C’est le premier tournoi de cette saison 2021. Les filles ouvrent le bal aux Emirats dans une ambiance toujours un peu spéciale liée à la pandémie qui sévit sur l’ensemble de la planète. Le tournoi se jouera sans sponsor sur les bâches autour des courts. Malgré de nombreux forfaits (dont la française Caroline Garcia), le tournoi a réussi le tour de force de réunir sept des vingt meilleures joueuses du monde dont la tenante du titre de l’Open d’Australie, l’Américaine Sofia Kenin, 4ème mondiale. Dans ce tableau riche de 64 joueuses, 12 matchs sont au programme ce mercredi.


Maria Sakkari vs Anastasia Potapova
Match plus indécis qu’il n’en a l’air. La Grecque qui était une joueuse sur qui on pouvait compter la saison dernière aura envie de bien débuter sa saison. Ce qu’on démarque le plus chez elle, c’est sa force mentale.. On sait qu’en WTA, la motivation et la concentration sont deux choses très importantes au-delà du tennis pur pour pouvoir performer. C’est ce qu'elle a dégagé tout au long de la saison. À maintes reprises, elle pouvait aller chercher dans ses ressources mentales pour renverser un match et surtout la tendance (on pense notamment à sa victoire sur Serena Williams à Cincinnati). Elle aime énormément faire mal avec son coup droit, son revers étant plutôt un point faible. On peut aussi noter cette capacité à kicker sur l'extérieur avec sa seconde balle. Très rares sont les joueuses qui arrivent à le faire. Elle était en parfaite condition physique tout au long de la saison. On peut donc dire que c’est une source assez fiable pour entamer 2021. Sauf qu’en face, elle aura une Russe que l'on peut qualifier de semeuse de troubles. Parfois nonchalantes avec un mental défectueux, elle se surpasse très souvent lorsque le défi est de taille. On n'a pas revu Potapova depuis un an avec un début de saison réussi à l'époque (8 victoires sur ses 11 derniers matchs). Elle a des qualités, c’est incontestable, mais on a du mal à les voir toutes associées ensemble pour faire d’elle une joueuse stable, sur qui on pourrait compter. Elle ne respire pas tout le temps la sérénité. Elle sait être offensive avec beaucoup d’agressivité mais montre une attitude parfois nonchalante. Cependant, ayant suivi un peu sa préparation d'avant saison, elle a beaucoup travaillé sur l’entretien de son corps et s’est surtout montrée très motivée à l’idée de reprendre le tennis début janvier. Le statut de favorite de Sakkari n’est pas une surprise mais c’est à prendre avec des pincettes. Avec l’ambition affichée par la Russe et cette carte d’outsider qu’elle pourrait mieux gérer qu’un statut de favorite, ce ne sera pas une mince à faire de l'écarter. La cote de la Russe semble un peu haute et devient intéressante à partir de 3,70.


Daria Kasatkina vs Qiang Wang
Un duel assez alléchant nous est proposé pour ce début d’année. En fin de saison, on aurait même supposé que Daria revenait sur le devant de la scène avec beaucoup de créativité dans la préparation de son jeu. Un physique plus stable et surtout une régularité qui semblait être retrouvée. Sauf que cette fameuse blessure contre Azarenka à Rome lui a fait très mal. Elle a quand même prouvé à Ostrava qu’elle était sur la bonne voie pour signer un retour gagnant en 2021. Et on a hâte de voir ça dès cette semaine. Du côté de Wang, on est aussi curieux de savoir dans quelles circonstances elle va entamer cette nouvelle saison après 9 mois sans compétition. Avec la Covid, on a vraiment vécu une année compliquée pour pouvoir mettre dans de bonnes conditions les joueuses et surtout leur assurer un maximum de sécurité. C’est aussi pour cette raison que l’on retrouve Wang seulement maintenant. Tennistiquement, la Chinoise possède un style très traditionnel, fidèle à ses compatriotes, à savoir un jeu simple, très à plat et une grosse couverture de terrain. Sans trop de variétés, elle s’appuie surtout sur sa constance pour faire fauter ses adversaires. Après avoir débattu de leurs qualités, on peut constater que la Russe est logiquement favorite. Les cotes sont assez bien ajustées mais il est difficile de prendre une position tranchée tant les incertitudes règnent. Il y aura aucune assurance au niveau du service des deux côtés, et on peut difficilement prédire dans quel état Wang va aborder ce match physiquement. Ce qui est sûr, c’est que Daria est plus créative et qu’elle a la clé du match dans la raquette. Avec sa grosse fin de saison, on se dit tout de même qu’elle doit pouvoir bien débuter avec une telle confrontation.


