Face à face les deux meilleurs joueurs du monde sur dur actuellement. Cette finale offrira l'affiche tant espérée. qui accouchera d’une issue presque naturelle, à savoir un 9e sacre de Djokovic à Melbourne, ou bien d’un vainqueur inédit, le premier titre en Grand Chelem dans la carrière de Daniil Medvedev. Cette finale semble en tout cas marquer clairement la cassure de l’hégémonie du Big 4 et l’émergence de la nouvelle génération de plus en plus pressante sur ses ainés.

La finale de l’édition 2020 avait déjà marqué une forme de première rupture de la domination du Big 4 sur la planète tennis. Dominic Thiem, 26 ans au moment de la finale l’année dernière, s’intégrait au tableau des finalistes de la première levée du Grand Chelem de la saison. Un fait assez rare dans la décennie car seuls Marin Cilic, finaliste en 2018, et Stan Wawrinka, vainqueur en 2014, avaient réussi cet « exploit ». Sans quoi depuis 2009, Federer, Djokovic, Nadal et Murray avaient réservé tous les strapontins en finale.

Dans la continuité de 2020, le cru 2021 a réservé un scénario semblable. Mettant peut-être encore plus à mal les historiques. Nadal touché au dos avant le début du tournoi. Djokovic aux abdos siffleurs, bousculé notamment par Tiafoe et Fritz.

Medvedev, le 20 de la maturité

Depuis sa défaite à Vienne face à Kevin Anderson, le Russe n’a plus perdu. Une série de 20 victoires consécutives ponctuée d'un titre au Masters 1000 de Paris et au Masters de Londres. Ne concédant que 7 manches lors de cette série. Medvedev est clairement au sommet de son tennis en ce moment. Il sait encore plus appuyer sur ses points forts et gérer ses quelques temps plus faibles. Pour preuve ses deux matches référence face à Rublev et Tsitsipas. Deux joueurs s’appuyant sur la puissance de leurs coups mais qui se sont heurtés à un mur. Incapables sur la longueur d’un match de déborder l’élève de Gilles Cervara. Aujourd’hui, Daniil Medvedev semble être le seul en capacité de battre Djokovic sur surface rapide. Ou du moins lui résister et le pousser dans ses retranchements.

Le Russe a cependant montré quelques failles, très rares, durant la quinzaine. Un vrai blocage contre Krajinovic qu’il a su rectifier ensuite dans le 5e set. Puis un moment presque similaire contre Tsitsipas au milieu du 3e set. Deux fois où la machine s’est un peu grippée. Mais avec la capacité à chaque fois de rectifier les choses pour s’imposer. Ce genre de trou d’air sera à éviter contre Djokovic.  

Djokovic, le goût du 100 

13 ans après son premier titre à Melbourne, le Serbe étrenne de nouveau ses galons de numéro 1 mondial en finale de l’Open d’Australie. En quête d’un 9e titre à Melbourne, il présente l’avantage non négligeable de n’avoir jamais perdu une finale sur la Rod Laver Arena. Chaque finale, chaque contexte est évidemment différent. Mais Djoko est comme chez lui dans cette arène. « J’ai l’impression d’être dans mon salon parfois », plaisantait-il sur le court après sa victoire contre Tiafoe au 2e tour. Une phrase presque anodine, faite aussi pour faire sourire l’assistance et tenter de rallier à sa cause les fans australiens pas toujours adeptes du personnage. A l’occasion de cette prise de parole, le Serbe a aussi distillé une petite indication très personnelle au sujet de la surface cette année. Confirmant son extrême rapidité. Ce qui tombe plutôt bien car Djokovic a énormément travaillé sa qualité de service avec Goran Ivanisevic, et notamment sa première balle depuis un an et demi. « Il en a aujourd’hui fait une arme décisive », glissait Justine Hénin lorsqu'elle a commenté le Serbe en début de tournoi. Deux semaines plus tard, le voici en tête du classement des aces du tournoi. 100 au total ! Et globalement bien répartis sur l’ensemble de ses matches de la quinzaine. Il en a même claqué 2 de plus que Zverev (23 contre 21) lors de leur confrontation en quart de finale.

