Dans quelques jours, va débuter l'édition 2021 des Internationaux de France de Roland Garros. La rédaction de Tennis Break News a voulu se pencher sur les forces en présence. Pour certains, cette édition est plus ouverte que jamais. Pour d'autres, il sera difficile d'empêcher Rafael Nadal ou Novak Djokovic d'aller chercher un nouveau Grand Chelem. Que ce soit en Masters 1000 ou en Grand Chelem, la concurrence réduit pourtant mois après mois l'écart de niveau avec le Big 3. Jusqu'à vendredi, nous allons faire un focus détaillé sur le top 10 des prétendants au titre. Après Thiem et Karatsev hier, voici deux nouveaux joueurs qui pourraient aller loin durant cette quinzaine.


N°8 – LORENZO SONEGO

Lorsque l'Italien a remporté le tournoi d'Antalya sur le gazon turc, la surprise fut de taille. Lorenzo Sonego n'avait jamais joué sur herbe mais plutôt fait toute sa formation sur l'ocre italienne. Il n'a débuté le tennis qu'à 11 ans avec Gipo Arbino, n'a pris son premier ATP qu'à 19 ans et attendu 22 ans pour signer sa première victoire. Ce fan de basket et supporter du Torino connaît une progression constante depuis 2017. Avant de remporter le tournoi de Cagliari en avril dernier, il avait fait parler de lui à Vienne en indoor en fin de saison dernière, en déjouant à nouveau les pronostics sur une surface où il n'avait aucune référence. Il était écrit que 2021 serait la saison de la consécration sur terre. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Sonego aime briller en Italie. Il avait déjà remporte trois titres en Challenger à Ortisei et Genova. Après son sacre en Sardaigne, il a confirmé à Rome cette fois en Masters 1000 avec une demi-finale et un parcours époustouflant en dominant Thiem et Rublev puis en résistant à Djokovic. Le Serbe et Zverev sont les deux seuls joueurs à avoir dominé l'Italien sur cette saison sur terre. Désormais 28ème mondial et 13ème à la Race, l'Italien fait forcément partie des joueurs à surveiller puisqu'il arrivera à Paris avec une confiance à bloc et des repères puisqu'il avait atteint le 4ème tour en octobre dernier.

Les + :
Sonego est un joueur complet, sans réel coup fort mais sans point faible notable. Il se déplace très bien, maîtrise à la perfection la glissade, il est assez explosif ce qui lui permet de se projeter très vite vers l'avant pour contrer les amorties ou monter au filet où sa volée est très souvent impeccable. Sonego est très difficile à déborder, il pousse donc souvent ses adversaires à la faute. Il a un bon physique, tient bien les échanges et les matchs longs. Son coup droit reste son meilleur coup. Il propose beaucoup de variétés dans son jeu et possède une palette technique intéressante pour s'adapter tactiquement à tout type d'adversaires. Mentalement, c'est un joueur qui a beaucoup progressé. Depuis sa victoire face à Khachanov à Monte Carlo en 2019, il n'avait plus battu un top 20 sur terre. Ce fut chose faite à Rome à trois reprises. C'est un joueur qui deviendra très difficile à battre pour les joueurs moins bien classés que lui, un peu à l'image de Bautista, souvent sérieux lorsqu'il est en position de favori.

Les - :
Malgré son 1m91, il pourrait améliorer sa qualité de service, en tout cas s'offrir plus de points gratuits et se mettre moins en danger sur ses secondes. Il a beaucoup amélioré ce point à Rome mais reste à confirmer désormais sur d'autres tournois. Son revers semble encore un peu fragile même s'il a démontré le contraire encore une fois à Rome, en surprenant les observateurs par sa qualité et son agressivité en revers avec un total de 24 revers gagnants pour 26 fautes directes contre Djokovic, Thiem et Rublev, des statistiques bien supérieures à sa moyenne. Même s'il est souvent bien placé, il manque d'agressivité en retour. Il ne met pas assez en danger ses adversaires avec des retours parfois trop défensifs. Ce fut une nouvelle fois pas le cas à Rome où il a constamment perturbé Rublev, Thiem et Monfils sur leurs secondes balles. Attention toutefois à voir comment l'Italien évoluera dans un contexte moins italophone sans un public acquis tout à sa cause.

La stat : 153
A Rome, en 5 rencontres, l'Italien a réalisé 153 coups gagnants dont 127 à l'échange. Symbole d'une agressivité hors du commun. Evidemment, aucun joueur n'en a réalisé plus que lui (143 pour Djokovic dont 120 à l'échange ; 123 pour Nadal dont 112 à l'échange)

La cote des bookmakers :
Clairement l'un des joueurs les plus sous-cotés pour le moment. Certains bookmakers ne le proposent même pas parmi les dizaines de vainqueurs potentiels. Et ceux qui le proposent le classent dans un peloton à 100 contre 1 en dehors du top 20 des favoris.


