Avant de poursuivre le classement, il est important d'expliquer la notion d’espoir. Pour pouvoir figurer dans ce classement, les joueurs devaient répondre à deux critères : être né à partir de 1998 et ne jamais avoir figuré dans le top 100. Il n’y aura donc pas Jannik Sinner, Denis Shapovalov ni même Tsitsipas dans ce classement car l'intérêt est de vous faire découvrir des joueurs moins connus mais qui ont le potentiel pour devenir de très bons joueurs. Ceux ayant fait des deuxièmes semaines de Grand Chelem comme Altmaier ne figureront pas non plus dans le classement.

Comment ce classement a-t-il été fait ?

Plusieurs critères ont été pris en compte. Tout d’abord, bien évidemment la capacité et le potentiel du joueur à travers ses performances en ITF, Challenger voire sur le circuit ATP (notamment en qualifications) pour ceux qui ont déjà une petite expérience. Les joueurs choisis dans ce classement sont aussi des joueurs extrêmement plaisants à regarder avec une marge de progression importante sur le plan physique et technique. Enfin, certains joueurs qui stagnent depuis plusieurs années après une éclosion précoce n'ont pas été inclus dans ce classement.

ATP / Le Top 50 des espoirs à suivre en 2021 : de la 50ème à la 41ème place


40) Otto Virtanen (Finlande, 2001, 607ème le 16/11/2020)

Ce grand joueur (1m91) a un excellent service et un coup droit très puissant. Cet ancien quart de finaliste de l’Open d’Australie junior a eu des résultats excellents cette année en indoor. En quatre tournois ITF, il a remporté un titre à Parnu, disputé une finale mais aussi une demi-finale et un quart de finale. Vu sa fin de saison excellente, son évolution en challenger sera intéressante à suivre.


39) Camilo Ugo Carabelli (Argentine, 1999, meilleur classement : 349ème le 15/10/2018)

Ce jeune argentin fait partie des très nombreux espoirs du pays. Comme beaucoup de ses compatriotes, il excelle sur terre battue (87% de ses matchs disputés en carrière pour 64% de victoires). Cette année, il a remporté un tournoi ITF à Rio Cuarto en Argentine. Il a déjà réalisé de belles performances contre Federico Coria (actuel 91ème mondial) qu'il avait battu en septembre 2019 en challenger à Buenos Aires (6-4, 6-4) mais aussi contre Andrej Martin (victoire 6-3, 7-6 à Lima) ou encore Leonardo Mayer (défaite 7-6, 6-4 à Campinas). Il a déjà le niveau pour jouer les qualifications d'un ATP 250 sur terre battue. Sa saison 2021 sera très intéressante à suivre. Il devrait gagner beaucoup de places au classement. L'Argentin vient de battre ce mardi Emilio Gomez à Sao Paulo. L'Equatorien était sorti des qualifications à Roland Garros avant de s'incliner en 5 sets contre Sonego au premier tour.


38) Francesco Forti (Italie, 1999, meilleur classement : 393ème le 22/07/2019)

Joueur très bon sur toutes les surfaces, il a eu de bons résultats en ITF sans gagner pour autant le moindre tournoi. Il a en revanche joué quatre demi-finales cette année. Ce grand joueur (1m88) a un gros service et se déplace très bien sur le court. Il sera intéressant de voir son amélioration l’année prochaine en espérant qu’il passe un cap en gagnant un tournoi ou en jouant des challengers. Pour le moment, il ne compte que 9 victoires pour 13 défaites en challenger.


37) Yuta Shimizu (Japon, 1999, meilleur classement : 313ème le 02/03/2020)

Ce jeune gaucher japonais est le joueur le plus petit du top 1000 (1m63) mais c'est l'un des joueurs de sa génération les plus talentueux du circuit. En ayant joué seulement trois tournois en 2020, il a remporté deux tournois ITF en ne concédant seulement que deux sets. C’est sur dur en extérieur qu’il a les meilleurs résultats. La manière dont il arrive à combler ses lacunes au service est extraordinaire. Il a déjà prouvé qu’il avait le niveau pour monter bien plus haut au classement. Il a par exemple perdu en janvier (7-6, 7-6) contre Taro Daniel au challenger de Brisbane. En octobre 2019, en challenger de Liuzhou, il menait d'un set contre Davidovich Fokina avant de finalement s’incliner. Ce joueur au talent monstre mérite d’être plus regardé tant son talent est flagrant. Pour le moment, il compte 8 victoires pour 12 défaites en challenger mais déjà 8 titres en ITF. Il a cette capacité à sauter pour frapper ses coups droits avec un timing impeccable à l'image d'Olivier Rochus (1m68) dans les années 2000. Classé numéro 5 mondial junior en 2018, "c'est un gamin impressionnant avec un très bon niveau de jeu promis à un bel avenir", selon Torgun Smith, superviseur du circuit ITF. Il n'a affronté cependant que deux joueurs du top 100 dans sa jeune carrière (Davidovich et Ebden) et un seul joueur de plus d'1m90 (Kravchuk en challenger).

