Après une journée de quarantaine afin de tester et isoler les personnes touchées par la Covid-19, le circuit féminin va enfin pouvoir réunir un plateau prestigieux pour ces quarts de finale du Gippsland Trophy et du Yarra Valley. Pas moins de 13 têtes de série sont encore en lice parmi les 16 places restantes dont les 5 meilleures joueuses du monde (Barty, Halep, Osaka, Kenin et Svitolina) accompagnées de Serena Williams, Garbine Muguruza et Elise Mertens. Présentation des 8 quarts de finale.


A Yarra Valley, sept têtes de série sur 8, dont la n ° 1 Ashleigh Barty et la n ° 2 Sofia Kenin, seront présentes. La seule intrus étant l'Américaine Shelby Rogers, 60ème mondiale. Quatre Américaines sont encore dans le tableau derniers, dont Serena Williams qui sera opposée à sa compatriote Danielle Collins.

Sofia Kenin a souffert pour écarter sa compatriote Jessica Pegula (5-7, 7-5, 6-2). Pegula servait pour mener 5-2 dans la deuxième manche mais finalement elle s'est faite rejoindre par la tenante du titre de l'Open d'Australie : « J'étais mené d'un set et 4-1 dans le 2ème. Dos au mur, j'ai commencé à me battre, j'ai trouvé mon rythme », a déclaré Kenin après le match. « J'étais heureuse de la façon dont j'ai pu changer le court du match dans le seconde set. Durant la première heure, j'ai mal fait certaines choses. Ensuite, j'ai fait des ajustements. » La suite pour Kenin, c'est ce duel face à Garbiñe Muguruza, très facile vainqueur (6-1, 6-2) d'Anastasia Pavlyuchenkova. Ce quart de finale est une revanche de la finale de l'Open d'Australie 2020 : « J'ai hâte de lui faire face à nouveau et d'essayer de renverser le score. Je suis excitée parce que c'était un match où nous avions bien joué toutes les deux et elle a fini par saisir les meilleures opportunité et remporter le titre. J'aime affronter les meilleurs joueuses du monde. »

Tout d’abord, il faut noter que le match va se jouer sur le Margaret Court, toit fermé en cas de pluie, avec un 3ème set transformé en jeu décisif sur 10 points. Le contexte n’est plus le même par rapport à la finale de l'an dernier. Kenin vit un début de saison très mitigé. Son body language est énormément dépendant de ses résultats, surtout en ce moment. Et contre Giorgi, à cause notamment de soucis pendant le match avec son père qui est aussi son coach, elle a réalisé un premier set avec beaucoup de fautes directes. Elle a heureusement profité d'un problème physique de l'Italienne pour passer le tour. Face à Pegula, elle s’est fait malmener pendant 1 set et demi, c’était sans démériter pour Jessica, clairement. Sofia partait encore énormément à la faute lorsque Pegula jouait un peu plus long. Pegula dominait facilement le match jusqu’à 7-5 4-1 mais Jessica a complètement craqué physiquement avec un jeu de jambes beaucoup moins fringuant et beaucoup de fautes. C’est à ce moment que Kenin a saisi sa chance. Elle a joué avec un peu plus d’application en se précipitant un peu moins et elle a réussi à gagner ce match.

 Muguruza elle, est beaucoup plus sereine que Kenin depuis qu’elle a disputé cette finale la saison dernière. Elle a retrouvé une certaine stabilité et c’est tout à son honneur. Après avoir disputé son premier tournoi à Abu Dhabi où elle s’est bien mise en jambes, elle a produit deux premiers tours très satisfaisants. Elle se fait breaker une seule fois en 2 matchs face à Van Uytvanck et Pavlyuchenkova. Ce sont deux joueuses qui aiment faire la différence très tôt dans l’échange. Avec son jeu très consistant, elle les a fait craquer en un rien de temps. C’est le genre de schéma de jeu qu’elle apprécie affronter.

Kenin se précipite aussi énormément en ce début de saison. Elle est donc sur courant alternatif car ça peut vite dégoupiller ou faire le coup gagnant. C'est ce qui peut correspondre à Garbine qui sert bien, qui couvre très bien le court et qui sait jouer avec beaucoup de longueur dans les multiples zones du court. Alors un statut de favorite à 1.50, est-ce vraiment value ? Kenin l’a quand même battu la saison dernière, sur cette même tournée australienne et aujourd’hui, elle sait qu’elle sera outsider. Un peu risqué de miser sur l'Espagnole même si elle a plus d’arguments à faire valoir.


