre largement contre Rublev mais il m'a vraiment agréablement surpris et depuis un moment, je le trouve excellent lorsqu'il joue face à des bons joueurs quand il n'est pas forcément favori. Face à Carreno, il a réussi avec son service de gaucher et sa prise de balle tôt à gêner l'Espagnol et lui prendre du temps. Il fait peu de fautes et couvre très bien son terrain. Sur ce match, il se retrouve dans la peau du favori. Et là je le trouve moins bon dans ce type de match. En face, Harris joue très bien, il est en confiance sur une excellente dynamique en indoor. Il sert bien, mieux que Ugo et lui aussi prendre la balle tôt. Je ne vois aucune value sur Ugo à moins de 1,60. J'aurais mis des cotes plus rapprochées entre les deux joueurs. Avec ses qualités, je vois Harris tenir ses mises en jeu. Il peut emmener Ugo dans un match long avec pourquoi pas un tie-break. Je me méfierai de ce match pour Ugo même s'il est plus régulier cette saison. Les deux joueurs sont en forme et en confiance. Reste à savoir si Harris va tenir physiquement avec l'enchaînement des matchs. Harris a une bonne couverture de terrain, il est très difficile à déborder et réussit des passings souvent incroyables en bout de course, aussi bien en revers qu'en coup droit. Je vois pourtant Ugo gagner mais ça ne sera pas une partie facile.


Milos Raonic vs Grigor Dimitrov

Nous avons assisté à une jolie "purge" entre Dimitrov et Andujar ce mercredi, match dans lequel le Bulgare a affiché un niveau assez affligeant et véritablement très loin de ses standards. Il est assez compliqué d’avoir un avis sur les performances de Dimitrov tant il est capable de passer de tout à rien d'un match à l'autre. Lorsqu’il joue son meilleur tennis, c’est un régal à regarder, avec un jeu agressif et juste, qui fait reculer l’adversaire. Le souci c’est que ce Dimitrov-là fait de courtes apparitions et compte ses sorties annuelles. Avec seulement 26% de points gagnés derrière la première balle d’Andujar, pourtant un joueur très abordable en indoor, le Bulgare nous a laissé entrevoir des soucis en retour lors de cette entrée en lice, et ce genre de chiffres ne pourra pas avoir lieu d’être face à un serveur de la trempe de Raonic, qui ne laissera probablement que des miettes à l’ami Grigor. Milos n’a quant à lui probablement plus été aussi bon depuis un long moment. La reprise post COVID a permis au Canadien de glaner un grand nombre de victoires, et en étant toujours aussi costaud derrière son surpuissant service. Hormis une défaite surprise face à un excellent Pospisil à l’US Open, Milos n’a pas raté grand chose depuis août sur dur. Et même si son début de tournoi ici à Anvers ne figure pas parmi ses meilleures entames de la saison, le résultat est là et le Canadien parvient toujours à accélérer lorsqu’il en a la nécessité, afin de créer des différences. Sans avoir eu besoin de forcer son talent, le voilà déjà en quart de finale avec 36 aces en deux matchs et une première balle incroyablement efficace (90% de points gagnés derrière celle-ci).

Compte tenu de la rapidité de la surface Anversoise, à priori l’avantage sur ce match semble aller assez nettement en faveur du géant Milos Raonic. Mais face à Dimitrov, sa qualité de service ne suffira pas, il faudra aussi que le Canadien soit performant du fond du court. Dimitrov peut avoir bon espoir sur cette rencontre, quand on voit le début de tournoi un peu “suffisant” du Canadien. Peut être qu’un peu de fatigue pointe le bout de son nez également pour Milos, qui a dû prendre encore un temps mort médical face à Norrie pour une gêne au niveau abdominal. Il avait déjà fait appel au kiné contre Jeff Wolf lors de son entrée à St-Petersbourg. Voir Dimitrov avec une cote si haute est un peu surprenant, lui qui a déjà battu le Canadien à 3 reprises sur dur pour une seule défaite en 2011 à Stockholm en indoor.