L'œil de Florent Serra : Cela me paraît compliqué pour un joueur aussi petit de percer au plus haut niveau, c'est-à-dire intégrer le top 50 mondial. On a déjà vu des petits gabarits réussir à combler leur manque de puissance et s'imposer sur le circuit pro. Je pense à Olivier Rochus, Diego Schwartzman évidemment mais aussi Corentin Moutet ou encore Nishioka. Côté revers, c'est possible de sauter mais en coup droit, peu le font et surtout pas sur la durée totale d'un match. Les 7 centimètres qui séparent le Japonais des joueurs cités à l'instant, ce n'est pas rien. Il faudra que Shimizu compense avec un timing excellent, une main exceptionnelle et beaucoup de relâchement. Le fait qu'il soit gaucher est malgré tout positif. Cela va l'aider à trouver des angles. Mais je ne vois comment il va pouvoir sauter sur chaque frappe. Physiquement, c'est compliqué. Et comment va-t-il faire pour contrer la puissance et les frappes des top joueurs du circuit ? Sur dur, il pourrait s'en sortir mais sur terre battue, avec des balles qui vont gicler au-dessus de l'épaule, le challenge est compliqué à mes yeux pour le Japonais. Si déjà, il parvient à entrer dans le top 100, ça serait déjà une performance incroyable. Il devra être solide à la fois dans la tête mais aussi physiquement. Il ne devra faire aucune faute directe et devra surtout faire avancer la balle extrêmement vite pour ne pas subir en permanence. Le tennis est de plus en plus physique, les joueurs sont de plus en plus grands. Les performances de Schwartzman, Moutet et Nishioka sont déjà incroyables. Et avec 7 centimètres de moins, je m'interroge sur sa capacité à franchir la barrière du très haut niveau. Ce jeune Shimizu a énormément de talent, il peut s'approcher du top 100 mais j'attends de voir comment il pourra résister aux joueurs d'1m90... S'il se met trop loin derrière sa ligne, il sera pris aux pièges des amortis et frappes courtes croisées. S'il s'avance dans le court, il prendra le risque d'être pris de vitesse et sera contraint de sauter sur chaque frappe, ce qui me paraît compliqué à tenir sur toute la longueur d'un match, d'un tournoi et d'une saison.

36) Jack Draper (G-B, 2001, meilleur classement : 283ème le 24/08/2020)

Ce très grand gaucher (1m91) a eu des résultats excellents sur dur depuis le début de sa carrière. Son début d’année 2020 a été ponctué par un titre en ITF où il a dominé tout le monde sans concéder le moindre set et en encaissant seulement deux jeux en finale. Avant l’arrêt de la saison, il était sur une série de 10 victoires en 11 matchs. Va-t-il pouvoir confirmer en challenger ? Il compte déjà 7 titres en ITF avec 80% de victoires sur dur. Son bilan en challenger est de 7 victoires pour 8 défaites. En octobre 2019, le Britannique était le plus jeune joueur du circuit parmi le top 400 mondial. Il a notamment été capable de résister à Dan Evans (7-5, 6-3), Bublik (6-2, 1-6, 6-3) ou encore Uchiyama (6-4, 7-6). Il a également battu Igor Sijsling, Jack Sock et Donald Young en 2019 à seulement 17 ans. Il a aujourd'hui 18 ans. C'est le troisième meilleur joueur du monde parmi les moins de 19 ans derrière Alcaraz et Musetti. Finaliste de Wimbledon en junior en 2018, il est capable de briller sur toutes les surfaces même s'il joue très peu sur terre battue pour le moment. Il semble plus à l'aise sur les surfaces rapides, ce qui est logique par rapport à sa morphologie.


35) Martin Damm (USA, 2003, meilleur classement : 868ème le 16/11/2020)

Fils du Tchèque qui avait atteint la 42ème place mondiale en 1997, ce jeune Américain a le talent pour faire aussi bien. Voilà un énorme espoir du tennis mondial, demi-finaliste l’année dernière à Wimbledon et Roland Garros et quart de finaliste cette année de l’Open d’Australie. Malgré son jeune âge, il a déjà un service surpuissant. Il peine cependant à confirmer avec seulement une finale et un quart de finale en ITF mais sa marge de progression est énorme. C'est le joueur le plus jeune du circuit. Malgré son jeu « à l’Américaine », il arrive tout de même à avoir quelques performances sur terre battue ce qui est très intéressant. Sa saison sur dur sera intéressante à suivre.


