La performance ne doit pas être négligée. Si Aslan Karatsev était encore un quasi inconnu en 2020, lui mettre 6-3, 6-0 en 2021 relève presque de l’exploit. C’est ce qua réussi Sebastian Korda au tour précédent, mettant fin à une série de 15 succès de rang du Russe contre les joueurs classés au-delà du TOP 5 – le N°27 mondial n’avait échoué cette année que face à Novak Djokovic et Dominic Thiem. Le jeune Américain ne se situe qu’au 87ème rang, mais il est fort à parier qu’il va vite grimper s’il continue à jouer avec autant d’assurance et d’autorité (3 points perdus derrière sa première balle et 2 balles de break sauvées sur 2 concédées), même s’il est bon de noter que Karatsev a totalement lâché dans la seconde manche. Grâce à un service puissant et un coup droit agressif, le fils de Petr avait déjà infligé exactement le même score à Radu Albot au premier tour, avant de faire chuter en 3 manches le 17ème mondial, Fabio Fognini. Des résultats qui confirment sa progression entrevue depuis le début de saison (finale à l’ATP 250 de Delray Beach et titre au Challenger de Quimper). Peut-il continuer sur sa lancée et faire tomber Diego Schwartzman, pourtant logiquement favori selon les bookmakers ? Quand on regarde la cote, on a envie de répondre par l’affirmative, même si ce sera très difficile. Tout dépendra quel adversaire il retrouvera en face. Celui hésitant et trop tendre à l’Open d’Australie (troisième tour) et à Acapulco (entrée en lice) ou celui qui, impérial en cadence en fond de court, a baladé, voire écrasé Adrian Mannarino en seizième de finale à Miami (6-1, 6-4, avec 81% de réussite derrière sa première et aucune balle de break concédée) ? La rencontre s’annonce disputée, d’autant que l’un comme l’autre jouent pour atteindre leur premier quart de finale dans le Masters 1000 floridien. 

L’œil de Julien Varlet : Sebastian Korda joue vraiment de mieux en mieux. Mais je je ne le vois pas prendre plus qu’un set face à Diego Schwartzman. Il manque encore un peu de punch, un gros coup fort, à l’Américain. Et l’Argentin lui est un joueur de très haut niveau, qui ne laisse pas beaucoup respirer l’adversaire. J’ai l’impression que Schwartzman revient bien à Miami. Avec des sensations retrouvées, il est en principe encore au-dessus de Korda. Un succès en 3 manches peut être intéressant.


Robert Bautista-Agut vs John Isner

En voici un match qui a de la gueule ! Deux anciens membres du TOP 10 face-à-face, mais aussi deux athlètes souvent très à l’aise sur dur extérieur, dans deux styles relativement opposés. John Isner est celui qui a le mieux réussi à Miami : un titre en 2018 – son unique en Masters 1000 – et une finale en 2019. Autant dire que le géant américain (2m08) se sent bien en Floride, a fortiori aux États-Unis où il a remporté 13 de ses 15 trophées. Il compte aussi 10 titres sur dur en extérieur. Il se trouve que Roberto Bautista-Agut est lui aussi particulièrement performant dans ces conditions de jeu : 9 tournois glanés, 6 sur dur outdoor, et 4 finales supplémentaires dans cet environnement, dont une en Masters 1000 (Shanghai 2016). Ce qui fait pencher la balance en faveur de l’Espagnol, selon les bookmakers, c’est la forme du moment. Et il est vrai que le joueur originaire de la région de Valence a montré beaucoup plus de choses que son adversaire depuis le début de l’année : alors que l’Américain n’a joué que 4 rencontres (2V/2D) avant d’entamer Miami, « RBA » a lui disputé 2 finales, à Montpellier (dur indoor) et Doha (dur extérieur), avec au passage des victoires très convaincantes contre Bublik et Rublev, ainsi qu’un succès contre un certain Reilly Opelka, un grand dadet de 2m11. Car en plus de ses jambes de feu et de ses qualités de contreur, Bautista possède également un très bon œil, ce qui lui permet de mener dans ses confrontations face aux grands serveurs que sont Opelka, donc, mais aussi Sam Querrey et Kevin Anderson. Il a d’ailleurs déjà battu John Isner (Auckland 2016), mais c’est bien le plus grand des deux (par la taille) qui est devant avec 3 victoires pour une seule défaite. Notez que leur dernière opposition a eu lieu à Miami en 2019 et que l’Américain s’était imposé sur deux jeux décisifs. Un scénario qui pourrait se rééditer – Isner s’est d’ailleurs imposé de la même manière au tour précédent contre Felix Auger-Aliassime, sans concéder la moindre balle de break -, mais peut-être dans l’autre sens, Roberto Bautista-Agut ayant cette fois-ci les moyens et la fraîcheur physique pour faire tourner les jeux décisifs et le match en sa faveur.

