Nous aurons donc assurément un Bleu en finale ! Auteur d’une magnifique semaine, Pierre-Hugues Herbert met loin derrière lui son début de saison compliqué où il avait subi quelques défaites cruelles. L’Alsacien avait parfaitement lancé son tournoi en dominant Kei Nishikori de la tête et des épaules et livrant une prestation de haut niveau, derrière une première balle où il n’a concédé que cinq petits points durant tout le match (6-1, 6-4). Il a été tout aussi dominant lors de son deuxième tour face à Cameron Norrie (6-3, 6-4), en plus d’être très efficace sur ces rares occasions de faire le break (2/3 converties). Et que dire de son quart de finale face à Stefanos Tsitsipas ? Le Grec, qui n’avait perdu que face à Daniil Medvedev et Andrey Rublev cette saison a subi la loi de P2H durant tout le match. Après la perte du premier set au tie-break, le Français n’a pas baissé les bras et s’est adjugé les deux dernières manches avec autorité (6-7, 6-4, 6-2). Tsitsipas n’a jamais réussi à trouver la solution face au jeu ultra offensif d’Herbert, même en retour, qui a réussi à le breaker à cinq reprises dans le match. C’est une véritable victoire référence pour P2H, qui n’avait plus accédé au dernier carré d’un tournoi ATP depuis le tournoi de Halle en juin 2019. Dans ce duel franco-français, il sera opposé à la tête de série n°4 du tournoi, Ugo Humbert.

Le Messin ne réalise pas un début de saison extraordinaire avec une tournée australienne assez moyenne, un tournoi de Montpellier plutôt poussif malgré un quart de finale et une élimination d’entrée à Rotterdam face à Jérémy Chardy. Pourtant, il a tout de même réussi à tenir son rang cette semaine en venant à bout de Jo-Wilfried Tsonga pour son entrée en lice, en s’appuyant sur une belle réussite derrière sa première balle (seulement quatre petits points perdus). Mais que ce fût dur face à Arthur Rinderknech, la révélation de ce tournoi, en quart de finale. Mené une manche à rien avant de revenir à un set partout, Humbert a été breaké à 5-5 dans la manche décisive et a sauvé une balle de match avant de s’imposer dans le tie-break (4-6, 7-5, 7-6). Encore une fois, il a n’a pas été vraiment maître des débats, mais aura eu, comme toujours, le mérite de ne rien lâcher et de se battre jusqu’au bout. Si Humbert a déjà battu Pierre-Hugues Herbert par deux fois sur le circuit challenger, actuellement, la forme est du côté de P2H. Son statut de tête de série et son classement le place favori pour les bookmakers, mais Herbert semble tout à fait capable de se hisser en finale au vu de ce qu’il a montré face à Nishikori, Norrie et surtout Tsitsipas.

L’œil de Rodolphe Gilbert (ancien entraîneur d'Ugo Humbert) : Depuis le début de l’année, les choses ne tournent pas trop dans le sens de Pierre-Hugues Herbert, je pense notamment aux balles de match obtenues face à David Goffin. Il a déjà été battu deux fois par Ugo Humbert, mais dans une situation où  Ugo était le challenger. P2H a un jeu qui convient plutôt bien à Ugo dans la mesure où Herbert n’est pas un gros frappeur du fond du court. À l’époque j’avais dit à Ugo : « ne t’affole pas du fond du court, il ne va pas t’envoyer de grosses frappes, soit patient et attend la bonne balle ». Mais je trouve que Pierre-Hugues joue particulièrement bien cette semaine alors que ce n’est pas vraiment le cas d’Ugo pour le moment. Il m’a vraiment impressionné contre Nishikori, avec un jeu agressif vers l’avant en prenant la balle tôt et puis il sert vraiment bien. Son match contre Tsitsipas a aussi été impressionnant. Au vu de la forme des deux joueurs, malgré la différence de classement je pense que c’est du 50-50 sur le papier. Vu les cotes, la value est donc sur Pierre-Hugues par rapport à la forme du moment.