Ashleigh Barty s'est offerte une victoire en trois actes contre Marie Bouzkova (52ème). D'abord étincelante, puis brouillonne, elle a finalement conclu le match un 3ème set abouti (6-0, 4-6, 6-3) en signant au total 7 aces et en breakant la Tchèque à six reprises. : « C'est toujours agréable de se tester les jambes et de se lancer dans des matchs difficiles », a déclaré Barty en conférence de presse. « Il y a eu des flux et des reflux mais heureux de repartir avec cette victoire en trois sets et d'avoir réussi à changer un peu les choses dans le troisième pour retrouver mon chemin. » En quarts, la numéro une mondiale affrontera Shelby Rogers, qui a renversé Petra Martic, (7-6, 6-3) : « Shelby a toujours eu la capacité de faire des grands matchs » , a déclaré Barty, évaluant sa future adversaire. « Elle a fait un gros match, un match exceptionnel. Je sais que dans le passé, elle a souffert de certaines blessures… mais je l'ai jouée plusieurs fois et nous avons toujours eu de très, très grosses batailles. Elle est une vraie attaquante, elle aime jouer dans ces conditions, donc je pense que je vais devoir mettre mes chaussures de course et essayer de neutraliser du mieux que je peux et aussi souvent que possible ses attaques pour ensuite imposer mon rythme. »

Attention à l’Américaine qui n’aura strictement rien à perdre face à la numéro un mondiale. Rogers est une joueuse puissante avec un très bon service qui rappelle l’ancienne joueuse Davenport. Une seule confrontation entre les deux joueuses en 2017 à l’Open d’Australie avec une victoire en deux sets de l’Australienne. Oui, mais voilà ! Le contexte est tout autre. Barty n’a pas rejoué depuis février 2020 et s’est fait une frayeur face à 46ème mondiale, la Tchèque Maria Bouzkova en gagnant en 3 sets. Si l’Américaine sert bien, elle risque de poser bien des problèmes à l’Australienne. Favorite oui mais la cote de Barty est trop risquée dans le contexte de ce match.


Après un match disputé, Danielle Collins a finalement réussi à s’imposer malgré un statut d’outsider face à Karolina Pliskova en deux tie-breaks. Plus consistante dans les échanges et tranchante dans les moments importants, l’Américaine est venue confirmer l’excellente dynamique de ces deux derniers matchs. La clé du match a reposé sur les 32 retours gagnants de Collins contre la 6ème mondiale, et l'une des meilleures serveuses du circuit. Sa prestation lui permet d’affronter en quart de finale sa compatriote Serena Williams et de viser une deuxième performance un peu plus « XXL ». Serena Williams, quant à elle, poursuit sa convaincante préparation pour l’Open d’Australie , après s’être imposée aisément ce mercredi (6-1, 6-4) contre Tsvetena Pironkova, pour la sixième fois en six matchs contre une Bulgare, décidemment bien incapable de trouver la clé pour gêner Serena. Il faut dire que l'Américaine affiche un niveau de jeu impressionnant sur cette reprise. Elle n'aura passé que 74 minutes sur le terrain en ne concédant pas la moindre balle de break (80% de réussite sur sa première balle) : « C'est vraiment agréable de remporter une nouvelle victoire. Tsvetana Pironkova est vraiment une excellente joueuse. Donc, ce n'était pas facile de gagner et c'est bien de l'avoir fait », a déclaré Williams après le match
Ce match inédit entre les deux Américaines s’annonce palpitant. Malgré son statut d’outsider (30% de chance de victoire pour les bookmakers), Collins n’a rien à envier à Serena et possède des atouts indéniables pour venir la perturber. La variété de ses coups et son efficacité en retour de service lui ont permis de ne pas concéder un seul set depuis le début du tournoi . Serena est donc prévenue, elle va devoir confirmer sa domination sur ses jeux de services et lire le système de jeu varié de Collins, pour rythmer ses déplacements et éviter d’être pris de court sur la préparation de ses coups.


Marketa Vondrousova retrouve quelques couleurs en ce début de saison après une année 2020 encore bien compliquée. Elle s'est fait connaître du grand public à Roland-Garros 2019 avec une finale perdue face à Ashleigh Barty. Du côté de Melbourne, la Tchèque a connu un premier tour plutôt simple face à Gracheva mais dans le deuxième match qui l’opposait à Vera Zvonareva, elle a dû batailler pendant 3 heures pour venir à bout de la Russe. Un match en dent scie durant lequel Vondrousova a alterné le bon et le moins bon. Elle aime faire travailler ses adversaires pour attendre la faute. Ce n’est pas une joueuse du style à venir prendre les devants dans l’échange. Elle aime particulièrement faire reculer ses adversaires pour distiller des amortis dont elle seule a le secret.

