Après un premier tour perturbé par la pluie qui a vu 7 outsiders s'imposer en 24 matchs, place au deuxième tour avec l'entrée en lice des 8 meilleures têtes de série. En réalité, il manquera une star à l'appel puisque le Russe Daniil Medvedev a été testé positif à la Covid-19. Bien qu'il se soit entraîné avec Nadal et qu'il ait discuté avec Djokovic, pour le moment, les deux stars mondiales ne sont pas considérées comme des "cas contacts" par les instances. Deux joueurs ont déjà leur billet pour le troisième tour, il s'agit de Stefanos Tsitsipas, très solide vainqueur de Karatsev, ainsi que Alejandro Davidovich, tombeur de Berrettini qui revenait à la compétition après deux mois sans jouer. 14 rencontres sont donc programmées ce mercredi. Une journée qui pourrait être perturbée par la pluie et voir quelques favoris passer à la trappe.


Le numéro un mondial Novak Djokovic n'a plus joué sur terre depuis sa cuisante défaite contre Rafael Nadal en finale de Roland Garros. Pour ce match de reprise, il aurait certainement aimé éviter de tomber sur Jannick Sinner. L'Italien prouve mois après mois qu'il a un talent inouï. Déjà 22ème mondial à seulement 19 ans, il est tout aussi à l'aise sur dur que sur terre. Il avait d'ailleurs été le joueur qui avait le plus embêté Rafa à Paris (7-6, 6-4, 6-1). De son côté, le Serbe a évidemment en point de mire un second titre à Roland Garros dans pile deux mois. Pour cela, il compte bien briller ici à Monte Carlo, un tournoi qui lui a souri par le passé avec deux titres. Bien qu'il n'ait pas disputé de tournois sur terre, le Serbe s'est en revanche longuement et durement entraîné depuis de nombreuses semaines à Belgrade et à Monaco, là où il réside. Un joueur lambda pourrait manquer de rythme mais Novak Djokovic est largement capable d'entrer dans ce tournoi à plein régime. La cote du Serbe est intéressante. Bien sûr qu'il peut se faire bousculer par Sinner, tombeur de Ramos au premier tour (6-3, 6-4) mais les statistiques plaident pour une victoire de Djokovic. Au-delà de ses 81% de victoires en carrière sur terre en Masters 1000, il faut noter qu'il n'a perdu que 2 matchs dès son entrée en lice parmi les 37 Masters 1000 sur terre qu'il a disputés depuis sa défaite inaugurale à Monte Carlo en 2006 contre Federer.

Le grandissime favori du tournoi et onze fois vainqueur ici devrait avoir une entrée en lice plus simple. Rafael Nadal partira très largement favori contre Federico Delbonis qui n'a jamais réussi à prendre un set à l'Espagnol en 4 duels. Pire, il n'a même marqué que 7 jeux en deux matchs sur terre. En 56 matchs sur terre face aux gauchers, Rafa compte 53 victoires pour 3 défaites (Zeballos, Verdasco, Puerta). Verdasco qui est le seul d'ailleurs à lui avoir pris un set sur les 15 derniers matchs de Nadal face aux gauchers sur terre. Dans un format en deux sets gagnants, sur les 20 dernières victoires de Nadal face aux gauchers sur terre, 17 se sont soldées en moins de 20 jeux.


Alexander Zverev aurait certainement apprécié également un premier match plus confortable. Affronter Lorenzo Sonego, titré à Cagliari et vainqueur solide de Fucsovics au premier tour, ne doit pas ravir l'Allemand. Le tournoi de Monte Carlo n'est pas celui où l'Allemand s'exprime le mieux. Zverev n'était pas apparu dans sa meilleure forme à Miami fin mars avec un gros strap au coude. Il s'était d'ailleurs incliné dès son entrée en lice face à Ruusuvuori. L'Italien frapperait un grand coup en cas de victoire. Il a évidemment les armes pour créer l'exploit si Zverev n'est pas à 100%. Pour le moment, Sonego a toujours souffert face aux cadors du circuit avec seulement une victoire contre un Djokovic totalement démobilisé pour 4 défaites (Federer, Thiem, Rublev, Tsitsipas) sans avoir marqué un seul set. La confiance aidant, la porte peut s'ouvrir pour l'Italien qui a déjà disputé un quart de finale ici à Monte Carlo en 2019. Son seul en Masters 1000.