C’est une donnée importante car la qualité de service sera cruciale dans cette finale. Mais le Serbe se retrouvera face à un retourneur de grande qualité (28,40% de breaks sur dur depuis un an), profil un peu meilleur que Zverev (26,10%) mais surtout bien au-dessus de Fritz (23,5%) ou Tiafoe (21,5%).

La blessure aux abdos de Djokovic est déjà loin derrière. Le Serbe a disputé son meilleur match de la quinzaine contre Karatsev. Le sort de ce match semble être dans la raquette du Serbe qui, lorsqu'il joue à son meilleur niveau, semble imbattable, surtout sur cette Rod Laver Arena. Le Russe va-t-il devenir le premier Russe à succéder à Marat Safin titré à Melbourne Park en 2005 ? Certes, il vient de battre chaque membre actif du top 10 lors de ces trois derniers mois mais cette fois, le match se jouera en trois sets gagnants. Et jusqu'à présent, le Russe a échouer sur dur à battre le top 5 mondial (trois défaites en trois matchs contre Djokovic, Thiem et Nadal). A-t-il réellement franchi un cap ou la marche est-elle encore trop haute ?

Les coups à tenter

Au-delà du simple résultat, cette finale reste passionnante en termes de pronostic et de cote à tenter. La surface est certes ultra rapide mais les deux finalistes sont sans doute à ce jour les deux meilleurs retourneurs du circuit. Daniil Medvedev n’a concédé que 20 aces depuis le début du tournoi (dont seulement 6 par exemple contre Pospisil). De son coté, Novak Djokovic a été étrangement beaucoup plus relâche avec 103 aces encaissés au total. Mais il a joué contre des joueurs Zverev, Raonic, Fritz et Tiafoe. Il y a peut-être un coup à jouer sur un under 27,5 aces dans le match ou under 11,5 aces Djokovic. Le Serbe a explosé sa moyenne d'aces durant le tournoi mais avec sa qualité de placement, ses longs segments et son œil, Medvedev est capable de réduire le nombre d’aces du Serbe. On l’a vu contre Tsitsipas reculer loin derrière sa ligne. Il a fini par écœurer le Grec qui avouait ensuite en conférence de presse ne pas avoir trouvé la clef pour empêcher Medvedev de retourner.

En ce qui concerne les cotes pour désigner le vainqueur du match, les bookmakers s’accordent à une égalité presque parfaite et logique. Laissant un très léger statut de favori pour Djokovic. Medvedev est dans la forme de sa vie. Djokovic s'appuiera lui sur son expérience et son passé sur la Rod Laver Arena. D’autant que le Serbe ne semble plus du tout gêné physiquement. Quitte à jouer sur un gagnant dans cette finale, autant choisir le vainqueur avec au moins 4 sets dans le match. La cote passe tout de suite au-dessus de 2.50. Compte tenu du niveau de jeu des deux joueurs, difficile d’imaginer une victoire de l’un des deux en trois sets.


Daniil Medvedev : « J'aime le fait de ne pas avoir beaucoup de pression parce qu'il n'a jamais perdu lors des 8 finales qu'il a disputées ici. C'est lui qui a toute la pression, pour se rapprocher de Roger et Rafa dans la course aux Grands Chelems. J'espère juste que je vais montrer mon meilleur tennis durant cette finale. Comme nous l'avons vu, je suis capable de battre certains grands noms si je joue bien. Il a plus d'expérience mais plus de choses à perdre que moi. »

Novak Djokovic : « Je me sens de mieux en mieux dans le tournoi, physiquement et mentalement. Mon service est présent dans les moments cruciaux. Je suis content d'atteindre un sommet au bon moment. Medvedev joue à un très haut niveau. Il est le gars qui a joué au plus haut niveau ces trois ou quatre derniers mois. Il est sur une grosse séquence de victoires. Il a déjà disputé une finale du Grand Chelem à l' US Open il y a deux ans. Mais je sens bien la balle, je me sens bien, j'ai eu suffisamment de matchs et d'entraînement. Il s'agit maintenant de rassembler toute l'énergie pour le match le plus important de ce tournoi. »