Elle va affronter Nadia Podoroska, la tombeuse de sa compatriote Petra Kivtova au tour précédent. L’Argentine a fait preuve de solidité et d’intelligence pour contrer comme il le fallait la puissante Tchèque avec une qualité de service retrouvée (74 % de premières balles), une arme essentielle de son jeu. Ce service varié et précis lui permettant de trouver toujours de belles zones. Son jeu porté vers l’avant avec une puissance de frappe et une vitesse de balle plus impressionnante monte en puissance. Elle a montré qu’elle était capable de rivaliser avec des joueuses puissantes. Elle apprécie d’avoir le temps de construire ses attaques en variant les effets et les trajectoires de balles. Dans ce quart de finale, elle devrait avoir ce temps précieux.

Nadia Podoroska est donnée outsider de ce match. Une tendance normale car elle n’a pas encore totalement prouvé sur dur au niveau WTA. Pour autant, elle a toutes ses chances dans cette rencontre. Elle va travailler ses points et  pourrait bien user physiquement le Tchèque qui devrait passer son temps à courir derrière sa ligne. Vondrousova a tendance à devenir passive et connaître des trous d’air. Le physique pourrait bien être un point qui fera pencher le match, car on connaît les lacunes de Marketa qui peine à enchaîner les bonnes performances depuis son retour à la compétition début 2020 après sa grave blessure au poignet.

Revivez la balle de match réussie par Elise Mertens face à Elina Svitolina (vidéo)

A Gippsland, l'affiche du jour opposera Elise Mertens à Elina Svitolina. Ce sont deux joueuses qui se ressemblent énormément. Sur l’état d’esprit, ce sont deux guerrières qui travaillent énormément à l’entraînement pour être encore plus fortes. Mertens a atteint les quarts de finale dans pratiquement tous les tournois depuis 2020. Avec son jeu multi-surface, la Belge possède toutes les qualités pour figurer parmi le top 10 sur le long terme. Mais il lui manque une chose primordiale pour passer un palier : battre les top joueuses du circuit. Car on parle de ses nombreux quarts de finales mais il faut savoir que sur ses 8 quarts, elle gagne aucun titre et dispute seulement deux finales perdues. Ce sont très souvent les Pliskova, Osaka, Halep, Sabalenka qui lui privent d’un titre. On attend qu’elle passe ce palier cette saison car elle est une joueuse qui possède très peu de défauts.

Svitolina, elle, a beaucoup plus d’expérience. A titre de comparaison, elle a remporté deux titres en 2020 à Monterrey et Strasbourg. Elle peut aussi performer sur toutes les surfaces. Et comme Mertens, son travail à l’entraînement est très exigeant. Elle bosse énormément pour être toujours meilleure d’année en année. Après un premier tour remporté aisément, elle a eu plus de mal à se défaire de Jelena Ostapenko. Cette dernière lui a donné du fil à retordre en retrouvant un niveau époustouflant pendant tout un set, bourré de coups gagnants dévastateurs. Mais comme très souvent au mental, Élina a ensuite repris le dessus psychologiquement contre une joueuse fragile.

Mertens et Svitolina sont deux joueuses qui ont un très beau revers. Svitolina est sûrement moins à l’aise sur son coup droit que Mertens mais le match ne devrait pas se jouer là-dessus. On l’a vu notamment à Abu Dhabi, où Svitolina a été dominée par Alexandrova. C’est le mental d’acier de l’Ukrainienne qui a fait la différence. En plus, dans un 3ème set potentiellement décisif qui se jouera sur quelques points, le match peut très bien se jouer dans la tête. Svitolina, même encore jeune, gère mieux ces moments-là. Elle supporte mieux la pression et sait, contrairement à Mertens, faire la différence dans les moments importants d’un tournoi et d'un match. Alors à moins que Mertens mette une leçon tennistique à l'Ukrainienne ou que cette dernière fasse un non-match, Svitolina devrait prendre le dessus avec toute son expérience et sa très bonne gestion dans les moments importants.

Le statut d'outsider de Svitolina est une vraie surprise d'autant qu'elle mène 3-1 dans les confrontations.


Karolina Muchova fait un tournoi vraiment solide. Un premier tour remporté avec la manière face à McNally. Un second tour bien plus compliqué, mais elle a su élever son niveau de jeu pour battre une Paolini très solide sur sa ligne. La Tchèque impressionne toujours autant au service (80 % des points remportés derrière sa 1re balle). Son jeu porté vers l’avant et agressif impressionne toujours autant avec de belles variations de rythme ou d’effets. Ses aptitudes défensives sont vraiment intéressantes, elle est capable de couvrir une grande partie du terrain. Son revers slicé est souvent bien utilisé pour ralentir le jeu lui permettant de se replacer.