#TBNSTAT : Bilan de Dimitrov depuis le début de sa carrière en indoor face aux grands serveurs : 9 victoires pour 11 défaites mais 13 matchs avec au moins un set remporté sur 20 matchs disputés

L'œil de Florent Serra : Malgré les victoires, je ne trouve pas Raonic exceptionnel à l'échange et dans ses déplacements. Alors oui il a claqué 20 aces contre Norrie mais attention, Dimitrov est un meilleur retourneur que Norrie et je ne pense pas que la première balle de Raonic fera autant mal au Bulgare. Il couvre bien les deux côtés en défendant souvent bloqué. Physiquement, je ne suis pas rassuré par Raonic. Si Dimitrov parvient à l'emmener dans un 3ème set, je vois bien le Bulgare créer la surprise. Alors en indoor, autant sa première balle est magnifiée, autant cela peut poser des problèmes à Raonic dans son temps d'organisation. Il peut être pris de vitesse lorsque ça va trop vite. Contre Norrie, ça peut passer en jouant mal du fond du court mais contre Dimitrov, ça peut poser un souci tout comme face à Coric à St-Petersbourg la semaine dernière.

Quand on regarde le bilan des confrontations, en effet, on peut se dire que Dimitrov a vraiment une carte à jouer mais petit bémol, le service de Raonic est beaucoup efficace en indoor et pour le moment, les victoires de Dimitrov sur Raonic ont toutes été en extérieur. Néanmoins, je ne comprends pas la cote de Dimitrov que je trouve beaucoup trop haute. S'il avait été autour de 2.30, j'aurais été moins intéressé mais à partir de 2.70, c'est franchement value de miser sur Dimitrov. Je pense que les bookmakers prennent trop en considération le premier tour de Dimitrov, très décevant face à Andujar. On sait pourtant que le Bulgare est capable d'élever son niveau de jeu d'un match à l'autre. Et l'inverse est vrai aussi. Je ne vois pas le Bulgare s'incliner ou alors de très peu dans deux tie-breaks.

Karen Khachanov vs Daniel Evans

Les matches de Daniel Evans sont toujours à double tranchant. Le Britannique, 30 ans et 35e joueur mondial est un joueur talentueux mais très souvent irrégulier. Comprenez par là qu’il est capable de sortir un joueur du top 20 et de s’incliner le lendemain face à un illustre inconnu. Sa saison 2020 est à l’image de sa carrière débutée il y a déjà presque 15 ans : en dents de scie. Si sa surface préférée est le dur, il y présente un bilan juste à l’équilibre en carrière sur le circuit ATP. En indoor, en revanche, ça se complique puisque Evans présente un bilan largement négatif (36%). Ca se complique encore quand on regarde le bilan et la carrière de son adversaire du jour, le Russe Karen Khachanov. 17e mondial, lauréat de 4 tournoi en carrière dont 3 en Indoor et sur dur… rien que ces deux statistiques font pencher la balance assez largement dans le camps du Russe. Evans s’est malgré tout débarrassé de l’Américain Tiafoe au tour précédent. Une belle performance. Il arrive néanmoins en tant qu’outsider face à Khachanov, tête de série n°3.

Oui mais les chiffres sont parfois trompeurs. Le Russe est totalement transparant et très loin de son meilleur niveau depuis deux saisons. Son dernier titre date déjà de 2018 à Bercy. Depuis la reprise en août, son meilleur résultat en 7 tournois disputés est un 4e tour à Roland Garros où il n’a rien pu faire face à Novak Djokovic. Il a battu de bons joueurs comme Struff, Carreno Busta et Sinner mais s’est aussi incliné face à Lajovic et Ruud (sur terre-battue). C'est d'ailleurs un argument à décharge pour le Russe. Mis à part quelques matchs mal négociés - mais remportés - face à des joueurs mal classés, il n'a affronté pratiquement que des joueurs du top 50 mondial. Normalement à l’aise sur cette surface indoor, il a dû batailler ferme au tour précédent en sortant finalement le jeune Belge Zizou Berghs (524e mondial) en 3 sets et près de 2h30 de match. Khachanov est passé à deux doigts de la correctionnelle. Pour se défaire de Dan Evans, il devra s’appuyer sur son jeu puissant et la qualité de son premier service, bien aidé par sa taille imposante (1m98). Méfiance tout de même à la qualité de retour d’Evans qui, dans un bon jour, peut inquiéter Khachanov en variant les coups, obligeant le Russe à bouger beaucoup et en l’empêchant de dicter le rythme. C’est peut-être sa seule chance. D'ailleurs, les deux joueurs ne se sont rencontrés qu’à une seule reprise. C’était cette année en indoor à Rotterdam avec une victoire d’Evans à la clé… Preuve s’il en faut que le match s’annonce difficile pour le Russe. D'ailleurs les cotes le confirment puisqu'il n'est que très légèrement favori (55%).