34) Timofey Skatov (Kazakhstan, 2001, meilleur classement : 438ème le 26/10/2020)

Plutôt de petite taille (1m73), le Kazakh a fait une très bonne fin de saison. En septembre, il a notamment gagné un tournoi ITF contre Rune en Espagne et contre Agamenone en Roumanie. Habitué aux « mauvais résultats » sur dur avant la pandémie, il a réussi en octobre à atteindre la demi-finale du tournoi ITF de Sharm-El-Sheikh. Ce joueur est donc en très nette progression cette fin d’année, on verra l’année prochaine s’il confirme. Pour le moment, c'est sur terre battue qu'il est le plus à l'aise. Il a disputé à Nur Sultan en octobre son premier match sur le circuit ATP. Un match qui s'est soldé par une très lourde défaite face à Ruusuvuori (6-2, 6-0). Ce qui montre encore la marge qui lui reste à combler. Il a cependant un jeu très spectaculaire et une très belle main. Titré à trois reprises en ITF, il doit encore franchir le cap du circuit challenger où il ne compte qu'une seule victoire.


33) Michael Vrbensky (République Tchèque, 1999, meilleur classement : 302ème le 28/09/2020)

Ce jeune tchèque est un spécialiste de la terre battue. En août, il a fait parler de lui au challenger de Prague en arrivant en demi-finale contre Wawrinka après avoir battu Elias Ymer. Vrbensky n’est pas passé loin de l’exploit en remportant le premier set face au Suisse. Cependant, il n’est pas très régulier et fait depuis beaucoup de contre-performances. Il compte déjà 4 titres ITF et 9 victoires pour 11 défaites en Challenger. Depuis ses débuts en 2017, il n'a affronté que deux joueurs du top 100. Wawrinka donc mais aussi l'Italien Caruso fin septembre. Une défaite (7-5, 7-5) qui monte qu'il n'est pas loin du niveau du top 100 sur un match. Reste à trouver la régularité.


32) Juan Manuel Cerundolo (Argentine, 2001, meilleur classement : 342ème le 28/09/2020)

Déjà le troisième Argentin cité dans ce classement - et loin d’être le dernier de cette génération dorée -. Ce gaucher est comme son grand frère Francisco, et comme la plupart de ses compatriotes, un spécialiste de terre battue. Après une saison 2020 plutôt ratée malgré une finale en tournoi ITF, il avait déjà prouvé en 2019 qu’il avait le niveau pour embêter les meilleurs joueurs du circuit sur terre battue. En effet, au challenger de Montevideo, il était parvenu à battre coup sur coup Cuevas et Delbonis sans encaisser le moindre set. Il est évidemment à suivre l’année prochaine car il va de nouveau bousculer des joueurs du top 100 sur l'ocre.


31) Harold Mayot (France, 2002, meilleur classement : 411ème le 14/09/2020)

Le Français est déjà connu par la majorité des amateurs de tennis après sa victoire en finale de l’Open d’Australie junior contre son compatriote Arthur Cazaux. Sauf blessure, il est quasiment certain qu'il va gagner beaucoup de places l’année prochaine car il a un niveau bien supérieur à ce que montre son classement actuel. Cette année, il s’est considérablement amélioré sur terre battue avec un premier tour très encourageant à Roland Garros face à Davidovich (7-65, 6-3, 7-5). Sa meilleure surface reste tout de même le dur et l’indoor où il a eu des résultats très encourageants notamment en quart de finale du challenger de Pau contre Vesely où il fait jeu égale malgré la défaite (7-6, 7-6). De même contre Simon à Marseille avec une défaite serrée (6-4, 7-6). On voit qu’il n’est plus très loin du haut niveau et ça pourrait arriver cette année. Suite à une blessure en bas du mollet près du tendon d'Achille lors d'un entraînement au CNE, il a mis fin à sa saison fin octobre. Il compte bien "se faire une caisse physique" en vue de la reprise en 2021. Il souhaite aussi travailler auprès d'une psychologue pour progresser mentalement et mieux se connaître. Il compte aussi se rapprocher d'un diététicien. Harold Mayot veut franchir un cap et suivre les pas de Alcaraz, Musetti, Sinner ou encore Auger. Conscient du degré d'exigence nécessaire pour devenir un joueur de tennis professionnel et intégrer le top 100 mondial, il va se donner tous les moyens pour y parvenir.


A suivre : classement de la 30ème à la 26ème place

Cliquez sur l'image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue