Cet Open d'Australie va nous offrir quelques affiches savoureuses pour ce premier tour. Quelques grands noms du circuit, n'ont pas eu le statut de tête de série en raison de performances en baisse ces derniers mois. Du coup, de bons joueurs vont devoir prendre la porte dès ce premier tour. On pense notamment à Shapovalov ou Sinner, deux futurs cadors du circuit mais aussi à Dimitrov opposé à Cilic. Présentation des plus belles oppositions de ce premier tour avec notre consultant Florent Serra, ex-36e mondial.


Denis Shapovalov vs Jannik Sinner

Le tirage au sort a réservé son lot de surprises et un match incroyable s’annonce (s’annonçait ?) entre Jannik Sinner et Denis Shapovalov dès ce lundi. Une superbe affiche programmée en Night Session sur la Margaret Court Arena. Dire que lors des deux derniers Grands Chelem, on a retrouvé Denis Shapovalov en quart de finale de l’US Open et Jannik Sinner en quart de finale de Roland-Garros. Eh bien, un de ces deux grands joueurs de la NextGen sera éliminé dès le premier tour. Ce ne sera pas un grand changement pour Denis Shapovalov puisque le Canadien avait buté sur Marton Fucsovics dès le premier tour l’an dernier.

Question technique, les deux joueurs sont à l’opposé. Le Canadien préfère les longs rallyes en défense, joue de la main gauche avec un superbe revers à une main tandis que l’Italien Sinner préfère attaquer pour gagner le point rapidement grâce à son coup droit puissant. Lors du Great Ocean Road Open, Sinner est monté en puissance tout au long du tournoi avec un service qui s’est amélioré. L’Italien a eu un taux de réussite de 60% au service et a réussi à transformer 12 aces contre Kecmanovic (7-6, 6-4) et 10 aces contre Khachanov (7-6, 4-6, 7-6).

Si les résultats sont favorables à Sinner avec un tournoi remporté à Sofia pour finir sa saison puis une finale à Melbourne pour débuter 2021, Denis Shapovalov n’est pas en reste. Le Canadien a bénéficié d’une belle préparation avec l’ATP Cup mais s’est malheureusement incliné face à Alexander Zverev (7-6, 3-6, 6-7) et contre Novak Djokovic (5-7, 5-7) lors de deux matches très serrés. Le Canadien n’a pas encore ce surplus d’énergie, ce petit moment de grâce où il pourrait se bonifier pour aller chercher la victoire contre un grand joueur.

Question physique, Shapovalov a pu se reposer durant tout le week-end alors que Sinner a enchaîné les matches. L’Italien a disputé deux matches vendredi qui ont duré 1h34 et 1h58 contre Bedene et Kecmanovic, une demi-finale qui a duré 3h08 contre Khachanov samedi ainsi que cette finale remportée contre son compatriote Stefano Travaglia qui a duré 2h11. Sans compter les deux matches de double disputés avec Hubert Hurkacz en début de semaine. Pas le temps de savourer ce deuxième titre pour l'Italien ! Jannik Sinner va-t-il réussir à enchaîner 24 heures après contre un adversaire aussi fort que Shapovalov dans un match au meilleur des 5 sets qui risque de s’éterniser ? Face à un Travaglia accrocheur mais à la peine physiquement, Sinner était tout autant dans le mal, multipliant les fautes directes et boitant pour retourner à sa chaise. Son jeu de jambes était proche du néant dans le deuxième set.

A l’ouverture des côtes, il était intéressant de partir sur Shapovalov qui était légèrement outsider. Au vu des difficultés physiques de Sinner, la cote a vraiment diminué durant le match (1.55). Si les deux joueurs étaient à 100%, il serait difficile de voir un avantage pour l’un ou pour l’autre tant le niveau des deux joueurs est intéressant sur cette semaine de tournois mais avec cette information de plus, il n’est pas exclu de voir Shapovalov s’imposer en 3 sets.

L’œil de Florent Serra : Je n'étais pas très inquiet pour Sinner avant sa finale face à Travaglia sur le plan physique. Mais je dois avouer que désormais, je me pose des questions sur sa capacité à enchaîner. C'est une jeune joueuse solide qui récupère très vite mais ce premier tour, même s'il est bien affûté, pourrait arriver trop vite après quatre matchs disputés en trois jours. Sinner est plus constant et commet moins de fautes que le Canadien. Dans un contexte normal, j'aurais mis Sinner favori de ce match mais je peux comprendre les doutes sur sa capacité à jouer un match d'une telle intensité.


