Dans quelques jours, va débuter l'édition 2021 des Internationaux de France de Roland Garros. La rédaction de Tennis Break News a voulu se pencher sur les forces en présence. Pour certains, cette édition est plus ouverte que jamais. Pour d'autres, il sera difficile d'empêcher Rafael Nadal ou Novak Djokovic d'aller chercher un nouveau Grand Chelem. Que ce soit en Masters 1000 ou en Grand Chelem, la concurrence réduit pourtant mois après mois l'écart de niveau avec le Big 3. Jusqu'à vendredi, nous allons faire un focus détaillé sur le top 10 des prétendants au titre. Après Thiem et Karatsev lundi, puis Sonego et Rublev hier, voici deux nouveaux joueurs qui pourraient aller loin durant cette quinzaine.


N°6 – CASPER RUUD

On connaissait les Suédois, voici maintenant un Norvégien. On avait déjà vu le père, voici à présent le fils. À 22 ans seulement, Casper a déjà fait mieux que Christian, en attendant un jour peut-être de rejoindre Björn Borg, Mats Wilander, Stefan Edberg ou encore Robin Soderling, illustres joueurs scandinaves du TOP 10. Comme la plupart de ses prédécesseurs, il est particulièrement à l’aise sur terre. D’abord, il y a joué toutes ses finales : deux titres à Buenos Aires (2020) et Genève (2021) puis deux finales perdues à Houston (2019) et Santiago (2020). Ensuite, c’est sur terre qu’il a franchi un cap important depuis la reprise du circuit à la fin de l’été dernier. En huit mois, il est parvenu à se hisser à cinq reprises dans le dernier carré, et pas dans n’importe quels tournois : 3 Masters 1000 (Rome, Monte-Carlo et Madrid), un ATP 500 (Hambourg) et un ATP 250 (Munich). Au passage, il a signé 3 succès contre le TOP 10 (Matteo Berrettini, Diego Schwartzman et Stefanos Tsitsipas) et 5 contre le TOP 20 (Karen Khachanov, Pablo Carreno-Busta, Felix Auger-Aliassime et Fabio Fognini deux fois). Alors qu’il n’a jamais fait mieux qu’un huitième de finale en dix apparitions en Grand Chelem, nul doute que ses récentes performances vont l’aider à aller un peu plus loin dans une épreuve telle que Roland Garros.

Les + :
Avec Casper Ruud, on se croit parfois revenir vingt ou trente ans en arrière, lorsque Sergi Bruguera puis Juan-Carlos Ferrero dominaient les tournées sur ocre. Comme les deux Espagnols, il possède un jeu classique de terrien, basé sur un très gros coup droit, lourd, bombé et qui fatigue l’adversaire. Le Norvégien est d’ailleurs l’un des joueurs qui fait le plus tourner la balle sur le circuit principal. Comme les spécialistes de cette surface, Ruud dispose aussi d’un jeu de jambes de grande qualité, ses déplacements d’arrière vers l’avant étant d’ailleurs assez exceptionnels, lui permettant d’être quasiment toujours à l’heure sur la moindre amortie. Mais celui qui a intégré le TOP 20 pour la première fois il y a quelques semaines n’est pas seulement un joueur « à l’ancienne ». Il a récemment développé une autre arme bien plus moderne : un service kické, mais néanmoins puissant, ultra efficace derrière sa première comme sa seconde balle. Couvé à l’Académie de Rafael Nadal, Ruud a déjà eu l’occasion de s’entraîner plusieurs fois avec le Majorquin. On ne peut pas rêver mieux pour progresser.

Les - :
Même s’il a axé son travail sur ce coup, le revers demeure son point faible. Son slice n’est pas vraiment au point, et lorsqu’il le recouvre, il ne parvient pas à faire des différences. Au moins arrive-t-il à neutraliser l’échange. Le Norvégien pâtit aussi de son manque d’expérience dans les tournois Majeurs. Même s’il a gagné 3 des 4 rencontres qu’il a disputé en cinq sets, il n’a pas encore prouvé qu’il pouvait enchaîner de nombreux succès consécutifs dans ce type d’épreuves. De même, Ruud n’a pas encore montré une aptitude certaine à pouvoir rivaliser avec les membres du TOP 10. Son bilan ? 3 petits succès pour 9 défaites (c’est un peu mieux sur terre : 3V/5D). A-t-il le mental d’un grand champion, candidat au titre dans un Grand Chelem ? C’est toute la question.

La stat : 1
Après quatre premiers échecs face aux TOP 5, Casper Ruud a enfin signé son premier succès contre un joueur de ce petit cercle très prisé. En l’occurrence, il s’agissait de Stefanos Tsitsipas, qu’il a dominé il y a quelques semaines à Madrid (7-6, 6-4). Ce chiffre est à prendre à double sens : soit le Norvégien bloque face aux tous meilleurs, soit il vient justement de franchir son plafond de verre.