Diego Schwartzman fait partie des sérieux outsiders de ce tournoi. L'Argentin avait rappelons-le battu Nadal à Rome et Thiem à Roland Garros fin 2020. Titré pour la première fois de sa carrière en Argentine en mars, il n'a pas été servi par le tirage au sort avec Casper Ruud. En effet, l’étoile montante du tennis nordique (22 ans) a fait de la terre-battue sa surface de prédilection avec un titre à Buenos Aires en 2020 et une succession de victoires de références notamment à Rome qui lui ont permis de faire son entrée dans le top 30. Pour autant, Casper Ruud en 8 confrontations, n’a réussi à déstabiliser qu’à une seule reprise un membre du top 10 à savoir Matteo Berrettini en demi-finale à Rome. Va-t-il réussir à réaliser l’exploit ici ? Les bookmakers ne lui donnent que 35% de chance. Si on extrapole les atouts tennistiques des deux hommes, l’avantage de mises en jeu et des qualités au service seraient donnés à Ruud qui possède un service plus puissant et impactant (73% de points remportés sur 1ère balle en 2020) même si l’Argentin en face propose une belle régularité au service malgré son petit gabarit. Du point de vue des retours de service et la régularité dans l’échange, l’Argentin est cette fois-ci au-dessus avec très peu de déchets commis mais également une belle agressivité en retour de seconde balle aussi bien en revers que sur son coup droit (60% de points remportés*). Et c’est justement sur ce point que Ruud va devoir être attentif car son dernier revers à Marbella, dès le deuxième tour contre Alcaraz est dû essentiellement à une deuxième balle trop molle et trop centrale qui l’a mise en danger à plusieurs reprises sur ses mises en jeu (seulement 17% de points remportés sur 2ème balle lors de son match contre Alcaraz). Sur le plan des confrontations, l’Argentin mène 3-0 mais on peut s'attendre à un vrai combat à condition que Ruud arrive à tenir ses diagonales.


Un autre membre du top 10 fera ses débuts ce mercredi. Andrey Rublev est sur une série de 14 victoires en 17 matchs sur terre. Titré à Hambourg notamment, le Russe a sur le papier un match à sa portée face à l'Italien Salvatore Caruso (89ème mondial) qui ne comptent que trois victoires face au top 50 mondial sur terre. Il semble donc avoir un vrai gap entre les deux joueurs qui se traduit par des cotes très largement en faveur de Rublev. Seulement, attention ! Il y a quelques heures, l'équipementier Head officialisait son partenariat avec le Russe qui jouait avec une raquette Wilson au dernier tournoi de Miami. Il n'est jamais évidemment de s'adapter à une nouvelle raquette. Même s'il a dû s'entraîner avec, la compétition c'est autre chose. Deux exemples sont là pour rappeler au Russe qu'il pourrait être en grande difficulté. Khachanov avait changé de raquette début 2019 après son titre à Bercy. Il a rapidement changé d'avis quelques semaines après. C'est le cas aussi de Basilashvili la saison dernière. Le Géorgien n'aura pas gagné un seul match pendant 4 mois. L'Italien restait sur 5 défaites consécutives avant ce tournoi de Monte Carlo où il est sorti des qualifications pour battre difficilement Catarina au premier tour. Le niveau de jeu actuel de l'Italien laisse présager, malgré le changement de raquette, une victoire de Rublev mais la méfiance est de mise. Pour gagner, Rublev devra simplement mettre la balle dans le court...