Grigor Dimitrov vs Marin Cilic

Deuxième affiche très serrée entre le demi-finaliste 2017 Grigor Dimitrov et le finaliste 2018 Marin Cilic. Une affiche souvent aperçue sur le circuit ATP puisque ce sera la 7e rencontre entre les deux joueurs. Dimitrov ayant gagné le dernier match entre les deux, en 2019 à Roland Garros, lors d’un match haletant en 5 sets. Sur dur, il faut remonter à 2015, à Paris Bercy, pour trouver une victoire du Bulgare. Hormis ces deux accrocs, Cilic a toujours battu Dimitrov dont une fois sur Plexicusion, à Brisbane, en 2014.

Le Bulgare a montré ses limites dans le Murray River Open avec un set perdu contre Alexei Popyrin et une défaite en deux sets contre Corentin Moutet (7-6, 6-2) tandis que Marin Cilic a perdu dès le premier tour lors du même tournoi contre Jérémy Chardy, dans un match accroché (2-6, 6-3, 7-6). Le Français a effectué une superbe préparation hivernale et un très bon tournoi. Autant dire que si Cilic avait gagné le tie-break final, il aurait sûrement pu aller plus loin dans la compétition.

C’est une rencontre entre deux joueurs qui arriveront frais, entraînés et reposés. Comme à Roland-Garros, seul match disputé au meilleur des 5 sets, cette rencontre risque de durer longtemps avec des joueurs qui auront leurs moments forts et leur lot de fautes consécutives. Contre Chardy, Cilic a effectué 17 aces pour 9 doubles fautes et seulement 53% de premiers services. C’était tout aussi hésitant pour Dimitrov avec 5 doubles pour 8 aces contre Andrew Harris, et une moyenne de seulement 68% de premiers services réussis.

L’œil de Florent Serra : Dimitrov a eu un début poussif mais Popyrin peut envoyer fort, c’est un bon joueur. Quand il joue l’acier, le Bulgare est monstrueux mais aussi bien Dimitrov que Cilic, ces deux joueurs sont devenus très irréguliers. Ils peuvent avoir des passages où ils réalisent des coups dignes du top 5 mondial et des passages où ils passent réellement au travers. J’ai peur qu’il y ait des passages en dents de scie dans ce match où on peut penser que c’est cuit car un joueur a la tête sous l’eau et finalement le joueur en tête se met à fauter et l’adversaire revient. Ils possèdent tous les deux la faculté de revenir dans une partie en étant dos au mur. Ce sont des joueurs qui servent très bien, qui prennent la balle tôt. Dimitrov varie un peu plus que Cilic, utilise plus les slices mais le Croate est un meilleur retourneur selon moi. L’aspect physique, c’est 50-50. On ne peut trop se baser sur les premiers tournois. Même si Cilic a plus battu Dimitrov en carrière, je place les deux joueurs à égalité. Je vois une belle bagarre bien décousue avec beaucoup de fautes directes. Au vu des cotes proposées par les bookmakers, difficile de partir sur Dimitrov même si ce dernier est plus solide ces derniers temps.


Aljaz Bedene vs Alexander Bublik

Une seule rencontre a eu lieu entre les deux joueurs, c’était l’an passé à Doha et Aljaz Bedene l’avait emporté en deux sets (6-3, 7-5). Bedene est un joueur à gros mental mais qui n’a pas vraiment de coups forts. Il possède tout de même une belle main droite qui lui permet de varier les coups. C’est un joueur polyvalent et multi-surface malgré le fait qu’il ait surtout réalisé ses faits d’armes sur terre battue dans les tournois mineurs. Il compte notamment deux finales ATP sur cette surface (et deux finales sur dur). Il ne performe pas trop en Grand Chelem, perdant souvent au premier tour. Avant sa victoire contre Duckworth en cinq sets l’an passé, Bedene n’avait jamais gagné à l’Open d’Australie dans le grand tableau, il restait sur sept défaites consécutives au premier tour, que ce soit contre Federer ou bien contre Estrella Burgos.

Le Slovène a montré un niveau de jeu inquiétant face à Uchiyama, remportant finalement le match après avoir gagné les deux tie-breaks disputés (7-6, 7-6). Contre Sweeny, un jeune australien confiné pendant 14 jours, c’était beaucoup plus simple pour lui (6-0, 6-4) et beaucoup plus dur contre Sinner (7-6, 6-2). Son service n’était pas totalement réglé avec un total de 7 doubles fautes pour 8 aces contre le Japonais et seulement 50% de bonnes premières.

