C’est LE phénomène qui agite la planète tennis depuis quelques mois. Âgé de seulement 17 ans, Carlos Alcaraz ne cesse d’impressionner par ses performances, à tel point que certains lui prédisent une carrière sur la même trajectoire qu’un de ces compatriotes, ex n°1 Mondial et notamment 13 fois vainqueur porte d’Auteuil, inutile de vous dire que ça en dit long sur la pression qui pèse sur les épaules du jeune Carlos. Avec une bonne tournée australienne, la révélation de l'année 2020 des ATP Awards pourrait même espérer déjà intégrer le top 100 (à 17 ans donc), une performance que très peu de joueurs ont réussi jusqu’à présent. Mais pour cela, il faudra être capable de transposer sur le grand circuit tout le bien que tout le monde pense de lui sur les circuits secondaires (ITF, Challenger). Car pour le moment, et ce malgré quelques sollicitations, Alcaraz n’a que deux petits matchs sur le circuit ATP (1V/1D), et il aura besoin de passer ce cap plus souvent pour gagner en maturité dans son tennis.

Pour une entame chez les grands cette année, il aura en tout cas bénéficié d’un tirage relativement clément puisqu’il affrontera Attila Balazs, éternel espoir du tennis hongrois qui n’a finalement jamais réussi à atteindre le niveau nécessaire pour s’implanter dans le top 100 mondial. Plutôt à l’aise sur terre battue, il a bien du mal à développer son jeu sur dur. C’est simple, il n’a jamais remporté le moindre match sur cette surface dans un tableau final ATP. Il n’arrivera probablement pas avec beaucoup de confiance lors de cette rencontre, et sa capacité à perdre des jeux sur des situations qu’il semble maîtriser devrait lui poser beaucoup de problèmes sur ce premier tour. Pour cette affiche entre terriens (même si Alcaraz reste sur 13 victoires consécutives sur dur dont trois matchs de qualifications pour l'AO), nous pourrions bien avoir un match assez décousu. Le stress d’Alcaraz mélangé à la mauvaise gestion de match de Balazs pourraient nous donner une rencontre avec de nombreux breaks, d’autant plus que ces deux joueurs sont tout de même assez friables sur leurs mises en jeux. Au final, nous devrions voir une victoire d’Alcaraz, mais peut-être en trois sets.


Robin Haase vs Kimmer Coppejans

Deux noms que l’on connaît forcément, mais qui ne sont aujourd’hui malheureusement pas capables de step-up suffisamment pour devenir des joueurs sur qui on pourrait avoir de gros espoirs pour 2021. Robin Haase (33 ans) est plutôt sur une pente descendante et ne parvient plus à retrouver le niveau qui avait fait de lui un bon joueur membre du top 50 il y a de cela quelques années. Il essaye tant bien que mal de maintenir le cap pour rester sur le circuit ATP mais la tâche est de plus en plus compliquée, surtout sur le plan physique où on s’aperçoit tout de même assez nettement que le Robin actuel n’est plus le grand Robin. Le Hollandais avait fait un bon début de qualifications sur cet AO avec des victoires face à Seyboth Wild et Moroni qui laissaient présager de bonnes choses, mais c’était avant de s’incliner assez sèchement face au tricolore Quentin Halys, auteur d’un très bon match. De son côté, Kimmer a, comme toujours, su considérablement élever son niveau lors des qualifs de l’AO.

Le Belge, qui a toutes les peines du monde à gagner deux matchs de rang tout au long de l’année, arrive à chaque fois en qualifs avec ce petit quelque chose en plus qui lui permet de souvent bien figurer, avant de s’écraser un peu au dernier tour ou bien au premier tour du tableau final. Cette fois-ci, Kimmer n’a pas concédé le moindre set et a infligé une véritable correction à Dzumhur, qui n’a vraiment jamais existé. Si le service du belge tient, il est capable de faire de belles choses et possède un jeu assez polyvalent qui le rend difficile à manier. Sur le plan physique, il devrait logiquement avoir l’ascendant sur Haase et a de quoi gêner le Néerlandais par ses variations et sa volonté de jouer de longs échanges. On peut donner un quasi équilibre à ce match, voire même un léger avantage à Koppejans mais attention tout de même car le Belge manque parfois vraiment de sérénité lorsqu’il faut conclure. En tout cas, à 2.50, on peut y aller sans hésiter.


