Mission accomplie pour le Français qui sera bien au rendez-vous des quarts de finale après une victoire en deux manches contre Roberto Marcora (6-3, 7-5). Il a réalisé un match sérieux, dans la lignée de ses performances depuis l'automne dernier pour prendre le match à son compte et pousser l’Italien à la faute. Il aurait pu être inquiété si le tombeur de Gulbis l’avait amené dans un troisième set, mais Mannarino a su breaker au meilleur des moments. Son adversaire est, quant à lui, passé tout proche de la correctionnelle. Après une entrée en matière déjà un peu compliquée face à John Patrick Smith (6-2, 3-6, 6-1), Radu Albot s’est fait encore plus peur lors du deuxième tour face à Yannick Hanfmann. Le Moldave a d’abord sauvé 3 balles de match dans la seconde manche pour revenir à un set partout, avant de débreaker et de s’imposer finalement 6-3 dans le dernier set (6-7, 7-6, 6-3). Mis en difficulté par l’Allemand, Albot a une nouvelle fois montré à quel point il était un joueur accrocheur, capable de renverser des situations. En indoor, Mannarino est plus fort que son adversaire et a la capacité, notamment par ses variations, a vraiment gêné le Moldave. Son statut de favori est donc logique, d’autant plus que le seul affrontement entre les deux hommes l’an dernier à Sofia (indoor) avait tourné à l’avantage du français (6-2, 1-6, 6-3). Si Mannarino arrive à développer son jeu, il devrait sortir vainqueur de cette rencontre.

L’œil de Florent Serra : Adrian et un joueur solide sur dur, mais il faut toujours se méfier d’un joueur comme Albot, surtout qu’il revient de loin après avoir sauvé des balles de match. C’est quelqu’un d’assez rapide, bas sur les jambes et qui se déplace bien, mais je pense qu’il manque quand même un peu de puissance pour faire déjouer Mannarino. La patte de gaucher de Manna avec ses changements de rythme et ses prises de balles tôt vont sûrement mettre Albot en difficulté, mais il ne faudra pas se précipiter, car le Moldave n’est pas facile à déborder. Pour moi, Mannarino est supérieur à son adversaire sur cette surface, mais il faudra forcément se méfier d’Albot qui ne lâche rien et qui peut l’amener sur la longueur. C’est exactement ce qu’on a vu lors de son tour précédent contre Hanfmann, ce qui lui a permis de renverser le match. Pour moi, les cotes sont justes dans la mesure où Mannarino est assez largement favori. Est-ce que ça vaut le coup de miser sur lui ? Je trouve qu'à partir de 1.50, ça commence à être pas mal.


Alexei Popyrin vs Matthew Ebden

C’est un duel 100% australien auquel nous assisterons pour ce quart de finale. Alexei Popyrin surfe sur son bon début de saison pour s’offrir le deuxième quart de finale de sa jeune carrière sur le circuit ATP après Atlanta en 2019. Si on a l’habitude de le voir performer durant la tournée australienne depuis deux ans, le jeune espoir de 21 ans a souvent eu du mal à confirmer par la suite au niveau des résultats. Mais sur ce début de saison, il semble avoir franchi un cap dans le jeu même si tout n’est évidemment pas parfait comme l’a montré son début de tournoi à Singapour. Lors de son premier tour, il s’est fait peur face à Christopher Eubanks (240e) et peut remercier les occasions ratées par l’Américain (une balle de break convertie sur 11) qui lui ont permis de l’emporter par deux fois au tie-break (7-6, 7-6). Au deuxième tour, il n’a pas été non plus totalement maître de son sujet face à Adrian Andreev (6-1, 5-7, 6-3). On s’attendait à voir John Millman à ce stade du tournoi, mais la tête de série n°2 est tombée dès son entrée en lice face à son compatriote Matthew Ebden. Auteur d’un match sérieux face à un Millman peu inspiré et peu concerné (6-4, 6-1) Ebden a signé, après sa victoire sur Bhambri au premier tour, ses deux premières victoires d’affilée depuis près de 2 ans et demi. De là à en faire le favori pour ce quart de finale ? Pas du tout selon les bookmakers qui donnent un large avantage à Popyrin. Leur unique affrontement avait eu lieu à Bâle en 2018 et c’est Popyrin qui s’était imposé en deux manches (7-6, 6-4). Sur ce que l’on a vu depuis le début du tournoi, Ebden semble tout de même en mesure de rendre la tâche difficile à son jeune compatriote. Popyrin favori oui mais peut-être un peu risqué en dessous de 1.50


