Muni d'un test PCR de 72 heures maximum, ce sont donc plus de 200 joueurs et joueuses - auxquels il faut ajouter le staff pour certains - qui se sont rendus en Australie ces deux derniers jours. Une fois le pied posé sur le sol australien, nouveau masque mis à disposition, désinfection des mains et test. C'est ainsi que ce samedi, nous avons appris que plusieurs personnes (dont le coach d'Andreescu) provenant de Los Angeles et d'Abu Dhabi ont voyagé vers l'Australie avec la Covid-19 provoquant un ras-de-marée médiatique, logistique et sécuritaire. Ce sont ainsi 47 joueurs et joueuses qui ont été considérés comme "cas contact". On peut citer par exemple Stephens, Azarenka, Kostyuk, Badosa, Kerber, Andreescu, Jabeur, Muguruza, Rybakina, Kenin, Sabalenka, Riske, Bencic, Sakkari, Kuznetsova et Yastremska chez les filles mais aussi Pospisil, Sandgren, Pella, Londero, Nishikori, Giron et Cuevas chez les garçons. L'Etat de Victoria est très strict, le confinement et l'isolement doit alors être total pour les personnes concernées : interdiction de sortir de sa chambre d'hôtel et par conséquent d'aller s'entraîner. Cette décision a été confirmée aux joueurs et joueuses dans la journée par Tennis Australia qui avait omis d'insister sur ce point auprès des joueurs et joueuses, même si Craig Tiley se défend ce soir que « la possibilité d'un cas contact lors du voyage était un risque bien connu et pris en compte dès le début. » Mais cette décision de confinement total et strict est gouvernementale et appliquée depuis le début de la pandémie en Australie, qui prend très au sérieux cette crise sanitaire. D'ailleurs, certains joueurs et joueuses ont reçu la menace directe d'une exclusion immédiate du territoire australien s'ils essayaient de sortir de leur chambre sans autorisation.

En contrepartie, Tennis Australia fera son maximum pour que soit mis à disposition du matériel dans les chambres afin de leur permettre de se préparer "un minimum" pour le tournoi, peut-être un vélo d'appartement et des haltères.

Pour les autres joueurs et joueuses, il sera cependant possible d'aller s'entraîner deux heures par jour maximum, portant à 5 heures l'autorisation de sortie pour aller manger et faire de la préparation physique. Le couvre-feu est fixé à 19h.

Selon Philipp Oswald, joueur de double autrichien interviewé par tennisnet.com, « 99% des joueurs et joueuses ignoraient qu'une quarantaine stricte sans possibilité de s'entraîner serait mise en place en cas de cas contact lors du voyage alors que les avions était remplis à peine à 20%. Tout ça est complètement fou. Je vais sortir de ma quarantaine le 29 janvier et débuter l'ATP Cup le 1er février. Il me restera une semaine pour préparer l'Open d'Australie. C'est bien sûr un handicap majeur mais nous devons essayer de tirer le meilleur parti de cette situation et rester frais dans nos têtes. Ca sera probablement très difficile. D'autant plus que l'on voit de nos fenêtres certains courts d'entraînement. On va donc voir nos collègues s'entraîner pendant que nous sommes bloqués dans nos chambres. Mentalement, ça va être un peu difficile mais il faut passer par là. Mais si c'est fastidieux, nous acceptons cela et ce n'est pas un problème. En revanche, que quelques joueurs et joueuses soient autorisés de s'entraîner normalement à Adélaïde n'est pas tout à fait juste...»

En tout cas, les joueurs n'ont pas hésité à critiquer la qualité des repas proposés - et imposés - dans les hôtels. Espérons qu'ils aient moins formulé leur plainte directement auprès des personnes concernées avant de se précipiter sur leur compte Instagram...

Les résultats des tests d'un troisième vol seront connus normalement cette nuit...

Concernant le cas de Novak Djokovic qui a également fait beaucoup parler aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre. Il s'avère que le test positif du préparateur physique de Krajinovic, partenaire d'entraînement du numéro un mondial, est un faux positif dû au fait qu'il a déjà été testé positif le 24 décembre dernier mais qu'il ne serait pas contagieux.