Pierre-Hugues Herbert vs Maxime Cressy

Maxime Cressy a toutes les peines du monde à se faire une place sur ce circuit ATP depuis 2019. Malgré une belle progression dans la consistance de son jeu et sa capacité à tenir l’échange en réduisant son déchet, il stagne et ne parvient pas à passer le cap des challengers, échelon sur lequel il n’a d’ailleurs pour le moment remporté “que” deux titres, tous sur le continent nord-américain évidemment. Durant les qualifications de l’AO le mois dernier, il a montré des belles choses qui laissent présager du bon pour la suite même s’il a été assez chanceux sur ses trois tours. Le Franco-américain possède un solide revers à deux mains qu’il utilise pour essayer de conclure les points, parfois un peu trop vite d’ailleurs, mais lorsque ça rentre, ça fait souvent mouche. Même si c'est réducteur de le catégoriser chez les “serve bot”, c’est un joueur qui possède une excellente première et qui réalise beaucoup d’aces grâce à de belles zones variées. Il n’est pas excessivement mobile mais touche beaucoup de balles en retour grâce à son envergure (il mesure 2m01), ce qui lui permet d’être dangereux notamment sur les deuxièmes balles adverses. Il manque encore de précision dans le dernier geste et de mobilité, mais les progrès sont là et ça devrait finir par payer. Face à lui, nul besoin de vous présenter Pierre Hugues Herbert. Le Frenchie, papa d’un petit Harper depuis fin 2020, a logiquement décidé de consacrer plus de temps à sa vie de famille et a ainsi moins focus sur son tennis.

C’est un choix qui a eu des conséquences assez difficiles à expliquer puisque, d’un sens on a senti qu’il en manquait un peu tant niveau physique que technique, mais sur l’attitude, on a eu l’impression qu’il avait terminé 2020 sans pression, en prenant les matchs les uns après les autres en jouant libéré…. jusqu’au moment de conclure. Chassez le naturel, il revient au galop a t-on l’habitude de dire, eh bien pour P2H, l’expression a bien lieu d’être. Après un joli petit craquage face à Sasha Zverev à Roland Garros, Pierre-Hugues a remis le couvert à Antalya face à Goffin lors de son premier tour en concédant 9 jeux d'affilée après avoir raté 5 balles de match. Il sera vraiment intéressant de voir son attitude aujourd’hui face à Cressy. Sera-t-il déterminé et concentré à 100% pour bien figurer dans ce tableau ou une nouvelle fois rattrapé par ses démons au moment de conclure ? En tout cas, si c’est le cas, il faudra être vigilant en live car Cressy n’hésitera pas à sauter sur l’occasion si celle-ci se présente. Il est tout à fait logique de voir Herbert sortir favori de ce match mais on peut avoir quelques doutes sur sa capacité à jouer à 100% de ses moyens lors de cette rencontre. Cressy, qui devrait arriver ici avec les crocs et une opportunité en or de se replacer au classement, va probablement tout donner et saisir sa chance. Dans un sens, Cressy aura une grosse carte à jouer face à un Pierre-Hugues jamais très impressionnant dans l’échange. Si le service du Français le lâche, attention au danger. Une value est possible sur Cressy et l’over jeux de l’Américain ici mais le cut de 12 jeux est un peu haut.


Damir Dzumhur vs Federico Delbonis

Alors pour ce match, bien malin celui qui sera capable d’apporter un point de vue solide au niveau de l’analyse. On a ici deux joueurs tellement capables de tout, qu’arriver à savoir lorsqu’ils seront dans un grand jour relève presque du miracle. Évidemment, Delbonis ne sera pas sur sa surface de prédilection ici, lui qui est un pur terrien. Cependant, il a réalisé l’an dernier quelques matchs corrects qui pourraient totalement lui donner de l’espoir pour cette nuit, puisque Dzumhur n’est clairement pas le joueur le plus en forme du circuit ATP. Le Bosnien traverse le circuit en essayant tant bien que mal d’exister depuis presque 3 ans désormais. Bien loin du Damir de 2017 qui était une vraie mine d’or pour les parieurs, celui-ci n’a plus grand chose à proposer… En 2020, il n’a d’ailleurs pas remporté le moindre match en tableau final sur dur, et il a commencé 2021 par une désillusion avec une défaite cuisante face à Kimmer Coppejans au 3ème tour des qualifs de l’AO.