Soonwoo Kwon vs Marin Cilic

Marin Cilic en quart de finale d’un tournoi ATP, c’est une première depuis octobre 2019. C’était d’ailleurs déjà en indoor à Moscou. Après un début de saison compliqué qui l’a vu s’incliner au premier tour au Murray River contre Jeremy Chardy et à l’Open d’Australie face à Dimitrov, le Croate retrouve le goût de la victoire à Singapour. Face à Taro Daniel, Cilic a fait le boulot pour s’imposer en deux manches (7-5, 6-3) malgré une première balle en deçà de ses standards (seulement 53% de premières).  De son côté, Soonwoo Kwon continue sur sa très belle lancée en indoor. Le Coréen reste sur sept victoires consécutives sur cette surface après sa victoire au challenger de Biella et ses victoires face à Thai Kwiatkowski (4-6, 6-3, 6-4) et Yasutaka Uchiyama (6-3, 6-4). Inquiété lors de son entrée en lice, il a en revanche bien géré son deuxième tour, notamment grâce à une belle réussite derrière sa première balle (82% de points gagnés). Ce quart de finale verra donc s’affronter deux très bons joueurs d’indoor (tous deux au-dessus des 60% de victoires). Mais si l’expérience est clairement du côté de Cilic (8 titres remportés), la forme est du côté de Kwon tant le Croate peine à retrouver son niveau de 2018. Attention tout de même au petit coup de mou physique du Coréen qui disputera son 11e match du mois de février. Bien que les bookmakers voient Cilic prendre le dessus, il est difficile de l'ériger en grand favori de cette rencontre. Attention au match piège.


Alexander Bublik vs Yoshihito Nishioka

Après deux éliminations consécutives au deuxième tour à Great Ocean Road (contre Stefano Travaglia) et à l’Open d’Australie (contre Dusan Lajovic), Alexander Bublik tentera d’enchainer une deuxième victoire d’affilée à Singapour. Le Kazakh a parfaitement géré son entrée en lice dans le tournoi face à Altug Celikbilek (302e), sorti des qualifications. Derrière une première balle au rendez-vous (68% de premières et 10 aces) sur une surface assez rapide, il a maîtrisé son match sans être inquiété par le jeune Turc (6-2, 6-2). Si ses résultants en 2020 ont été assez décevants après la reprise (10 défaites en 15 matchs), Bublik a retrouvé de la confiance lors du premier tournoi de la saison à Antalya. Le Kazakh y a atteint la finale, mais n’a pas pu la disputer (abandon au bout de deux jeux). Toujours difficile à jouer en indoor, le Kazakh sera opposé à la tête de série n°5 Yoshihito Nishioka, lui aussi à l’aise sur dur. On pensait que le Japonais pourrait être inquiété par le jeu offensif de Maxime Cressy, mais il n’en a été rien. Grâce notamment à un très bon pourcentage de premières (79%), Nishioka n’a pas tremblé dans ce match (une seule balle de break concédée) où le Franco-Américain a joué en deçà de ce qu’il avait montré lors de la tournée australienne. Sur cette rencontre, Bublik est donné favori par les bookmakers, mais il devra rester concentré tout au long du match et ne pas abuser de « trick shots » inutiles comme on a pu le voir lors du premier tour s’il veut poursuivre sa route et tenter de décrocher son premier titre sur le circuit. De son côté, Nishioka devra saisir la moindre opportunité en retour et tenter de faire sortir le Kazakh du match. Au niveau des confrontations, les deux joueurs sont à égalité 1-1 après deux confrontations sur dur lors du tournoi de Shenzhen en 2018 puis Shanghai 2019.

L’œil de Florent Serra : Même s’il aurait pu mieux faire sur certains matchs, je trouve que Bublik joue pas mal en ce moment. Je pense que la Kazakh est capable de l’amener dans un registre que n’aime pas trop Nishioka. Le Japonais a besoin de jouer en rythme, de contrer, de trouver de l’angle et je pense que Bublik va le gêner à ce niveau-là par son jeu offensif en montant au filet, en attaquant les secondes. C’est une vraie opposition de style où l’un va essayer de manœuvrer du fond du court alors que l’autre va prendre la balle tôt pour le surprendre. Sur ce que je vois depuis le début de l’année, j’ai le sentiment que Bublik a les armes pour passer l’obstacle Nishioka. En revanche, il ne faudra pas qu’il se frustre si le Japonais arrive à lui tirer des passings, à le faire jouer et le pousser à la faute. Donc je mettrais le Kazakh favori sur ce match. Je ne trouve pas la cote de Nishioka assez haute pour tenter un coup, je resterai sur Bublik qui dispose tout de même d’une cote intéressante.


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️---
⭐️⭐️---
⭐️ Victoire Bublik / Victoire Popyrin / Victoire Mannarino


Un mois d'abonnement offert sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Betclic et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBNPRONOS au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Betclic-1024x570.jpg.

This post is also available in: English