En face, nous avons un Alexander Bublik qui est vraiment typé pour le dur et les surfaces rapides. Il a d’ailleurs atteint les demi-finales en double avec Mikhail Kukushkin l’an passé. Le Kazakh a une main droite en or, capable de facéties improbables à la Kyrgios mais un seul problème, c’est son inconstance tout au long d’un match. Il a repris sa saison à Antalya début janvier avec une finale contre De Minaur où il avait abandonné dans le premier set mais le Kazakh avait notamment éliminé Berrettini lors des quarts de finale. Au Great Ocean Road Open, c’était plus compliqué pour lui avec une victoire en trois sets contre le redoutable Christopher O’Connell (7-6, 6-7, 6-4). Il perd contre Stefano Travaglia en huitièmes de finale. L’Italien arrivera finalement en finale. On lui pardonnera donc cette défaite contre un joueur en pleine bourre. L’inconstance de Bublik et le mental de Bedene peut laisser penser à un match long où les deux joueurs devraient pouvoir remporter au moins un set. Les cotes semblent assez cohérentes et difficiles à exploiter.

L’œil de Florent Serra : C'est un bon match parce que Bedene sur dur sert bien, prend la balle tôt et je le trouve très solide en revers. Il peut aller long de ligne et ça sera utile pour prendre du temps à Bublik. S'il parvient à faire reculer le Kazakh, il aura ses chances. On connaît les forces de Bublik. Il ne va pas mettre de rythme et chercher à empêcher Bedene de poser son jeu. Bublik monte plus souvent au filet. Les deux joueurs sont moins inconstants mais dans la régularité, je donnerais un léger avantage à Bedene.


Daniel Evans vs Cameron Norrie

Pendant qu’Andy Murray est parti disputer deux tournois Challenger à Biella en Italie à cause de la Covid-19 et que Kyle Edmund a dû renoncer à l’Open d’Australie en raison d’une blessure au genou, les deux britanniques Dan Evans et Cameron Norrie vont s’écharper sous le soleil australien. Cette affiche vaut son pesant d’or ! Les deux joueurs sont en constante progression et disposent d’une palette de coups exceptionnelle. Ils sont capables de varier aussi bien en revers qu’en coup droit.

Il sera intéressant de voir comment Evans va réagir après son premier titre ATP en carrière ce dimanche obtenu contre Felix Auger-Aliassime (6-2, 6-3) en 1h17, en ne réalisant que 11 fautes. Le Britannique a réussi à faire déjouer le Canadien qui a totalisé 32 fautes directes.

Droitier, il dispose d’un revers très compliqué à manier avec des enchaînements de slice très longs puis courts qui gênent souvent son homologue. Il maîtrise tous les coups du tennis avec un jeu de défense hors-pair. Norrie, gaucher, dispose d’un joli coup droit lifté et d’un revers à deux mains puissant. L’Anglais d’origine néo-zélandaise est réputé pour être un travailleur acharné. Ce qui fait qu’il débute très bien les saisons en témoigne sa finale à Auckland en 2019 et sa demi-finale à Delray Beach cette année.

Même si Norrie pourra rivaliser avec Evans tout au long du match, Dan Evans est un joueur plus régulier et plus offensif. Si les deux joueurs se sont affrontés qu’une seule fois en Challenger à Aptos en 2016 sur le circuit officiel, ils se sont affrontés à de multiples reprises lors des Battle of the Brits. En décembre, Norrie s’était imposé (6-3, 6-2). En Juillet, Norrie avait gagné également par deux fois. (4-6, 6-3, 10-7 puis 7-6, 7-6). En juin, cétait l’inverse, Evans s’était imposé (6-3, 6-3) lors des phases de poules avant de gagner le tournoi contre Edmund.

TBN Stats : Face à des joueurs gauchers, depuis 2019, Evans a gagné 12 fois pour 8 défaites. Il a néanmoins acquis 6 défaites lors des 8 derniers matches officiels disputés.

TBN Stats : Sur les 10 derniers matches disputés contre des joueurs qui ont un revers de droitier à une main, Norrie s’est incliné à 7 reprises.

L’œil de Florent Serra : Daniel Evans est un joueur qui varie. Il va affronter un joueur qui va mettre moins de rythme que Chardy et Auger-Aliassime et qui est gaucher, met de l’angle et va souvent au filet. C’est un joueur qui se déplace très bien, change de rythme et donne peu de points. L’aspect physique ne sera pas très important car il a enchaîné des matches en deux sets assez rapides. Pour moi, c’est une rencontre qui sera longue avec peu de points gagnants car les deux joueurs vont essayer de se pousser mutuellement à la faute. Evans par sa capacité de variation et d’amorties et Norrie par sa capacité d’agressivité. C’est un match qui sera très serré, j’ai du mal à dégager un vainqueur. Evans est favori mais pas tant que ça car Norrie accroche toujours les meilleurs. Seul problème, il a toujours du mal à aller au bout et gagner.


