En quelques semaines, Ugo Humbert est passé du statut de joueur sérieux du top 50 à celui d’homme en forme du moment et possible top 20 mondial. Le Français reste sur 7 victoires consécutives avec un titre à Anvers et des victoires probantes contre des joueurs très costauds comme Carreno-Busta, Evans et De Minaur lors du tournoi belge. Ici à Bercy, il vient de franchir un cap supplémentaire en s’offrant le scalp du Grec Stefanos Tsitsipas, 6e jour mondial et tête de série n°2 au bout du suspens après 3h15 de match et 3 tie-breaks. Humbert n’a pas volé sa victoire puisqu’il a laissé échapper 3 balles de match lors du 2e set. Il a finalement conclu sur sa 6e opportunité, s’offrant l’une des plus belles victoires de sa carrière. Humbert vole littéralement sur l’eau pour le moment et sera même favori pour son prochain match (1.60 contre 2.30) face à l'ancien numéro 3 mondial et vainqueur en Grand Chelem, le Croate Marin Cilic qui peine à retrouver son meilleur niveau. En manque total de confiance, Cilic devra compter sur sa première balle pour exister dans ce match. Dans quel état physique se trouvera le Français après avoir fini son dernier match, crampé, à l'arrêt, sans même pouvoir porter ses sacs au vestiaire... Rien n’est jamais simple face à Cilic, surtout dans les grands tournois. En indoor, le Croate a remporté 8 titres en carrière et disputé 12 finales. Il sera forcément, malgré son niveau de jeu actuel très inconstant, un joueur difficile à battre d'autant plus que le revers slicé de gaucher d'Ugo va tomber sur le revers de Cilic, une bonne arme pour le Croate en retour.

L'œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : L'aspect physique sera très important à prendre en compte. Ugo a fini son match face à Tsitsipas à l'agonie. Il est allé au bout de lui-même pour aller accrocher peut-être la plus belle victoire de sa carrière même s'il a déjà battu Medvedev à Hambourg mais la terre battue n'est pas la meilleure surface du Russe. Mais d'un autre côté, Cilic n'a pas joué au deuxième tour. Il est en manque de confiance et il a besoin de rythme. Il aura eu deux jours sans jouer depuis son premier tour face à Auger-Aliassime. Le Croate est en manque de victoire. Il a toujours des trous d'air dans ces matchs même si sa première balle est au rendez-vous. Si Ugo n'a pas complètement récupéré, il sera en grand danger face à Cilic qui gagne peu de matchs, mais dans le jeu n'est pas si mauvais. C'est la confiance qui lui manque et provoque chez lui des fautes et des mauvais choix. Sauf que lui aussi est souvent présent dans les grands tournois. Il a sûrement très envie de finir la saison sur une bonne note. Les conditions indoor lui conviennent parfaitement. Avec sa puissance au service et en coup droit, il a évidemment les armes pour battre Ugo si ce dernier n'est pas à 100% physiquement. Et il y a peu de chance qu'il le soit après deux premiers tours contre Ruud et Tsitsipas très compliqué. Il n'est pas à son meilleur niveau Cilic mais il est présent. Il lâche rarement. Attention à lui sur ce match.


Adrian Mannarino vs Alexander Zverev

55 minutes, c’est le temps qu’a duré la démonstration de Zverev face à Kecmanovic. Service impressionnant, agressif et offensif à l'échange, on a vu un très bon Zverev qui a tenté tout ce qu'il voulait, plutôt avec réussite (33 coups gagnants en seulement 89 échanges dans le match). Il était attendu dans cette rencontre, en effet, puisque le monde de la petite balle jaune se demandait quel Zverev allions-nous voir. Cette question pouvait se poser suite à ses récents problèmes personnels : il vient d’apprendre qu’il sera papa dans quelques mois (son ex-compagne est enceinte de 5 mois) mais qu'une autre ex l'accusait de violences conjugales... Il a d'abord nié ces dernières accusations puis donné la réponse sur le court. Sascha a su mettre ses soucis de côté pour être focus sur son match et jouer un très bon tennis à l’image de son « back to back » à Cologne. Une victoire nette (6-2, 6-2) en ne perdant que 8 points sur ses jeux de service, il n’a été que très peu embêté par le Serbe. En affichant ce tennis, il est très clairement l’un des candidats au titre dans ce Masters 1000 de Paris. Pour cela, il faudra d'abord se défaire d’Adrian Mannarino, un joueur qu’il connaît bien car il l’a déjà affronté quatre fois dans sa carrière dont deux fois depuis la reprise. A chaque fois, le Français a réussi à prendre un set à l'Allemand notamment à Cologne (6-4, 6-7, 6-4 pour Zverev). En revanche, cette fois, la tâche s’annonce plus compliquée pour Mannarino qui vient de perdre une finale à Astana. Physiquement sur un fil, il risque de payer l'enchaînement des matchs et se retrouver sans solution pour contrer la puissance de Zverev. Son match face à Nishioka ne l’a pas aidé avec une rencontre qui a duré 2h48. Face au Japonais, le Français a certes marqué 37 coups gagnants mais commis 49 fautes directes. Son jeu de jambes n'est clairement pas optimal. Le « Z » semble inarrêtable malheureusement pour Mannarino. Les bookmakers semblent l’avoir compris en ne donnant que 20% de chance de gagner au Français.

