Le Français n'a plus battu un joueur du calibre de Hubert Hurkacz (13ème) en indoor depuis Metz en 2016 où il avait dominé Goffin et Thiem. De son côté, après avoir mis un peu de temps à digérer son titre à Miami au mois de mars, Hubert Hurkacz est revenu au niveau qu’on lui connaissait avec un magnifique parcours jusqu’en demies à Wimbledon. Ensuite, il a montré de belles choses sur dur lors de la tournée américaine avec notamment un quart à Toronto où il s’est incliné 7-6 au 3e contre Daniil Medvedev. En indoor, le Polonais n’a pas beaucoup gagné sur le circuit (11 victoires en 39 matchs), mais reste tout de même au-dessus d’un Lucas Pouille en difficulté depuis presque deux ans avec aucune victoire en 2020 et seulement 4 cette saison sur le circuit ATP. Le Français a tout de même repris un peu de confiance en Challenger en atteignant la finale à Cassis. Cet enchaînement de victoires peut lui redonner un petit coup de boost. Au premier tour, il a eu du mal, mais a finalement réussi à se débarrasser de Brayden Schnur (233e) en trois manches (3-6, 6-4, 6-4). Les deux hommes ne sont évidemment pas sur la même dynamique ni au même niveau, mais Lucas Pouille est capable de lutter dans le jeu face à un joueur comme Hurkacz. En position de favori, la tête de série n°1 a souvent contre-performé en indoor puisqu’il n’a remporté que 45% de ses matchs dans cette situation en carrière.  Malgré tout, il sera difficile pour le Français d’aller chercher la victoire comme il l'avait fait à Tokyo fin 2019.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Ce match face à Hurkacz va être un bon révélateur pour Lucas Pouille. Il y a quand même eu du mieux en termes de résultats puisqu’il est allé faire une finale en challenger du côté de Cassis. Les gens peuvent penser qu’une finale en challenger ce n’est pas terrible, mais on prend ce qu’il y a à prendre pour le Français. Gagner quatre matchs ça faisait longtemps que ça ne lui était plus arrivé et ça lui redonne un peu plus confiance. Après sa victoire contre Schnur, il arrive avec quelques repères et un peu de confiance. Outre la différence actuelle de niveau entre les deux hommes, Pouille a le jeu pour répondre à la puissance du Polonais. Sans surprise, Hurkacz est largement favori mais il est très loin d'être souverain en indoor. Depuis deux ans, j'ai pas le souvenir d'un bon match d'Hurkacz en indoor. En revanche, il a accumulé beaucoup de défaites. Sur une entrée en lice, tout est possible si le Français joue son meilleur tennis. Il ne pourra pas se contenter d'être moyen face au Polonais pour créer l'exploit.


Nikoloz Basilashvili vs Alejandro Davidovich Fokina
Sans surprise, Nikoloz Basilashvili a fait le boulot sur son premier tour en venant à bout, en deux manches, de Gianluca Mager, un joueur sans vraie référence sur cette surface (6-3, 7-6). Il a ainsi mis fin à une série de 9 défaites de rang en indoor. Le Géorgien n’a jamais obtenu de grands résultats en salle en dehors d’une finale à Memphis en 2017. Les choses se compliqueront au second tour puisqu’il sera opposé à Alejandro Davidovich Fokina, qui avait montré de belles choses à la même période l’an dernier avec une demi-finale à Cologne et un 3e tour au Masters de Bercy. En indoor, il présente un taux de victoire de 55%, sa meilleure marque. S’il n’a pas produit un très grand match contre Gilles Simon au premier tour (6-7, 7-6, 6-2), l’Espagnol a mis fin à une série de trois défaites au premier tour lors de la tournée américaine. Il a les armes pour gêner Basilashvili, dont on ne sait jamais vraiment quel type de match il va produire, mais qui a montré beaucoup plus de régularité lors des derniers mois. Davidovich Fokina a remporté les 2 matchs qu’il a eu à disputer en position d’outsider en indoor (contre Hurkacz à Montpellier et contre Bautista Agut à Rotterdam). Malgré tout, c’est le Géorgien qui partira favori, mais la cote de l’Espagnol est plutôt tentante.

L’œil de Rodolphe Gilbert : C’est un match entre deux sulfureux où tout peut se passer. Ce sont deux gros frappeurs. Fokina est un peu plus régulier, mais l’Espagnol est en difficulté ces dernières semaines. Malgré tout, je donnerai un avantage à Basilashvili qui est capable d’aller plus haut en termes de niveau de jeu et qui a mieux joué que Fokina ces derniers temps. Mais à choisir, c’est un match sur lequel je n’irai pas. Les cotes sont bien posées.


Karen Khachanov vs Peter Gojowczyk
Karen Khachanov est revenu à un bon niveau sur la deuxième moitié de saison. Demi-finaliste à Lyon, il avait signé un beau quart de finale à Wimbledon et surtout un magnifique parcours aux Jeux Olympiques où il est allé décrocher la médaille d’argent. Il n’a pas obtenu de gros résultats lors de la tournée américaine mais n’a pas à rougir de ses défaites à Toronto (contre Stefanos Tsitsipas), à Cincinnati (contre Auger-Aliassime) et à l’US Open (face à Lloyd Harris en cinq manches). De retour en indoor, sur une surface où il a décroché son meilleur résultat en carrière (vainqueur du Masters de Bercy en 2018), il a un coup à jouer dans ce tournoi, lui qui n’a plus été titré depuis. Il a eu un peu de mal à rentrer dans son match au premier tour contre Alexandre Muller, mais a tout de même réussi à assurer l’essentiel (4-6, 6-1, 6-3). Il sera opposé à Peter Gojowczyk, qui a signé un parcours inattendu à Flushing Meadows en atteignant les 8e de finale. Il débarque à Metz en confiance et a battu Antoine Hoang (pour la deuxième fois) après être sorti des qualifications (6-2, 3-6, 6-4). Le Russe partira évidemment favori, mais il devra se méfier de Gojowczyk qui joue bien actuellement. En carrière il a perdu 2 des 5 matchs qu’il a disputés contre des joueurs classés au-delà de la 100e place mondiale en indoor (dont le dernier cette année face à Ebden à Marseille). De son côté, l'Allemand aime faire tomber les grands serveurs. Il a d'ailleurs un bilan positif en carrière (55% de victoires) dont 5 d'affilée, série en cours. En indoor, il est invaincu en carrière contre ce type d'adversaires (Vesely, Struff, Jarry, Paire, Copil).

L’œil de Rodolphe Gilbert : Gojowczyk reste sur une excellente dynamique, mais Khachanov n’est pas mal non plus en ce moment. C’est un tournoi qui peut s’avérer important pour le Russe puisqu’une victoire cette semaine à Metz lui donnerait de belles couleurs avant d’attaquer la dernière partie de la saison. Cela fait quand même bien longtemps qu’il n’est pas allé chercher un titre. La force de l’Allemand c’est qu’il ne paye pas forcément de mine, mais il est régulier et prend la balle très tôt. Il sert aussi pas mal. Son US Open l’a bien remis sur les rails, mais Khachanov reste évidemment au-dessus. Le Russe est favori mais méfiance tout de même. S'il ne joue pas son meilleur tennis à pleine puissance, il pourrait passer à la trappe d'autant plus que l'Allemand n'a pas peur des grands serveurs.