L’œil de Julien Varlet : Cette année à Miami, il semble que la surface soit assez lente. Voilà déjà un élément en faveur de Roberto Bautista-Agut. Car dès que l’échange sera lancé, l’Espagnol aura un net avantage sur l’Américain. Ce dernier ne peut quasiment compter que sur son service pour faire des grandes différences. Aussi, la chaleur et l’humidité pourraient affecter beaucoup plus John Isner que son adversaire. Plus le match sera long, plus Bautista aura des chances de s’imposer. D’autant que l’Espagnol sait y faire pour faire déjouer l’adversaire. Enfin, même si John Isner a battu Felix Auger-Aliassime au tour précédent, rappelons que le Canadien a fait pas mal de fautes directes que ne commettra pas l'Espagnol.


Taylor Fritz vs Alexander Bublik

C’est une rencontre très ouverte. D’abord parce que les deux joueurs sont assez proches au classement et en terme de niveau de jeu. Taylor Fritz est 32ème, alors qu’Alexander Bublik est classé N°44, voilà peut-être pourquoi le premier des deux cités est légèrement favori. L’un comme l’autre ont plutôt bien réussi leur début de saison. L’Américain, à l’aise sur dur extérieur (3 finales, dont une en ATP 500 à Acapulco l’année dernière), s’est hissé en demie à Doha, dominant Lorenzo Sonego, David Goffin et Denis Shapovalov, et ne cédant que face au futur vainqueur de l’épreuve, Nikoloz Basilashvili. Rappelons aussi qu’au troisième tour de l’Open d’Australie, il a poussé Novak Djokovic dans un cinquième set, même si c’est ce jour-là que le Serbe avait commencé à souffrir des abdominaux. Le Kazakh a lui déjà joué deux finales cette année, à Antalya (dur extérieur) et Singapour (dur indoor). On le sait, Bublik est capable du meilleur comme du pire. En 2021, il montre davantage de combativité que de découragement. Une preuve supplémentaire en seizième de finale, où après avoir été mené d’un break dans chaque set contre James Duckworth, il a fait l’effort de rester concentré, s’appuyant notamment sur son service (10 aces, 74% des points gagnés derrière sa première, 57% derrière sa seconde) pour renverser la tendance en deux manches (6-4, 6-4). Au contraire, même si Fritz a lui aussi bien servi (7 aces et 74% derrière sa première) et appuyé fort en coup droit face à Cameron Norrie, son succès (6-4, 3-6, 6-1) demeure un peu heureux, tant le Britannique s’est sabordé dans la troisième manche. Alexander Bublik sait faire davantage de chose sur un court que Taylor Fritz. En outre, il l’a déjà battu à deux reprises, à chaque fois sur dur extérieur (Chengdu 2019 et Adélaïde 2020). Il existe donc un bon coup à jouer avec Bublik. Il a les clés en main, à lui de ne pas flancher quand la partie commencera à se tendre.

