Finalement, l'or olympique qui semblait promis à Novak Djokovic, n'ira pas autour du cou du Serbe. Si la présence d'Alexander Zverev n'est pas vraiment une surprise, celle de Karen Khachanov est venue une nouvelle fois prouver que les JO sont des tournois à part où tout est possible. Depuis 1988 que le tennis n'est plus une compétition d'exhibition aux JO, trois non membres du top 10 ont été sacrés : Mecir (12ème) en 1988, Rosset (44ème) en 1992, Massu (14ème) en 1996. Si cette finale devait récompenser le joueur le plus régulier depuis la dernière olympiade, l'Allemand mériterait d'être couronné. Son classement actuel (5ème mondial) justifie son statut de favori face à un Russe très décevant depuis sa finale à Bercy fin 2018, beaucoup intermittent et assez peu spectaculaire. Mais Karen Khachanov semble retrouver son meilleur niveau depuis un mois. Quart de finaliste à Wimbledon, il reste sur 9 victoires en 10 matchs, sa deuxième meilleure série en carrière depuis justement cette fin de saison 2018.

Evidemment, Zverev a marqué les esprits en éliminant le numéro un mondial mais dans l'ombre, Khachanov a réalisé également un tournoi parfait. Face à Carreno et Humbert, le Russe a peut-être joué deux des matchs les plus aboutis de sa carrière. Il n'a concédé que deux balles de break sur l'ensemble des deux matchs. Epoustouflant. Il nous n'avait plus habitué à une telle régularité depuis très longtemps. Et il a clairement le jeu pour priver l'Allemagne d'une première médaille d'or olympique aux JO en tennis. Tommy Haas avait failli le faire en 1996. « C'est un sentiment incroyable de savoir que vous allez ramener une médaille chez vous, en Allemagne. C'est incroyable de battre le meilleur joueur du monde sans aucun doute en ce moment et en cette saison. Il semblait qu'il était impossible de le battre à cet événement, alors je suis très heureux de l'avoir fait. Mais il reste encore un match à jouer. Je sais qu'il chassait l'histoire, chassait le Chelem d'or et chassait les Jeux olympiques, mais dans ce genre de moments, Novak et moi sommes très proches. Bien sûr, je suis content d'avoir gagné, mais en fin de compte, je sais ce que ressent Novak. Je lui ai dit qu'il était le plus grand joueur de tous les temps. »

Les deux joueurs ne se sont plus affrontés depuis deux ans à Montréal. C'est dire à quel point le Russe ne faisait plus partie des cadors du circuit, ne disputant que que 4 demi-finales depuis cette date en 38 tournois disputés... Mais Khachanov a remporté leurs deux derniers duels. Certes, Zverev a pris une autre dimension et disputé une finale (US Open), une demi-finale (RG) et un quart de finale (Melbourne) sur ses trois derniers Grands Chelems.

Zverev est un joueur plus complet que Khachanov. Ils ont un profil similaire, de part leur grande taille, mais les qualités défensives de Zverev sont de plus en plus impressionnantes, tout comme sa capacité à ne pas commettre de fautes. L'Allemand devrait attaquer le revers du Russe pour dominer les échanges et pourrait monter plus souvent au filet que son adversaire pour conclure les points. Zverev commence à être habitué à gérer ce genre de matchs contrairement à Khachanov. Mais le Russe est porté par une énergie et une âme qui semble effacer tous ces mois de doute. Il est incroyablement offensif et agressif et monte en puissance. La façon dont il a balayé Carreno Busta est tout aussi impressionnant que la victoire de Zverev sur Djokovic même si médiatiquement, elle a fait moins de bruit. La première balle du Russe fait très mal à Tokyo. Et Zverev serait bien inspiré de poursuivre ses efforts pour limiter ses doubles fautes, assez rares depuis le début du tournoi.

C'est une finale qui sent la poudre, qui promet des étincelles. On devrait avoir un match magnifique avec deux joueurs qui jouent leur meilleur tennis. L'écart de cote semble vraiment trop important. Khachanov aurait mérité sur ce qu'il a montré à Tokyo et Wimbledon d'être plutôt autour de 3.00 que 3.50 ! « Depuis l'année dernière, quand j'ai eu quelques hauts et des bas et que j'ai un peu chuté mentalement, j'ai commencé à travailler sur mon état d'esprit, ma mentalité. La mentalité signifie différentes choses pour différentes parties du match - comment abordez-vous ce genre de circonstances, ce genre de situations, et comment vous les gérez. J'ai commencé à travailler sur cet aspect et je suis vraiment content que ça paye. En fin de compte, vos coups sont là, vous avez pratiqué le tennis toute votre vie - vous ne pouvez pas oublier comment jouer au tennis. Mais comment vous utilisez vos coups, à quels moments et comment vous gérez la pression, c'est l'une des choses les plus importantes. Ce match contre Carreno était très important pour ma tête. D'abord parce que je suis sûr d'avoir une médaille, ce qui est l'un des rêves devenus réalité. Mais évidemment, je dois retrouver de la motivation et de l'excitation pour préparer cette finale et me battre pour l'or. »


Pour vous abonner à tous les pronostics de nos tipsters, rendez-vous sur www.tbnpronos.com


L'avis de la rédaction : over 22.5 jeux dans le match