Pablo Carreno Busta a réussi la transition après son titre à Marbella la semaine dernière. L’enchaînement n’est jamais évident compte tenu de la différence d’environnement, de court, la décompression et l'influx nerveux. Une victoire loin d’être aisée (7-5, 7-6) face à Travaglia qui n’avait plus gagné de matches depuis sa finale au Great Ocean Road Open à Melbourne. Sans la manière donc mais ce succès a le mérite de lancer sa semaine à Monte Carlo. Cependant, gare au coup de pompe face à Karen Khachanov. Le Russe, sans en être un spécialiste de la terre (57% de victoires mais aucune finale), s’entrainait plus jeune régulièrement sur cette surface dans l’Académie de Gallo Blanco. Il a également atteint deux fois les quarts de finale à Roland Garros. Irrégulier depuis le début de saison - comme depuis son titre à Bercy fin 2018 - il n’a cependant pas connu de véritable trou d’air et s’est illustré par une entrée en lice réussi face à Laslo Djere, un vrai spécialiste de terre battue qui sortait d’une finale à Cagliari.

Cette confrontation sera au passage une belle opposition tactique entre un PCB qui semble avoir trouvé un vrai déclic sur terre battue depuis deux ans, pratiquant un jeu se rapprochant du style des purs terriens. Et un Khachanov utilisant parfaitement les conditions plus lourdes et humides pour faire parler sa puissance. Parfaitement lancé par son bon match face à Djere, le Russe aura en plus pour lui une vraie fraîcheur physique et mentale en plus d’avoir les capacités pour battre l’Espagnol qu’il a battu lors de leurs deux dernières confrontations sur dur. PCB est resté mardi plus de 2 heures sur le court et a fini son match en dernier peu avant 19h. Peut-être que ces petits détails auront un effet si le match dure. L’enchaînement des rencontres pour Carreno risque de se payer face à un tel adversaire. Compte tenu de la forme du moment, l’Espagnol était donné favori à la sortie des cotes mais désormais les deux joueurs sont à 50/50 et cela semble plus logique. Khachanov a toutes les armes pour s'imposer et pourquoi pas en trois sets ?


Hubert Hurkacz boudé par les journalistes en conférence de presse - aucune question ne lui a été posé après sa victoire contre Fabbiano - continue de marcher dans l'ombre. Il a failli se faire piéger face Fabbiano au premier tour mais il a réussi à s'imposer en trois sets. Face à lui ce mercredi, Dan Evans qui s'était incliné face au Polonais à Rome dans un match disputé en 3 sets. Pour ce nouveau duel, Hurkacz partira favori en raison de son état de forme depuis le début de saison avec deux titres (Delray Beach, Miami) et des victoires sur Shapovalov, Raonic, Tsitsipas, Rublev puis Sinner ! Le Britannique aussi a remporté un titre cette saison - son premier !- mais ne compte que 5 victoires ATP sur terre. Finalement, ce n'est pas beaucoup mieux pour Hurkacz avec 7 victoires. Le Britannique avait déjà réussi à faire déjouer Musetti en Sardaigne la semaine dernière. Il a confirmé au premier tour contre Lajovic. Très costaud dans les moments importants avec 9 balles de break sur 10, il a été offensif avec son slice de revers qui pourrait mettre en difficulté le Polonais. Aura-t-il suffisamment récupéré après cette bataille de presque 3 heures ? C’est un point important car cette terre lourde qui pèse davantage sur les organismes. Un match ouvert est à prévoir comme lors de la première confrontation et le jeu d’Evans pourrait perturber Hurkacz qui aime prendre en main les échanges.

L'Italien est vraiment déroutant ! On avait quitté Fabio Fognini à Marbella avec une piètre prestation lors de son entrée en lice face au futur finaliste Jaume Munar. Très peu concerné, l’Italien ne s’était pas vraiment battu pour aller chercher ce match (6-2, 6-1) comme il lui arrive assez souvent de le faire dernièrement. Ces cinq derniers tournois sur terre battue ont d’ailleurs été loin d’être flamboyants puisque hormis à Hambourg où il avait éliminé Philipp Kohlschreiber en trois sets, Fognini s’est incliné à chaque fois au premier tour (défaite contre Huessler, Humbert, Kukushkin et donc Munar). Mais sur le Rocher (et plus globalement dans les grands rendez-vous sur terre), l’italien n’est pas le même homme et l’a encore prouvé lors de son premier tour face à Miomir Kecmanovic. Affichant un niveau de jeu bien meilleur que lors des dernières semaines (couplé à une plus grande motivation), Fognini s’est imposé sans problèmes (6-2, 7-5). S’il est connu pour parfois passer à côté de certains matchs, il est très régulier sur terre en Masters 1000, notamment lorsqu’il dispose du statut de favori (75% de victoires depuis 2015). Pour accéder au troisième tour, il devra se défaire de Jordan Thompson, tombeur de Benoit Paire au premier tour (6-4, 6-7, 7-6). L’Australien n’est pas vraiment connu pour être à l’aise sur l’ocre (42% de victoires sur le circuit, son plus faible pourcentage) et son match face à un Benoit Paire aussi démobilisé (18 doubles fautes) ne constitue pas vraiment une victoire référence. Si Fognini continue sur sa lancée et joue son jeu, l’écart est assez important sur terre battue entre les deux hommes pour justifier un large statut de favori.