L'œil de Julien Varlet : Je vois en priorité une victoire d’Alexander Bublik. Avec une balle de tennis, il sait faire bien plus de choses. Et sa palette de coups a de quoi perturber Taylor Fritz, qui aime les échanges en cadence. Au contraire, le Kazakh aura tout loisir de varier, de slicer, de monter au filet et de changer les rythmes et les hauteurs. Ses extravagances peuvent contrarier l’Américain. Et Bublik possède un excellent service. Après, avec ce dernier, on ne sait jamais dans quel état d’esprit il va être : va-t-il se battre tout au long du match ou lâcher comme il l’a fait à Rotterdam ? Alors on peut aussi miser sur un match en 3 manches sans vainqueur, si la cote est intéressante. C’est une option moins risquée et tout-à-fait réaliste. 


Andrey Rublev vs Marin Cilic

Parfois, certains signes ne trompent pas. Quand on se penche sur les confrontations précédentes entre les deux joueurs, une lumière s’éclaire dans notre esprit. Après avoir perdu en 2015 à Genève (terre), Andrey Rublev a dominé à deux reprises Marin Cilic, à Miami (dur extérieur) et à Moscou (dur intérieur), à chaque fois en 2019. Des résultats qui semblent aller de pair avec le sens de l’histoire. Car si le Croate, ancien vainqueur en Grand Chelem (US Open 2014), n’a plus joué une finale depuis presque 3 ans (Queen’s 2018) et n’a battu qu’un TOP 10 depuis début 2019, le jeune Russe de 23 ans a totalement explosé dans le même laps de temps, glanant la bagatelle de 7 titres et atteignant 3 quarts de finale en Majeur depuis un an et demi. Aujourd’hui, l’aîné des deux ne pointe qu’au 45ème rang alors que le cadet est devenu 8ème mondial. C’est vrai, le style relâché de Cilic peut, dans un jour avec, surprendre n’importe qui. Mais la puissance de frappe et la sérénité dégagée par Rublev semblent en ce moment supérieures. D’où un avantage très net selon les bookmakers (85% de chance de victoire), qui semble tout de même un écart trop conséquent. On comprend néanmoins la tendance forte des bookmakers à faire tant confiance à Andrey Rublev, au regard des deux leçons de tennis données par le Russe lors de ses deux premiers matchs à Miami, contre Tennys Sandgren (6-1, 6-2) puis Marton Fucsovics (6-2, 6-1), deux rencontres durant lesquelles il n’a perdu que 8 points au total derrière sa première balle de service, ne concédant aussi qu’une seule balle de break, finalement sauvée. A contrario, Marin Cilic en a bavé lors de ses deux premiers affrontements, face à Federico Coria (6-3, 2-6, 6-4) et Cristian Garin (3-6, 7-5, 7-6), avant d’assurer et de se rassurer contre Lorenzo Musetti (6-4, 6-4). Quart de finaliste à Miami en 2013, le Croate devra faire encore mieux pour dominer Rublev, quitte à se faire violence. Mais franchement, il y a de quoi douter, face au monstre qu’est devenu le Moscovite.

L’œil de Julien Varlet : J’étais parti sur une victoire de Lorenzo Musetti au tour précédent contre Marin Cilic, mais le jeune italien n’a pas fait un bon match. Tout ça pour dire que je ne vois pas le Croate s’imposer. La dynamique du moment, et ça fait bien longtemps, est clairement en faveur d’Andrey Rublev. Il est plus puissant et joue plus vite. Cilic a presque un style de jeu obsolète, quand on le compare avec celui du Russe. Il faudrait qu’il joue le match parfait, prenant les balles hyper tôt et montant au filet pour perturber Rublev. Mais en est-il capable en ce moment ? Je ne pense pas. En plus, cela fait quelques temps qu’il n’a pas enchainé 4 matchs de suite, il risque aussi de souffrir un peu niveau récupération. Rublev a une qualité de frappe incroyable en ce moment, je le vois bien gagner en deux sets, c’est d’ailleurs le pari à viser comme la cote de Rublev est trop basse à mes yeux. 


Milos Raonic vs Hubert Hurkacz

Un duel entre deux solides gaillards, qui envoient de la matière dure au service. Une première confrontation qui dépendra sans doute un peu plus du niveau de jeu de Milos Raonic. On a la sensation que le Canadien a les cartes en main. S’il sert toujours aussi bien et qu’il balance ses grosses frappes sans surjouer, Hubert Hurkacz sera en grande difficulté. C’est vrai que la cote du Polonais, qui part en position d’outsider, est intéressante. Mais finalement, à part son titre à Delray Beach en début d’année, sans dominer un seul TOP 100, le 37ème mondial n’a pas été très en vue cette saison. Son succès contre Shapovalov lui fait du bien, mais il a pu compter sur un Canadien toujours aussi inconstant. En face, Raonic a d’abord écrasé Jordan Thompson, avant de faire le job contre Humbert. Il a cette capacité à se concentrer lors des moments chauds (3 balles de break sauvées sur 3 concédées). Toujours très à l’aise sur dur extérieur - 3 titres et 8 finales supplémentaires dont 3 en Masters 1000 (Canada 2013, Indian Wells 2016 et Cincinnati 2020) -, le géant canadien en impose par sa puissance, mais aussi sa justesse. La logique devrait être respectée et Raonic pourrait bien aller très loin dans le tournoi, s’il continue à jouer comme ça.

L’œil de Julien Varlet : Les deux joueurs se sont montrés très solides hier. Hubert Hurkacz a fait un bon match, et il a dominé Denis Shapovalov. Milos Raonic a réussi à éteindre Ugo Humbert. On peut déjà partir sur un match avec un certain nombre de jeux, car il ne devrait pas y avoir 6-2, 6-2. Je suis quand même impressionné par le Canadien. Malgré son allure pataude, il n’a laissé aucune chance, ou presque, au jeune Français. Mine de rien, quand il n’est pas blessé, Raonic fait encore partie des tout meilleurs. Pour le battre, le Polonais devra gagner tous ses jeux de service et savoir retourner. Pas évident. Milos Raonic a ma préférence mais sa cote est trop basse non rien à jouer pour moi sur ce match.


Daniil Medvedev vs Frances Tiafoe

5ème confrontation entre les deux joueurs. Pour le moment, Tiafoe n’a battu Medvedev qu’en 2015 lors du tournoi de Nice sur terre battue. Ensuite depuis 2019, Medvedev a enchaîné 3 victoires en ne lâchant qu’un seul set. La dernière en date fût en septembre 2020. Une victoire expéditive en 3 sets de la part de Medvedev à l’Open d’Australie dont un 6-0 dans la dernière manche. Le Russe réalise un beau début de saison avec une finale à l’Open d’Australie et un titre à Marseille en ne lâchant qu’un set. Pour son entrée dans la compétition, il a disposé facilement de Lu. En revanche, Medvedev a eu du mal au tour précédent face à Popyrin. Du mal physiquement à terminer la rencontre avec les jambes raides pleines de crampes. Medvedev, très en difficulté en coup droit avec énormément de fautes directes, avait fait appel plusieurs fois au kiné pour manipuler une cuisse douloureuse, ou des adducteurs qui sifflaient. Moins mobile dans le troisième set, il était clairement sur un fil. Il a su écourter les échanges et pousser Popyrin à la faute afin de terminer ce match du mieux possible. La question de la récupération sera importante face à un adversaire qui réalise un tournoi sérieux. Tiafoe reste en effet sur deux beaux succès, surtout sur le plan mental. Au tour d’avant, face à Evans, toujours très compliqué à jouer et face à Lajovic. Cette rencontre pourrait s’annoncer plus disputée que prévue. En effet, l’état de forme physique du Russe laisse présager que les conditions climatiques jouent fortement sur son corps. Tiafoe est habitué à ces conditions et on le sent beaucoup plus à l’aise. De plus jouant à la maison, l’Américain pourrait être transcender et souhaitera réaliser un gros match. Il le sait, même si Medvedev est donné largement favori et que tennistiquement, le Russe est plus complet, s’il y a un moment où Tiafoe peut le battre, c’est maintenant dans ses conditions. Méfiance donc d'autant plus que l'Américain aime l'odeur de ces grands matchs. On peut citer plusieurs rencontres comme Djokovic au dernier AO, Zverev à l'US Open 2019 ou Del Potro à Delray Beach en 2018.