L'œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : Zverev est une dynamique exceptionnelle. Il a continué d'être convaincant sur son entrée en lice. Il va jouer un Français qui lui pose souvent des problèmes avec son jeu atypique de contre. Mais malgré tout, l'Allemand est parvenu à s'imposer lors de leurs deux derniers duels, sans rigoler tout de fois. Mannarino pourrait cette fois avoir le contre-coup de son tournoi au Kazakhstan. J'ai l'habitude dire quand on enchaîne les tournois avec des longs vols et du décalage horaire, c'est souvent sur le troisième match que ça cale physiquement. Il a eu en plus un match compliqué et long contre Nishioka. Je pense que sur le plan physique, ça pourrait caler pour le Français. En indoor, Zverev montre depuis un moment qu'il est peut-être le meilleur joueur du monde. Il fait partie des favoris pour Bercy. La cote est largement à son avantage mais c'est logique.


Daniil Medvedev vs Alex De Minaur

Mise à part sa demi-finale contre Dominic Thiem à l’US Open, il faut remonter à janvier dernier pour voir Daniil Medvedev coté aussi haut autour de 1,50. C’est d’ailleurs depuis cette demi-finale que le Russe a plus de mal sur le circuit, on a pu le voir perdre contre Humbert, Fucsovics, Opelka et Anderson, des joueurs qu’il aurait très sûrement battu s'il était dans la forme de la saison dernière. Alors, aurait-il pris un coup au mental ? Un manque de confiance ? Une baisse motivation ? Ce sont des questions qu’on peut se poser et il va être intéressant de voir comment il va effectuer cette rencontre, lui qui a bénéficié de l’abandon du géant sud-africain Kevin Anderson pour son entrée en lice. Il va affronter un joueur qui a un profil assez similaire au sien, l’Australien Alex De Minaur. En effet, ce sont deux joueurs qui aiment contrer en restant derrière leur ligne de fond de court et qui ne lâchent rien. Cependant, le Russe reste un meilleur serveur et la rapidité des courts parisiens pourrait jouer en sa faveur. « DeMon » sort de deux matchs gagnés sans bavures avec notamment une victoire sur Sonego, finaliste de Vienne la semaine dernière et tombeur de Novak Djokovic. On a pu le voir aussi s’illustrer à Anvers en allant jusqu’en finale. Les conditions indoor ont l’air de lui plaire (72% de victoires en carrière) et on devrait assister à un beau bras de fer entre ces deux hommes. Comme dit auparavant, les bookmakers proposent une cote qui peut paraître assez haute pour Medvedev car c’est très rare depuis plus d’un an de le voir aussi haut, cependant il y aura un vrai client en face et il faudra un regain de confiance et une hausse du niveau de jeu pour y parvenir. Mais le Russe mène 2-0 dans les confrontations face à son futur adversaire.

L'œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : Même s'il a fait une demi-finale à l'US Open, je trouve Medvedev beaucoup moins dans l'attitude. Il s'agace vite et commet beaucoup de fautes. Il est retombé dans les travers qu'il avait réussi à corriger la saison dernière. Il aura face à lui un joueur accrocheur. Il devra être costaud face à De Minaur parce que l'Australien ne lâche rien. Il faut accepter le combat pour battre De Minaur. Medvedev reste favori parce qu'on s'attend enfin à ce qu'il fasse un bon tournoi. La partie pourrait être compliquée si le Russe n'élève pas son niveau de jeu et améliore son attitude. Mais dans le cas où Medvedev réagit, alors il a évidemment toutes les armes pour s'imposer. Les cotes sont logiques.


