Un tournoi très médiatisé nous attend pour ce WTA 500 à Doha. On va en effet y retrouver les meilleures joueuses du circuit même si Halep, Andreescu ou encore Swiatek ont fait l’impasse. Le grand changement, c’est le prize money. Evalué à plus de 3 millions de dollars en 2020, il est estimé à seulement 500.000 dollars pour cette édition 2021, situation sanitaire oblige. Mais tennistiquement parlant, nous aurons forcément du spectacle avec 13 joueuses du top 25 mondial.

Les conditions de jeu devraient être rapides. Le court central de Doha fait cependant moins rebondir la balle par rapport à celui de Melbourne. Les balles vont donc fuser comme on a pu le constater en finale la saison dernière entre Sabalenka et Kvitova. Les joueuses puissantes donneront le ton.

Le beau soleil est prévu pendant toute la semaine avec une moyenne de 27°C à l'ombre. Des conditions lourdes qui entameront physiquement les organismes.

Ce tournoi sera l'occasion devoir la réaction de certaines têtes de série après une tournée australienne décevante (Svitolina, Sabalenka ou encore Pliskova). Ce serait étonnant d’assister à de grosses surprises dans le dernier carré. Les favorites devraient tenir leur rang. On devrait assister à de belles affiches et des matchs à haute intensité.

1er quart de tableau

Dans le premier quart de tableau se trouve la tête de série numéro 1, Elina Svitolina, l'une des plus grandes travailleuses du circuit incontestablement. Elle est taillée pour le haut niveau. Svitolina a quand même connu cette déception à l’Open d’Australie avec cette défaite en huitième contre la surprenante Jessica Pegula. Tennistiquement parlant, elle reste fidèle à elle-même en ce début de saison. Très difficile à manœuvrer. Il faudra forcément compter sur elle sur ce tournoi très réputé. Elle est à la recherche de son premier tournoi de référence en 2021 et ce tournoi de Doha tombe à pic.

Comment ne pas évoquer Elena Rybakina ? Elle avait impressionné à Abu Dhabi, début janvier en dominant Sabalenka avant de céder dans les moments clés du match. Elle a ensuite connu une petite désillusion en tombant contre Fiona Ferro lors de l’Open d’Australie, seulement au second tour de celui-ci. Mais on peut attendre une réaction de la Kazakhe. C’est une joueuse qui a énormément prouvé sur le circuit féminin, d’autant plus sur surface rapide.

Enfin petit focus sur Victoria Azarenka, qui avait retrouvé son top niveau en 2020 et marché sur presque tout le monde à Cincinnati et à US Open. La Biélorusse, qui a obtenu une wildcard pour ce tournoi, a connu quelques pépins physiques en ce début de saison, notamment au dos. Elle a même dû faire l’impasse sur Adelaïde la semaine dernière pour privilégier ce tournoi de Doha et lui permettre de se reposer un peu. Ce qui est certain, c’est qu’à son niveau made in 2020, elle pourrait surnager dans un tel tournoi. Affaire à suivre.


2ème quart de tableau

Est-ce que la grande favorite de Doha ne serait pas dans ce quart tableau ? La tenante du titre Aryna Sabalenka avait atteint un niveau de jeu exceptionnel à Abu Dhabi en montant crescendo dans le tournoi pour finir par surclasser Kudermetova en finale. Présentée comme une potentielle favorite pour l’Open d’Australie, elle a cédé contre Serena Williams en huitième, au terme d’un match haletant et très intense, avec un niveau de jeu très élevé, des deux côtés. Aryna va venir défendre son titre. Elle dégage de plus en plus de prestance. C'est sûrement celle qui possède le plus de force naturelle en WTA. Sabalenka semble enfin trouver un certain équilibre derrière ce jeu très percutant. Rappelons qu'elle reste sur 18 victoires en 20 matchs sur dur.

Le problème pour elle, c’est que son second tour pourrait être presque une finale avant l’heure. Garbine Muguruza pourrait être sur son chemin si elle parvient à battre Kudermetova lors de son premier tour. L’Espagnole est dans une forme olympique. Sûre de sa force, c'est peut-être la joueuse la plus impressionnante en rapport à ses capacités physiques sur ce début de saison. Sa défaite contre Osaka à l’Open d’Australie fut très regrettable avec deux balles de match manquées. Elle est la seule à avoir pousser la Japonaise dans ses retranchements. Pourtant, en gagnant cette rencontre, elle aurait pu prétendre au sacre à l’Open d’Australie. C’est sûrement l'une des meilleures joueuses actuellement en fond de court. Elle fait d'ailleurs partie des cinq favorites du tournoi.

Malgré un Open d’Australie bien manqué de sa part, difficile de ne pas parler de Maria Sakkari, figure de la saison 2020 et parmi les plus régulières. Et oui, après sa demi-finale à Abu Dhabi début janvier, on se disait que la Grecque allait continuer sur sa lancée. Finalement, ce fut la déception du premier tour de l’Open d’Australie avec cette défaite face à Mladenovic. Il y a des failles dans le jeu de la Grecque et la marge de progression est encore assez large. Mais ce qui fait d’elle une joueuse très difficile à battre sur le circuit WTA, c’est son mental de guerrière et ses capacités physiques assez uniques en son genre. Elle est capable de jouer tous les tournois de la saison avec quasiement la même intensité. Sakkari reste une cliente qu’il ne faudra pas prendre à la légère.

