Avant de poursuivre le classement, il est important d'expliquer la notion d’espoir. Pour pouvoir figurer dans ce classement, les joueurs devaient répondre à deux critères : être né à partir de 1998 et ne jamais avoir figuré dans le top 100. Il n’y aura donc pas Jannik Sinner, Denis Shapovalov ni même Tsitsipas dans ce classement car l'intérêt est de vous faire découvrir des joueurs moins connus mais qui ont le potentiel pour devenir de très bons joueurs. Ceux ayant fait des deuxièmes semaines de Grand Chelem comme Altmaier ne figureront pas non plus dans le classement.

Comment ce classement a-t-il été fait ?

Plusieurs critères ont été pris en compte. Tout d’abord, bien évidemment la capacité et le potentiel du joueur à travers ses performances en ITF, Challenger voire sur le circuit ATP (notamment en qualifications) pour ceux qui ont déjà une petite expérience. Les joueurs choisis dans ce classement sont aussi des joueurs extrêmement plaisants à regarder avec une marge de progression importante sur le plan physique et technique. Enfin, certains joueurs qui stagnent depuis plusieurs années après une éclosion précoce n'ont pas été inclus dans ce classement.

ATP / Le Top 50 des espoirs à suivre en 2021 : de la 50ème à la 41ème place

ATP / Le Top 50 des espoirs à suivre en 2021 : de la 40ème à la 31ème place

ATP / Le Top 50 des espoirs à suivre en 2021 : de la 30ème à la 26ème place


25) Orlando Luz (Brésil, 1998, meilleur classement : 116ème le 09/03/2020)

Voilà un nouveau Sud-Américain spécialiste de la terre battue. Après une très bonne année 2019 avec notamment une très belle saison en ITF, il est passé au niveau supérieur en challenger mais malheureusement, il peine à confirmer et n’est pas allé plus loin que le deuxième tour depuis plus d'un an. Il faut tout de même avouer qu’il a souvent eu des tirages plutôt compliqués. Il a tout de même battu des joueurs de renom comme le jeune espoir Seyboth Wild au challenger de Sao Paulo il y a quelques jours. L'ancien numéro un mondial junior est très talentueux et possède une très bonne main. Il a remporté 7 tournois ITF depuis le début de sa carrière. Parmi ses 4 affrontements face à des joueurs du top 100, rien de notable mis à part un set remporté face à Diego Schwartzman en 2015. Il doit encore s'aguerrir avant de franchir le fameux cap du top 100.


24) Jesper De Jong (Pays-Bas, 2000, meilleur classement : 280ème le 09/11/2020)

Ce droitier très complet s'adapte à toutes les surfaces. Il réalise une bonne fin d’année 2020 notamment grâce à sa demi-finale à Guayaquil - son premier tournoi en carrière en Challenger - fin novembre avec des succès contre Tabilo ou Vilella. Il a été très souvent en finale et demi-finale cette année en challenger ou en tournoi ITF mais il n’a pas réussi à soulever un trophée. C’est un peu ce que l’on pourrait lui reprocher, il a un bon niveau mais il lui manque encore de référence au plus haut niveau. Il pourra en 2021 s'appuyer sur sa bonne performance face à Kohlschreiber à Rotterdam (défaite 7-5, 7-6). Il reste tout de même l'un des meilleurs espoirs de sa catégorie et sa polyvalence sur dur et sur terre pourrait lui servir pour grimper au classement. Il a également battu assez facilement Ramanathan ou le jeune Forejtek. Il devrait rapidement se rapprocher de la 150ème place mondiale.


23) Borna Gojo (Croatie, 1998, meilleur classement : 217ème le 26/10/2020) et Pavel Kotov (Russie, 1998, meilleur classement : 245ème le 06/01/2020)

Deux joueurs pour le prix d'un ! Ils ont le même âge (22 ans), la même morphologie (1m91 et 1m96) et la même polyvalence sur terre et sur dur. Difficile de les départager. Même leur classement est similaire. Le palmarès est en faveur du Russe qui compte trois titres en ITF alors que celui du Croate est totalement vierge. Les deux joueurs comptent un match sur le circuit ATP : à Winston Salem en 2018 face à Ryan Harrison pour Gojo (défaite 6-2, 6-4) et à Saint-Petersbourg très récemment pour le Russe face à Ugo Humbert (défaite en trois sets). Ils se sont affrontés fin octobre à Hambourg et le match avait été très serré. Kotov s'était imposé 7-5 au troisième set. Nous devrions bientôt revoir ces deux joueurs très prochainement sur le circuit principal. Ils ont les qualités pour entrer dans le top 100.


22) Giulio Zeppieri (Italie, 2001, meilleur classement : 316ème le 28/09/2020)

Excellent joueur de terre battue, ce jeune Italien est en train de vivre une fin de saison difficile. Malgré une bonne reprise au Master de Rome où il avait battu Norrie et Dellien en qualifications, il a ensuite enchainé six défaites d’affilée en Challenger. Il avait pourtant fini l’année 2019 avec un très prometteur titre en ITF à Santana Margherita. Cependant, il est encore très jeune et pourrait suivre les pas de ses compatriotes Sinner ou Musetti. Remplaçant au dernier tournoi NextGen, il est encore très jeune mais possède beaucoup de qualités avec sa patte gauche. Il est très ami avec Musetti qui l'a battu en trois sets à Rome. Son objectif désormais est de s'imposer sur le circuit ATP. Il affiche ouvertement ses ambitions de devenir numéro un mondial un jour. Sa motivation, c'est de progresser à chaque match. Après un premier set difficile contre Sonego à Cagliari, il avait su élever son niveau de jeu pour faire jeu égal avec le 33ème mondial (6-2, 7-6). Il joue peu sur dur mais il y joue bien avec un quart de finale à l'US Open et une demi-finale à l'Open d'Australie en junior.


21) Shintaro Mochizuki (Japon, 2003, meilleur classement : 566ème le 25/11/2019)

Ce grand espoir du tennis mondial, vainqueur à 16 ans de Wimbledon en Junior et demi-finaliste à Roland Garros, est un joueur extrêmement complet, bon sur toutes les surfaces. Mochizuki n’a pas encore gagné de tournoi ITF ni signé de victoires contre des joueurs bien classés mais c'est normal vu son très jeune âge. Il n'a pas pu poursuivre sa progression en 2020 en raison de la pandémie mais il sera très intéressant de le suivre en ITF et Challenger en 2021. Issu de la formation Masaaki Morita, Mochizuki s'entraîne également en Floride à l'IMG Academy. La fondation Masaaki Morita est un programme scolaire soutenu par Kei Nishikori et fondé par Morita, un grand dirigeant du tennis japonais. Kei Nishikori a évidemment félicité le jeune japonais après son titre à Wimbledon, le premier en Grand Chelem pour un Japonais. Nishikori s'est notamment déjà entraîné plusieurs fois avec son jeune compatriote : "J'ai déjà joué 6 ou 7 fois avec lui. Il n'a que 16 ans, il y a encore un immense écart avec le circuit professionnel, c'est pourquoi nous n'avons pas vraiment joué de points mais juste quelques balles. Il progresse beaucoup. Désormais, on peut échanger quelques rallyes ensemble."

Le Japonais s'est aussi entraîné en Floride avec un autre vainqueur de Wimbledon, Denis Shapovalov.


A suivre : classement de la 20ème à la 11ème place

Cliquez sur l'image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue

This post is also available in: English