Diego Schwartzman vs Alejandro Davidovich Fokina

L’Espagnol a une double revanche à prendre puisque Fokina reste sur deux défaites de rang lors du dernier Open d’Australie et plus récemment lors du tournoi de Cologne où ADF menait 6-2, 5-2 avant de craquer et subir une remontada de l'Argentin. Ce dernier est en pleine forme depuis la reprise, finaliste à Rome et Cologne puis demi-finaliste à Roland Garros face à Nadal. Lors de son premier tour face à Richard Gasquet, il a su mettre les bons ingrédients pour s’imposer sans trop de difficultés (7-5, 6-3). L’Espagnol est également sur une très bonne dynamique avec 9 victoires sur ses 11 derniers matchs et des victoires de prestige face à de très bons joueurs de dur - en grande crise de résultats cependant - comme Khachanov et Cilic. Il faut plutôt retenir sa défaite contre Zverev (7-6, 7-5) comme match référence. Cette rencontre ce jeudi représente un enjeu majeur pour l’Argentin, outre le fait de se qualifier pour un quart de finale de Master 1000. Il est tout proche de se qualifier pour le Masters de Londres. Une victoire validerait son billet à 99%. Si l’Argentin est un favori logique, il devra toutefois se méfier de l'Espagnol qui aura des armes pour contrecarrer le jeu de Schwartzman. Les deux joueurs n'ont pas un gros service, tout se jouera donc à l'échange, dans la tenue de balle. Davidovich sera très certainement motiver à l'idée de remporter ce duel qui lui a échappé de peu à Cologne.

L'œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : Davidovich, on le verra très haut en 2021. Il explose totalement sur cette fin de saison. On l'avait déjà entrevu en début de saison. Il a une palette de coups incroyable mais il a une énorme marge de progression notamment au service. Que ce soit en coup droit, revers, toucher de balle ou le jeu de jambes, il est très bon l'Espagnol. Il y a deux éléments à prendre en compte : la motivation de Schwartzman qui veut décrocher son ticket pour Londres, même s'il y est quasiment. Davidovich est très créatif, il est capable de monter au filet, son amorti de coup droit est magnifique. Il aurait dû gagner contre l'Argentin à Cologne donc méfiance sur ce match. Il a encore été très bon contre Khachanov au premier tour puis il a confirmé facilement contre Bonzi. J'aime beaucoup le jeu de Davidovich. Il est toujours jeune mais il est bourré de talent ! Schwartzman est logiquement favori mais rien n'est joué d'avance.

Rafael Nadal vs Jordan Thompson

Que cette entrée en matière fût dure pour Rafael Nadal ! L’Espagnol rejouait son premier match en indoor depuis près d’un an et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas passé loin de la correctionnelle face à son compatriote Feliciano Lopez. Même à 39 ans, le vétéran du circuit est toujours un sacré client en indoor et a bien failli jouer un mauvais tour à Nadal. Mené 6-4 et poussé au tie-break dans la deuxième manche, le n°2 mondial a tout de même trouvé les ressources nécessaire pour empocher le jeu décisif (7 points à 5) avant de conclure la troisième manche 6-4. Nadal a fait face à un très bon Feliciano Lopez sur ce match et la transition terre battue – indoor a été assez difficile à gérer pour lui, avec un début de match compliqué. Malgré ce retard à l’allumage, Nadal a assuré l’essentiel et a au moins pu compter sur une belle qualité de service (16 aces) pour se tirer du piège tendu par son adversaire. Pour son troisième tour, il n’affrontera pas Borna Coric comme le tirage pouvait le laisser présager mais bien Jordan Thompson qui a créé la surprise face au Croate en s’imposant en trois manches (6-2, 4-6, 6-2). Pourtant toujours difficile à manœuvrer et accrocheur, Coric n’a pas joué son tennis habituel et Thompson a su en profiter, notamment sur les secondes balles du Croate (71% de points gagnés en retour sur secondes adverses). Malgré son match compliqué, Nadal est, logiquement, largement favori de cette rencontre face à l’Australien. Après une telle entrée en lice et face à un adversaire moins performant que Feliciano Lopez en indoor, l’Espagnol devrait se reprendre et montrer un visage beaucoup plus conquérant sur ce match.


