Y-a-t-il un syndrome dernier carré pour Jan-Lennard Struff ? L'Allemand (31 ans) n'a pas encore disputé la moindre finale sur le circuit ATP. La faute à une incapacité à enchaîner les bonnes performances, à battre le top 20 (26% de victoires) mais surtout à s'incliner en demi-finale (7 défaites). A 5 reprises, il ne partait pas favori (Tsonga, Fognini, Goffin, Bautista, Berrettini) et n'avait donc pas grand chose à se reprocher. Mais il aurait pu faire mieux contre Norrie et Dzumhur. Ce n'est que sa seconde demi-finale sur terre après celle de Munich - déjà - en 2014. Struff réalise aussi un bon tournoi. Tout n'a pas été parfait, notamment son service avec un pourcentage de réussite en première balle très insuffisant (50% sur l'ensemble des trois matchs). Mais dans les intentions de jeu et l'attitude, Struff a montré de belles choses. Quand sa première passe, elle fait très mal (80% de points remportés) et à l'échange, l'Allemand commet moins de fautes que d'habitude. Mais le physique athlétique et puissant de Struff ne devrait pas déranger son adversaire du jour qui vient de dominer en trois manches un joueur bien plus puissant et régulier sur sa ligne.

Vainqueur de Zverev ce vendredi, on peut se demander où s'arrêtera donc Ivashka ? Le Biélorusse est dans une dynamique incroyable pour le moment sur terre battue alors qu'il n'avait disputé que 13 matchs sur le circuit ATP depuis le début de sa carrière sur cette surface avec un bilan négatif de 5 victoires pour 8 défaites. Après avoir poussé Rafael Nadal au 3ème set à Barcelone où il a fait plus que l'ennuyer, Ivashka vient maintenant de s'offrir le scalp du numéro 6 mondial et double tenant du titre ici à Munich. Alors qu'il avait plutôt dominé les débats dans la première manche, Ivashka finira par se faire debreaker au moment de conclure le set pour perdre ensuite le jeu décisif. Mais au-delà de l'intensité incroyable mise par les deux joueurs, Ivashka a fait preuve d'un mental d'acier lorsqu'il a vu l’Allemand servir pour le match dans le deuxième set puis revenir presque à sa hauteur dans le troisième set. Jusqu'à maintenant, Ivashka était un joueur plutôt irrégulier et imprévisible mais il semble avoir franchi un vrai palier depuis un mois en enchaînant les matchs de très grande qualité. Son niveau de jeu se situe très loin de son classement actuelle (107ème). Très stable sur ses appuis, puissant et régulier, il a beaucoup d'atouts dans sa poche pour disputer sa première finale, lui aussi, sur le circuit ATP. Mais il n'a pas le même passif à ce stade de la compétition puisqu'il ne compte qu'une seule défaite dans un dernier carré à Marseille en 2018 face à Lucas Pouille. Les deux hommes s'affrontent pour la seconde fois en carrière, mais pour la première sur terre battue. Struff avait remporté la première manche en Coupe Davis la saison dernière.

L'œil de Florent Serra : Match très intéressant entre deux joueurs qui ne sont pas réputés comme des purs terriens. À Munich, c’est une terre qui est assez rapide et qui a tendance à favoriser pas mal les jeux d'attaque. On le voit avec Ivashka qui joue à plat, qui est capable de prendre la balle très tôt surtout côté revers où il est très bon. C'est quelqu'un qui est dangereux après sa première balle, qui frappe très fort. Struff a pourtant quelques armes en plus, un peu plus d'expérience. C'est une bonne occasion pour les deux d'aller en finale sachant que je trouve Struff meilleur depuis deux ans maintenant. Il est constant face à des joueurs moins bien classés que lui et a même été capable de sortir des joueurs mieux classés que lui. Le problème, c’est qu’il est capable de se faire rattraper par ses émotions et de passer à côté d'un jeu au moment où il sert pour le match. En Allemagne, ce sont des conditions de jeu qu'il aime bien. Autant, la cote d'Ivashka à l'ouverture des cotes semblaient en effet bien trop haute (2.16), autant désormais, je la trouve un peu basse (1.60). J'aurais vu des cotes plus resserrées. Struff aurait certainement perdu contre Zverev mais le destin peut lui sourire cette fois après 7 défaites en demi-finale. Certes, Ivashka joue très bien en ce moment mais on peut s'attendre à un match serré et je ne serais pas surpris de voir Struff passer en finale. Cela fait maintenant 10 ans qu'il rêve de gagner un titre ATP. C'est peut-être son tournoi. En tout cas, même s'il a encore des lacunes techniques, il a réussi à gagner trois matchs en passant à peine 50% de premières balles. Cela veut dire qu'il a affiché d'autres qualités cette semaine. Et si jamais, il améliore sa première balle face à Ivashka - il devra le faire d'ailleurs s'il veut gagner - on peut avoir une surprise à l'issue de cette demie.


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.