L'œil de Florent Serra : Khachanov me plaît de moins en moins. Déjà je n'aimais pas trop son jeu lorsqu'il avait gagné Bercy mais en ce moment, c'est vraiment pas bon. Il ne sert jamais au-dessus de 200km/h alors qu'il mesure 1m98. Il fait trop peu d'aces, il sert vraiment mal. Du fond du court, c'est très laborieux mais il parvient à sauver les meubles en Grand Chelem et prendre quelques points qui lui permettent de rester dans le top 20. Mais ça fait longtemps qu'il n'a plus le niveau d'un top 20. Il a trouvé le moyen de se faire peur face au Belge. Il force trop en coup droit, il fait beaucoup trop de fautes. Il est très crispé. Je suis perplexe face à ce garçon. Je ne vois pas comment il pourrait retrouver une finale en Masters 1000. Evans va le faire courir, va forcément le gêner à l'échange avec sa variation. Seul bémol, Evans ne sert pas très fort et ça peut aider le Russe en retour. Impossible de miser sur Khachanov sur ce match mais pas très envie non plus de prendre Evans en favori. En revanche, en outsider à la sortie des cotes, ça aurait pu être intéressant de miser sur le Britannique. No bet pour moi sur ce match. Evans a en effet plus de chance de gagner et justifie d'être favori mais je n'ai pas pour autant envie de miser sur lui. Je me méfie malgré tout du Russe même s'il n'est pas bon en ce moment.


Alex De Minaur vs Marcos Giron

Alex de Minaur face à la surprise Giron, un quart de finale pas si facile que ça ? Ce n'est pas l'avis des bookmakers qui voient l'Australien largement favori de ce match. Dans la partie haute de ce tableau d'Anvers, le tombeur de la tête de série numéro 1 David Goffin, Marcos Giron, va affronter l'Australien Alex de Minaur, tête de série numéro 8. L'Américain de 27 ans, passé par les qualifications, se retrouve enfin en quarts de finale. Le 94ème joueur mondial va disputer le premier quart de finale de sa carrière, ici en Belgique. Alex de Minaur a lui plus d'expérience à ce niveau-là, puisqu'il a déjà disputé 12 quarts de finale, pour 8 victoires. Leurs deux premiers tours se sont passés relativement de la même manière : en 3 sets pour le premier tour, en 2 pour le second tour. Marcos Giron a battu au premier tour la wildcard italienne Luca Nardi (4-6, 6-4, 6-1) avant donc de battre au second tour David Goffin (6-3, 7-5) dans un match qu'il aura dominé de bout en bout. Alex De Minaur a lui eu un match très disputé contre le Français Richard Gasquet (3-6, 7-6, 6-3), qu'il aura fini par renverser après avoir pourtant été mené 6-3, 5-3. Son second tour aura été plus facile contre un Feliciano Lopez frustré et en manque de rythme (6-4, 6-2). Les deux joueurs se sont déjà affrontés une fois au cours de leur carrière, c'était sur dur, à Indian Wells en 2019, et c'était l'Américain qui avait créé la surprise, en l'emportant (1-6, 6-4, 6-2) après avoir été mené 6-1, 2-0. Cette fois, en indoor, la donne pourrait être différente, surtout que l'Australien a pris une autre dimension depuis sa finale à Bâle et ses deux titres à Zhuhai et Atlanta.


L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ Victoire de De Minaur
⭐️⭐️ Set Dimitrov
⭐️ Victoire de Humbert / Victoire Dimitrov