Petit coup tonnerre en ce début de saison. Dayana Yastremska était attendue à Melbourne début février pour l'Open d'Australie mais elle vient d'être provisoirement suspendue en vertu de l'article 8.3.1(c) du Programme 2020 antidopage en attendant que l'accusation portée contre elle soit statuée lors d'une audience complète conformément à l'article 8.

Dayana Yastremska, ukrainienne âgée de 20 ans, est l'une des joueuses les plus prometteuses du circuit. 21ème mondiale à son meilleur classement il y a un an, elle a déjà remporté trois titres sur le circuit WTA à Strasbourg, Hua Hin et Hong Kong.

Testée hors compétition le 24 novembre dernier, son échantillon d'urine a été envoyé au laboratoire accrédité par l'Agence mondiale antidopage ("AMA") à Montréal, au Canada, pour une analyse, et il s'est avéré qu'il contenait du métabolite de mestérolone, une substance non spécifiée, interdite dans la catégorie S1 de la Liste des interdictions 2020 de l'AMA (agents anabolisants), et est donc également interdite dans le cadre du Programme. Les tests positifs pour les substances non spécifiées entraînent une suspension provisoire obligatoire.

Le 22 décembre 2020, Dayana Yastremska a donc été accusée de violation des règles antidopage en vertu de l'article 2.1 du Programme (présence d'une substance interdite dans l'échantillon d'un joueur) et a été provisoirement suspendue avec effet immédiat ce jeudi 7 janvier 2021. Elle avait le droit - et le conserve encore aujourd'hui - de demander au président du Tribunal indépendant convoqué d'entendre son cas pour contester la suspension provisoire mais elle a choisi de ne pas exercer ce droit à ce jour.

Source : https://antidoping.itftennis.com/news/317960.aspx

La joueuse vient de publier un communiqué :
"Il y a quelques jours, l'ITF m'a notifié que j'avais été testée positive au métabolite de la mestérolone le 24 novembre dernier. Je déclare fermement que je n'ai jamais utilisé le moindre produit dopant ou interdit. Je suis stupéfaite et sous le choc, d'autant plus que deux semaines auparavant, j'avais été testée négative à Linz le 9 novembre. Après ce dernier tournoi de l'année, j'ai mis fin à mes entraînements afin de me reposer avant cette nouvelle saison. Seule une très faible concentration de métabolite de la mestérolone a été détectée dans mes urines. Etant donné ce faible taux et le test négatif à Linz, j'ai reçu certains avis scientifiques comme quoi ce résultat pourrait être compatible à une contamination extérieure. En outre, j'ai été informé que cette substance est principalement utilisée pour les hommes et fortement déconseillée pour les femmes en raison de graves effets secondaires.

En raison de la confidentialité de la procédure, vous comprendrez que je ne peux pas en dire plus à ce stade. Cependant, je travaille actuellement avec mon staff et je peux vous assurer que je reste déterminée à prouver mon innocence.
"