L'œil de Rodolphe Gilbert : Je me souviens très bien de leur duel ici même à Melbourne en 2019. Medvedev avait fait jeu égal pendant les deux premiers sets puis fini par craquer physiquement. Djokovic avait été malmené mais à l'époque Medvedev n'était pas encore Medvedev. Il mène dans les confrontations depuis cette date-là d'ailleurs. C'est la finale des deux meilleurs joueurs du monde actuellement. Medvedev semble intouchable. Il dégage une sérénité et une solidité qui est impressionnante. Djokovic n'a pas été à son meilleur à chaque instant mais il a su élever son niveau de jeu quand il le fallait et faire le dos rond lorsqu'il était dans les cordes. Il a été en grande difficulté par moment, au bord de l'abandon même contre Fritz et puis finalement, depuis deux matchs, il n'a jamais aussi bien servi dans sa carrière. C'est un truc de fou le nombre de points gagnants qu'il s'est offert grâce à son service. Il a été très solide contre Karatsev. Je reste persuadé que même Djokovic n'est pas très à l'aise à l'idée de jouer Medvedev. Il doit aussi se demander comment le jouer. Je pense que Djokovic n'est pas ravi d'affronter le Russe. Sur l'ensemble de la quinzaine, Medvedev est au-dessus. Il n'y a quasiment eu aucune faille dans son jeu jusqu'à la finale. Et ce, depuis Bercy.

Mais pour analyser cette finale, il faut bien sûr aller au-delà de cette quinzaine. On ne peut pas mettre le Russe favori de ce match, ni même à 50/50. Le Serbe est le numéro un mondial, il a remporté 8 fois ce tournoi, il n'a jamais perdu en finale. Il joue pour une 9ème couronne et un 18ème Slam. Et l'avant-match de cette finale me fait penser à celle de 2019 où Rafa était présenté comme le favori après un parcours impressionnant alors que Djokovic avait été loin de son meilleur niveau. Et puis le jour de la finale, Djokovic avait écrasé Nadal, presque à la surprise générale tant l'Espagnol semblait avoir atteint sa plénitude durant la quinzaine. Djokovic est capable d'élever son niveau de jeu pour cette finale. Je m'attends à une grosse intensité, beaucoup d'échanges, un gros combat, minimum 4 sets. Le Serbe va aborder cette finale avec beaucoup de confiance, beaucoup de repères. C'est le meilleur joueur du monde sur dur depuis 10 ans qui affronte le meilleur joueur du monde sur dur depuis trois mois. Je n'aurais pas mis les cotes à 50/50 et donner autant de poids à la forme du moment. Il y a d'autres critères à prendre en compte et beaucoup d'incertitudes sur comment Medvedev va gérer l'évènement. Peut-être que Djokovic va passer au travers mais avant d'imaginer un tel scénario, comment écarter la dimension mentale d'une telle finale et ne pas considérer Djokovic comme le favori légitime de cette finale avec tout ce qu'il a accompli depuis 10 ans et cette série en cours de 35 victoires consécutives sur dur en extérieur (en écartant cette disqualification à l'US Open) ? J'aurais mis Djokovic favori de ce match avec une cote autour de 1,70/1,75.


Tactiquement, Djokovic sait qu'il doit attirer Medvedev au filet. Le Serbe a évidemment toute la palette technique pour le faire. La variation des frappes de Djokovic sera aussi très intéressante et notamment ces balles courtes et un peu molles en retour qui empêchent le serveur de prendre la main mise sur l'échange. Pour s'imposer, Medvedev devra prendre un maximum de risques dans ses frappes pour acculer le Serbe et conclure les points assez rapidement comme il a pu le faire contre Tsitsipas. Mais la qualité de déplacement du Serbe est unique au monde. Je sais bien que Medvedev vient de battre trois fois Djokovic en quatre matchs mais cette fois, c'est une finale du Grand Chelem à Melbourne Park... La donne est différente, surtout concernant Djokovic qui n'a plus que les Grands Chelems en tête. Medvedev semble aujourd'hui être le seul joueur à pouvoir battre Djokovic. S'il n'y arrive pas, on ne devrait plus voir le Serbe avec une cote aussi haute avant un petit moment...


Un mois d'abonnement offert sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Betclic et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBNPRONOS au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

This post is also available in: English