Deux Français sont en lice pour se qualifier au troisième tour. Aucun des deux ne partira favori mais voilà une victoire qui a sûrement fait du bien à Lucas Pouille ce mardi ! C'est son premier succès sur un tournoi de premier plan depuis le Masters de Shanghai en octobre 2019. Alors qu’il s’était incliné la semaine dernière à Marbella face à Ricardas Berankis (4-6, 7-6, 7-5), Pouille s’est bien repris lors de son entrée en lice sur le Rocher en venant à bout de Guido Pella (6-4, 6-3). Évidemment, tout n’a pas été parfait dans le jeu, notamment au service (trois breaks concédés) ou au niveau des fautes directes, mais l’essentiel était bien de renouer avec la victoire pour engranger de la confiance. Pour ce deuxième tour, il sera opposé à un joueur qui n’a cessé de progresser cette saison. Alexei Popyrin est un joueur de dur (victoire à Singapour notamment), mais a montré qu’il devenait également un joueur dangereux sur terre battue. L’Australien s’est débarrassé de Yannick Hanfmann (3-6, 7-5, 6-4) en qualifications alors que l’Allemand sortait d’un bon tournoi à Cagliari et a confirmé lors du premier tour face à Pablo Andujar. Balayé dans la première manche, Popyrin n’a pas lâché pour autant et s’est adjugé le match au tie-break du troisième face à un pur terrien (0-6, 6-2, 7-6). L’Australien n’est pas aussi efficace que sur les surfaces plus rapides, mais son niveau actuel en fait un favori logique face à un Lucas Pouille toujours à la recherche de son tennis. Toutefois, avec une confiance retrouvée, le Français a une ouverture sur cette rencontre. Son bilan sur terre (un titre à Budapest et une finale à Bucarest) plaide en faveur d'un match plus équilibré que les cotes.

Après un excellent début de saison sur dur où il a enchainé deux demi-finales (à Antalya et à Murray River) et deux quarts de finale en ATP 500 (à Rotterdam et à Dubaï) avec plusieurs victoires intéressantes (contre De Minaur, Fritz, Struff, Fognini, Goffin ou Khachanov), Jérémy Chardy était de retour sur la surface où il réussit le mieux en carrière avec 53% de victoires et un titre à Stuttgart en 2009). Au premier tour, il a confirmé sa bonne forme et son aisance sur terre battue en venant à bout d’Alexander Bublik en trois manches, comme souvent cette saison. Le Français ne s’est pas démobilisé malgré la perte sèche de la deuxième manche après la coupure due à la pluie (6-4, 0-6, 7-5) et dispose désormais d’un bilan cette saison de 10 victoires pour 4 défaites dans les matchs en trois sets. Il sera opposé à Grigor Dimitrov, qui a fait le boulot pour sortir Jan-Lennard Struff sans trop s’employer (6-4, 6-3), reste un joueur très difficile à manœuvrer sur n’importe quelle surface et a souvent bien réussi à Monte-Carlo par le passé (deux fois quart de finaliste et une fois demi-finaliste en 2018). Le Bulgare partira assez largement favori, mais le niveau affiché par le Français dernièrement pourrait nous conduire à un match accroché. De plus, Chardy n’est pas vraiment effrayé par le statut d’outsider puisque, sur terre battue, il a remporté 9 de ses 15 derniers matchs face à des joueurs mieux classés (dont Carreno Busta et Schwartzmann). Un nouveau match en trois sets en vue ? Le Français a en tout cas toujours bousculé le Bulgare. En 5 confrontations, Chardy s'est imposé deux fois mais a pris au moins un set dans chaque match dont deux défaites en 5 sets à Melbourne et l'US Open. Le jeu de Chardy semble donc gêner Dimitrov, au point de s'imposer ?