Lorenzo Sonego vs Stefanos Tsitsipas

Première confrontation entre les deux joueurs. Tsitsipas partira logiquement en tête sur cette rencontre. En effet, le Grec réalise un tournoi sérieux pour le moment avec des victoires face à Dzumhur en 2 sets, puis en 3 sets face à Nishikori qui physiquement, n’a pas tenu sur le 3ème. Lors de ce dernier match, il a été extrêmement efficace au service avec 12 aces, 69% de première et 89% de points derrière celle-ci, ce qui montre qu’il est difficile à battre quand il est affûté comme cela. Il n’a concédé qu’un seul break et il a joué très offensif en variant énormément pour se procurer 10 balles de breaks sur la rencontre. Avant cela, son début de saison est également satisfaisant avec une finale à Acapulco contre Zverev, une demi-finale à Rotterdam face à Rublev et une autre demi-finale à l’Open d’Australie face à Medvedev après un beau parcours. Tsitsipas avait notamment dominé Nadal lors d’un match de plus de 4 heures ! Pour son adversaire du jour, le début de saison est plus mitigé. Il avait terminé l’année 2020 en affichant un très impressionnant niveau de jeu qui l’avait amené jusqu’en finale à Vienne. Lors de ce tournoi, Sonego avait fait tomber Lajovic, Hurkacz, Evans ou encore Djokovic avant de rendre les armes face au redoutable Rublev. En 2021, il a un peu plus de mal. Des éliminations précoces à Melbourne puis à l’Open d’Australie avant un quart de finale à Marseille face à Goffin en dominant Gaston ou encore la révélation Korda. Cette semaine, il a réalisé des matchs sérieux face à des adversaires largement à sa portée. En deux sets face à Fratangelo et Galan Riveros, il va maintenant devoir se frotter à un autre calibre. Tsitsipas devrait par sa puissance dans le jeu déborder l’Italien. De plus, sa qualité de service fait qu’il reste un joueur très difficile à manœuvrer sur ses mises en jeu. L’italien pourrait plus d’une fois partir à la faute et ne pas tenir la cadence imposée par le Grec. Même si Sonego a progressé sur dur depuis maintenant un an, Tsitsipas devrait l’emporter et pourquoi pas en deux sets.


Jannik Sinner vs Emil Ruusuvuori

Sinner-Ruusuvori, la jeunesse en avant ! Les deux joueurs ont tous les deux atteint leur meilleur classement cette semaine. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils confirment les espoirs placés à eux. Si Ruusuvori a dû disputer 3 matches en 3 sets (contre Alcaraz, Zverev et Ymer) pour arriver en huitièmes, Jannik Sinner a lui eu un match de moins à disputer grâce à son statut de tête de série. Il a surtout performé face au Russe Karen Khachanov, puisqu'étant malmené pendant pratiquement deux longs sets, il a montré une énorme force de caractère pour venir à bout du 22e joueur mondial (4-6, 7-6, 6-4. Dans le jeu, évidemment avantage à l'Italien Jannik Sinner, qui, à seulement 19 ans, a prouvé qu'il n'était pas l'homme d'un tournoi mais qu'il pouvait être un sérieux prétendant au top 10 mondial voire mieux d'ici quelques années. Ruusuvuori est quant à lui en train de passer un vrai cap dans le jeu avec son entraîneur qui n'est autre que Federico Ricci, l'ancien coach de Nieminen. En terme de fraîcheur, avantage aussi pour l'Italien qui a passé nettement moins de temps sur les courts que le Finlandais (3h56 contre 6h37). Ce sera un énorme test pour Ruusuvuori, qui ayant déjà battu Alexander Zverev au 2e tour, va être attendu au tournant contre l'Italien. Les cotes semblent assez justifiées.


L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️---
⭐️⭐️ Victoire Bautista ✅ / Bublik 1 set✅ / Victoire Sinner✅ / Victoire Tsitsipas✅
⭐️ Korda 1 set✅ / Victoire Bublik✅ / Rublev 2-0 ✅/ Tiafoe 1 set❌


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.

This post is also available in: English