Dzumhur a clairement perdu de son tranchant et a de plus en plus de difficultés à faire des différences, surtout avec une mobilité qui ne s’arrange pas au fil des années. Cependant, Delbonis n’est pas non plus un exemple de tranchant et de puissance, et il n’est pas à exclure que lui aussi ait beaucoup de mal à faire des différences lors de ce match. Il n’est vraiment pas impossible qu’on assiste ici à une rencontre à rallonge avec peu d’intensité et pas mal de fautes. Compte tenu des cotes actuelles, difficile de vraiment pencher d’un côté, mais si Delbonis passe les 2.50, cela peut mériter une (petite !) pièce.


Vasek Pospisil vs Thiago Monteiro

Vasek fait incontestablement partie des éléments forts de cette saison 2020 tronquée par la COVID 19. Revenu des profondeurs du classement fin 2019, le Canadien a véritablement retrouvé un niveau de jeu qui lui permet de rêver et d’aspirer à bien mieux que la 61ème place qu’il occupe aujourd’hui. Même s’il n’a pas remporté de titre l’an passé, on lui doit tout de même deux belles finales à Montpellier (perdue vs Monfils) et à Sofia (perdue vs Sinner) pour son dernier match de l’année. N’oublions pas non plus un US Open très satisfaisant avec des victoires face à son compatriote Milos Raonic ainsi que Roberto Bautista Agut. Doté d’un excellent service, Pospisil est un joueur puissant, capable de coups d’éclair en coup droit comme en revers et relativement imprévisible pour un joueur de ce style. Il est capable de bien varier ses coups et ainsi enrayer la machine de ses
adversaires. Au niveau des faiblesses, il a toujours eu des petits soucis de santé qui l’ont empêché de jouer à 100% de ses moyens et il a encore aujourd’hui des difficultés avec l’enchaînement des matchs et leur durée si ceux-ci dépassent les deux heures de jeu.

Quelque chose qui ne devrait pas lui poser trop de problèmes cette semaine mais qui pourrait bien le gêner la semaine prochaine pour l’Australian Open. Compte tenu de son physique, il est évident que ce n’est pas le plus mobile des joueurs du circuit, mais il aura largement de quoi rivaliser face à Monteiro. En effet, le Brésilien, malgré son style de jeu de terrien, ne possède pas un jeu extrêmement énergivore pour ses adversaires et a souvent du mal à tenir l’échange à haute intensité sans faire de faute. Il a notamment pas mal de lacunes côté revers et se retrouve souvent en difficulté dans l’échange de ce côté-là. Cependant, il possède un coup droit assez puissant qui lui permet de faire reculer et de créer des différences. Tactiquement parlant, il y a encore de gros progrès à faire si le Brésilien veut intégrer le top 50 mais le potentiel semble tout de même être là si Thiago travaille son service et sa tactique.

Dans l’état actuel des choses, difficile d’imaginer Monteiro capable de sortir Pospisil. En effet, l’écart semble pour le moment trop important sur le plan des mises en jeu des deux joueurs. Vasek le “serve bot” ne laissera que des miettes au Brésilien qui essaiera tant bien que mal de tenir ses mises en jeu tout un set en évitant les agressions de Pospisil sur sa deuxième. On sait le Canadien plutôt intelligent dans son tennis, et il ne se gênera pas pour pilonner le revers de Monteiro dès qu’il en aura l’occasion avant de monter au filet pour conclure le point. En conclusion, gros avantage en faveur de Vasek, qui devrait l’emporter facilement s’il est sérieux et motivé (pas non plus garanti sur ce genre de tournoi, mais c’est un joueur qui “joue le jeu” en général).


