En septembre 2013, à l'âge de 14 ans, Casper Ruud effectuait ses premiers pas sur le circuit ITF. Après avoir pris ses marques en 2014, il signait ses premières performances en 2015 avec une victoire sur Munar à Roland Garros junior mais aussi deux quarts de finale en Futures. Sa progression est fulgurante. Il fait son entrée dans le top 1000 dès février 2016 grâce à son premier titre ITF sur terre battue. Il est tout près de récidiver sur dur quelques semaines plus tard aux Etats-Unis, battu en finale par Mmoh. Dès le mois de septembre, il est déjà 274ème mondial à seulement 17 ans en remportant son premier titre challenger à Séville. Premières victoires sur le circuit ATP début 2017 (demi-finale à Rio), premières victoires en Grand Chelem en 2018, le jeune Casper a plusieurs objectifs en tête. Déjà, dépasser le meilleur classement de son père Christian (39ème mondial en 1995) mais également être numéro un mondial un jour. Il a conscience du défi mais il y croit : "Je pense que je peux être le meilleur du monde un jour. J'ai encore un très long chemin à parcourir, mais je pense vraiment que cela pourrait être possible. Federer, Nadal et Djokovic sont là-haut depuis très longtemps. Je pense que le tennis sera beaucoup plus ouvert dans trois, quatre, cinq ans quand ils prendront leur retraite."

En mai 2019, à Paris, le tirage au sort va donner l'occasion au jeune norvégien de se mesurer à Roger Federer. Une rencontre qui va forcément être gravée à jamais dans sa mémoire et sur laquelle il est revenu au micro Fredrik Skavlan : "Lorsque vous affrontez l'homme qui est considéré comme la plus grande légende de l'histoire de votre sport, il est clair qu'on peut être alors un peu plus nerveux que d'habitude. J'étais parvenu à garder la tête froide jusqu'au début du match mais je me souviens que c'était un peu difficile de dormir la nuit précédente. Lorsque vous allongez la tête sur l'oreiller, vos pensées viennent car quand on doit rencontrer un joueur comme Federer, la pression est grande. Le soir, c'est le moment de la journée où je pense le plus à ce qui va se passer le lendemain. Ce soir-là, ce n'était pas facile de m'endormir."

Ma première vraie rencontre avec Federer remonte à 2018 à Melbourne : "Je me souviens que j'étais dans un grand café où tous les joueurs sont assis pour manger. Quand Federer est entré, c'était complètement calme et tout le monde s'est retourné. La légende était là. Nadal, Djokovic et Federer ont l'air plus grands qu'ils ne pourraient l'être. Ils mesurent environ1,85 mètre, mais il peut sembler qu'ils mesurent deux mètres en raison du respect que vous avez pour eux."

Le père et entraîneur Christian Ruud (à gauche) et son fils Casper à l'entraînement à Melbourne en 2018. Photo: Lars Eide / NTB scanpix
Casper Ruud et son père Christian Ruud à Melbourne n 2018 / Crédits : Lars Eide / NTB scanpix

Le journaliste norvégien est aussi revenu sur le rôle joué par son père dans sa carrière. Leur relation père-fils a-t-elle été affectée par le fait qu'il soit aussi son entraîneur ? "Non, nous nous respectons mutuellement de la même manière que lorsqu'il est sur le terrain, il est entraîneur. Il n'a pas peur de me le dire et il peut être très difficile d'accepter la critique, mais il le fait parce qu'il sait que je peux faire tellement mieux."

Ses parents consacrent leur vie à la carrière de leur fils, 25ème mondial en octobre dernier. Casper Ruud emploie ses deux parents dans son staff. L'équilibre de la famille a basculé lorsque Casper a dépassé son père au classement ATP. Désormais, c'est le fils qui dirige l'entreprise familiale. Enfin, en apparence seulement : "Le boss ultime est probablement ma mère. Elle règne sur nous deux et parfois entre nous deux."

Cliquez sur l'image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue