Ce mercredi, quatre Français fouleront les courts de Melbourne Park pour le deuxième tour du tournoi. Et aucun ne partira favori. Pourtant, certains d'entre eux auront des armes à faire valoir pour s'imposer et atteindre le troisième tour. Présentation et analyse des rencontres avec notre consultant Julien Varlet.


Ugo Humbert vs Nick Kyrgios

Dans sa toute jeune carrière, Ugo Humbert n’a jamais été en réussite face aux Australiens, lorsqu’il lui a fallu les affronter dans les tableaux principaux des tournois du Grand Chelem. En 8 participations aux Majeurs, le Français a été sorti à trois reprises par des joueurs Down Under, pour aucune victoire en échange. Ses bourreaux ? Alexei Popyrin, Marc Polmans et John Millman, à chaque fois au premier tour, les deux premiers à Roland Garros, le troisième en Océanie.

C’est justement à Melbourne que le Messin se voit offrir une nouvelle chance de venir à bout d’un Australien, en l’occurrence Nick Kyrgios, pour ce qui s’annonce être une affiche alléchante. Forcément, il va falloir jouer avec le public contre soi. Mais la bonne nouvelle, c’est que le tricolore a déjà rencontré - et dominé - son adversaire du deuxième tour. En effet, l’année dernière à Acapulco, Humbert avait profité de l’abandon de « Kygz », non sans avoir remporté la première manche (6-3).

Si on se réfère aux derniers mois, le Bleu, qui n’est d’ailleurs plus du tout un « bleu » sur le circuit, possède bien plus de repères que Kyrgios. D’abord tout simplement parce que ce dernier n’avait pas joué en compétition depuis quasiment un an, avant de disputer un tournoi de préparation la semaine dernière, puis son premier tour lundi - une victoire contre Frederico Ferreira Silva (6-4, 6-4, 6-4). Ensuite, car Ugo Humbert a passé un sérieux cap en 2020. Il a glané ses deux premiers titres (Auckland et Anvers) et signé des performances de choix contre Daniil Medvedev, Alex de Minaur et Stefanos Tsitsipas. Au premier tour de cet Open d’Australie, le Messin s’est imposé en 4 manches face à Yasutaka Uchiyama (6-3, 6-4, 6-7, 6-3). Avec 14 aces et 80% des points gagnés derrière sa première, il s’est montré très solide au service.

Bourreau de travail, le jeune Français (22 ans) a les idées très claires sur les progrès qu’il lui reste encore à faire (jeu vers l’avant, qualité de volée) pour atteindre ses objectifs, à savoir se rapprocher encore plus près du top 10 mondial et disputer un quart en Grand Chelem. Même si Nick Kyrgios part avec un léger avantage selon les bookmakers (1,84 contre 1,99), Ugo Humbert dispose d’une réelle carte à jouer. Reste à savoir comment il va gérer l’atmosphère, autant au niveau de l’ambiance créée par les supporters que les attitudes, fantasques et nonchalantes, de son célèbre opposant.

L’œil de Julien Varlet : Je vois Ugo Humbert s’imposer. Pour moi, Nick Kyrgios est plutôt dans une optique de faire le show. Or, on peut gagner en 2 sets avec cet état d’esprit, mais c’est plus difficile au meilleur des 5 manches, car cela demande beaucoup de constance. Pour le voir extrêmement sérieux, il faut le voir jouer Nadal ou Djokovic. Du coup, s’il manque de rigueur, il peut très bien se faire contrer par le Français. On a déjà vu que l’Australien avait eu du mal la semaine dernière face à Alexandre Müller au Murray River Open. Avec son jeu de gaucher, Humbert va le perturber. Évidemment, le relâchement de Kyrgios peut faire des dégâts, mais le tricolore a assez progressé dernièrement pour gérer ce type de match. Il a maintenant de l’expérience, on l’a vu s’accrocher et remporter des rencontres importantes dans des moments chauds à Bercy, il a notamment gagné 9 des 12 derniers jeux décisifs qu’il a joué en 2020. Et s’il commence un peu à paniquer, Humbert pourra toujours s’appuyer sur des schémas de jeu qu’il maîtrise parfaitement (service de gaucher, gros coup droit).


Corentin Moutet vs Milos Raonic

Pour le moment, c’est l’un des hommes en forme de la tournée australienne. Une demi-finale au Murray River Open la semaine dernière, avec au passage des succès face à Frances Tiafoe, Albert Ramos-Vinolas et Grigor Dimitrov, puis un petit exploit au premier tour du Grand Chelem inaugural de la saison, une victoire en 5 manches (6-4, 6-7, 3-6, 6-2, 6-3) et 3h45 de jeu contre le local de l’étape, John Millman. On peut affirmer que Corentin Moutet commence bien son année.

Son adversaire au deuxième tour n’a rien à voir avec l’Australien. Niveau palmarès et sur le plan du jeu. Ancien N°3 mondial, Milos Raonic est un « serial cogneur ». Pour son entrée en lice, le grand Canadien (1m96) n’a pas fait de détail, écrasant le pauvre argentin Federico Coria en 3 sets secs (6-3, 6-3, 6-2), avec 17 aces, 51 points gagnants et 84% de points gagnés au filet (21 sur 25). Une entrée en matière dans la lignée de sa très bonne seconde partie de saison 2020, qui l’avait vu atteindre la finale du Masters 1000 de Cincinnati et les demies à Saint-Pétersbourg et Bercy, dominant au passage des joueurs tels que Daniel Evans, Stefanos Tsitsipas et Karen Khachanov.

Si Raonic part largement favori (1,22 contre 4,48), Moutet dispose de quelques arguments pour le faire douter. D’abord, le Parisien a remporté leur première confrontation. C’était à Doha, en début d’année dernière, un succès acquis grâce à deux jeux décisifs, une sacrée performance face à un tel serveur. Ensuite, justement, l’œil et la patte du gaucher parisien sont autant d’atouts pour perturber les géants du circuit. C’est ainsi que Moutet a également déjà battu Reilly Opelka, il y a deux ans à Lyon, concluant la rencontre à l’issue… du tie-break de l’ultime manche. Toutefois, si Raonic joue à son meilleur niveau, affiché par exemple à Melbourne l'an dernier ou encore Cincinnati et Paris Bercy, alors Moutet risque de souffrir.

L’œil de Julien Varlet : Je ne vois pas Corentin Moutet créer la surprise. Tout simplement parce que je pense que Milos Raonic sera l’un des grands hommes de cet Open d’Australie. Je le vois bien aller en demie. C’est sûr, le Français a un très bon œil et il est capable de relancer les grands serveurs. Mais le Canadien est trop puissant, il va pilonner Moutet, tel un bulldozer. En outre, le tricolore est un peu trop juste au service, et Raonic ne va pas le laisser respirer, dès la relance. Il sera toujours sous pression, autant dire que ce n’est pas facile à vivre durant un match entier. Certes, en deux sets gagnants, ça peut passer (comme à Doha qui est d'ailleurs une surface beaucoup plus lente et favorable à Corentin), mais au meilleur des 5 manches, je n’y crois pas. Ce qui peut-être intéressant, c’est de miser sur un succès de Raonic, mais avec la perte d’une manche, comme un score exact 3-1.


Adrian Mannarino vs Miomir Kecmanovic

Dans cette rencontre, ça va contrer ! D’un côté comme de l’autre, on aime s’appuyer sur la balle de l’adversaire. Aussi, il sera intéressant d’observer lequel des deux joueurs va décider de prendre le plus d’initiatives, au risque de se faire surprendre. En tout cas, on peut s’attendre à une rencontre équilibrée. D’ailleurs, les bookmakers annoncent un match avec tout de même un petit avantage au Serbe (1,80 contre 2,00).