N°7 – ANDREY RUBLEV

Bien sûr, il existe une comète nommée Aslan Karatsev. Mais au pays de la Mère Patrie, le meilleur joueur sur terre des deux dernières années s’appelle Andrey Rublev. Loin devant Karen Khachanov et Daniil Medvedev. Sa quête a débuté à Hambourg en juillet 2019 avec une première finale, certes perdue. Sur son parcours, il avait bouté hors du court Cristian Garin, Casper Ruud, Dominic Thiem et Pablo Carreno-Busta. Un signe précurseur, à 21 ans seulement. Depuis, il tabasse tout ce qui bouge et enchaîne les résultats : un titre à Hambourg et un quart à Roland Garros en 2020, et une finale à Monte-Carlo et un autre quart à Rome en 2021. Dans la Principauté, il s’est payé le luxe de chasser le roi des lieux, Rafael Nadal. Sur la surface ocre, Rublev, c’est du solide, et on ne parle même pas de ce qu’il a accompli sur dur ces quinze derniers mois en empochant rien que 5 trophées (Doha, Adélaide, Saint-Pétersbourg, Vienne et Rotterdam). À Roland Garros, on ne l’a aperçu que deux fois dans le tableau principal. Victorieux de l’épreuve junior en 2014, le Russe a la ferme intention de montrer qu’il peut faire aussi bien, ou presque, dans la cour des grands.

Les + :
Et bim ! Et bam ! Et boum ! Voici en résumé et en onomatopée un point-type disputé par Andrey Rublev. Un gros service, un gros revers, un gros coup droit, le tout joué légèrement recouvert mais surtout à plat, et plaçant l’adversaire à trois mettre de la balle en autant de coups de raquette. C’est sûr, la cadence imposée par le Moscovite est infernale, véritable rouleau compresseur qui vise à éparpiller façon puzzle ses rivaux. Mais il serait réducteur de n’évoquer que les qualités de bûcheronnage du 7ème joueur mondial. Dans l’échange, il a appris à patienter avant de piquer. Il est d’ailleurs quasiment imprenable dans la diagonale revers. Sur le plan psychologique, il a également beaucoup progressé. Même malmené, il sait à présent garder la tête froide. Une évolution majeure dans son attitude qui lui permet aujourd’hui d’être solidement installé dans le TOP 10.

Les - :
Même s’il n’attaque plus à tout-va, le Russe manque clairement d’un plan B différent de son schéma de jeu préférentiel. Ainsi, lorsqu’on lui propose de la résistance, notamment sur terre où les points sont plus longs et difficiles à gagner, il ne peut s’appuyer sur une deuxième arme. Ni la volée, ni le petit jeu, où il a encore beaucoup à apprendre, et à peine quelques amorties, rarement distillées avec succès. Forcément, ce déficit pèse face aux cracks du circuit, qui montre davantage de polyvalence, dans les coups, les effets, les angles et les hauteurs de balle. Contre les autres membres du TOP 10, son ratio est médiocre : 11 victoires pour 19 défaites, soit 37% de réussite. Il y a néanmoins du mieux en 2021 : 2 succès pour autant de revers. Enfin, Rublev n’est pas encore parvenu à franchir le cap des quarts de finale dans les tournois du Grand Chelem (4 en 14 participations). Une limite qu’il doit absolument dépasser pour viser les sommets.

La stat : 37
C’est le nombre de matchs disputés depuis le début de l’année par Andrey Rublev, le deuxième total le plus élevé derrière Stefanos Tsitsipas parmi les top players. S’il a été ahurissant de régularité dans son entreprise de victoires – un bilan de 29 succès pour 8 revers en dix tournois, avec 2 trophées (en comptant l’ATP Cup), une finale, trois demies et trois quarts –, n’arrivera t-il pas un peu cramé à Roland Garros ? La pause de deux semaines avant le Majeur parisien a dû lui faire du bien tout comme ses récentes performances un peu en dessous de ses objectifs qui lui ont permis de moins jouer.

La cote des bookmakers :
Le Russe est positionné entre la 5ème et la 6ème place avec une cote entre 20.00 et 30.00 ! C'est assez logique vu ses difficultés à briller en Grand Chelem pour le moment.


A suivre demain : N°6 Casper Ruud / N°5 Matteo Berrettini


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.