Est-ce que Belinda Bencic sera en mesure d'enchaîner après sa finale éprouvante à Adelaïde samedi ? Elle a enfin trouvé son tournoi de référence en ce début de saison. Avec sa prise de balle précoce, elle avait récupéré une très belle cadence de frappe. Rassurante aussi sur sa condition physique, ça faisait longtemps que l’on n'avait pas vu Suissesse au premier plan d’un WTA 500. Mais là, on change de décor, ce ne sont pas les mêmes conditions de jeu et avec le peu de temps de récupération qu'elle aura, ce sera difficile d’imaginer un avenir radieux pour elle à Doha, où elle a atteint les quarts de finale la saison dernière. Elle rencontrera en plus une joueuse assez imprévisible, en la personne de Madison Keys. Toujours fragile physiquement, cette dernière vient retrouver ses premières sensations de la saison à Doha. Elle est capable de battre les meilleures joueuses du circuit, elle espère surtout se rassurer sur le plan physique avant d’ambitionner quoi que ce soit. Ce premier tour est donc très incertain.


3ème quart de tableau

Est-ce que Jennifer Brady sera enfin capable de prouver en Asie ou en Europe ? Elle a pris une ampleur importante sur le circuit, et ses résultats en témoignent. Dernièrement, sur les deux dernier Grands Chelems se jouant sur dur, elle fait une demie à l’US Open et une finale à l’Open d’Australie. Et sur ses deux prestations de haute volée, elle tombe face à Osaka. Cette ascension s’explique comment ? Un travail intensif sur l’entretien de son corps et ce physique maintenant affuté comme jamais qui lui a permis de mettre en valeur toutes ses qualités tennistiques que sont notamment un service et un coup droit foudroyants. Il reste maintenant à venir confirmer cette ascension sur un autre continent, là où il lui manque énormément de références. Elle sera forcément à suivre après un tel Open d’Australie.

Même si physiquement, elle n’est plus aussi aérienne que pendant ses plus belles années, on peut noter le bon début de saison de Pavlyuchenkova qui semble avoir un tableau abordable. Elle adore particulièrement les surfaces où la balle fuse. Avec la puissance qu’elle dégage et avec son expérience, la Russe pourrait jouer sa carte à Doha. Ses dernières sorties ont été convaincantes, et elle toujours aussi percutante dans le jeu.

Finaliste impuissante il y a un an, Petra Kvitova affectionne les conditions de jeu de ce WTA 500 et pourrait enfin pointer le bout de son nez après un début de saison raté. En effet, sur ses deux premiers tournois de la saison, Kvitova n’a toujours pas enchaîné deux victoires consécutives. Face à Cirstea, elle s’est même montrée assez empruntée et inquiétante. Elle retrouve un tournoi qui lui correspond et pourrait nous faire oublier ce jeu pas encore bien structuré durant la tournée australienne.


4ème quart de tableau

Dans ce dernier quart de tableau, deux joueuses pourraient avoir une carte à jouer. Kiki Bertens va disputer son premier tournoi de la saison. On est encore assez sceptique concernant ce retour assez tardif à la compétition. Après cette opération au tendon d'Achille, la Néerlandaise s’est même interrogée sur les réseaux sociaux pour savoir si ce sourire retrouvé à l'entraînement allait durer. Alors dans quelles conditions va-t-elle arriver ici après une fin de saison inquiétante. Sera-t-elle performante sur une surface qui n’est pas la sienne malgré son titre remporté sur indoor à St-Petersburg en 2020 ? Mystère... Elle affrontera une Jelena Ostapenko toujours aussi imprévisible qui est désormais épaulée par Marion Bartoli. Elle signe son retour dans l’écurie Jelena après avoir connu la naissance de son enfant. La Lettonne a eu un début de saison mitigé et profite d'une invitation des organisateurs pour être présente dans le tableau.

Ons Jabeur est capable de faire le job dans cette partie de tableau. Après une année 2020 enfin pleine de sa part, la Tunisienne est très attendue pour confirmer son ascension. Elle n’a pu que faire bonne figure pendant la tournée australienne en tombant contre Osaka lors de son troisième tour. Malgré ça, elle n'est pas apparue encore prête à 100% physiquement pour enchaîner et performer à moyen terme. Elle a eu le temps de bien préparer Doha et on peut s'attendre à un bon tournoi de sa part. Elle avait atteint les quarts de finale l'an dernier en dominant notamment Pliskova et Brady. Elle peut largement se hisser dans le dernier carré.

On en vient donc à la dernière outsider du tournoi, Karolina Pliskova. Elle a envie de passer un cap cette saison en remportant un Grand Chelem. Elle a déçu pendant cet Open d’Australie. Malgré un tableau abordable, elle est sortie contre une Muchova revancharde alors qu’elle menait 5-0 dans la seconde manche. Physiquement, elle avait l’air prête. Mais elle a montré un peu de suffisance dans le body langage, comme à son habitude. Elle aura peut-être à cœur de venir donner une réponse positive ici après cette désillusion australienne. Le tableau est ouvert, elle pourrait retrouver Jabeur en huitième avec comme idée derrière la tête de prendre sa revanche ?


Concernant les qualifiées, Laura Siegemund pourrait jouer les troubles fêtes dans ce tableau. Ce sont des conditions qu’elle affectionne et son expérience pourrait jouer des tours à quelques outsiders du tournoi. Son jeu porté vers l’avant rentre en adéquation avec les conditions de Doha. Il ne faudra pas la prendre à la légère. Et n’oublions pas Jessica Pegula, la sensation de l’Open d’Australie. L'Américaine vient de sortir du bourbier Potapova. Elle sera capable de tirer son épingle du jeu avec son style de jeu très offensif. La rapidité des courts de Doha pourraient bien lui convenir. Attention à ce qu’elle ne craque pas physiquement.


Nos prédictions pour les demi-finales

Rybakina vs Muguruza
Brady ou Kontaveit vs Pliskova


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.