Elle va retrouver Kaia Kanepi qui impressionne depuis le début du tournoi malgré un premier match bien compliqué face à l’Australienne Sharma. Deux autres tours où elle a bien joué face à Sabalenka et Kasatkina. L’Estonienne est souvent sous-estimée mais capable de très beaux matchs. Son défaut reste le physique et le manque de régularité depuis 2015 où elle a totalement dégringolé au classement. Elle ne propose pas beaucoup de variation et base tout son jeu sur sa puissance de frappe. Avec sa grande taille, elle aime frapper à hauteur de hanche et pas sur des balles basses. Elle aime dicter l’échange et ne pas subir.

Karolina Muchova pourrait bien avoir le style de jeu pour contrer les plans de l'Estonienne. La Tchèque aime attaquer et aller de l’avant avec de la variation de jeu et des balles slicées basses et profondes dans les échanges. Son service est moins puissant mais plus varié et efficace que Kanepi. Tous ces petits éléments menés bout à bout laissent à penser que Muchova a réellement sa chance dans ce match.


Parmi les autres rencontres, Simona Halep, qui s'est défaite de Laura Siegemund (6-2, 6-4) grâce à une bonne première balle (73% de points gagnés et aucun break concédé), sera opposé à la Russe Ekaterina Alexandrova. « Je peux dire que je suis heureuse », a déclaré Halep. « C'était un peu difficile dans le deuxième set au début, j'étais sans énergie, mais je suis resté concentrée. Je savais qu'elle allait beaucoup changer de rythme. Elle a fait beaucoup d'amortis mais j'étais prête pour ça. J'ai l'impression d'avoir beaucoup mieux joué qu'au premier tour. » La Roumaine partira favorite contre la Russe, tombeuse d'Iga Swiatek (6-4, 6-2). Nous n'aurons donc pas la revanche du huitième de finale de Roland Garros qui avait vu la Polonaise écraser Simona Halep. Ce n'est que partie remise mais nul doute que la Roumaine attendait ses retrouvailles avec impatience... Si le match se dispute en indoor, alors la partie peut basculer dans les deux sens, et ceci explique peut-être la cote de Halep, moins à l'aise en indoor qu'en extérieur. La Russe est imprévisible et peut sortir un grand match pour s'offrir la Roumaine.


Enfin le dernier quart de finale opposera Naomi Osaka qui a enchaîné une 13ème victoire consécutive depuis la reprise en août. La Japonaise, titrée à l'US Open, semble inarrêtable. Pourtant, son début de match a été difficile contre la 371ème mondiale Katie Boulter (3-6, 6-3, 6-1). Mais elle parvient à mieux maîtriser les évènements, les scénarios et ses émotions : « Après avoir perdu le premier set, je voulais me battre aussi fort que possible. Elle jouait vraiment incroyablement bien. Donc, j'ai pensé que si je perdais à la fin de la journée, ça ne serait pas grave, mais je voulais juste faire de mon mieux pour ne pas avoir de regrets. J'aime jouer de longs matchs parce que je sens que je peux jauger l'état du terrain et que ma condition physique s'améliore. J'ai joué un match court mardi, alors peut-être inconsciemment, j'ai senti que j'avais besoin de jouer un long match aujourd'hui.» En effet, Osaka n'est pas apparue très concernée sur le premier set mais la suite fut un récital avec notamment 36 coups gagnants.  « Je n'aurais pas pu rêver d'un meilleur match de préparation. Je pense que c'était très différent de mon match du premier tour. Je suis très content de la façon dont ça s'est passé. Même si cela a été long, je pense qu'il y a beaucoup de choses que j'ai apprises dans ce match.»

Osaka affrontera pour la première fois Irina Begu qui s'est offert une victoire tout en longueur également contre Johanna Konta. Ce fut même le match le plus long de ce début de saison 2021. Un succès en 3h23 (4-6, 7-6, 7-6) sur sa 9ème balle de match après en avoir sauvé deux en faveur de la Britannique.


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ ---
⭐️ Victoire de Svitolina / Victoire de Muchova


Un mois d'abonnement offert sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Unibet en restant bien sur le lien qui va s'ouvrir et profiter de leur offre de bienvenue (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

Open d'Australie - Live et Direct des matches de l'Open d'Australie  #Streaming #Direct #AO2020 #AusOpen #Live #Nadal - TennisActu

This post is also available in: English