Veronika Kudermetova vs Anett Kontaveit
Match à haute intensité qui nous attend. Kontaveit nous avait gratifié d’un gros début de saison dernière et avait fini par s’essouffler sur la fin. Ça a toujours été une joueuse très complète, qui sait performer sur toutes les surfaces. Son point fort est son revers à deux mains. Quand il est bien réglé, il est dévastateur et encore plus dans la diagonale. 2020 a été globalement réussi pour elle. Même si on l’a senti un peu limitée physiquement sur la fin, on pouvait compter sur elle pendant deux tiers de la saison. Elle décevait très rarement. On peut dire que par rapport à 2019, elle a quand même énormément gagné en régularité avec son style de jeu offensif qu’elle a pu stabiliser au fil du temps. Kudermetova, qui était une spécialiste de terre, nous a offert une belle progression sur dur. Elle avait ce déficit pour tenir un échange. Elle aimait abréger avec sa puissance de frappe, notamment en revers, un des plus chirurgicales du circuit. Et à force de travail, son jeu a évolué avec beaucoup plus de constance même si ça reste une joueuse capable d’avoir des gros trous noirs pendant un match. D’un moment à l’autre, elle peut complètement déjouer. C’est aussi cette forme de nonchalance qui lui joue parfois des tours. Mais elle sait semer le trouble et être présente là où on ne l'attend pas. Elle a encore une marge de progression certaine et elle pourrait être encore plus reconnue si elle travaille dure cette saison. Pronostiquer une telle confrontation dans un premier tour début 2021, c’est presque jouer à la roulette russe. Elles ont toutes les deux un style de jeu un peu similaire mais Kontaveit possède plus d’expérience, plus de références, et de stabilité. Sauf que sur un match, la Russe peut tellement exceller que c’est difficile de se prononcer. Kontaveit semble un peu surévaluée par les bookmakers malgré tout car on manque beaucoup d’infos sur la forme probable des deux joueuses. Un match à éviter pour les parieurs.


Anastasija Sevastova vs Paula Badosa
Là aussi, il va y avoir débat. Sevastova était sûrement dans le top 3 des joueuses les plus détestées par les parieurs. Et pour cause, après une année 2019 remplies de prouesses, elle a montré son pire visage tout au long de l’année 2020. Des difficultés au niveau physique, un mental défectueux, et même en perdition dans la qualité tennistique, les voyants étaient au rouge pour réaliser une saison cohérente. Et peut-être grâce à la Covid qui lui a permis de garder ses points, elle n’a pas sombré au classement et c’est sûrement pourquoi elle va être encore surévaluée dans ce début de saison. Son style de jeu est plutôt atypique avec pas mal d’effets et des coups de poignets peu courants. Si elle met son tennis en place et que tout les voyants sont aux verts, c’est parfois très productif. On l’a vu souriante à l’entraînement avec Pavluchenkova cette semaine mais on ne sait pas à quoi s’attendre pour 2021. Ça pourrait difficilement être pire que 2020 mais elle a des qualités. Elle peut très bien en surprendre plus d’une. Badosa est une joueuse en constante progression. Plus opérationnelle sur terre, elle essaie peu à peu de combler ses lacunes sur surface rapide. Mais ça reste encore très incertain. Grand gabarit, elle a surtout du mal à couvrir son terrain et est très souvent dépassée en défense. Pourtant, son jeu est plutôt basée sur l’offensive mais elle sait mieux l’exploiter sur terre où elle a plus de temps. Il y a eu des passages pendant 2020 où elle n’était clairement pas à 100 % au niveau de sa condition physique. Cependant, c’est une joueuse qui a beaucoup de volonté et qui a affiché sur ses réseaux une préparation intense mais sera-t-elle productive en compétition ? La value est clairement sur l’Espagnole. Il peut y avoir un réveil probant de Sevastova en début d’année mais on a encore ses bévues de 2020 en mémoire. Badosa est pour le moment limitée sur dur mais a affiché cette volonté de bien faire et de progresser. Si Sevastova déjoue, Badosa saisira sa chance. En tout cas, ne pas prendre Anastasija à cette cote !


Donna Vekic vs Bernarda Pera
Match compliqué à lire, une nouvelle fois. Vekic a mal terminé la saison et doit se reprendre. On l’avait même vu un peu en surpoids à Ostrava. Depuis, on l’a quand même aperçu plus en forme sur ses réseaux sociaux où elle est très active et sait cultiver sa popularité. Une règle est à respecter avec elle : ne jamais la jouer en premier tour et encore moins en favorite. Elle est pétrie de talent mais a cette fameuse faculté à connaître un manque de rythme, à l’entame d’un tournoi. Il faut miser sur elle quand le tournoi s’étend et qu’elle gagne en confiance. On espère une belle saison pour elle tout de même qui le mériterait. Elle possède beaucoup de qualités et on a hâte de voir dans quelles conditions elle va aborder cette nouvelle année. En face, on pourrait qualifier Pera de joueuse insouciante. Un plan A mais pas de plan B. Ça tape fort, ça rentre, c’est bien. Ça rentre pas, tant pis. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle préfère jouer des matchs à haute intensité. Elle peut se servir de la puissance de ses adversaires pour renvoyer aussi fort, voire plus fort. Elle a une très bonne première balle avec un service croisé dévastateur mais on l’a vu trop souvent à la faute sur celui-ci tant la marge de sécurité est absente. Elle n’a pas fait une mauvaise saison 2020 mais assez irrégulière. Le dur reste une surface qu’elle maîtrise plutôt bien. Même si Vekic est logiquement favorite, Pera affectionne ce genre de match up où l’intensité va être présente. Et ce statut d’outsider lui plaît. On peut s'attendre à un match décousu avec beaucoup de fautes. Ça va faire la différence en très peu de coups de raquette. Tout dépendra aussi de la qualité de service de Pera. Beaucoup d’incertitudes donc sur le papier. En dessous de 2,80, difficile cependant de prendre le risque de miser sur Pera.