Le qualifié Marco Cecchinato peut-il créer la surprise face à David Goffin ? L'Italien a déjà disputé trois matchs ici à Monte-Carlo. Vainqueur des deux suisses Huesler et Laaksonen en qualifications, il s'est défait de Koepfer au premier tour. Convaincant sans être transcendant, il aura une bonne occasion de se jauger face à un David Goffin toujours aussi inconstant depuis le début de l'année et capable du meilleur, mais seulement sur une courte période. Cecchinato n'est pas forcément bien inférieur au Belge en ce moment surtout après ce premier tour très poussif contre Marin Cilic au premier tour. Les deux joueurs se connaissent bien puisqu'ils se sont affrontés à 4 reprises dont 3 sur terre battue. Le bilan est favorable à David Goffin (3 victoires dont 2-1 sur terre battue). Mais le Belge n'a plus brillé sur terre depuis 2018. Son statut de favori est en grand danger si jamais l'Italien retrouve quelques sensations.

Un deuxième tour largement à sa portée de Roberto Bautista-Agut ? L'Américain Tommy Paul, loin de son meilleur niveau, a profité d'un forfait pour être repêché puis du forfait de Martinez pour arriver au deuxième tour. A l'aise sur terre battue en junior (titre à Roland Garros), il n'a pas encore montré grand chose sur le circuit ATP (5 victoires). L'Espagno peut réintégrer le top 10 cette semaine puisque Matteo Berrettini (10ème) est déjà éliminé. Il a donc une motivation supplémentaire, s'il en fallait une, pour disposer de l'ami de Nick Kyrgios et atteindre les huitièmes de finale. Bautista a été très solide contre Fritz au premier tour, confirmant son état de forme cette saison (deux finales).


Enfin, Cristian Garin ne devrait pas avoir de difficultés pour battre John Millman. Le Chilien, pur spécialiste de terre et déjà titré 5 fois depuis deux ans, partira largement favori face à l'Australien, tombeur d'Ugo Humbert au premier tour. De son côté, Garin a dominé Auger-Aliassime en deux temps. D'abord très en difficulté sous la pluie et sur une terre lourde, il a finalement retrouvé des couleurs et largement dominé le Canadien à la reprise du match ce mardi. Une victoire qui confirme le titre de Garin acquis à Santiago le mois dernier. A l'inverse, à part une finale à Budapest en 2018, Millman n'a pas vraiment de référence sur terre avec seulement 38% de victoires.

Enfin, le forfait de Medvedev a permis à Juan Ignacio Londero de faire son entrée dans le tableau en tant que lucky loser. L'Argentin, pur terrien (54% de victoires), a éclaté sur le grand circuit en 2018 en remportant le tournoi de Cordoba. Depuis, il a régulièrement fait parler de lui sans toutefois signer des victoires de référence. Il partira très nettement outsider face à Filip Krajinovic. Le Serbe ne réalise pourtant pas une saison exceptionnelle. Il a profité de l'abandon de Basilashvili pour passer le premier tour. Certes Krajinovic mène 2-0 dans les confrontations mais les deux rencontres datent de 2014. Depuis, Londero s'est fait une place sur le circuit principal. L'état de forme de Londero (3 victoires sur ses 17 derniers matchs) peut expliquer un large statut de favori pour le Serbe mais peut-être pas dans ses proportions.


Pour retrouver les pronostics de nos tipsters, rendez-vous sur www.tbnpronos.com

L'avis de la rédaction
⭐️⭐️⭐️ Moins de 18.5 jeux dans le match Nadal vs Delbonis & Victoire Bautista
⭐️⭐️ Victoire Schwartzman & Victoire Garin 2-0
⭐️ Set Sonego


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.