La cote des bookmakers :
Le Norvégien fut jusqu'à encore quelques jours cotés à 150 contre 1 par certains bookmakers. Très étonnant vu sa qualité, son classement et ses performances sur terre. Après son titre à Genève, il est redescendu à 50 contre 1 en 8ème position avec Federer, Karatsev et Medvedev mais derrière Rublev et Sinner.


N°5 – MATTEO BERRETTINI

Quand on associait l’Italie à la terre battue, nos yeux étaient habitués à suivre du regard un certain Fabio Fognini. Mais cette année, le transalpin le plus en vue sur terre battue n’est pas originaire de San Remo, mais de Rome. Après avoir bien démarré la saison à l’ATP Cup et à l’Open d’Australie, Matteo Berrettini a dû stopper son ascension en jetant l’éponge avant son huitième de finale à Melbourne, touché aux abdominaux. Son retour sur terre n’en fut que plus impressionnant : un titre à Belgrade, en dominant en finale l’incroyable Aslan Karatsev, puis une finale en Masters 1000 – sa première –, perdue de justesse face à Alexander Zverev. Bilan 2021 ? 18 victoires pour 5 petites défaites. Un retour au premier plan pour celui qui avait déjà fait étalage de tout son potentiel il y a deux ans en enchaînant deux demies à l’US Open et Shanghai, en plombant notamment de forts joueurs tels que Andrey Rublev, Gaël Monfils, Roberto Bautista-Agut et Dominic Thiem. Sur ses 6 finales (pour 4 trophées), 5 ont été disputées sur l’ocre. C’est dire s’il a une carte à jouer sur cette surface.

Les + :
Athlétiquement parlant (1m96 pour 95kg), on ne fait pas beaucoup mieux sur le circuit. En tout cas en ce qui concerne son haut du corps, taillé en V comme les nageurs professionnels. Résultat, Matteo Berrettini dispose d’une mise en jeu exceptionnelle, à la fois musclée (210 km/h de moyenne en première) et bondissante (sur terre, son kick monte très haut et pose de nombreux problèmes à ses adversaires). Le coup droit de l’Italien est également monstrueux, peut-être le meilleur du circuit. Il allie surpuissance, lourdeur et vitesse. En revers, il sait slicer, une option souvent bénéfique car elle lui permet de ne pas se précipiter et de changer les rythmes.  

Les - :
Son revers recouvert manque de tranchant. Il peut terminer une rencontre avec 15 ou 20 coups droits gagnant et aucun de l’autre côté. S’il est musculeux au-dessus de la ceinture, ses jambes manquent d’épaisseur. Dans les matchs à rallonge, le N°9 mondial connaît parfois quelques coups de mou. Il a connu aussi quelques blessures récurrentes. À 25 ans, il manque finalement un peu d’expérience dans les grands rendez-vous. À part sa demie à Flushing Meadows, l’Italien n’a joué que trois autres huitièmes de finale en 12 participations aux Majeurs. A t-il vraiment l’œil du tueur ? Et le mental pour tout écraser sur son passage ? Presque trop gentil, Berrettini a encore beaucoup de choses à prouver contre les tous meilleurs. La preuve, son ratio moyen face aux joueurs du TOP 10 : 7 succès pour 11 revers, soit seulement 39% de réussite.

La stat : 77
Nadal, Djokovic, Tsitsipas, Zverev. Derrière ce quatuor, Matteo Berrettini se présente comme le cinquième meilleur joueur sur terre battue de la saison. Avec 10 victoires pour 3 défaites, il a donc remporté 77% des matchs qu’il a disputé sur la surface ocre.

La cote des bookmakers :
C'est la grande interrogation ! Pourquoi les bookmakers ne considèrent-ils pas l'Italien comme un outsider sérieux ? Avec une cote de 60 contre 1, en 12ème position, on pourrait penser que Berrettini est un peu sous-estimé et sous-coté.


Rappel du classement :
10. Thiem
9. Karatsev
8. Sonego
7. Rublev
6. Ruud
5. Berrettini


A suivre demain : N°4 Alexander Zverev / N°3 Stefanos Tsitsipas


Deux mois d'abonnement offerts sur notre plateforme dédiée à 100% aux pronostics : www.tbnpronos.com

Cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir un nouveau compte Zebet et profiter de leur offre de bienvenue ou utiliser le code #TBN150 au moment de la création du nouveau compte (venir à en message privé sur twitter ou facebook pour récupérer votre code promo)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BONUS-BLEU-1-1024x576.jpg.