Pablo Carreno Busta vs Norbert Gombos

Duel qui semble assez disproportionné à première vue entre Norbert Gombos (105ème) et Pablo Carreno-Busta (15ème). L’Espagnol, même s’il est actif depuis plus de 10 ans sur le circuit et approche de la trentaine, dispute l’une des meilleurs saisons de sa carrière. Relativement méconnu il n’y a pas si longtemps que ça, il fait maintenant pleinement partie de l’armada espagnole qui gravite autour de l’inusable et toujours intraitable Rafael Nadal, Bautista Agut et l'étoile montante Davidovich Fokina. PCB est au somment de son "art" et réalise en plus une très bonne saison sur dur avec comme apogée cette demi-finale lors du dernier US Open. Il a éliminé la révélation de Roland Garros Hugo Gaston et Jan Lennard Struff lors des tours précédents ici à Bercy. Le Slovaque Gombos pourrait lui poser un peu plus de problèmes. Contrairement à Gaston, il joue très bien indoor (58,5% de victoires) et contrairement à Struff, il aborde ce match avec beaucoup de confiance. D'abord par rapport à sa forme du moment - il sort des qualifs et compte 16 victoires pour 9 défaites sur dur cette saison - mais aussi parce qu'il a battu Carreno à Montpellier en février. Les deux hommes sont de solides cogneurs mais la palette de jeu de Carreno est bien plus fournie…

L'œil de Rodolphe Gilbert (ancien coach d'Ugo Humbert) : Gombos joue bien en ce moment. C'est un gros frappeur qui a gagné en stabilité émotionnel. Il s'est canalisé et commence à faire des bons matchs sur le circuit ATP. En face, Carreno c'est très solide. Il est toujours qualifiable au Masters. Ce n'est pas son objectif évidemment mais tant qu'il est en course, il va continuer à faire les efforts. Il est vraiment très bon depuis la reprise et il répond souvent présent dans les grands tournois. Gombos est le type de joueurs qui peut poser des problèmes à l'Espagnol. Il sert bien, il frappe bien des deux côtés, il est puissant. Il a les armes au moins pour bousculer Carreno. Mais évidemment, Carreno est favori. Gombos peut empêcher PCB de mener l'échange, mettre de la cadence et tenir la balle. Carreno n'aime pas trop quand on lui rentre dedans, puisque ça le met sur la défensive. Les cotes sont bien ajustées. Mais si Gombos fait un très gros match, il peut tout à fait gagner ce match. Ca va jouer sur le court 1, très rapide, et à l'avantage de Gombos. La clé du match sera la capacité de Gombos à ne pas faire de fautes parce que dans ce cas, la solidité de Carreno l'emportera dans le duel tactique.


Milos Raonic vs Marcos Giron

Milos Raonic facile face à Marcos Giron ? Passé par les qualifications, l'Américain Marcos Giron, 91e joueur mondial, dispute son premier 8èmes de finale en Masters 1000. Milos Raonic, tête de série numéro 10, a battu au premier tour le Slovène Aljaz Bedene (6-3, 6-2) avant de dominer au deuxième tour le Français Pierre-Hughes Herbert (6-4, 6-4). Très solide sur son service lors de ses deux premiers tours, le Canadien n'a concédé qu'un break et a remporté plus de 86% de points derrière sa première balle de service. De plus, il n'a passé que 2 heures 36 sur le court alors que Marcos Giron a déjà passé près de 8 heures sur le court ici à Bercy. Il a battu l'Espagnol Carballes Baena et le Serbe Laslo Djere pendant les qualifications, à chaque fois en deux sets. Puis, les deux premiers tours du tableau final ont été relativement plus compliqués pour Marcos Giron qui a, à chaque fois, gagné en 3 sets. Au premier tour, il a été accroché par l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas (6-3, 4-6, 6-1) avant de battre le 10ème joueur mondial, l'Italien Matteo Berrettini en 3 sets extrêmement serrés (7-6, 6-7, 7-5). Certes, Matteo Berrettini est en relative méforme depuis quelques mois, mais la performance du qualifié américain n'en est pas moins impressionnante. Cette fois, Marcos Giron affrontera une nouvelle fois un joueur du top 20 mondial, mais cette fois il s'agira d'un joueur en forme qui est toujours dans la course au Masters. Avec seulement un quart de finale en carrière sur dur, c'est logique que les bookmakers aient placé Raonic largement favori. Les deux joueurs se sont déjà affrontés une fois au cours de leur carrière, c'était l'année dernière, sur dur, à Indian Wells. A l'époque, les deux joueurs étaient déjà à peu près cotés dans les mêmes eaux, et c'était Milos Raonic qui l'avait emporté en 3 sets accrochés (4-6, 6-4, 6-4).


L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ Victoire de Raonic ✅ / Victoire de Zverev✅
⭐️⭐️ Victoire de Cilic ❌
⭐️ Davidovich remporte au moins un set ❌ / Victoire de Medvedev ✅