À deux jours du début du Masters 1000 de Rome, l'Italie a de quoi se réjouir. Non pas seulement d’accueillir les plus grands joueurs de la planète au Foro Italico mais aussi de voir les joueurs transalpins ambitionner de les titiller, voire de soulever le trophée. Au-delà du fait que le patron du tennis masculin soit italien (Andrea Gaudenzi) et que Turin accueillera la prochaine édition de l'ATP Masters Finals, le tennis italien compte 9 joueurs parmi le TOP 100 mondial. Si certains ne sont justement pas très… neufs - Andreas Seppi a 37 ans, Fabio Fognini 33 -, d’autres, bien plus juvéniles, préfigurent le renouveau et un avenir radieux. Avec Matteo Berrettini et Lorenzo Sonego, 25 ans, et surtout Jannik Sinner et Lorenzo Musetti, 19 ans, la botte en a sous le pied. De quoi même rêver à court ou moyen terme voir un Italien glaner un Grand Chelem, 45 ans après le sacre d’Adriano Panatta à Roland Garros ? État des lieux des forces en présence.

Honneur aux anciens, le joueur qui a remporté le titre le plus prestigieux parmi cette petite colonie, Fabio Fognini. C’était il y a deux ans, à Monte-Carlo. Après avoir détruit Rafael Nadal, le natif de San Remo confirmait en finale face à Dusan Lajovic. Ancien membre du TOP 10, ce spécialiste de  l’ocre (8 trophées sur 9) est en panne de résultats depuis une double opération aux chevilles durant l’été 2020. Mais son talent est si grand - autant que sa folie d’ailleurs -, qu’il est toujours capable de coups, surtout dans les matchs qui comptent.

Plus musculeux, Matteo Berrettini est le prototype de l’athlète moderne. Il mesure 1m96, pèse 95kg et frappe de toutes ses forces dans la balle, surtout au service et en coup droit. Des armes de destruction massive qui lui ont permis de se hisser jusqu’en demie à l’US Open 2019. Depuis, le N°10 mondial a connu quelques blessures - principalement aux abdominaux -, mais le Romain semble revenir petit à petit à son meilleur niveau, en atteste son récent trophée à Belgrade et son joli parcours réalisé cette semaine à Madrid où il disputera les demi-finales ce samedi face à Casper Ruud. Une rencontre sur laquelle il sera possible de parier sur avantagebet.com

Même âge, même polyvalence, Lorenzo Sonego ne fait pas beaucoup de bruit. Formé sur terre, le discret turinois vient tout juste d’enregistrer son premier trophée sur la surface rouge-orangée, à Cagliari. Avant cela, il s’était imposé sur gazon, il y a deux ans à Antalya, et avait fait étalage de sa fougue et de sa combativité en allant chercher une finale à Vienne, sur dur intérieur, après avoir dominé Hubert Hurkacz, Daniel Evans et surtout Novak Djokovic, il est vrai assez démotivé après avoir eu l’assurance de terminer l’année en tête de la hiérarchie.

Place à la jeunesse à présent avec pour commencer celui qui s’affirme jour après jour comme un futur numéro un mondial. Il y a deux ans, à 17 ans seulement, Jannik Sinner signait sa première victoire en Masters 1000, en Italie. Un beau présage pour cet athlète longiligne mais surpuissant aux cheveux auburn, originaire de San Candido, une petite commune proche de la frontière autrichienne dans laquelle il a été bercé par la culture germanique. Celui qui fait déjà partie du TOP 20 semble progresser à vitesse grand V, aussi bien en maturité que sur le plan technique. Lors des six derniers mois, le protégé de Ricardo Piatti a gagné deux titres (Sofia en 2020, Melbourne en 2021) et atteint une première finale en Masters 1000, sans doute pas la dernière.

Enfin, lui aussi s’est révélé aux yeux du monde dans la capitale italienne. En septembre dernier, c’est à Rome que Lorenzo Musetti a validé ses deux premiers succès sur le circuit principal, et pas contre n’importe qui (Stan Wawrinka et Kei Nishikori). Depuis, celui qui est né 7 mois après Jannik Sinner s’est également illustré sur dur, en rejoignant le dernier carré à Acapulco, après avoir croqué son premier TOP 10, en la personne de Diego Schwartzman. Fan de Rafael Nadal, puis de Roger Federer dont il a hérité d’un merveilleux revers à une main, le jeune toscan se montre expressif sur le court et dispose d’un jeu spectaculaire. Avec lui, les émotions sont garanties.

N'oublions pas bien sûr Marco Cecchinato, qui sera 100ème mondial ce lundi. Mais derrière le top 100, d'autres transalpins poussent et jouent des coudes pour se faire une place dans le gratin du tennis mondial. Deux jeunes sont notamment en pleine progression. On peut d'abord citer Giulio Zeppieri (19 ans). Il n'a fait que deux apparitions sur le circuit ATP mais ses deux défaites à Cagliari contre Sonego et Bedene ont montré un réel potentiel. Le Romain est encore loin du top 100 (302ème) mais il sera évidemment à surveiller dans les 18 prochains mois. Tout comme son compatriote Flavio Cobolli qui vient de fêter ses 19 ans il y a deux jours. Lui n'a encore fait aucune apparition sur le circuit ATP mais il vient d'atteindre sa première finale en Challenger il y a quelques jours à Rome. Une finale perdue face à Juan Manuel Cerundolo. Le natif de Florence vient de faire un bon de presque 200 places au classement et se positionne désormais à la 450ème place mondiale.

A partir des huitièmes de finale, les supporters italiens pourront venir soutenir leurs idoles. Mais la jauge sera limitée à 25% de la capacité totale du site.