Jordan Thompson vs Gianluca Mager

On n'a pas eu droit à beaucoup de duels entre deux membres du top 100 sur ce premier tour de l’ATP Great Ocean Road, eh bien en voici un. Jordan Thompson, à la maison, affrontera Gianluca Mager, le terrien italien plein de bonnes volontés mais pour le moment encore trop juste techniquement pour pouvoir espérer beaucoup mieux qu’une 96ème place mondiale. Mager est un joueur qui a beaucoup de potentiel si l’on regarde son jeu d’un peu plus près. En effet, il n’a pas vraiment de grosses lacunes mais il est très moyen partout. S’il arrive à progresser point par point sur chaque détail du jeu, il pourra faire de très belles choses. Mais voilà, le souci c’est que Mager a d’ores et déjà 26 ans, et que s’il veut un jour aller titiller les hauteurs du classement ATP, il va falloir avoir le déclic, et vite. Alors 2021 sera t-elle la bonne année pour le transalpin ? On lui souhaite. En tout cas, on pourrait déjà avoir quelques informations importantes lors de ce premier tour face à Thompson, dans un match où Mager devra vraiment faire très attention à éviter de commettre trop de fautes (surtout dans
le filet), un détail qui casse trop souvent ses matchs. De son côté, Thompson a eu une préparation assez tranquille à la maison en compagnie de Nick Kyrgios notamment. Il est assez incontestable que les Australiens partiront sur ces tournois pré Grand Chelem avec un avantage réel vis à vis de leurs adversaires qui ont tous
subis une quarantaine, plus ou moins strictes selon les joueurs. Jordan avait montré de belles choses en fin de saison dernière, notamment à Bercy, et on sait qu’il sera sur sa surface de prédilection.

Par ailleurs, les Australiens jouent très souvent avec un supplément d’âme lorsqu’ils sont à domicile, et le fait de revoir du public dans les tribunes pourrait avoir un effet réellement positif sur les Aussies. Globalement, Thompson fait tout un tout petit peu mieux que Mager, et la marche semble un poil haute pour l’Italien. Le match up est assez mauvais pour lui avec un joueur mobile comme Thompson qui ne devrait pas avoir trop de soucis à tout renvoyer et qui tentera aussi souvent que possible de casser le rythme de l’échange afin de jouer avec les nerfs de l’italien. Les cotes sont assez logiques et si Mager devrait avoir quelques occasions, il est difficile de l’imaginer assez constant pour rester sérieux toute la longueur du match. Le statut de favori de Thompson est logique mais hors de question de le jouer à cette cote-là.


Botic Van De Zandschulp vs Tristan Schoolkate

Annoncé en 2019 comme un des gros espoirs du tennis néerlandais, Botic Van De Zandschulp a énormément de mal à confirmer depuis. Plus le moindre titre depuis octobre 2019 et voilà VDZ presque condamné à stagner et à sillonner le circuit en quête de confiance et de petits points dans sa course au top 100. Malheureusement, celui-ci a perdu beaucoup trop de matchs qu’il aurait dû gagner et semble avoir bien du mal à assumer son statut de favori lorsqu’il l’a. C’est un joueur assez complet, avec une belle profondeur de balle et qui fait peu de fautes lorsqu’il est en confiance. Son slice de revers parvient à casser le rythme lorsqu’il en ressent le besoin. Tactiquement, c’est un joueur assez intelligent avec une bonne capacité d’analyse qui lui permet souvent de faire les bons choix. Cependant, il arrivera aujourd’hui avec probablement pas mal de pression pour le tout premier match ATP de sa carrière, et avec le statut de favori… Contrairement à Botic, Schoolkate n’aura rien à perdre aujourd’hui. 844ème mondial à l’heure actuelle, c’est une véritable aubaine pour l’Australien d’être ici. C’est un tournoi dans lequel il a bien évidemment bénéficié d’une wildcard, lui qui avait montré des choses intéressantes lors des qualifications de l’Australian Open, avec une victoire contre Andreozzi en Q1 et une défaite plus qu’honorable face au revenant Bernard Tomic en Q2. Même s’il manque encore clairement de puissance et que ses deuxièmes balles sont trop timorées, c’est un joueur offensif, qui a de belles aptitudes au niveau de ses déplacements et qui n’hésite pas à prendre le jeu à son compte dès qu’il le peut… parfois même peut être un peu trop tôt.