Anastasia Pavlyuchenkova vs Ons Jabeur
Du temps a passé depuis leur dernière et unique confrontation en 2017, où la tunisienne s'était imposé en 3 sets à Dubai. A 26 ans, Ons Jabeur est désormais classée à la 31ème place mondiale. En 2020, la Tunisienne a décidé de changer d’entraîneur et donc remplacé Bertrand Perret par Issam Jellali. Son préparateur physique, Karim Kamoun, (qui est également son mari) est un ancien escrimeur. Avec son équipe, Ons Jabeur a réalisé de belles performances sur dur avec notamment deux quarts de finale en Grand Chelem à Melbourne (en étant battue par la future lauréate, l’Américaine Sofia Kenin) et à New York  (battue par la future finaliste de l’épreuve, Victoria Azarenka).
C’est la première joueuse arabe à atteindre un quart de finale en Grand Chelem. Elle a gagné 114 matchs pour 90 défaites sur dur depuis le début de sa carrière (soit un ratio de 55,88% de victoires). En 2020, elle a gagné 18 matchs et a perdu 8 fois sur dur, ce qui montre son état de forme. C’est une joueuse qui arrive régulièrement à franchir les premiers tours. Mais, il lui faut encore progresser pour parvenir à rivaliser avec les meilleures et entrer dans le top 10. Par moment, elle manque d’agressivité et peut se faire piéger par des joueuses plus entreprenantes qu’elle. Face à elle se dresse la Russe Pavlyuchenkova, une joueuse habituée du circuit WTA. La 38ème mondiale a un bilan positif sur dur (60%). Elle a très peu joué en 2020 (seulement 19 matchs pour un ratio de 11 matchs gagnés et 8 matchs perdus). Le limogeage de son entraîneur, le Français Sam Sumyk, seulement 6 mois après le début de leur collaboration, au début de l’année 2020, a été très étonnant.
Sur dur en 2020, la Russe a réalisé un bon tournoi à l’Open d’Australie en battant l’Allemande Kerber et Karolina Pliskova pour atteindre les quarts de finale (battue par la future finaliste Muguruza). Pavlyuchenkova est une joueuse accrocheuse qui a réalisé des coups d’éclat sur les surfaces rapides. Ons Jabeur devra se méfier du jeu de la Russe. Cela peut être un match accroché entre deux joueuses assez proches au classement. Bien qu'elle soit favorite, il est possible que la Tunisienne soit mise en difficulté sur ce premier tour.


Leylah Fernandez vs Jasmine Paolini

Jasmine  Paolini (25 ans) est une joueuse de terre battue où elle y a gagné 64,12% de ses matchs. L’année dernière, son bilan sur dur était mauvais avec une seule victoire pour 8 défaites. Son fait d’armes remonte à janvier 2020 où elle avait battu sa compatriote Martina Trevisan. Depuis ? Que des défaites au premier tour : Blinkova à l’Open d’Australie, Mladenovic à Dubai, Garcia à New York. Paolini manque d’explosivité, surtout au service. C’est une joueuse défensive avec un petit gabarit (1m60), ce qui peut l’handicaper pour contrer la puissance de joueuses plus athlétiques. Autant dire que son premier tour s’annonce compliqué face à la jeune pépite canadienne Leylah Ferdandez, élevée sur surface rapide. Elle y a gagné la majorité de ses matchs (67,47% de victoires). A 18 ans, elle pointe à la 88ème place mondiale. Elle a déjà montré les crocs sur le circuit en battant des joueuses expérimentées en 2020 : Blinkova à New York, Stephens par 2 fois (à Lexington et à Monterrey). C’est une joueuse encore jeune qui peut se montrer encore impatiente sur certaines phases de jeu. Mais elle progresse avec son entraineur français, Romain Deridder. La Canadienne devrait pouvoir gagner ce premier tour si elle prend ce match au sérieux.


Envie de remporter un mois sur notre future plateforme dédiée à 100% aux pronostics ?

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Betclic et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBNPRONOS au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre cadeau)