Daniil Medvedev vs Matthew Ebden

Après un accident à Rotterdam la semaine dernière où le futur n°2 mondial (à partir de lundi) avait chuté dès son entrée en lice face à Dusan Lajovic, Daniil Medvedev repart de plus belle vers les sommets. C’est la première fois que le Russe atteint les demi-finales à Marseille après deux échecs en quarts (2017 et 2020). Exempté de premier tour, la tête de série n°1 a réalisé une entrée en lice convaincante face à Egor Gerasimov, un joueur toujours compliqué à jouer sur dur (6-2, 6-4). On s’attendait à un match plus accroché au second tour face à Jannik Sinner avec un Medvedev peut-être plus en difficulté, mais il n’en a été rien : même tarif pour l’italien (6-2, 6-4) qui n’a quasiment pas existé. Le Russe s’est rendu la tâche facile dès le début du match en prenant la balle très tôt, empêchant toute tentative de Sinner de prendre le jeu à son compte. Derrière un service solide (73% de première balle), Medvedev n’a laissé quasiment aucune opportunité à l’italien (une seule balle de break concédée).

Il sera opposé à un joueur qui n’avait plus atteint le dernier carré d’un tournoi ATP depuis près de trois ans. Après une très belle année 2018 qui l’avait vu intégrer le Top 40 mondial, Matthew Ebden n’avait pas pu poursuivre son ascension en raison de diverses blessures qui l’ont repoussé au-delà de la 300e place mondiale. Mais depuis le début d’année, l’Australien semble retrouver petit à petit son niveau et produit quelques matchs de bonne facture. Auteur d’un bon tournoi à Singapour où il s’est hissé jusqu’en quart de finale, Ebden a surtout surpris par le niveau de jeu qu’il affiche depuis le début de la semaine. Sorti des qualifications après des victoires sur Frederico Ferreira Silva et Mathias Bourgue, il a éliminé Benjamin Bonzi au premier tour, au terme d’un match accroché (3-6, 7-6, 6-3). Redoutable d’efficacité face à Emil Ruusuvuori (4/4 sur balle de break), Ebden a parfaitement maîtrisé le match sans être inquiété par le Finlandais (6-2, 6-2) pour s’offrir un deuxième quart de finale en trois tournois.  Bien que tous ces joueurs soient bien mieux classés que lui actuellement, le véritable test pour l’Australien se nommait Karen Khachanov (21e) qui affiche un très bon niveau de jeu depuis début 2021. Après un premier set accroché, remporté par le Russe, l’Australien n’a pas flanché et a réussi à inverser la tendance pour s’imposer en trois manches (4-6, 6-4, 6-2).  Sur ce match, Ebden a vraiment impressionné par sa justesse et sa qualité de frappe, mais ce ne sera évidemment pas suffisant pour en faire le favori face à Daniil Medvedev, qui vise sa sixième finale en indoor (cinq victoires jusqu’à présent).

L’œil de Rodolphe Gilbert : Comme ça lui arrive par moment, Medvedev a eu un petit couac à Rotterdam, il s’est énervé et a perdu le fil du match. Il a retrouvé son tennis cette semaine, sur la lancée de sa fin d’année. Il ne fait pas de faute, il sert bien et ça joue juste. Son match d’hier face à Gerasimov était déjà convaincant, face à un joueur certes peu glamour, mais difficile à battre sur ce genre de surface. Lui avoir mis deux sets secs, c’est quand même solide. Je l’ai trouvé aussi très juste face à Jannik Sinner, à qui il n’a rien laissé. Face à lui, Ebden n’avait pas pointé le bout de son nez depuis un moment. Il faut se souvenir que l’Australien était quand même 40e mondial et un très bon joueur de dur. Sa victoire sur Khachanov va forcément lui faire du bien. Mais le voir s’imposer demain semble un peu mission impossible au vu du style de jeu d’Ebden, qui n’est pas un gros frappeur. Je ne pense pas qu’il ait les armes pour vraiment inquiéter le Russe.  


L'avis de la rédaction

⭐️⭐️⭐️ Victoire Medvedev 2-0
⭐️⭐️ Plus de 20 jeux Herbert vs Humbert
⭐️ Herbert 1 set


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.