Il est vrai que les deux hommes sont très proches au classement. Adrian Mannarino est 36ème, Miomir Kecmanovic 41ème. Ils ont parfaitement géré leur entrée en lice. Un succès en trois manches pour chacun d’entre eux, contre Denis Novak pour le Français (6-2, 6-4, 7-6), face à Kamil Majchrzak pour le Serbe (6-2, 6-4, 6-3). Sur dur extérieur, le tricolore se sent à l’aise (4 finales dans ces conditions). Son jeu tout en timing devrait s’épanouir d’autant plus sur une surface plus rapide que l’année précédente à Melbourne (environ 20%).

Autre avantage, Mannarino a remporté leur première confrontation. Certes, la partie se jouait sur dur intérieur, mais c’était il n’y a pas si longtemps, à Cologne, l’automne dernier. Une victoire sans fioritures, en deux sets (6-3, 6-3). Même si l’écart de cote est faible, il semble intéressant de miser sur le Français.

L’œil de Julien Varlet : C’est clair que c’est équilibré, mais de mon côté, je comprends que Miomir Kecmanovic soit légèrement favori. C’est un joueur solide des deux côtés, un « petit Djoko », qui possède de bons appuis et qui est polyvalent, à l’aise sur toutes les surfaces. C’est aussi un joueur rigoureux, qui commet peu de fautes et qui est capable de bouger Adrian Mannarino, en appuyant quelques-unes de ses frappes. En revanche, le Français lui ne possède pas de coups qui « pètent ». Il s’appuie sur la balle de l’adversaire. On a parlé d’une surface plus rapide, environ 20% de plus que l’année dernière. On peut penser qu’une balle rapide, et donc plus basse, peut plaire à Mannarino. Mais n’oublions pas que Kecmanovic aime aussi le dur extérieur (il a fait une demie à Doha en 2020) et les surfaces assez rapides, la preuve à Kitzbühel, où il s’est imposé en altitude.


Alexandre Müller vs Diego Schwartzman

Côté français, c’est la belle histoire de ce début d’Open d’Australie. Éliminé au troisième et dernier tour des qualifications, disputées en janvier à Doha, Alexandre Müller a décidé de faire le déplacement jusqu’à Melbourne en qualité de lucky loser. Bien lui en a pris, puisqu'il a appris le forfait de Federico Delbonis deux heures avant le début de la rencontre qui lui offrait ce ticket gratuit pour disputer son premier Grand Chelem en dehors de Roland Garros où il fut invité en 2017 et sorti des qualifs en 2019.

Résultat, le Français s’est imposé en 4 manches contre Juan-Ignacio Londero (4-6, 6-3, 6-0, 6-3), signant par la même occasion sa toute première victoire sur le circuit ATP (après 3 échecs). Voici le 210ème mondial dans la position de réaliser le coup double, puisqu’au deuxième tour, il affronte encore un Argentin, Diego Schwartzman. Mais cette fois, le défi sera bien plus relevé puisqu'il s'agit du meilleur des Argentins, classé 9ème mondial.

Evidemment, Schwartzman est ultra favori à plus de 90% et c’est d’une logique implacable. Malgré la perte d’une manche lors de son entrée en lice, face à Elias Ymer (7-6, 6-4, 2-6, 6-2), malgré une ATP Cup en demi-teinte (défaite contre Daniil Medvedev, victoire face à Kei Nishikori), Schwartzman s’avance en outsider de ce premier Majeur de l’année. S’il joue à son niveau, avec agressivité et sérieux, et si ses jambes sont en feu, le petit argentin pourrait ne faire qu’une bouchée du Français (210ème mondial).


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️ ---
⭐️⭐️ Victoire Humbert / Victoire de Raonic 3-0 ou 3-1
⭐️ Victoire Mannarino


Un mois d'abonnement offert sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Betclic et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBNPRONOS au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Betclic-1024x570.jpg.