C’est un bon serveur et il est capable d’aller chercher de belles zones qui lui donnent de l’avantage dans l’échange par la suite. Même si Van De Zandschulp semble assez nettement au-dessus de son adversaire du jour dans à peu près tous les domaines, il est totalement impossible de le jouer à cette cote. Comme évoqué précédemment, c’est un joueur qui est relativement sensible à la pression et qui pourrait se déconcentrer facilement si le match venait à être plus dur que ce à quoi il s’attendait. Alors méfiance pour VDZ, car Schoolkate devrait lâcher les chevaux et on a déjà vu ces derniers mois que des wildcards décomplexées pouvaient aller chercher de très beaux résultats. S’il faut choisir un côté, autant prendre le risque de l’Australien avec une cote à 3,25.


Sam Querrey vs Henri Laaksonen

Plus habitué à jouer sur terre battue, Laaksonen va devoir affronter un spécialiste du dur. En effet, durant sa carrière, Querrey a remporté 68% de ses matchs sur dur. Actuellement 123ème mondial, le Suisse joue principalement en Challenger où son dernier titre remonte à 2019 à Rome. En ce début d’année, il a réussi à se qualifier pour l’Open d’Australie en dominant Gojo, Diez et Kamke. L'Américain Sam Querrey (51ème) a repris la compétition début janvier à Delray Beach mais sans réellement convaincre, à l'image de ses résultats depuis 2019 sur dur (47% de victoires). Querrey n'a atteint les quarts de finale sur dur que quatre fois sur ses 30 derniers tournois. Alors qu'il avait battu MacDonald pour son match de reprise, il s’est ensuite incliné face à Mager à la surprise générale. Ce match devrait permettre à Querrey de retrouver le rythme et il semble logiquement favori. Pour s’imposer, il devra s'appuyer sur sa qualité de service et limiter les longs rallyes face à un joueur qui pourrait lui provoquer des fautes.


Mikael Torpegaard vs Pedro Martinez

Malgré ses 26 ans, Michael Torpegaard est encore un novice sur le circuit ATP. Le Danois, classé 193ème au classement mondial a surtout arpenté les circuits secondaire, ITF et Challenger depuis le début de sa carrière. Avec un bilan positif de 60% de victoires et 3 titres en Challenger, il s’est fait une belle réputation. C'est sur surface dure qu'il a obtenu la majorité de ses bons résultats et même spécialement en indoor où il présente un bilan, en Challenger, de 41 victoires pour 18 défaites soit un pourcentage de près 70% de victoires. À l'extérieur en revanche, il présente un bilan négatif avec seulement 41% de victoires actuellement. En face, l'Espagnol Pedro Martinez pointe actuellement au 87ème rang mondial. Ce pur produit terrien n’est qu’à ses prémices sur le circuit ATP, ayant roulé sa bosse pendant 4 saisons en Challenger et ITF. Avec deux tournois remportés et plus de 50% de victoires sur le circuit secondaire, l’Espagnol a prouvé qu'il était un joueur sérieux, encore au début de sa carrière puisque âgé de seulement 23 ans. Alors que l'Espagnol n'a pas encore disputé de match cette année, Torpegaard a disputé trois matchs lors des qualifications pour l'Open d'Australie à Doha, où il a battu Moraing et Zhang mais a échoué contre Tomas Machac lors du dernier tour de qualification. Il s'agit de la première confrontation entre les deux hommes sur le circuit principal. Une opposition de style entre un pur terrien et un adepte des surfaces dures. De par son classement, Martinez part légèrement favori avec une cote de 1.65 contre 2.30 à son adversaire, mais c'est surtout les mauvais résultats engrangés par Torpegaard qui lui confèrent ce statut de favori. Une surprise est possible sur cette rencontre.


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️ Victoire Pospisil🔄
⭐️⭐️ Victoire Querrey ✅
⭐️ Victoire Torpegaard ✅/ Victoire Alcaraz en trois sets 🔄/ Victoire Coppejans❌


Un mois d'abonnement offert sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Unibet en restant bien sur le lien qui va s'ouvrir et profiter de leur offre de bienvenue (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

Open d'Australie - Live et Direct des matches de l'Open d'Australie  #Streaming #Direct #AO2020 #AusOpen #Live #Nadal - TennisActu