Daniil Medvedev vs Vasek Pospisil

Vasek Pospisil avait terminé l’année en trombe fin 2020 avec une finale perdue au tie-break du troisième set contre Jannik Sinner à Sofia (4-6, 6-3, 6-7). C’est un joueur capable du meilleur sur surface rapide qui a néanmoins beaucoup de mal à l’Open d’Australie. Il n’a plus gagné un match dans le grand tableau depuis 2015. C’est un joueur qui souffre souvent lors des grosses chaleurs et l’information la plus importante, c’est qu’il a été contaminé à la Covid-19 à la mi-janvier, le forçant à se retirer d’un tournoi préparatoire de Melbourne.

Bien que Pospisil ait déjà battu Medvedev à Rotterdam l’an dernier, reproduire cet exploit en Grand Chelem sans préparation et sans match sera compliqué. Le Canadien a très peu de chance de rivaliser contre le Russe, très fort lors de l’ATP Cup. Pospisil ne peut qu’espérer s’appuyer sur une énorme première balle pour tenter d’accrocher Medvedev mais de là à remporter un set ?

Medvedev reste sur 14 victoires consécutives puisqu’il a remporté coup sur coup le Masters 1000 de Paris Bercy, le Masters de Londres et ses quatre matches à l’ATP Cup. S’il a été chancelant au service lors de la demi-finale face à Alexander Zverev avec 13 doubles fautes pour 12 aces, le Russe dispose d’un excellent mental qui lui a permis d’aller chercher la qualification en finale. Il a aussi réalisé une superbe partition de tennis contre Matteo Berrettini, empêchant l’Italien de délivrer son jeu offensif en l’emmenant souvent dans la diagonale de revers, son point faible, ce qui a permis à la Russie de remporter une première compétition par équipe depuis 2006.


Kevin Anderson vs Matteo Berrettini

Duel de gros serveurs entre Kevin Anderson et Matteo Berrettini. Ce sera la première rencontre entre les deux joueurs. L’Italien va avoir un jour de récupération après une ATP Cup qui a pesé physiquement pour lui. Exceptionnel tout du long, contre Dominic Thiem (6-2, 6-4), Gaël Monfils (6-4, 6-2) et Roberto Bautista-Agut (6-3, 7-5), l’Italien n’a pas fait le poids contre Daniil Medvedev (4-6, 2-6). Malgré son énorme coup droit, une bonne première balle et un gros service, Berrettini n’a pas été en mesure de transpercer la défense de Medvedev.

Sur les jeux de service de l’Italien, Anderson ne devrait pas rivaliser. Il n’est pas connu pour avoir le meilleur retour du circuit. En revanche, le Sud-Africain a très bien terminé la saison l’an dernier, s’offrant le scalp de Medvedev à Vienne (6-4, 7-6) et rivalisant avec lui à Bercy (6-6) avant d’abandonner. Lors du tournoi préparatoire de Melbourne, Anderson a logiquement battu Lopez et Stebe avant de s’incliner contre Khachanov, joueur bien plus mobile que les deux précédents. Le Sud-Africain a montré toute sa régularité au service, réalisant 37 aces en 6 sets disputés pour seulement 4 doubles fautes. En moyenne, lors des trois matches, son taux de premières était très élevé avec 74% de réussite.

Si Anderson est incontestablement un très bon joueur de tennis, ses statistiques contre les Top 10 ne prêtent pas à sourire. Sur les 25 derniers matches, le Sud-Africain s’est incliné 20 fois. Depuis sa blessure en 2019,  le seul top 10 qu’il a battu est Medvedev comme dit précédemment. Contre les gros serveurs (joueurs avec un ratio de 15% d’aces lors du match), Anderson a également du mal avec 7 défaites sur les 10 derniers matches (Karlovic, Isner, Paire).

Berrettini étant un bien meilleur joueur que les trois cités, il devrait s’en sortir sans trop de soucis face à Anderson surtout grâce à son physique mais attention toutefois, le Sud-Africain est capable d’aller chercher son petit set s’il tient jusqu’au tie-break.


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️ Au moins 4 sets dans le match Evans vs Norrie✅/ Victoire de Medvedev 3-0 ou 3-1✅
⭐️⭐️ Victoire Shapovalov ✅/ Victoire Berrettini ✅/ Au moins 4 sets dans le match Bedene vs Bublik✅
⭐️---


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.